Apple enterre l'iPod nano et l'iPod shuffle

 |   |  439  mots
En septembre 2010, Steve Jobs présentait une nouvelle version des iPod nano et shuffle. Sept ans plus tard, la firme à la pomme a annoncé qu'elle cessait la commercialisation de ses deux produits.
En septembre 2010, Steve Jobs présentait une nouvelle version des iPod nano et shuffle. Sept ans plus tard, la firme à la pomme a annoncé qu'elle cessait la commercialisation de ses deux produits. (Crédits : Reuters Robert Galbraith)
L'entreprise américaine à la pomme a annoncé jeudi qu'elle cessait de commercialiser deux versions de son baladeur numérique: l'iPod nano et l'iPod shuffle. Lancés en 2005, les deux modèles faisaient face, ces derniers temps, à la concurrence des smartphones. Ce qui leur a été fatal.

Apple a annoncé jeudi la fin de la commercialisation de deux de ses produits qui ont un temps fait la gloire de la firme: l'iPod nano et l'iPod shuffle. Ces deux versions dérivées du célèbre iPod Classic avaient été créées pour attirer un public plus jeune avec des prix plus attractifs que la version originelle.

 "Aujourd'hui, nous simplifions notre gamme d'iPod en conservant deux modèles d'iPod touch [différentes capacités de stockage] et nous arrêtons l'iPod shuffle et l'iPod nano" a indiqué Apple à l'AFP.

L'iPod nano est une version plus petite de l'iPod originel, avec une moindre capacité de stockage mais disposant aussi d'un écran et de la molette de sélection, rendue célèbre par l'iPod. Au fil des années, le modèle avait évolué et son écran avait grandi, faisant peu à peu disparaître la molette cliquable.

L'iPod shuffle, quant à lui, ne possédait pas d'écran mais disposait de la fameuse molette cliquable. Il ne proposait que de la lecture de morceaux de façon aléatoire, d'où son nom shuffle (mélanger, ndlr).

Si ces deux modèles ont d'ores et déjà disparu du site Internet d'Apple, l'iPod touch est parvenu à se maintenir pour encore quelques temps. Ce dernier est le seul iPod à pouvoir se connecter à Internet via le wifi et reprend le design de l'iPhone avec un grand écran tactile.

La concurrence des smartphones invoquée

Depuis plusieurs années déjà, Apple avait prédit que les ventes d'iPod diminueraient progressivement en raison de la démocratisation des smartphones, permettant, entre autres, d'écouter de la musique mais aussi proposant des services de streamng. Pour éviter de perdre ce marché, Apple n'avait pas hésité à lancer, dès 2007, son iPhone pour permettre à ses clients de bénéficier de l'interface de l'iPod tout en bénéficiant d'autres fonctionnalités propres à la téléphonie (appels, SMS) ou encore l'accès à Internet.

Les ventes d'iPod avaient atteint leur apogée en 2008 puisqu'elles représentaient un gain de 9,2 milliards de dollars (7,85 milliards d'euros) et 35 % du chiffres d'affaires du groupe contre seulement 1,9 milliard de dollars (soit 1,6 milliard d'euros) pour le nouveau-né de l'époque: l'iPhone.

En comparaison, l'année dernière, l'iPhone a généré un revenu de près de 136 milliards de dollars (soit 116 milliards d'euros) alors que dans le même temps, les ventes d'iPod ne cessaient de chuter. D'ailleurs, depuis janvier 2015, la firme, sise à Cupertino, a décidé de ne plus évoquer les chiffres des ventes de son baladeur, lors de la publication de ses résultats financiers.

(Avec agences)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/07/2017 à 15:57 :
Ils pourraient aussi arrêter de commercialiser les iphones et arrêter de nous prendre pour des pigeons ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :