Angela Ahrendts, la future ex-patronne de Burberry qui a succombé à l'appel d'Apple

 |   |  678  mots
Angela Ahrendts a converti Burberry au marketing digital
Angela Ahrendts a converti Burberry au marketing digital (Crédits : Reuters)
Cette quinquagénaire, qui a redressé la vieille marque de luxe anglaise notamment en la convertissant au marketing digital, va prendre en charge les ventes de la marque à la pomme.

Adieu trenchs, bonjour smartphones ! La directrice générale de la marque de luxe Burberry,  Angela Ahrendts, quitte le secteur du luxe pour celui des terminaux électroniques: elle vient en effet d'être débauchée par Apple, comme l'a annoncé The Business of Fashion ce mardi. Au printemps 2014, elle quittera donc Londres pour les États-Unis afin d'assurer la vice-présidence de la marque à la pomme.

Ce matin à l'ouverture de la Bourse de Londres, la révélation de ce départ surprise a provoqué une chute de 6% du titre Burberry.

Une première partie de carrière dans l'habillement

Angela Ahrendts traverse l'Atlantique pour prendre la direction du commerce de détail et de la vente en ligne des produits Apple. Son supérieur direct ? Tim Cook, le n°1 de la société.

"Elle partage nos valeurs et notre priorité pour l'innovation et elle met la même emphase que nous sur l'expérience du consommateur" a déclaré ce dernier.

Née dans l'Indiana en juin 1960, cette executive woman de 53 ans a suivi ses études à la Ball State University dont elle est ressortie diplômée en marketing. Jusqu'à ce jour, elle avait concentré sa carrière dans le milieu de l'habillement. Ainsi, elle a d'abord été présidente de la société Donna Karan International puis vice présidente exécutive d'Henri Bendel entre 1996 et 1998.

Elle poursuit sa carrière à la vice-présidence exécutive de Liz Clairborne Inc, l'un des leaders du prêt-à-porter outre Atlantique, pour finalement atterir chez Burberry en 2006. En l'espace de huit ans, elle a fortement contribué à moderniser l'image de la vieille marque anglaise. "Ahrendts a transformé l'entreprise en un géant du luxe avec une forte croissance sur les marchés émergents, des activités en ligne remarquables et des ventes solides" estime Ishaq Siddiqi, analyste des marchés financiers pour ETX Capital. Entre 2006 et 2013, le chiffre d'affaires annuel de Burberry est passé de 850 millions de livres à 2 milliards (soit 2,363 milliards d'euros) et le cours de l'action a été multiplié par plus de trois.

Artisan de la stratégie digitale de Burberry

Pour y parvenir, la quinquagénaire a non seulement restructuré l'activité de Burberry mais aussi bâti sa stratégie digitale. Lors d'une interview accordée aux Echos au début de ce mois, elle expliquait que ce choix avait été fait car la marque au célèbre trench cible prioritairement les jeunes:

"Nous avons décidé de viser les 'millenium', nous devons donc être en avance sur le digital, sinon nous ne parlerons pas leur langage" expliquait-elle alors. Et d'ajouter:

"Nous donnons la priorité au mobile. Tous les shootings photo de Mario Testino sont d'abord conçus pour être vus sur les téléphone et les tablettes, et déclinés ensuite pour les vitrines des boutiques. Depuis cinq ans, 40% de nos investissements marketing et communication vont au digital".

Il n'est pas si étonnant qu'Angela Ahrendts ait retenu l'attention d'Apple. L'entreprise de Cupertino a d'ailleurs déjà débauché dans le secteur du luxe en engageant en juillet dernier Paul Deneve, ancien directeur général d'Yves Saint Laurent (YSL). Steve Jobs lui-même avait pris la décision de s'inspirer du modèle économique des enseignes de luxe: une intégration verticale afin de contrôler au maximum les bénéfices et l'image.

Elle a gagné 16,9 millions de livres en 2012

On ignore encore quelle sera la rémunération d'Angela Ahrendts chez Apple. Reste que selon une étude du cabinet de conseil MM&K, elle est l'une des très rares femmes à la tête d'une entreprise du FTSE-100, et a été l'an dernier la dirigeante la mieux payée des entreprises de l'indice vedette avec 16,9 millions de livres de rémunération globale.

Burberry devant continuer sa route sans elle, c'est Christopher Bailey, actuel directeur de la création, qui prend sa suite. Il s'est dit "profondément ému et honoré" d'être propulsé à la tête du groupe et entend continuer de miser sur la créativité et l'innovation.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/10/2013 à 13:50 :
Bingo ! La dame qui, d'une marque de luxe classieuse, a réussi à la faire descendre dans le métro (faudra que j'aille voir si on ne trouve pas, maintenant, des serpillières Burberry's...), est recrutée (probablement sans réduction d'émoluments) par Apple. A y bien réfléchir, "ça fait sens"...
a écrit le 16/10/2013 à 13:16 :
Attention aux traductions mot pour mot... "digital" en Anglais se traduit correctement par "numérique" en Français !
a écrit le 16/10/2013 à 12:14 :
C'est pour une demande en mariage, si vous pouvez faire suivre à 'intéressée, merci d'avance !
Ha oui et si elle peut remplacer flanby à l?Élysée serait un plus, je serais son homme d'honneur !
a écrit le 16/10/2013 à 12:08 :
Vive l'innovation... marketing!
Réponse de le 16/10/2013 à 13:30 :
Comme ci Apple n'etait pas qu'un pdt marketing! ha oui j'entend deja "c'est pas vrai", "iphone est plein d'innovation", etc... ben voyont

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :