Surveillance de la qualité des eaux : WaterShed Monitoring s'implante à l'Université de l'espace

 |   |  297  mots
À des fins de surveillance de la qualité de l'eau, l'entreprise tentera de combiner des images satellite à de l'intelligence artificielle.
À des fins de surveillance de la qualité de l'eau, l'entreprise tentera de combiner des images satellite à de l'intelligence artificielle. (Crédits : Reuters)
STRASBOURG. Ce spécialiste québécois de l'exploitation des données relatives à l'eau va bénéficier de l'expérience de 150 chercheurs et enseignants experts dans le domaine spatial.

Elle sera l'une des premières occupantes du nouvel accélérateur de projets Rhinespace établi dans les locaux de l'International Space University (ISU) à Illkirch-Graffenstaden, en périphérie de Strasbourg. Sonja Behmel, présidente de WaterShed Monitoring, a décidé d'implanter dans cet incubateur d'entreprises la filiale européenne de sa société née au Québec, spécialisée dans la gestion intégrée de la qualité de l'eau.

« Nous proposons une plateforme collaborative unique et sécurisée, orientée vers l'acquisition des connaissances sur l'eau, depuis la source jusqu'au robinet », explique cette chercheuse et enseignante de l'université Laval, au Québec.

Au terme de la révision en cours de la directive européenne sur la qualité de l'eau, le futur cadre législatif communautaire offrira à WaterShed Monitoring des perspectives commerciales inédites découlant « d'exigences renforcées sur la transparence des données relatives au cycle de l'eau et d'une implication renforcée des citoyens ».

Collecte intelligente

Après la signature d'un premier contrat en France avec le Syndicat intercommunal du bassin d'Arcachon, WaterShed Monitoring entend déployer à court terme son offre de collecte...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/12/2019 à 9:13 :
Est-ce enfin pour lutter pour la détérioration croissante de notre eau du robinet du fait de la vénalité des actionnaires milliardaires ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :