Vente en ligne : l'américain Etsy rachète le français A Little Market

 |   |  204  mots
L'activité d'Etsy dans l'Hexagone est pour l'instant réalisée à plus de 90% dans l'import-export. /Reuters
L'activité d'Etsy dans l'Hexagone est pour l'instant réalisée à plus de 90% dans l'import-export. /Reuters (Crédits : Etsy)
Fondée fin 2008, la startup "A Little Market" revendique la place de première plateforme française d'achat/vente de créations faites à la main. Le montant de la transaction atteindrait moins de 100 millions de dollars selon la presse américaine.

Les artisans français intéressent Etsy. Le site américain de vente de produits artisanaux a annoncé lundi l'acquisition de son vis-à-vis français "A Little Market".

Le rachat est le plus important réalisé par Etsy, selon la société fondée en 2005. Si le montant de la transaction n'a pas été dévoilé, il atteindrait moins de 100 millions de dollars (74 millions d'euros), d'après la presse américaine.

La startup "A Little Market", fondée en 2008, revendique la place de première plateforme française d'achat/vente de créations faites à la main. D'après ses propres statistiques, il compte 620.000 membres et près de 2 millions de créations. 

Attraction pour le "made in France" 

L'opération permettra à l'américain de s'implanter sur le marché intérieur français, l'activité d'Etsy dans l'Hexagone étant pour l'instant réalisée à plus de 90% dans l'import-export.

"Les consommateurs français sont avides de produits fabriqués en France par des artisans et des producteurs locaux et nous allons continuer à développer notre marque sur le marché intérieur", ont déclaré les co-fondateurs d'A Little Market, Nicolas Cohen et Nicolas d'Audiffret, qui vont rester à la tête de l'entreprise après le rachat.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/11/2016 à 21:22 :
… et lorsque Mr Nicolas Cohen co-fondateur de aLittleMarket annule la commande d’un acheteur en ligne parce que il a perdu trace de l’artisan et qu’il a encaissé, lui et non l’artisan, la totalité du prix d’un article qui ne sera jamais livré au client, l’argent versé par CB via PayLine, ne vous sera jamais remboursé. Toutes vos réclamations seront automatiquement rejetés par le serveur qui a été programmé pour cela, aucun recours n’est possible car le site bizarrement hermétique ne vous laisse aucune porte ouverte, service clientèle inexistant , le manque d’interlocuteurs directs pose un réel problème aux pigeons qui se font arnaquer au quotidien par la « fine équipe » de l’entourloupe ! Allez faire un tour sur le web, le site n’a pas bonne presse. Croyez-moi, ce n’est pas la somme de 80€ perdue qui me fait défaut, mais le mépris de ces profiteurs envers les honnêtes gens !... Le fisc ou la répression des fraudes, devrait mettre un peu son nez la-dedans ...
a écrit le 20/11/2016 à 22:07 :
… et lorsque Mr Nicolas Cohen co-fondateur de aLittleMarket annule la commande d’un acheteur en ligne parce que il a perdu trace de l’artisan et qu’il a encaissé, lui et non l’artisan, la totalité du prix d’un article qui ne sera jamais livré au client, l’argent versé par CB via PayLine, ne vous sera jamais remboursé. Toutes vos réclamations seront automatiquement rejetés par le serveur qui a été programmé pour cela, aucun recours n’est possible car le site bizarrement hermétique ne vous laisse aucune porte ouverte, service clientèle inexistant , le manque d’interlocuteurs directs pose un réel problème aux pigeons qui se font arnaquer au quotidien par la « fine équipe » de l’entourloupe ! Allez faire un tour sur le web, le site n’a pas bonne presse. Croyez-moi, ce n’est pas la somme de 80€ perdue qui me fait défaut, mais le mépris de ces profiteurs envers les honnêtes gens !... Le fisc ou la répression des fraudes, devrait mettre un peu son nez la-dedans ...
a écrit le 25/06/2014 à 0:08 :
Montebourg n'était pas au courant alors puisqu'il n'est pas intervenu...
a écrit le 24/06/2014 à 13:13 :
après Alstom et la BNP la France inonde le monde de ses lumières ! Mais l' exception culturelle intermittente reste à la charge des contribuables ...
Réponse de le 24/06/2014 à 15:08 :
Qui a compris ce commentaire ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :