Bitcoins : une vraie planche à ...brûler de l'électricité

Pour fonctionner le système de monnaie virtuelle Bitcoin mobilise beaucoup de ressources informatiques, elle-mêmes très gourmandes en énergie. Une consommation multipliée par 100 depuis le mois d'avril.

2 mn

Le système Bitcoin fonctionne grâce à une série d'opérations informatiques appelées minage et inscrite dans un journal virtuel baptisé chaîne de blocs.
Le système Bitcoin fonctionne grâce à une série d'opérations informatiques appelées "minage" et inscrite dans un journal virtuel baptisé chaîne de blocs. (Crédits : Reuters)

Les pièces de bitcoins ont beau être virtuelles, les "frapper" à un coût. Et il est de plus en plus élevé. Pour s'en faire donner une idée, au cours des dernières vingt-quatre heures, ce système monétaire alternatif a consommé autant d'électricité que la France le 7 février 2012, quand par une froide soirée d'hiver, sa consommation atteignait le pic historique de 102.000 mégawatts/heure

Miner, ce n'est pas donné

Ce chiffre provient d'une estimation réalisée par l'un des sites fournissant des portefeuilles de bitcoins. Il est établi en calculant la consommation d'énergie des opérations informatiques permettant de donner vie au système: l'enregistrement et la vérification des transactions également appelés "minage". Or, chaque transaction est consignée dans un journal virtuel baptisé "chaîne de blocs" qui doit être téléchargé dans sa globalité par les participants qui veulent "miner". Depuis le lancement du système en janvier 2009, ce fichier grossit donc sans arrêt. 

>> Bitcoin: pour comprendre le fonctionnement du système

L'économiste nord-américain Alex Tabarrok signale sur le site Marginal Revolution qu'avec la flambée du cours du bitcoin, ces opérations coûtent en conséquence de plus en plus cher. Il rappelle ainsi: 

" En avril, quand les bitcoins s'échangeaient environ 100 dollars, la consommation d'électricité des 'mineurs' de bitcoins atteignait le niveau stupéfiant de 1000 mégawatts/heure par jour, assez pour fournir de assez pour fournir de l'énergie à 31.000 foyers américains."

100.000 fois plus cher qu'en avril

Cela représentait également 150.000 dollars par jour, en prenant en compte le tarif moyen de 15 cents par kilowatt-heure et sur la base de 650 watts consommés par opération de minage.

Huit mois plus tard, suivant ces estimations, ce coût a été multiplié par… 100 ! Au 3 décembre 2013, le coût en électricité estimé par la plateforme précédemment citée Blockchain pour le minage est en effet de 15,3 millions de dollars au cours des 24 heures précédentes. Un coût global supporté par chaque internaute qui participe aux opérations de minage. Entre temps, le cours du Bitcoin a lui aussi explosé, dépassant la barre des 1.000 dollars fin novembre.

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 5
à écrit le 05/12/2013 à 0:11
Signaler
Effectivement l'article est basé sur des chiffres qui ne sont plus les bons. La page à laquelle il est fait reference indique une conso de 650 watt par gigahash, alors que les asics sont en dessous de 1 watt par gh ... Soit 650 fois moins qu'indiqué ...

à écrit le 04/12/2013 à 23:11
Signaler
Bien sauf que les chiffres sont faux ! Les chiffres de Blockchain.info sont basé sur la consommation en électricité d'ordinateurs. Or depuis les 6 derniers mois de nouvelles machines ont innondé le marché (des Asics) Ces machines génèrent bien plus...

à écrit le 04/12/2013 à 14:05
Signaler
Parce que, peut-être, les monnaies "réelles" (enfin, si l'on ose dire, puisqu'elle ne reposent plus sur rien et sont donc quasiment aussi virtuelles que le bitcoin qui a au moins le mérite d'éviter le système bankster) ne consomment pas énormément d'...

à écrit le 04/12/2013 à 11:34
Signaler
Question à laquelle l'auteur n'a pas répondu : au rythme actuel, à quel moment l'énergie dépensée pour gérer ce système deviendra non négligeable par rapport à la consommation mondiale (prenons 6% par exemple) ? Suggestion : ne serait-ce pas là la p...

à écrit le 03/12/2013 à 19:59
Signaler
De l'avatar du moribond Second Life, qui paraît-il consommait autant qu'un Algérien, au bitcoin, le virtuel n'a pas fini de vampiriser le réel!

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.