Radio France : les dépenses de Mathieu Gallet ne sont ni "anormales" ni "disproportionnées" (IGF)

 |   |  345  mots
L'IGF suggère notamment que l'exemplarité des dépenses des dirigeants soit légitimement garantie par une formation du Conseil d'administration, de surveillance ou de l'organe en tenant lieu.
L'IGF suggère notamment que l'exemplarité des dépenses des dirigeants soit "légitimement garantie par une formation du Conseil d'administration, de surveillance ou de l'organe en tenant lieu". (Crédits : BENOIT TESSIER)
L'enquête de l'inspection des Finances sur Radio France, lancée après une série de révélations sur le coût de la rénovation du bureau de Mathieu Gallet, de sa voiture et d'un conseiller en communication, conclut à des dépenses qui "ne présentent pas de caractère abusif" dans un rapport mis en ligne lundi 20 avril.

Mathieu Gallet va pouvoir dormir tranquille. L'enquête de l'inspection des Finances, lancée après une série de révélations sur le coût de la rénovation du bureau du patron de Radio France, de sa voiture et d'un conseiller en communication, conclut à des dépenses qui "ne présentent pas de caractère abusif" dans un rapport mis en ligne lundi 20 avril.

"Aucune des dépenses examinées, du président ou d'un membre du Comex (comité exécutif, ndlr), ne présente de caractère anormal ou disproportionné par leur nature ou leur montant", stipule le rapport de l'IGF, dont la conclusion avait été révélée quelques jours auparavant.

"Certains dispositions nouvelles pourraient néanmoins utilement être mises en places afin que leur acceptabilité ne soit plus remise en cause. [...] La mission appelle tout particulièrement l'attention du président de Radio France sur l'importance de l'exemplarité des actions non seulement sur le fond mais aussi sur leur processus de décision."

L'IGF suggère notamment que l'exemplarité des dépenses des dirigeants soit "légitimement garantie par une formation du Conseil d'administration, de surveillance ou de l'organe en tenant lieu".

Le rapport est consultable ici :

Des révélations qui tombaient mal

En plein conflit avec les journalistes de Radio France, en grève, le Canard Enchaîné avait révélé que les travaux de restauration du bureau du PDG du groupe de radio publique avaient coûté la bagatelle de 100.000 euros.

Dans un autre numéro, le journal satyrique avait révélé que Mathieu Gallet avait pris conseil auprès d'un communiquant pour la somme de 90.000 euros l'année.

Ces révélations avaient fait scandale à l'heure où les syndicats dénonçaient le plan d'économies prévu par Mathieu Gallet qui impliquerait de probables licenciements.

La grève a été levée jeudi 16 avril, une semaine après la nomination d'un médiateur par la ministre de la Culture.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/04/2015 à 8:22 :
Si 100 000 € pour renover un bureau c est pas exagerer, on comprend mieux pourquoi la France est en deficit chronique. Enfin, c est quand meme pas etonnat qu en republique bananiere de France il n y ait pas de sanction et que ce brave homme garde son poste. Il a ete a bonne ecole vu qu il a commence sa carriere au minister de la culture comme conseiller de Mitterrand (le neuveu, l amateur d enfants Thai)
a écrit le 21/04/2015 à 7:26 :
Ah bon !! 100000€ pour rénover son bureau prélevés sur la redevance (fonds publics !)..ce n'est pas disproportionné ??
Je pense que je ne vis pas sur la même planète que ceux qui ont fait cette enquête (visiblement orientée à décharge dès le départ ) !!
a écrit le 21/04/2015 à 7:15 :
Le suspence était insoutenable : ouf, les supporters de la Hollandie sont blanchis (comme Cahuzac). C'est le "bon" peuple qui paie tout et toujours. Et les 0,5% de Hollandistes et les 0,5% Sarkozistes se remplissent les poches pendant qu' ils coulent la France...
a écrit le 21/04/2015 à 2:50 :
Je suppose que l'IGF fera part de son sens de ce qui est abusif ou non à ses collègues de Bercy. Histoire que nous jouions tous au même jeu...
a écrit le 20/04/2015 à 18:02 :
Je travaille dans la décoration,souvent avec les collectivités locales et je peux vous dire que les frais de rénovation de bureau de monsieur Gallet sont loin d'etre exagérés.Ils se situent meme plutot dans la moyenne basse.Il est normal que la polémique s'éteigne
Réponse de le 20/04/2015 à 18:33 :
Moi je travaille pour des particuliers et 100000 euros pour un bureau c'est de la folie
Pour une administration peut être pas les francais apprécieront LOL
a écrit le 20/04/2015 à 17:16 :
LE PAON, AUBRY, GALLET ........ ça lave de plus en plus blanc à gauche, que des enfants de chœur !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
a écrit le 20/04/2015 à 16:17 :
Il serait interessant de savoir qui composait l'enquête de l'inspection des Finances , pour vérifier les membres n'ont pas le même train de vie que Gallet.
a écrit le 20/04/2015 à 15:43 :
Tout le monde savait que c'etait de l'enfumage, mais pemdant ce temps on se fait plaisir et reporte les pb a plus tard, et plus tard on recommence. Je ne connais pas ce type, mais il est clair que ce n'est pas lui le pb.
a écrit le 20/04/2015 à 15:38 :
A priori Gallet n'est pour rien dans les dépenses de 100000 euros pour son bureau

Mais de là à dire que c'est pas exagéré il faut etre Bill Gate ou fonctionnaire
a écrit le 20/04/2015 à 15:05 :
il a tellement arrosé de politiques et en plus à tout les niveaux que s'il plonge tous les autres suivent. Ils se tiennent par la barbiche, demandez à la ministre elle doit être bien au courant. Les vacances approchent ils leur faut bien de la fraîche pour leurs dépenses. Il n'y a pas de petites économies.
Réponse de le 20/04/2015 à 15:39 :
L'éthique est une des valeurs qu'aucun politique n'aura jamais. Les politiques "plument" le peuple mais ils s'octroient une vie de luxure qui est scandaleuse alors qu'ils essaient de nous faire pleurer sur leur incompétence à maitriser les budgets et déficits de la France.
C'est encore un scandale politique de la vie entre petits copains pour rester au pouvoir. De plus, renseignez vous, pauvres gens, sur les conditions sociales des employés de RAdio FRance (48 jours de congés
Voilà en synthèse ce que dit la Cour des comptes (voir sur INternet) : Actualité > Téléobs > Actualités > DOCUMENT. La Cour des comptes flingue la gestion de Radio France
DOCUMENT. La Cour des comptes flingue la gestion de Radio France
Claude SoulaPar Claude Soula

Voir tous ses articles
Publié le 01-04-2015 à 18h05A+A-
"L'Obs" a lu pour vous le rapport au vitriol de la cour des comptes sur Radio France. En voici les passages-clé, pour comprendre les racines de la crise.
Radio France, la maison gronde (AFP) Radio France, la maison gronde (AFP)
Partager
Partager sur Facebook8Partager sur Twitter12Partager sur Google+2Partager sur LinkedIn2
Envoyer cet article à un amiRéagir
0
Recevoir les alertes
À lire aussi

Radio France : Mathieu Gallet de nouveau convoqué par Fleur Pellerin
100.000 euros de facture pour le bureau du PDG de Radio France
"Pas de Patrick Cohen, pas de Léa Salamé... On fait comment?"

"L’Obs" a lu pour vous les 238 pages du rapport que la cour des comptes consacre à Radio France.

Le diagnostic est sévère pour tout le monde : l’Etat qui n’a pas su exercer sa tutelle ni faire évoluer l’entreprise, tout en réduisant ses moyens, les salariés qui bénéficient de beaux avantages sociaux, et les directions successives qui ont laissé filer les coûts, de personnel notamment, et qui n’ont jamais remis en cause l’organisation du travail, malgré l’arrivée des moyens numériques.

On comprendra mieux après cette lecture pourquoi une réforme de l’entreprise sera indispensable dans les mois qui viennent, et pourquoi elle risque d’être extrêmement difficile à mettre en œuvre, tant les remèdes préconisés par la cour des comptes sont radicaux.

Nous avons gardé de ce rapport les grands chapitres et les moments forts, ainsi que toutes les recommandations. Les voici.

1 > Une entreprise en état de crise financière

2 > Des activités au développement insuffisamment piloté

3 > Une gestion peu rigoureuse

4 > Un modèle social source de rigidité

5 > Le chantier, miroir des défaillances de l'entreprise

6 > Une refondation nécessaire
a écrit le 20/04/2015 à 14:37 :
On a assisté à une tentative d'attaque a hominem pour se débarrasser d'un dirigeant qui acceptait de mettre une maison incontrôlable sous contrôle...
Il s'agissait simplement de décourager toute personne d'oser s'attaquer à cette forteresse syndicalo-publique.
Réponse de le 20/04/2015 à 15:06 :
a lire votre commentaire on a compris que vous en croquez un paquet.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :