Avec AirGig, AT&T teste le très haut débit sans fil à bas coût

 |   |  312  mots
Cette technologie repose sur des antennes à bas prix installées au sommet des poteaux électriques.
Cette technologie repose sur des antennes à bas prix installées au sommet des poteaux électriques. (Crédits : DR)
L’opérateur américain a indiqué mardi qu’il développait une technologie permettant un accès ultrarapide à Internet grâce à des antennes déployées le long des lignes électriques.

Elle pourrait bien servir de standard à la prochaine génération de réseaux mobiles 5G. L'opérateur de télécommunications américain AT&T a annoncé mardi avoir réussi à développer une technologie qui permettrait un accès ultra rapide à internet. Celle-ci repose sur des antennes à bas prix installées au sommet des poteaux électriques. Cette technologie, qui est encore en phase expérimentale dans un laboratoire du groupe, sera ainsi plus facile et moins chère à déployer que la fibre optique, affirme le groupe américain dans un communiqué.

Elle permettrait de baisser considérablement le coût d'accès à l'internet à très haut débit sans fil, assure encore AT&T. Son débit pourrait aller jusqu'à "plusieurs gigabits", contre seulement 300 mégabits maximum par exemple actuellement pour la 4G. Baptisée "Project AirGig", cette technologie, qui dispose de plus d'une centaine de licences, devrait être testée sur le terrain dès 2017. "Project AirGig a un potentiel énorme pour transformer l'accès global à internet", assure John Donovan, un des responsables d'AT&T, cité dans le communiqué.

Une technologie utile pour l'IoT

AT&T espère ainsi être le premier opérateur à développer une technologie qui servirait de standard à la 5G, destinée à répondre aux multiples besoins de demain. Des experts estiment qu'à l'horizon 2030, des centaines de milliards d'objets connectés, des voitures autonomes, la réalité augmentée et virtuelle, des vidéos toujours mieux définies seront utilisés quotidiennement par des milliards de personnes. Tout ceci nécessiterait la création d'un réseau mobile pouvant supporter une telle charge. "Les résultats que nous avons obtenus de nos expériences à l'extérieur (...) ont été encourageants, quand on pense particulièrement au fait que nous regardons désormais vers la 5G", a souligné John Donovan.

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :