« Notre savoir-faire est déclinable à d’autres secteurs qui fonctionnent avec des horaires atypiques », Marc Riedel (AUM Biosync)

Un peu plus de trois mois après avoir remporté le concours 10.000 startups pour changer le monde dans la catégorie IA et Data et avoir offert son prix à l’Œuvre des pupilles orphelins et fonds d'entraide des sapeurs-pompiers de France , Marc Riedel, PDG de la startup AUM Biosync et pompier volontaire, revient sur les ambitions de sa société et son engagement auprès d’eux. Interview.

3 mn

« Notre ambition est de sortir du temps impersonnel pour évoluer vers un temps plus humain et naturel, basé sur les rythmes biologiques individuels.» pour Marc Riedel, PDG de la startup AUM Biosync et pompier volontaire.
« Notre ambition est de sortir du temps impersonnel pour évoluer vers un temps plus humain et naturel, basé sur les rythmes biologiques individuels.» pour Marc Riedel, PDG de la startup AUM Biosync et pompier volontaire. (Crédits : DR)

Pouvez-vous présenter votre projet d'entreprise ?

MR : AUM signifie « Algorithmes Utiles et Maitrisés » et Biosync signifie « synchronisation biologique ». L'idée a été de développer et de fournir une technologie qui protège l'utilisateur et intègre les spécificités des métiers de pompiers (disponibilité 24h/24, rythme biologique, expérience...). Nous avons ainsi développé, à partir de 2016, des outils d'Intelligence Artificielle (IA), qui ont un impact métier. Nos algorithmes sont explicables, souverains (conçus et hébergés en France) et ils respectent la réglementation sur les données personnelles. Depuis 2019, nous commercialisons deux applications : OPTEAM, qui est destinée aux états-majors départementaux des services incendies. La deuxième, OPS READY, s'adresse aux utilisateurs individuels, en particulier les pompiers volontaires. Aujourd'hui, 15 000 à 20 000 sapeurs-pompiers sont concernés par nos solutions, ce qui représente 8 % des sapeurs-pompiers de France.

En quoi votre startup peut-elle changer le monde ?

MR : Nous pensons que c'est dans la durée que les choses peuvent évoluer. Notre idée est de personnaliser le temps de travail et de vie en fonction des besoins et des contraintes de chacun, tout en protégeant les données personnelles : certains sont plus efficaces le matin, d'autres sont plus endurants pour veiller la nuit, par exemple. Lorsque des services travaillent 24h/24, toute la semaine, les rythmes sont difficilement tenables et la gestion des plannings très complexe, mais le numérique permet de faciliter le fonctionnement de ces organisations et d'adopter une approche ergonomique du temps de travail et de vie Notre ambition est de sortir d'un temps devenu inhumain et proposer un temps personnalisé basé sur les rythmes biologiques individuels.

Quels sont vos projets en cours ?

MR : Depuis le concours, nous avons recruté trois personnes, toutes des femmes. Cela porte notre effectif à 19 personnes, dont 40 % de femmes. Et nous espérons continuer à progresser sur le plan de la parité. Par ailleurs, en partenariat avec l'École Centrale de Lyon, nous développons actuellement une troisième application, qui est en cours de test. Nous sommes également en passe de conclure notre première levée de fonds, accompagnés par le Fond à Impact STEVA de Jean Philippe Girard, dont le tiers du bonus réalisé est reversé à des œuvres humanitaires, et par APICIL.

Enfin, quelles sont vos perspectives de développement ?

MR : Notre savoir-faire est déclinable à d'autres secteurs qui fonctionnent avec des horaires atypiques (boulangerie, services postaux, hôpitaux...). Nous sommes en discussion avec certains acteurs pour élargir nos activités dans un futur proche. Nous avons également des ambitions à l'international, car les problématiques des pompiers français sont transposables à ceux du monde entier et nous pouvons y répondre. Toutefois, la crise actuelle rend plus difficile la prospection.



////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

AUM Biosync soutient l'Œuvre des pupilles orphelins et fonds d'entraide des sapeurs-pompiers de France  (ODP)

ODP

Pompier volontaire, Marc Riedel, PDG de AUM Biosync, connaît les risques de ce métier et a déjà été confronté à la mort de certains confrères. C'est donc tout naturellement qu'il a décidé de mettre en avant l'association qui assure la protection matérielle et morale des orphelins et des familles de pompiers décédés en service commandé ou non. « Dans les périodes difficiles, il faut faire preuve de soutien en faisant un geste. Si notre petite contribution peut aider aux dons, ce sera positif », affirme le dirigeant. Le budget de l'ODP provient majoritairement des dons et legs des particuliers. Au total, l'ODP prend en charge 1358 enfants issus de 887 familles. Pour 2020, 11 sapeurs-pompiers sont décédés en service commandé. Ils laissent 20 orphelins à la charge de l'ODP. Outre le soutien psychologique, elle accompagne les familles, notamment dans les parcours scolaires et les loisirs des enfants.

Pour plus d'information et pour faire un don : https://don.odp-pompiers.fr/odp-latribune

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.