Presse en ligne : le système de paiement de Google prend du retard

 |   |  287  mots
Copyright Reuters
Le système de paiement devait être utilisé par le GIE de la presse française a pris du retard. Le lancement de la nouvelle plateforme de la presse, qui doit proposer l'abonnement ou l'achat de titres à des journaux comme L'Equipe, l'Express, les Echos ou le Point, a été reporté.

Cela devait être l'arme absolue contre Apple et son service en ligne iTunes. Las, One Pass, le système de micro-paiement de Google, jusque là en version test, prend du retard. Disponible en beta, One Pass va faire l'objet de modification, a annoncé l'Express.fr. Présenté en grande pompe en février dernier, One Pass a été conçu pour être mis à la disposition des éditeurs qui désirent vendre des articles ou des éditions en ligne, soit à l'unité soit par abonnement. Par rapport à Apple, qui ponctionne 30% des revenus réalisés par les partenaires sur l'iPad, Google a proposé de prélever 10% du prix de vente. Le système de paiement est compatible avec les tablettes sous Android et peut également être mis en place par les éditeurs sur leur kiosque en ligne commun.

Le lancement de la plateforme de journaux reporté

Victime collatérale des nouveaux travaux dont le système fait l'objet, le GIE ePresse, qui réunit les grands titres de la presse (Les Echos, L'Equipe, Libération, Le Parisien, L'Expres, le Nouvel Observateur et Le Point), afin de proposer à l'internaute de s'abonner via une plateforme unique à ses journaux préférés. Le GIE ePresse, censé fonctionner sous One Pass, devait se lancer le 1er février. C'est son ancien directeur général, Frédéric Filloux, depuis parti aux Echos, qui avait milité pour l'adoption de One Pass contre Apple. Le Nouvel Observateur était censé être le premier titre à utiliser le système. Il y a quelques jours, la conférence de presse de présentation de la nouvelle plateforme, qui devait avoir lieu le 1er février, a été annulée sans qu'aucune explication ne soit donnée.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :