Après le Schoolab, Olivier Cotinat créé le MoHo à Caen

 |   |  393  mots
Ce nouveau lieu sera notamment doté de salles de créativité, d’espaces de « coworking » et d’un centre de conférences.
Ce nouveau lieu sera notamment doté de salles de créativité, d’espaces de « coworking » et d’un centre de conférences. (Crédits : DR)
Le premier MoHo D-Day Summit s'est tenu à Caen du 5 au 7 juin. Une mise en bouche avant l'ouverture l'an prochain d'une Mozaïc House : un lieu hybride imaginé par le cofondateur du Schoolab pour « répondre aux grands enjeux de demain ».

Prenez une ancienne concession Renault typique de l'architecture commerciale des années 1950. Injectez-y un peu de l'esprit débridé de la Silicon Valley. Ajoutez-y des parrains bienveillants comme Siemens, le Boston Consulting Group ou les universités de Stanford et de Berkeley. Complétez par une image à forte portée symbolique : celle du D-Day.

Et vous aurez une petite idée de ce à quoi ressemblera le MoHo, futur « chaudron » caennais de l'entreprenariat et de l'innovation conçu par un enfant du pays : Olivier Cotinat. L'idée est née sur le campus de Berkeley où l'intéressé enseigne l'innovation pluridisciplinaire et le design thinking depuis plusieurs années. Son objectif ? Créer sur le modèle californien « le premier collider d'Europe ». En bon français, un accélérateur de particules.

Incubateur et lieu de débats

Le MoHo sera donc à la fois un incubateur de jeunes pousses, un lieu de débat, une source d'inspiration, une communauté et un centre de formation où se croiseront des chercheurs, des étudiants, des cadres de grands groupes ou de PME, des startuppeurs mais aussi des jeunes des quartiers « à l'image des 150000 jeunes gens de toutes couleurs, de toutes religions et de tous milieux qui ont débarqué sur les plages de Normandie ». Le tout avec pour ambition de donner naissance à des produits et services « à impact positif pour répondre aux grands enjeux de demain ».

Proche dans son concept du Schoolab parisien, cette Mozaïc House abritera, sur 7500 mètres carrés, un amphithéâtre, des salles de créativité, des espaces de coworking, un centre de conférences, un terrain multisports, une salle de yoga... et un espace de 1500 mètres carrés réservé au grand public. Une particularité voulue par Olivier Cotinat : « Il faut décloisonner davantage que nous le faisons à Paris faute de place. Je ne veux pas d'une réserve pour des surdiplômés qui ont eu la chance d'être nés du bon côté de la barrière. » Le projet est fortement soutenu par les collectivités locales, Région et Agglomération, qui assurent le portage immobilier de l'opération via une SEM. Le reste du financement provient d'un fonds de dotation créé pour l'occasion, le D-Day Innovation Overlord Foundation, qui a déjà collecté six millions d'euros auprès de mécènes locaux et nationaux.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :