Metabsorber, cette startup qui révolutionne la lutte contre le bruit

Issue des travaux de recherche du laboratoire Femto-ST, à Besançon, Metabsorber propose une innovation de rupture avec des solutions technologiques pour améliorer la qualité de l’environnement sonore.

4 mn

(Crédits : METABSORBER)

Aliyasin El Ayouch fait partie de ces chercheurs qui trouvent... n'en déplaisent à Charles de Gaulle ! Ses premiers travaux sur les métamatériaux acoustiques - des matériaux artificiels qui peuvent modifier la propagation des ondes - ont commencé en 2012. La capitale de la Franche-Comté est alors en plein travaux pour la réalisation de son tramway. La collectivité s'intéresse de près à ces recherches, en écho aux perturbations sonores que provoquent ces chantiers. Un million d'euros de fonds publics ont été investis depuis le début de l'aventure par les collectivités, l'université de Franche-Comté et le CNRS afin de booster la maturité technique et technologique des solutions. Le jeune chercheur, issu du laboratoire Femto-ST (Franche-Comté électronique mécanique thermique et optique - sciences et technologies, UMR 6174) de Besançon, développe une technologie unique au monde qui permet de transformer n'importe quelle matière, bois, métal, plastique, verre, pierre, en métamatériaux, véritables pièges à son, le bruit se retrouvant absorbé et confiné à l'intérieur même du matériau.

Aliyasin El Ayouch qui se définit comme un chercheur-entrepreneur, fonde avec deux collègues, Metabsorber, en 2015. « Après ma thèse de doctorat en sciences de l'ingénieur, j'ai saisi l'occasion d'investir mes travaux de recherche vers des applications concrètes dans la société, sur une problématique très répandue, celle du bruit », confie-t-il.

Des applications multiples

Jusqu'à présent, l'isolation acoustique passait exclusivement par l'utilisation de matériaux absorbants connus pour leurs propriétés intrinsèques (mousse, laine de roche...). L'innovation de Metabsorber donne cette faculté à n'importe quel matériau, même le plus résonnant, d'en faire des capteurs de bruit très efficaces. Les applications sont multiples : les murs, les plafonds, mais aussi toutes sortes de meubles, de surfaces, peuvent devenir ainsi des capteurs de bruit très efficaces. Pour l'instant, la startup se focalise sur le marché du bâtiment car ses premiers partenaires se situent dans ce secteur. « Nos solutions intéressent aussi bien les grands groupes de constructions neuves que les PME », confie Aliyasin El Ayouch. Par exemple, pour des solutions en bois. Ce matériau pris dans son état brut n'est pas forcément connu pour ses propriétés particulièrement isolantes - même si quelques variétés de bois comme le liège peuvent amortir ou absorber certains bruits - « Notre technologie permet, à travers des usinages et des mises en forme particulières du bois, de le rendre absorbant, y compris sur des gammes de fréquence très basses », précise Aliyasin El Ayouch. À cela s'ajoutent des capacités de conception et de design. « On peut vraiment choisir les géométries et les formes que l'on souhaite donner au matériau. Cela peut être un atout pour des cabinets d'architectes qui aimeraient intégrer des designs plus esthétiques ou plus modernes », complète le chercheur.

Des accords signés avec des industriels du bâtiment

À moyen terme, Metabsorber vise d'autres marchés concernés par les nuisances sonores, tels que les transports, l'aéronautique ou l'industrie, voire même celui de la Défense avec des applications furtives. Tout en développant en parallèle ses propres solutions, la société a développé des partenariats avec des industriels de la région pour fabriquer ses produits et les commercialiser à partir de cette année. Notamment avec trois industriels, dans le domaine du bois, de l'extrusion PVC et de solutions à faible densité en polystyrène, ainsi qu'avec une entreprise de fabrication d'aluminium. Un accord de licence exclusive pour l'exploitation de deux brevets a été signé avec la SATT Sayens, (Société d'Accélération du Transfert de Technologies), qui vise à maximiser l'impact socio-économique des résultats de la recherche académique.

Aliyasin El Ayouch rêve de voir un jour se construire des immeubles entiers avec du mobilier urbain, qui absorberaient tout l'acoustique d'une ville, grâce à sa technologie. En attendant, l'école primaire Fourier dans le quartier bisontin de Planoise est le premier bâtiment à avoir bénéficié d'une première expérimentation de mur absorbeur, lors de la rénovation de salles de classe. « Notre solution a permis de faire chuter les temps de réverbération, améliorant ainsi la concentration des élèves », assure l'entrepreneur. Amélioration de la concentration, augmentation de la productivité, bien-être au travail, autant de bénéfices applicables au monde professionnel.

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.