Tourisme : pas de boom des affaires à Bugarach avant la «fin du monde»

 |   |  584  mots
Les visiteurs ne sont pas légion à Bugarach où les rares curieux ... s'immortalisent en photo aux portes du village.© Auditus
Les visiteurs ne sont pas légion à Bugarach où les rares curieux ... s'immortalisent en photo aux portes du village.© Auditus (Crédits : <small>DR</small>)
La rumeur de la fin du monde le 21 décembre inspirée d'une lecture erronée des calendriers Maya a transformé le village de Bugarach (Aude) en attraction médiatique internationale. Mais, les milliers de pages dans les journaux, les émissions de télévision dans le monde entier n'ont pas généré le miracle économique espéré dans une des vallées les plus pauvres de France, assiégée par les journalistes en quête de sensationnel.

La montagne Bugarach pourrait accoucher d'une souris économique, malgré la mobilisation exceptionnelle de 250 journalistes et d'une vingtaine de chaînes internationales de télévision (Etats-Unis, Allemagne, Grande Bretagne, Japon) dans un village de 190 habitants offrant au mieux 50 lits en hébergement aux visiteurs. Pourquoi une telle effervescence ? La fin supposée du monde bien sûr, vendredi prochain 21 décembre, selon un calendrier Maya qui en réalité ne prévoyait que la fin d'un cycle parmi d'autres. Toutefois, pour les amateurs d'ésotérisme, Bugarach serait aussi une montagne magique qui abriterait un « garage à soucoupes volantes ». Autrement dit un lieu de rencontre avec les extraterrestres, un lieu de passage vers une autre dimension. Mieux, selon certains « oracles », c'est de Bugarach que devrait décoller, le 21 décembre l'ovni à bord duquel une poignée d'élus réchappera du grand chaos... L'heure du décollage n'est pas précisée.
De quoi donc attirer des foules en mal de salvation et de rencontres du Troisième type. Sauf que, à part des journalistes, en un an, le nombre de randonneurs n'a été multiplié que par deux au sommet du Pic, point culminant des Hautes Corbières, sans pour autant impacter l'économie locale... à l'exception de la fréquentation de la maison de la randonnée.

Mirage

« Nous avons plus de passage, mais le chiffre d'affaires n'a pas progressé. Les curieux sont en demande d'informations et de conseils », explique Patrice Etienne qui gère le Relais, une sorte de petit drugstore campagnard. Et sans doute une des premières victimes collatérales de la rumeur car il avait placé en liquidation Galamus, sa petite société de logiciels (3 salariés) pour reprendre cette affaire, croyant flairer un bon filon. Mais le boum de l'immobilier tant attendu par certain a viré au mirage, « qui pousse les propriétaires à en vouloir plus et qui fait fuir les vrais clients », dixit un professionnel du secteur.
« Les illuminés, comme vous dites, ne font que passer. Ils sont fauchés », soupire une habitante, fatiguée de cette nouvelle vie dans un site de renommée médiatique internationale mais dans un des bassins de vie parmi les plus pauvres de l'Aude, département lui-même parmi les plus déshérités de l'Hexagone. Le revenu médian des foyers fiscaux s'élève à 15 629 euros (18 355 euros en moyenne en France) et 525 ? d'aide sociale par habitant (n°1 en Métropole).

Un fantastique coup de pub gratuit
L'épisode du 21 décembre a permis de remplir les lits vacants de tout le canton avec des journalistes, le plus souvent pour trois nuits. « Bugarach n'a rien changé. Les gens demandent surtout les châteaux Cathares. Espérons que ce battage impressionnant puisse générer une nouvelle clientèle d'étrangers curieux de nos paysages pour la saison prochaine », commente Evelyne Codina, adjointe à la mairie de Rennes-les-Bains qui vit du tourisme, de son thermalisme et de l'ésotérisme de son voisin Rennes-Le-Château.
« Ce n'est pas un phénomène qui peut nous amener une bonne clientèle » estime Jean-François Leclerc, président départemental de l'hôtellerie de Plein Air qui n'a pas observé de sur-fréquentation liée à cette médiatisation. Seul, Jean Pla, négociant en vin semble avoir tiré profit de la situation après avoir créé la cuvée de la fin du monde. « C'est un fantastique coup de pub gratuit » explique-t-il en collant les étiquettes du vin des Rescapés parfaitement adapté à la situation.
 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :