Les journaux du groupe Hersant en Seine-Maritime se dirigent vers un redressement judiciaire

 |   |  771  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Le quotidien régional Paris-Normandie va déposer son bilan mercredi et demander son placement en redressement judiciaire. Il entraîne avec lui d'autres titres comme le Havre Libre, Le Havre Presse ou Le Progrès de Fécamp.

Cessation de paiement et demande de placement en redressement judiciaire auprès du Tribunal de commerce. C?est le contenu de la « note explicative » lue ce lundi 27 février en Comité d?entreprise extraordinaire par Michel Lepinay, président et directeur de publication de la SNPEI, la société normande de presse, d?édition et d?impression qui édite Paris-Normandie, Le Havre Libre, le Havre-Presse, le Progrès (de Fécamp) et l?hebdomadaire Liberté Dimanche. Ces différents titres, tous implantés en Seine-Maritime, affichent un tirage de 75.000 exemplaires (OJD) dont 52.000 pour le quotidien régional Paris-Normandie, le vaisseau-amiral du groupe qui tirait encore à 135.000 exemplaires en 1980. La SNPEI a enregistré en 2011 un déficit d?exploitation de 2 millions d?euros pour un chiffre d?affaires de 40 millions d?euros avec un effectif de 365 salariés toutes activités confondues dont 130 journalistes. Les titres du « pôle normand » font partie du groupe Hersant Media (GHM) qui affiche un endettement de 210 millions d?euros.

La contestation des syndicats

Les trois syndicats présents au Comité d?entreprise (SNJ, Silpac CGT et CGC) ont fait connaître leur désaccord avec la « note...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :