Arnaud Montebourg attaque le site Booking en justice, le groupe se défend

 |   |  451  mots
En novembre, le gouvernement avait déjà assigné en justice le groupe Expedia, dont les contrats comportaient des clauses entravant significativement la liberté commerciale et tarifaire des hôtels. Reuters
En novembre, le gouvernement avait déjà assigné en justice le groupe Expedia, dont les contrats comportaient des clauses "entravant significativement la liberté commerciale et tarifaire des hôtels". Reuters (Crédits : reuters.com)
Le ministre de l'Economie assigne le groupe de réservation d'hôtels en ligne devant le tribunal de Commerce. Il dénonce l'illégalité de certaines clauses qui empêchent les hôteliers de fixer librement leurs tarifs.

Le ministre français de l'Economie, Arnaud Montebourg, a annoncé mardi engager une action contentieuse contre le groupe Booking pour "mettre fin aux déséquilibres" dans les relations entre les centrales de réservation et les établissements hôteliers.

En croisade contre la concurrence "inégale"

En novembre, le gouvernement avait assigné en justice le groupe Expedia, dont les contrats comportaient des clauses entravant significativement la liberté commerciale et tarifaire des hôtels, précise le ministère dans un communiqué. Et d'ajouter :

"Les services de la direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes ayant mis en évidence l'existence de clauses similaires dans les contrats du groupe Booking, les sociétés du groupe viennent d'être assignées à comparaître devant le tribunal de commerce de Paris par le ministre de l'Economie"

Les clauses figurant dans les contrats de Booking interdisent notamment aux hôteliers de proposer directement aux consommateurs des tarifs plus attractifs que ceux qu'il propose sur son site, ajoute le ministère. 

"Cette plainte va dans le bon sens. Une autre solution pourrait consister à interdire ces clauses par la loi", a réagi dans un communiqué le groupement national des indépendants (GNI) qui regroupe les syndicats de l'hôtellerie, la restauration et les cafés Synhorcat, CPIH et Fagiht.

La démarche juridique du gouvernement "devrait contribuer à clarifier les relations entre les hôteliers et les centrales de réservation", estiment de leur côté l'Umih, la principale organisation patronale de l'hôtellerie, et le Groupement National des Chaînes Hôtelières (GNC).

Booking défend "une relation de confiance mutuelle"

Au lendemain de cette annonce, le groupe de réservations hôtelières en ligne Booking.com a affirmé respecter "les règles commerciales en vigueur".

"La relation entre Booking.com et ses établissements partenaires est basée sur une relation de confiance mutuelle", a réagi la plateforme dans un communiqué. Et d'ajouter :

"La démarche entreprise par le ministère de l'Economie, dont les motifs portent essentiellement sur l'équilibre des relations commerciales de Booking.com avec ses partenaires, est par conséquent une occasion de démontrer de manière objective que Booking.com est pleinement respectueux des règles commerciales en vigueur."

L'opérateur fait savoir par ailleurs que l'assignation en justice annoncée mardi par Arnaud Montebourg "a été requise par l'ancien ministre de l'Economie Pierre Moscovici, le 21 février 2014" et qu'elle "ne concerne pas Booking.com spécifiquement mais un ensemble plus large d'opérateurs de la réservation en ligne" dont son concurrent Expedia.

 

Article mis à jour le 28/05 à 13h18 avec la réponse de Booking.com. 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/05/2014 à 13:50 :
Autre chose : à l'échelon de la France, le montant des commissions payées aux centrales de réservation en ligne est estimé à 2 milliards d'euros ! Ce sont 2 Mds de moins pour l'emploi local, les investissements locaux. C'est aussi 660 millions d'euros d’impôt sur les société en moins. Pour des sociétés qui sont basées à l'étranger et par des montages fiscaux habiles ne payent pas d'impôts dans les pays où est réalisé le chiffre d'affaires. Qui pensait que le tourisme était non délocalisable ?
a écrit le 30/05/2014 à 13:45 :
Ce n'est pas tant le succès de ces grandes centrales que les conditions qu'elles imposent à leurs "partenaires" hôteliers qui posent problème. Si les hôteliers réagissent aujourd'hui c'est que la situation est devenue insupportable. Dans ces conditions est-ce une relation partenariale que de faire des profits mirobolants (28% résultat net sur chiffre d'affaires pour Priceline, maison mère de Booking en 2013) et d'étouffer la visibilité sur internet des établissements ? Les quasi monopoles correspondent à des situations de déséquilibre qui appellent à des adaptations. Le mouvement FairBooking se nourrit de ce déséquilibre, c'est associatif, à but non lucratif et vise à offrir aux consommateurs avertis une alternative aux grandes centrales. C'est un bon plan responsable car vous bénéficiez d'une réduction de 5 à 10% sur le prix de la chambre (on se partage la commission non payée à un intermédiaire) et cela induit une relocalisation de capitaux qui viennent nourrir l'économie touristique locale en favorisant l'emploi et les investissements locaux nécessaires à l'évolution des établissements.
a écrit le 29/05/2014 à 13:19 :
Le saviez vous ?
Des hôteliers ont crée le site fairbooking
Il est actuellement en refonte.
Le principe : L'hôtelier offre un avantage au client qui fait le choix de l'acte responsable en réservant en direct.
a écrit le 28/05/2014 à 12:25 :
Au risque de passer pour 1 illuminé, pourquoi les hôteliers ou les groupements d'hôteliers ne créés pas une Co-entreprise ayant pour but de construire des sites de réservations concurrents de booking?
Réponse de le 28/05/2014 à 14:02 :
Parce que booking paye des millions d'euros à Google pour le referencement et que nous, hôteliers, nous ne sommes pas capable de rivaliser... On le tente cependant comme avec www.roomkey.com... mais le chemin est très long !
Réponse de le 29/05/2014 à 13:18 :
En plus de roomkey, le site fairbooking a été crée par des hôteliers.
Il est actuellement en refonte.
Le principe : L'hôtelier offre un avantage au client qui fait le choix de l'acte responsable en réservant en direct.
Mais, on ne joue pas à armes égales : Booking dépense 600 000€ par jour rien que pour google !
a écrit le 28/05/2014 à 12:13 :
Les "forces de progrès", disent-ils.
sacrément passéistes, les "forces de progrès" !
Amazon, Ryanair, la e-cigarette...
C'est nouveau, çà marche : A bloquer vite fait.
Comme disait la version française de Don Quichotte et de ses moulins
"Impossible, Monsieur ; mon sang se coagule
En pensant qu’on y peut changer une virgule."
Maintenant, c'est la France qui se coagule.
a écrit le 28/05/2014 à 11:28 :
D'ici trente ans la presse papier ne sera plus de ce monde (comme je précise) ... idem pour les allumeurs de réverbérés il y a 100 ans .... je ne comprends cette négation des réalités .... la peur n'évite pas le danger !!!!!!!! .... les centres villes auront disparus .... Merci le monde politique .... vous trouverez des banques, des assurances .... et autres services immatériels .... on ne veut plus de livraisons .... même les coqs dérange maintenant à là campagne


Monsieur DE MONTEBOURG à vous de regarder les choses en face !!!!!!!!!!!!!!!!!!
Réponse de le 28/05/2014 à 20:40 :
N'est ce pas vous qui vous plaindrez du prix pratiqué dans les hotels, lorsque vous y séjournez?
Pourtant, il intégrera les 17-20-30 % de commissions , qu'on est censé considérer comme inelectuctable
a écrit le 28/05/2014 à 10:55 :
Sur ce coup il a raison :plateforme internet commune jamais au prix de départ , numéro surtaxé ou on lambine avant d'avoir des prix encore plus élevés.
Réponse de le 28/05/2014 à 11:32 :
Je me connecte en WIFI gratos je précise .... et je ne paye rien pour les réservations !
Réponse de le 28/05/2014 à 13:24 :
C'est mieux un réceptionniste qui prend la réservation sur une ligne qui n'est pas un numéro spécial ou un site internet propre à l'hôtel.
a écrit le 28/05/2014 à 10:54 :
Je passe mes vacances à l’étranger .... et mes réservations sur internet .... alors Arnaud peut se faire f..... !
Réponse de le 28/05/2014 à 20:35 :
ET vous vous faites soigner à l'étranger?
Et vos enfants vont à l'école à l'étranger?

Continuez à donner votre argent à des sociétés basées à l'étranger, qui nourissent les actionnaires, au détriment des hôteliers, et se contrefichent des clients.
Avez vous déjà pris le temps de vérifier, comparer les prix, ou économies annoncées?
a écrit le 28/05/2014 à 10:43 :
C'est incroyable .... pourquoi les hôteliers n'ont pas crée leur site (trop C.... pour ça)..... croyez vous qu'Arnaud soit le zoro de l'affaire .... je ne pense pas !!!!!!!!!!!!!!!
a écrit le 28/05/2014 à 10:38 :
bien fait pour eux : ils n'avaient qu'à choisir un nom made in france
Réponse de le 28/05/2014 à 20:33 :
Vous parlez de booking?
Malheureusement, il faudraitvraiment être idiot pour créer ce type de société en France. Mieux veut s'installer là où la fiscalité est plus favorable
a écrit le 28/05/2014 à 9:11 :
Ah bon, il a laissé tombé l'affaire Alsthom, mon dieu quel homme providentiel !
a écrit le 28/05/2014 à 9:00 :
C'est vrai que c'est important comme sujet...pitoyable !
Réponse de le 28/05/2014 à 20:31 :
oui c'est important, car nous souffrons depuis 3-5 ans .
a écrit le 28/05/2014 à 8:53 :
Il ferait mieux de s.occuper de l'economie française au lieu de se faire de la pub en faisant un coup par ci un coup par la
Réponse de le 28/05/2014 à 9:53 :
En même temps, il ne sait rien faire d'autre que gesticuler. Ce type n'a jamais (vraiment) bossé de sa vie, c'est pas maintenant qu'il va commencer...
Réponse de le 28/05/2014 à 20:30 :
-Tenter de limiter les montants astronomiques de commissions qui partent à l'étranger , sans ou quasi sans taxe en France, n'est pas s'occuper de l'économie française?
-Nous aider à redevenir indépendants, c'est plus de bénéfice, et plus d''IS , n'est pas s'occuper de l'économie française?
-Nous aider à pouvoir recruter, investir, n'est pas s'occuper de l'économie française?
a écrit le 28/05/2014 à 8:40 :
Heureusement que L'Etat est la pour remettre au pas le monde du privet et s'attaquer aux lois du marche qui génèrent chaos et injustice. Installons l’échafaud sur la place de greve Citoyens!
Réponse de le 28/05/2014 à 9:31 :
Et les premiers à y passer seront les nullos en orthographe, ils le méritent amplement. Privet et publik ?
Réponse de le 28/05/2014 à 10:21 :
Desolé pour la coquille!
Réponse de le 28/05/2014 à 20:26 :
Oui
a écrit le 28/05/2014 à 8:34 :
voyageant beaucoup, je vous confirme que ebooking n'est vraiment plus le moins cher comme ils le prétendent et de mleilleurs prix peuvent souvent être obtenus en direct. Ils abusent de leur carnet d'adresse et de leur puissance numérique.
Réponse de le 28/05/2014 à 8:58 :
Des prix plus chers. Mais c.est encore la preuve de l'inadaptation de la France a l'economie mondiale. Qu'il diminue les charges des entreprises ce petit ministre ! Ce sera plus efficace que de tuer un vecteur du tourisme en France. Et de plus les gens passerons par Vénère ou un autre site. Monte bourg est constant : il est nul et oublie de s'occuper de la relance de l'economie
Réponse de le 28/05/2014 à 20:25 :
Les meilleurs prix sont effectivement ceux que l'on obtient en réservant en direct.

En limitant la part de réservations passant par ces sites, et donc la part de commisions, c'est une manière de diminuer nos charges.

Les agences en ligne ne sont pas un vecteur du tourisme, mais des sangsues se positionnant entre le client et l'hôtelier.
Ils ne créent pas la demande .
a écrit le 28/05/2014 à 8:32 :
@ Gub. NON ne quittons pas ce pays Allah main des marxistes et de ses larves à la pensée unique, mais chassons les du pouvoir par la force tout en remettant à la mode les charrois vers les places publiques.
a écrit le 28/05/2014 à 8:19 :
Vite, quittons ce pays communiste OU reprenons le pouvoir!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :