"Start up" et personnalités du Net lancent "Le web avec la Tribune"

 |   |  534  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters

Une pétition lancée à l'initiative de plusieurs entreprises du Net circule sur le web pour soutenir La Tribune (cliquez ici pour accéder au site à l'origine de la pétition)

Et que vive La Tribune !

Extrait de la pétition de soutien à signer ici

Le 24 novembre dernier, Valérie Décamp, Présidente de La Tribune, annonçait à ses lecteurs son intention de demander la mise en redressement judiciaire de la société. Face à cet épisode douloureux de la websérie du quotidien économique, dont la nouvelle saison avait débuté avec la reprise en juillet 2010 du journal au Groupe 01, nous, acteurs du web et des médias en ligne, tenons à manifester notre soutien à La Tribune et à ses équipes : sur ce site dans un premier temps et bientôt sur l'ensemble des réseaux à disposition.

Que nous soyons fournisseurs de technologies, prestataires de services, startups, groupes internationaux, e-commerçants, médias en ligne, bloggeurs ou opérateurs de réseaux sociaux, notre situation est nécessairement solidaire de celle de La Tribune.

Parce que l'information rapproche plus qu'elle n'oppose les modèles

Si nous pouvons commenter, tweeter, liker, partager sur nos réseaux sociaux ou encore pratiquer le journalisme de liens, c'est grâce à ces contenus de qualité, produits par des acteurs comme La Tribune, qui irriguent nos écosystèmes. La fameuse monétisation de la presse en ligne n'est pas à opposer à ces nouvelles façons de consommer et distribuer les informations, comme l'ont prouvé de nombreux exemples en France et à l'étranger. La production d'une matière première de qualité ne peut être que le fait d'un acteur aguerri et fiable comme La Tribune, et les sources d'approvisionnement ne peuvent être tenues par une seule société. Nous avons besoin d'une information économique fiable et, nombreuses PME que nous sommes, ne pourront l'acheter autrement qu'à un prix de production de masse.

Parce que nous avons tous besoin de temps

La mutation est enclenchée au sein de La Tribune et prend bien, les expérimentations se sont multipliées et elles ont été audacieuses, voire enthousiasmantes de la part d'un tel acteur. Passer d'un fonctionnement quotidien à une information continue est une mue difficile, que nous vivons à chaque instant au sein de nos entreprises ou lorsque nous travaillons avec des sociétés moins « connectées » que nous. Il manque sans doute encore quelques mois pour finaliser cette transformation, réaliser ce pivot. Pour avoir connu le krach de 2001, nous savons que ces difficultés, pour être très douloureuses, peuvent aussi n'être qu'une mauvaise « passe ».

Parce que nous avons besoin d'un langage et d'une mémoire commune

La Tribune a entamé un dialogue avec l'ensemble de l'économie française depuis plus de 25 ans. Cette mémoire et ce langage commun est le terrain d'une compréhension commune. Un start-upper en jean tshirt peut parler la même langue qu'un directeur des achats dans l'aéronautique. Les acteurs institutionnels et les grands groupes industriels peuvent saisir les logiques de nos univers si particuliers.

La Tribune est vivante, écrivait Jacques Rosselin, directeur de la rédaction du quotidien. Mobilisons-nous pour qu'elle le reste encore longtemps.

Les signataires

Signer la pétition

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/12/2011 à 23:06 :
ouvrez votre capital au public, car je préfère investir dans une société que dans la dette de l'état !!!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :