La robotique prend le relais sur le désherbage

 |   |  888  mots
Baptisé Oz, le petit robot électrique développé depuis quelques années par Naïo technologies peut se faufiler entre les rangs de légumes grâce à son guidage GPS.
Baptisé Oz, le petit robot électrique développé depuis quelques années par Naïo technologies peut se faufiler entre les rangs de légumes grâce à son guidage GPS. (Crédits : Naïo technologies)
La réduction de l’usage des produits phytosanitaires confronte de nombreux agriculteurs au problème du désherbage manuel : un travail pénible, pour lequel la main-d’œuvre est difficile à trouver. Les robots désherbeurs pourraient apporter une réponse. Un article de notre partenaire Euractiv.

Arracher les mauvaises herbes à la main est un travail de titan, auquel l'arrivée des désherbants chimiques en agriculture avait mis fin. Mais alors que la réduction de l'usage des produits phytosanitaires est devenue une priorité politique, et que l'agriculture biologique se développe tous azimuts, la question du désherbage revient sur la table.

> Lire aussi : La vente de produits phytosanitaires augmente en France

Outre la pénibilité du désherbage, la tâche est également très consommatrice de main-d'œuvre. « Environ un tiers du temps de travail d'un maraîcher est consacré aux tâches de désherbage. Et il est très difficile de trouver de la main-d'œuvre », explique Maët Le Lan, responsable de la station expérimentale en maraîchage de Bretagne Sud, qui planche depuis plusieurs année sur l'amélioration des conditions de travail des agriculteurs.

Résultat, les tâches de désherbage sont principalement réalisées par les maraîchers, qui sont très nombreux à souffrir de troubles musculo-squelettiques.

> Lire aussi : notre dossier spécial agriculture

Amélioration des conditions de travail

C'est sur ce constat que la firme Naïo Technologies s'est lancé dans le développement d'un robot désherbeur. « L'idée de base c'était des discussions que nous avions avec des agriculteurs qui avaient beaucoup de mal à trouver de la main-d'œuvre en raison de pénibilité du travail de désherbage », explique Gaëtan Séverac, ingénieur en robotique et co-fondateur Naïo Technologies.

> Lire aussi : Naïo Technologies lève 14 millions d'euros et ouvre un atelier aux États-Unis

Baptisé Oz, le petit robot électrique développé depuis quelques années par Naïo technologies peut se faufiler entre les rangs de légumes grâce à son guidage GPS. À l'aide d'une caméra et d'un laser, Oz repère son trajet entre les salades ou les plants de tomates, évite les obstacles éventuels. « La caméra et le laser servent à faire la différence entre une mauvaise herbe et une salade, pour éliminer la bonne », explique Gaëtan Séverac.

Une centaine de maraîchers se sont déjà équipés principalement en France, mais aussi dans certains pays tels que la Belgique ou les Pays-Bas. « Cela fait plus de 30 ans que des projets de recherches existent sur la robotique et le désherbage ou la cueillette. Mais ils étaient limité par le coût et la technologie », explique l'ingénieur. Les avancées technologiques ont aujourd'hui ouvert le champs des possibles.

Des obstacles encore à lever

Si sur le papier la solution est prometteuse, plusieurs obstacles se dressent sur la route d'Oz. La technologie du robot désherbeur n'est pas encore tout à fait au point.

« Le robot fait des erreurs sur le désherbage. Parfois, si une mauvaise herbe est trop haute, il va la contourner et abîmer les plants de légumes », détaille Maët Le Lan, qui mène une expérimentation sur le robot depuis 5 ans à la station expérimentale.

L'idée est de tester les différentes mises à jour du robot pour pouvoir conseiller les agriculteurs dans leurs investissements. Car Oz à un coût : environ 25.000 euros. « Nous devons pouvoir dire aux maraîchers si ça vaut le coup d'investir ou non », explique la responsable. Aujourd'hui la performance du robot est variable selon les exploitations, l'appétence des agriculteurs pour la technologie, etc.

Outre le coût et les améliorations à apporter à Oz, la programmation du robot est compliquée par la grande variété des cultures : choux, navets, salades, carottes, panais, chaque légume cultivé sur une exploitation a un écartement différent. Des informations qui doivent être programmées sur le parcours d'Oz.

« Aujourd'hui, on compte parmi nos clients une moitié d'agriculteurs biologiques. Mais dans la viticulture, nous avons des vignerons qui souhaitent seulement passer en zéro désherbant », détaille Gaëtan Séverac. Un choix qui demeure coûteux :

« Aujourd'hui, on est plus cher que le désherbant chimique, donc les agriculteurs qui choisissent de s'équiper sont dans une vraie démarche  de réduire le chimique ».

La robotique au secours du désherbage

Outre le robot Oz pour le maraichage et Ted, le robot enjambeur de vigne désherbant de Naïo Technologies, d'autres firmes se sont lancées dans le développement de la robotique pour faire face à la gestion de l'enherbement.

Touti Terre, une PME basée en Haute-Savoie a développé le robot Toutilo, qui permet aux maraîchers de désherber à la main, mais dans une position beaucoup plus ergonomique.

Le robot circule entre les rangs de légumes et le maraîcher installé dessus peut ainsi éviter la répétition des stations « debout - à genoux ». Une solution qui permet de réduire d'environ 20% le temps de travail consacré au désherbage et de réduire la pénibilité de la tâche.

D'autres machines proposent enfin une utilisation de désherbants ultra-précise. C'est le cas du robot Ecorobotix, qui permet notamment de pulvériser une micro-dose de désherbant sur l'emplacement exact de la mauvaise herbe.

___

Par Cécile Barbière, Euractiv.com

(Article publié le mardi 25 février 2020 à 08h25)

___

Retrouvez toutes les actualités et débats qui animent l'Union européenne sur Euractiv.fr

EURACTIV 2017 new logo

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/03/2020 à 9:14 :
Couvrir les sols avec du paillage, des engrais verts decomposés par l'application d'une bache, faire des rotations et arrêter la monoculture intensive remplacent aisément ces "innovations". Developper ces techniques respectueuses de la terre et donc du véritable capital de l'agriculteur lui permettrait de sortir de sa dépendance aux industriels et donc aux banques, avec de multiples bénéfices secondaires d'un point de vue écologique. Vive le sol vivant.
a écrit le 03/03/2020 à 9:13 :
Couvrir les sols avec du paillage, des engrais verts decomposés par l'application d'une bache, faire des rotations et arrêter la monoculture intensive remplacent aisément ces "innovations". Developper ces techniques respectueuses de la terre et donc du véritable capital de l'agriculteur lui permettrait de sortir de sa dépendance aux industriels et donc aux banques, avec de multiples bénéfices secondaires d'un point de vue écologique.
a écrit le 26/02/2020 à 18:19 :
ben il y a déjà le ramassage des haricots verts qui permet d'être aussi compétitifs que ceux qui viennent de l'étranger, c'est dans le saumurois, mais des variétés adaptées au ramassage mécanique, l'un ne va pas sans l'autre.
Un autre message de la culture respectueuse dite permaculture, déherber ça ne sert à rien, les plantes se partagent les différentes strates du sol, les vers se tapent tout le boulot + les mychorizes pour les engrais et le pire c'est que ça marche!
a écrit le 26/02/2020 à 9:37 :
"D'autres machines proposent enfin une utilisation de désherbants ultra-précise."

Et oui c'est qu'il faut rembourser la dette de 40 milliards de BAYER hein...

Bref l'UE étant prise en otage par l'agro-industrie ce n'est encore une fois pas par elle que la révolution environnementale viendra.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :