Nantes fait feu de tout bois sur la construction de bois

 |   |  370  mots
Le développement de la filière bois était l’un des engagements du Grand débat sur la transition énergétique.
Le développement de la filière bois était l’un des engagements du Grand débat sur la transition énergétique. (Crédits : DR)
Dans les Pays de la Loire, tous les indicateurs sont au vert pour construire et se chauffer au bois.

Trois mois après la décision prise de tripler la construction bois sur le territoire métropolitain, Nantes Métropole et l'association Atlanbois s'apprêtent à lancer, en octobre, un appel à manifestation d'intérêt (AMI) pour sélectionner des lieux et des opérations immobilières (logement, tertiaire...) susceptibles de favoriser l'utilisation du bois et des matériaux biosourcés. Les premières livraisons pourraient intervenir courant 2023.

C'était l'un des 33 engagements pris au lendemain du Grand débat sur la transition énergétique. L'ambition est d'atteindre 20 % de construction en bois (30 % lorsque la métropole est maître d'ouvrage) en 2025, contre 8 % en 2019. « C'est très insuffisant au regard des enjeux climatiques », affirme Nicolas Visier, délégué général d'Atlanbois, fondée il y a six ans pour soutenir et accompagner le développement de la filière. « Aujourd'hui, les forêts françaises absorbent 15 % du CO2, elles pourraient faire le double. C'est tout le paradoxe : plus on consommera de bois, plus on replantera et absorbera de CO2 », dit-il encore.

500 hectares et 1 million de tonnes de bois

Loin d'être la plus boisée, la région des Pays de la Loire, avec 367.000 hectares de forêts, se situe au quatrième rang français. « On a une réserve de 2 millions de tonnes, on pourrait récolter 700.000 tonnes supplémentaires », assure-t-il. Les replantations engagées suite à la déprise agricole ont permis de gagner 25.000 hectares. En 2018, les 300 hectares aidés pour la replantation devraient produire 560.000 tonnes de bois. On pourrait cette année monter à près de 500 hectares et 1 million de tonnes.

Reste à en avoir l'utilité. C'est tout l'enjeu de l'AMI et de l'association Atlanbois qui fait feu de tout bois afin de rencontrer, à Nantes, au Mans, à Angers..., les élus, les aménageurs, les opérateurs, pour inciter à la construction bois mais aussi à se chauffer au bois. Entre le tertiaire et l'agricole, 800 chaufferies existent sur le territoire. 80 projets ont été identifiés pour chauffer des Ehpad, des piscines, des établissements scolaires....

Reste à convaincre, avec des retours sur investissement sur dix, quinze ou vingt ans. Et la filière doit désormais faire face à la raréfaction des charpentiers et menuisiers... 56 % des entreprises se disent prêtes à embaucher.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/10/2019 à 15:58 :
560 000 T de bois sur 300ha, soit 1866T par ha.
Une coupe rase de feuillus permet de récolter 150 T de bois énergie (plaquette) et 160 T de bois d'oeuvre par hectare (moyenne chargée). Je pense que le chiffre avancé est cohérent non pas en 2018 sur les 300 ha plantés mais sur le cycle de révolution de 130 ans en accumulant les éclaircies de grume et les coupes de taillis pour cette surface... Ou alors c'est le volume global toutes essences et tous produits confondus récoltés sur la région en 2018 ?
Les chaufferies industrielles disposent de filtres performant rejetant moins de particules qu'un particulier. L'élément de pollution le plus sensible qui était la cible des communes (Paris ou la Vallée de Chamonix) ce sont les particules fines. A condition que le particulier ne brûle pas de déchets dans sa cheminée...
a écrit le 18/10/2019 à 12:05 :
Le bois !Construction de maison en bois ,ça coute moins cher que des moellons crepis et teintés dans la masse ,mais ça dure beaucoup moins longtemps ;Meme avec les lazures les plus cheres il faudra decaper et tout refaire tous les 10 ansalors qu'un enduit teinté dans la masse ne se degrade quasiment pas ;Le chauffage au bois !Pourquoi les grandes villes à l'instar de Paris ont elles interditent le chauffage au bois si écolo parait il !Parce que dans la fumée du bois comme celle du tabac il y a des composés trés dangereux pour la santé!Il y a le cancer du fumeur ,il y a aussi le cancer écolo du chauffage au bois ..........
Réponse de le 18/10/2019 à 18:29 :
Concernant les constructions en bois, vous mélangez ce qui relève de la structure et ce qui relève de la façade. Par ailleurs, les recherches en cours sur des bois modifiés en usine sont très prometteuses en terme de performance (durabilité, résistance, isolation, propriétés particulières comme la transparence, etc).
Pour le chauffage, polluant certes chez les particuliers, ce n'est pas le cas pour les centrales de chauffage urbain.
a écrit le 18/10/2019 à 12:02 :
Ben en Sarthe, la forêt couvre 60% , presque tout le monde a quelqu'un de sa famille qui possède son terrain avec son étang, par contre beaucoup de bois est perdu, il n'y a pas encore de système organisé pour l'utiliser.
Reste une utilisation à faire c'est la chaudière à cogénération bois, ne plus dépendre d'EDF, mais inabordables.
a écrit le 18/10/2019 à 9:30 :
On a simplement oublié la toxicité des fumées de combustion du bois qui nécessite au minimum d'en interdire l'usage pour le chauffage en agglomération.Confer Lubrizol.
Réponse de le 18/10/2019 à 12:08 :
Il existe des poêles a flamme bleue qui ne fument pas, mais on pourrait revoir le cycle complet de traitements avec gaz, goudrons, charbon de bois transformé en briquettes, passer de ressources à minerai.
a écrit le 18/10/2019 à 8:45 :
"Les replantations engagées suite à la déprise agricole ont permis de gagner 25.000 hectares"

Couper un arbre et en replanter deux à la place, avec ça on est tranquille on peut utiliser le bois.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :