Fin de partie pour l'ancien patron emblématique de Nintendo

 |   |  575  mots
Hiroshi Yamauchi est décédé la nuit dernière à l'âge de 85 ans.
Hiroshi Yamauchi est décédé la nuit dernière à l'âge de 85 ans. (Crédits : Reuters)
Hiroshi Yamauchi s'est éteint la nuit dernière à l'âge de 85 ans. Il restera comme celui qui a fait du jeu vidéo, un loisir planétaire, et de Nintendo, la référence du secteur.

Surnommé "Mother Brain", à cause de sa volonté de tout contrôler - comme l'un des méchants du jeu de plate-forme Métroid commercialisé en 1986 par Nintendo - Hiroshi Yamauchi  est décédé ce jeudi 19 septembre à l'âge de 85 ans. Il est celui celui qui a fait de Nintendo un acteur de référence dans le monde des jeux vidéos.

Il transforme Nintendo en une machine de guerre

Hiroshi Yamauchi n'a que 22 ans lorsqu'il est nommé à la tête de l'entreprise familiale en 1949. Lancé en 1889, Nintendo est alors une société prospère qui commercialise des cartes de jeux. "Il n'y avait personne d'autre que moi pour reprendre le flambeau. Avais-je donc le choix ?", expliquait-il de son vivant.  C'est pourtant lui qui va en faire une machine de guerre.

En 1983, Nintendo lance sa première console de de jeu vidéo : la Famicon. Elle s'écoulera à 60 millions d'exemplaires dans le monde entier. Le secteur du jeu vidéo n'en est alors qu'à ses premiers pas et celle-ci est d'abord uniquement commercialisée au Japon.

La console débarque ensuite aux États-Unis en1985 puis en Europe l'année suivante (où elle est commercialisée sous le nom de NES). Le succès est phénoménal. Car ce qu' Hiroshi Yamauchi avait compris avant les autres, c'est que les ventes des consoles étaient tirées par le succès des jeux et qu'il fallait donc mettre le paquet sur ces derniers. Le premier épisode de la série des Super Mario, un plombier moustachu en salopette rouge, sort en 1985 et se vend comme des petits pains. Rebelote avec Zelda et Metroid en 1986.

Il achète une franchise de Base-ball aux Etats-Unis

A la fin des années 1980, alors que le Japon est encore en plein boom économique, Nintendo est l'entreprise la plus rentable du pays, devant Toyota. Multi-milliardaire, Hiroshi Yamauchi ne se refuse rien. Fan de baseball, il achète en 1992, via Nintendo, la franchise des Mariners de Seattle aux États-Unis.

Et le succès va se prolonger avec la sortie en 1989 de la Game Boy, puis de la Super Nintendo en 1993. Cette dernière accouche également de blockbusters qui sont encore aujourd'hui des références dans le monde du jeu vidéo : Street Fighter II, Donkey Kong Country, et même les premiers Final Fantasy, Dragon Quest, Star Fox... Nintendo est alors à son apogée et Hiroshi Yamauchi, un entrepreneur connu et reconnu dans le monde entier.

Une fortune estimée à 6,4 milliards d'euros en 2009

L'arrivée de la Plasytation au milieu des années 1990 vient contester l'hégémonie de sa firme. Hiroshi Yamauchi remet ses troupes en ordre de bataille et elles répliquent avec la Nintendo 64 en 1996. Celle-ci ne démérite pas mais n'égale pas les ventes de la console de Sony. Nintendo sortira ensuite tour à tour la Game Boy Pocket, la Game Boy Light, la Game Boy Color. Puis, au début des années 2000, Nintendo commercialise encore la Game Boy Advance et la Game Cube. Mais le vent a tourné, c'est désormais la Playstation qui est la référence des consoles de salon.

En 2002, Hiroshi Yamauchi se retire et passe la main. C'est un comité de direction chapeauté par Satoru Iwata qui le remplace. En 2009, le magazine Forbes estimait la fortune de "Mother Brain" à 6,4 milliards d'euros.

>> Nintendo aurait volé l'idée du plateau de la Wii Fit à une kiné française

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/02/2014 à 12:04 :
Dans cet article ne sont abordés que les travaux de yamauchi or il a laissé la main à iwata avant qu'elle ne sorte, normal que l'on en parle pas ;)
a écrit le 20/09/2013 à 8:30 :
Et la Wii, alors ? Encore un article écrit par un stagiaire qui ne coûte pas cher.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :