La DGITM sert elle aussi de référente aux lauréats de l'appel à innovations mobilités JOP 24

Jean-Baptiste Djebbari ministre délégué, chargé des Transports, a été à l'initiative de l'appel à innovations mobilités « Jeux olympiques et paralympiques 2024 ». C'est donc tout naturellement que les équipes de la Direction générale des infrastructures, des transports et de la mer ont été appelées à soutenir plusieurs des 21 lauréats, en plus de leur rôle de coordination. Focus sur les mobilités actives.

3 mn

(Crédits : DR)

Pour son choix de lauréats à épauler parmi les 21 sélectionnés dans le cadre de l'appel à innovations mobilités « Jeux olympiques et paralympiques 2024 », lancé par Jean-Baptiste Djebbari, ministre délégué, chargé des Transports, Charles Simone, chef de projet innovations et mobilités durables à la Direction générale des infrastructures, des transports et de la mer (DGITM), au ministère de la Transition écologique, a pris comme fil rouge son domaine de compétences. « Ce sont les mobilités actives », dit-il. Au total, les équipes de la DGITM ont huit « poulains » parmi les 21 lauréats qu'ils soutiendront jusqu'à la fin des Jeux, en plus de leur rôle de coordination de la démarche d'accompagnement. Ainsi, Claire Baritaud, directrice de la mission innovation numérique et territoires, suit trois dossiers bien différents (GéoTwin, UrbanLoop et la caravane prospective 2050 de onepoint) tandis qu'Isabelle Mercier, adjointe au chef du bureau des politiques de déplacements, privilégie la mobilité solidaire et sert de référente à AudioSpot et AMY.

Trouver des partenaires

En matière de mobilités actives, Charles Simone épaule trois projets, ceux de Geovelo, Eco-Compteur et Runnin'City. Trois projets très différents, mais qu'il aborde dans le même état d'esprit : bienveillant mais exigeant. « Certains projets sont déjà bien ficelés et requièrent simplement des mises en relation, voire des financements », précise-t-il. Ainsi de Geovelo. Après avoir lancé une appli GPS pour guider les cyclistes, la start-up, créée en 2010, veut initier, à l'occasion des JOP 24, un Challenge Olympique à Vélo, dans le but d'inciter le plus de touristes et de locaux à la pratique du vélo pendant la durée des Jeux. Pour cela, une nouvelle plateforme sera construite, pour permettre un suivi de l'activité à vélo, fondée sur des indicateurs mesurant les flux de mobilité. A la clé, plusieurs classements, qui seront publiés sur le site de Geovelo et, si possible, sur le site officiel de Paris 2024. « Afin de construire la plateforme, Geovelo, qui a déjà gagné plusieurs prix pour ses innovations, a besoin de financements pour mener à bien les développements nécessaires », souligne Charles Simone, qui précise qu'il sera, avec d'autres parties prenantes des Jeux, dont Paris 2024, également attentif au design de la plateforme.

Pour ce qui est d'Eco-Compteur, qui veut lancer un Observatoire des mobilités actives et partagées en fusionnant plusieurs types de données (GPS, compteurs vélos...), afin de cartographier, extrapoler et prédire les flux dans le but d'aider à la planification, la gestion et l'entretien des infrastructures dévolues à ces mobilités, « notre rôle est de les aider à nouer des partenariats avec des acteurs s'occupant des infrastructures et services de mobilités, notamment les collectivités », poursuit le chef de projet à la DGITM. Enfin, pour Runnin'City, une appli qui permet, en dirigeant vocalement l'utilisateur - joggeur ou promeneur - de découvrir le patrimoine naturel et urbain de plus de 200 villes dans le monde, le tout en plusieurs langues, il s'est également mis en quête de partenaires, en particulier autour des sites qui accueilleront des compétitions en 2024, pour établir de nouveaux parcours.

Dans tous les cas, il s'agit de faire gagner du temps aux porteurs de projets. Une fois ces premières étapes passées, il en restera d'autres, cruciales. « Nous vérifierons la qualité des produits et services proposés et nous assurerons le suivi des projets, jusqu'à leur expérimentation lors des Jeux », ajoute ainsi Charles Simone. Et ce n'est qu'au moment des Jeux, en 2024, qu'il pourra savourer sa victoire, à travers la vitrine des projets qu'il aura épaulé...

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés