Amazon devient la plus grosse société cotée du monde, détrônant Microsoft

 |   |  343  mots
(Crédits : Reuters)
Le géant américain du commerce en ligne Amazon est devenu l'entreprise privée la plus chère au monde en ravissant à Microsoft la première place à Wall Street. À la clôture des marchés le 7 janvier au soir, la société valait 797 milliards de dollars.

Lundi soir, la société de Jeff Bezos est devenue pour la première fois le numéro un mondial en termes de capitalisation boursière, devançant Microsoft. Sans actualité particulière mais en profitant d'un regain d'optimisme à Wall Street, l'action d'Amazon s'est appréciée de 3,44% lundi, faisant grimper sa valeur boursière à 797 milliards de dollars. Microsoft, avec ses 783 milliards de dollars, perd ainsi la couronne qu'il avait lui-même dérobée à Apple fin novembre.

La performance d'Amazon est toutefois à relativiser

Pour autant, la valeur de l'entreprise a beaucoup reculé depuis qu'elle est parvenue, début septembre, à dépasser le cap des 1.000 milliards de dollars, quelques semaines après Apple. Le petit libraire en ligne fondé en 1994 marquait ainsi avec brio son ascension en un mastodonte de la distribution sur Internet. L'entreprise est aussi devenue entretemps un géant de l'informatique dématérialisée ("cloud"), un créateur de produits populaires comme les assistants vocaux intelligents Alexa et le gestionnaire d'une populaire plateforme de musique et cinéma via son service Prime.

Grâce à ce succès, Jeff Bezos est devenu l'homme le plus riche au monde selon le classement établi par le magazine Forbes. Sa fortune était estimée lundi à 135 milliards de dollars.

Mais les entreprises du secteur de la technologie ont beaucoup souffert au cours des derniers mois, affectées comme le reste de la place new-yorkaise par les craintes d'un ralentissement de la croissance mondiale.

Apple alerte les investisseurs d'une baisse de son chiffre d'affaires

Le retour sur terre a parfois été brutal, à l'instar de la dégringolade d'Apple. Le groupe, qui avait déjà lâché près de 40% depuis début octobre, a plongé de 10% supplémentaires le 3 janvier après avoir reconnu que ses ventes au dernier trimestre 2018 seraient moins bonnes que prévu, en raison notamment du ralentissement de l'économie chinoise et d'autres pays émergents.

À 702 milliards de dollars, la marque à la pomme est désormais moins valorisée qu'Amazon, Microsoft et Alphabet, la maison mère de Google (748 milliards).

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/01/2019 à 21:12 :
On trouve facilement des chiffres complémentaires et des arguments logiques à cette hausse. Entre autres : https://www.challenges.fr/entreprise/grande-conso/chiffre-d-affaires-benefice-embauches-les-7-chiffres-fous-d-amazon_564812
Sur les marketplace cela devient une bataille de géants, puisque Google s'y met aussi et que les concurrents chinois disposent d'un autre avantage, celui de la production présente massivement sur Alibaba et maintenant de sa filiale de e-commerce Aliexpress
(https://www.lsa-conso.fr/aliexpress-appuie-franchement-sur-l-accelerateur-en-europe,305836)
Le problème étant que s'ils disposent d'un énorme catalogue de produits, par un lien privilégié avec les fabricants et la maitrise logistique, et qu'en plus ils font du volume...

Ces modèles de distribution ne sont pas figés et peuvent de nouveau se compléter par des points de vente :
https://www.lsa-conso.fr/amazon-go-pourrait-generer-4-5-milliards-de-dollars-de-ca-en-2021,307446
Il y a bien-sur débat en raison des performances et des méthodes de ces groupes : https://www.franceculture.fr/emissions/dimanche-et-apres/dimanche-et-apres-du-dimanche-06-janvier-2019

Il nous reste Cdiscount

Finalement on n'en est qu'au début du casse tête de la taxation des Gafa.
a écrit le 08/01/2019 à 10:26 :
ces histoires de capitalisation, ca veut rien dire
dites nous combien ils ont de benefice, de ca, et quelle est leur rentabilite
de memoire ils sont dans le trouge ou a peine dans le vert, alors des gars qui sont milliardaires sur des boites qui gagnent rien ( c'est pas le seul) ca fait sourire
au moins, LVMH est rentable, on comprend la fortune de bernard arnault
a écrit le 08/01/2019 à 9:42 :
Il est toujours désespérant de voir une multinationale marchande dépasser une multinationale technologique, on a systématiquement cette impression d'un pas en arrière. Un de plus.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :