Oreka Sud programme le démantèlement des centrales nucléaires en fin de vie

 |   |  466  mots
Le logiciel DEMPlus conçu par la start-up donne le sentiment de participer à un jeu vidéo.© Oreka Sud
Le logiciel DEMPlus conçu par la start-up donne le sentiment de participer à un jeu vidéo.© Oreka Sud (Crédits : Oreka Sud)
La start-up a créé un logiciel, DEMPlus, qui permet de mettre en ordre les différentes opérations à effectuer selon une chronologie précise, fixe la durée des travaux, étape par étape, et calcule le budget nécessaire. La modélisation définitive sera présentée le 5 octobre prochain sur le site de Marcoule aux grands opérateurs mondiaux du nucléaire.

Sur l'écran de l'ordinateur d'Oreka Sud, les différentes phases du démantèlement d'une centrale nucléaire défilent à petite vitesse : le logiciel DEMPlus conçu par l'équipe R&D donne le sentiment de participer à un jeu vidéo. L'utilisateur est littéralement immergé dans l'environnement représentant fidèlement le chantier pour piloter un enchaînement de missions qui se succèdent et s'entrecroisent. Il a à son service la modélisation en 3D imaginée par Oreka Sud, société implantée en 2010 à Marcoule (Gard). Au plus près des installations du Commissariat à l'énergie à atomique (CEA).

Le logiciel d'Oreka Sud utilise des briques technologiques développées par le CEA dans le cadre d'un accord de collaboration. « Nous sommes les seuls à avoir ainsi réuni toutes les fonctionnalités d'un démantèlement dans un seul et unique outil de modélisation. DEMPlus permet de mettre en ordre les différentes opérations à effectuer selon une chronologie précise. DEMPlus fixe la durée des travaux, étape par étape et calcule le budget nécessaire pour mener à bien la mission », explique Luc Ardellier, ingénieur en informatique et fondateur de cette start-up performante qui emploie 12 personnes. Les derniers développements de la première version de DEMPlus ont été validés au cours de cet été. La modélisation définitive sera présentée le 5 octobre prochain sur le site de Marcoule aux grands opérateurs mondiaux du nucléaire (Areva, EDF, etc.) tous confrontés au casse-tête de la déconstruction des centrales. Et surtout à l'optimisation technique et financière de cette opération jugée délicate mais incontournable.

De nouvelles versions pour la déconstruction d'un site industriel ou d'un avion de ligne

« DEMPlus est adaptable aux installations du monde entier, des centrales françaises à Fukushima », précise Luc Ardellier qui prépare la grande offensive commerciale de cet automne qui commencera avec le salon de Manchester (Nuclear decommissioning Supply Chain Event, en novembre), suivi de présentations déjà programmées à Paris, Cherbourg et Lyon.

De nouvelles versions de DEMPlus sont en préparation pour déconstruire avec la même rigueur et esprit de méthode un site industriel ou un avion de ligne. Le véritable décollage de cette pépite gardoise était initialement programmé pour début 2015.

Mais 2014 apparaît déjà comme un exercice prometteur alors que le tour de table financier a été bouclé en avril dernier. 750 000 euros ont été levés rapidement (Jeremie LR, CEA Investissement, Arevadelfi, SCR Provençale et Corse). En juillet dernier, un opportun coup de pouce de Bpifrance et du Conseil régional languedocien est venu ajouter une enveloppe de 600 000 euros. Pour assurer l'intendance nécessaire à la conquête du nucléaire mondial.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :