Lacroix Group ouvre avec succès son capital à ses salariés

 |   |  436  mots
1.256 collaborateurs ont souscrit au Plan d'Epargne Entreprise intégré au fonds « Lacroix Engagement », créé pour l'occasion par l'ETI familiale dont le capital est détenu à 70% par la famille Bédouin, à 25% par des actions Euronext et à 5% par des actions auto-contrôle dont 1,1% a été proposé aux salariés. Soit un volume de 40.000 actions.
1.256 collaborateurs ont souscrit au Plan d'Epargne Entreprise intégré au fonds « Lacroix Engagement », créé pour l'occasion par l'ETI familiale dont le capital est détenu à 70% par la famille Bédouin, à 25% par des actions Euronext et à 5% par des actions auto-contrôle dont 1,1% a été proposé aux salariés. Soit un volume de 40.000 actions. (Crédits : DR)
Fort de ses bons résultats économiques et grâce à un dispositif d'accompagnement sécurisés, Lacroix Group a convaincu 2 salariés français sur 3 de devenir actionnaires du groupe.

Implanté sur quatre continents, présent dans onze pays avec neuf usines et autant de bureaux d'études, l'équipementier technologique international, Lacroix group a ouvert son capital à l'ensemble de ses 4.000 salariés. Plus précisément aux 3.384 collaborateurs éligibles, soit 85% de l'effectif global. « C'était l'un des objectifs du plan stratégique 2016-2020 élaboré au lendemain du changement de gouvernance. Nous tenions à mieux associer les salariés à la performance de l'entreprise. Après de nombreuses opérations de croissance externe, nous voulions renforcer le sentiment d'appartenance au groupe. A travers cette ouverture de capital, nous avons aussi voulu transformer la relation à l'entreprise et sortir du simple rôle de patron et d'employé », justifie Nicolas Bedouin, directeur général délégué et vice-président Finance de Lacroix Group.

Dispositif d'abondement

Entre le 10 au 24 février dernier, 1.256 collaborateurs ont ainsi souscrit au Plan d'Epargne Entreprise intégré au fonds « Lacroix Engagement », créé pour l'occasion par l'ETI familiale dont le capital est détenu à 70% par la famille Bédouin, à 25% par des actions Euronext et à 5% par des actions auto-contrôle dont 1,1% a été proposé aux salariés. Soit un volume de 40.000 actions. Pour attirer le plus grand nombre et « ne pas mettre en danger l'investissement de salariés » peu accoutumés à ces pratiques, Lacroix Group a mis en œuvre un dispositif d'abondement visant à doubler la mise dans la limite de 500 euros.  Ce qui présente un investissement de plus de 560.000 euros pour le groupe. Encadrée par l'Autorité des Marchés Financiers, l'opération avait fixé le montant d'achat de l'action à 28 euros. Un mois plus tard, le coronavirus étant passé par là, celle-ci est tombée à moins de 19 euros. « Ce n'est évidemment pas une bonne nouvelle, reconnait Nicolas Bedouin, mais ce sont des placements de moyen terme bloqués pendant cinq ans. D'ici là...».

Forte participation

Confortés par une forte participation des salariés (66% en France, 45% en Allemagne, 43% en Espagne, 16% en Pologne...), les dirigeants de Lacroix Group n'excluent pas de renouveler l'opération au cours des trois à cinq ans. « Nous l'avions imaginé comme une opération unique, mais devant l'appétence pour ce type de dispositif, on va y réfléchir », observe le vice-président du groupe qui a réalisé un chiffre d'affaires de 481,6 millions d'euros, en progression de 2,8% pour l'exercice 2018/2019, avec des résultats nets et opérationnel en croissance de près de 30%. Au regard de l'activité enregistrée au premier trimestre (+7,6%), l'équipement technologique international table sur une croissance annuelle de 7%. Ce qui devrait lui permettre de franchir la barre symbolique des 500 millions d'euros de chiffre d'affaires.  Sauf coup du sort...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :