La triste fin de Didier Lombard à France Télécom

L'ex-PDG de l'opérateur téléphonique a annoncé ce mercredi matin qu'il quittait définitivement l'entreprise. Son maintien, en tant que conseiller salarié de Stéphane Richard, nouveau PDG, avait suscité un tollé. Retour sur le divorce entre Didier Lombard et le corps social de France Télécom.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)

Sans attendre que la polémique dégénère, sans vouloir prendre le risque de provoquer une nouvelle crise aux conséquences mal contrôlable, Didier Lombard jette l'éponge. « Dans l'intérêt de France Télécom, entreprise à laquelle j'ai consacré la plus grande partie de ma vie professionnelle, j'ai décidé de renoncer aujourd'hui aux fonctions de conseiller qui m'ont été proposées, lorsque j'ai remis mon mandat de président du conseil d'administration, et de quitter l'entreprise », annonce-t-il dans un communiqué diffusé mercredi matin.

L'ex PDG de l'opérateur télécom historique, avait annoncé dans « La Tribune » le 11 février qu'il abandonnait avec quatre mois d'avance sur calendrier son mandat de président. Mais il comptait rester en tant que salarié, notamment pour préparer un projet pour aider les entrepreneurs en France. Une sorte de grand incubateur auquel France Télécom aurait d'ailleurs participé.

500.000 euros de salaire brut

Mais les conditions financières de ce maintien ont suscité l'émoi des organisations syndicales du groupe. Selon la CGC-CFE-UNSA, sans doute l'organisation la plus virulente à l'égard de Didier Lombard, son salaire annuel brut en tant que conseiller de Stéphane Richard, le nouveau PDG, atteint 500.000 euros. Ce syndicat a même lancé la semaine dernière une pétition «Lombard dégage ! ». Les syndicats soupçonnaient également l'ex-patron, aujourd'hui âgé de 69 ans, de rester afin de pouvoir toucher ses stock-options.

La CFDT a estimé dans un tract qu'il serait « inconcevable que Didier Lombard bénéficie d'aménagement de fin de carrière ou d'accompagnement financier à son départ, en décalage avec ses résultats de gouvernance sociale. ». Et lundi, c'est la présidente du Medef, Laurence Parisot, qui l'a incité à partir au nom des bonnes règles de gouvernance.

Incapacité à sortir de l'analyse statistique des suicides

Didier Lombard qui avait succédé en février 2005 à Thierry Breton à la tête de France Télécom s'était empêtré à l'automne 2009 dans la crise sociale soulevée par une série de suicides de salariés du groupe. Sa gestion de la crise lui avait été reprochée, ainsi que sa responsabilité dans les pressions, jugées parfois excessives, sur les personnels. C'est ce qui l'avait amené à céder à Stéphane Richard la direction générale du groupe il y a tout juste un an. Lui, conservant la présidence.

Ingénieur visionnaire, il s'est en fait avéré incapable de sortir de l'analyse statistique des suicides parmi le personnel. De fait d'un point de vue comptable, il n'y a pas eu plus de suicide chez France Télécom qu'ailleurs. Et les années 2008/2009 s'étaient d'ailleurs avérées moins noires que les précédentes. Et le nombre de drame n'a pas baissé en 2010 avec l'arrivée de Stéphane Richard aux commandes. Mais le traumatisme social provoqué par la prise de conscience collective de ces drames, à l'occasion du coup projecteur médiatique, n'a pas été mesuré par Didier Lombard.

"France Télécom, c'est tout pour moi"

Aujourd'hui encore, il est convaincu du caractère injuste de cette crise qui, pense-t-il, n'aurait jamais existé sans la volonté des syndicats Sud et CGC d'en faire une campagne. D'ailleurs, dans l'interview publiée le 11 février dans « La Tribune » il affirmait : « le sujet est encore trop sensible pour en tirer sereinement des conclusions définitives ». Même s'il nous avait déclaré, la gorge étranglée par un sanglot, « c'est quelque chose qui reste très douloureux. France Télécom, c'est tout pour moi. »

En fait, l'incompréhension entre l'ex patron et son corps social sur cette « affaire des suicides » reste entière. Il écrit dans le communiqué de ce jour : « Dans ce monde en pleine mutation, je suis persuadé que le tournant qui a été pris il y a quelques années a été le bon. Je regrette les souffrances et sans doute aussi les incompréhensions liées au besoin impérieux de changements. »

Didier Lombard estime qu'il n'avait d'autre choix que de mettre la pression pour transformer l'ex service public et l'amener sur les nouveaux métiers alors que l'Etat actionnaire avait décidé de garantir le statut des fonctionnaires lors de la privatisation de l'opérateur. De fait, les plans de suppression d'effectifs ont été sensiblement moins lourds chez France Télécom que chez ses homologues espagnol ou allemand par exemple.

Mobilités géographiques et professionnelles forcées

Résultat, avec Louis-Pierre Wenes, alors patron d'Orange France, et Olivier Barberot, alors directeur des ressources humaines, la politique de mobilité géographique et professionnelle s'est montrée plus coercitive. Mal vécue parce que mal comprise, mal comprise parce que parfois excessive et plus dogmatique que pragmatique, cette politique de mutations internes a laissé des traces. La crise des suicides ayant sans doute permis de révéler ces tensions internes.

Mais, en décidant aujourd'hui de partir, Didier Lombard a une attitude digne. Sans faire de comparaison avec une récente affaire ministérielle, il choisit rapidement de tirer les conséquences d'une crise qui aurait pu nuire à son entreprise.

 

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 44
à écrit le 05/07/2019 à 23:07
Signaler
il a décidé une politique honteuse, responsable du suicide de 60 employés, sans parlé de tous ceux qu'il a envoyé à l'hopital ou chez le medecin pour dépression. Il est aujourd'hui jugé pour cela. Il ne mérite aucune compassion, ni aucun respect. Qu'...

à écrit le 09/04/2011 à 0:22
Signaler
Mais que dire de la triste fin des salariés fonctionnaires d'ETAT en pleine force de l'âge pour lesquels les "PTT" étaient toute leur vie (30 tous les ans depuis 20 ans)................................................!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! ...

à écrit le 05/03/2011 à 8:30
Signaler
Lombard visionnaire? Il n'y a rien de plus erroné. - Le cours de la bourse est plat depuis 2005, le CAC 40 lui, a pris 40% depuis. - Le CA France d'Orange est le même que celui d'il y a 25 ans! - Le changement de business model vers celui de Canal p...

le 09/04/2011 à 21:16
Signaler
Marcel Roulet et Jean SIMONIN ...deux illustres incompétents qui sont restés au CA pour encaisser les jetons de présence. Comment peux-t-on penser , aujourd'hui que des fonctionnaires puissent gérer une entreprise privée de 200 000 salariés après l'...

à écrit le 03/03/2011 à 14:09
Signaler
Etre visionnaire en France en 2011, vouloir que la société change pour quelque chose de mieux, consacrer ses jours et ses nuits à cela, mais travailler dans une ancienne institution publique ne permet apparemment pas d'aller de l'avant. Avant de juge...

le 08/03/2011 à 8:54
Signaler
En tout cas moi client lambda j'ai quitté l'operateur à la suite des suicides et d'ailleurs je n'achète pas des voitures Renault à cause du même motif! J'ai honte de ces deux entreprises, dont on me parle même à l'étranger de leurs mèthodes quasi es...

à écrit le 03/03/2011 à 7:25
Signaler
celui qui lui a proposé cet emploi visiblement fictif à 500 000 euro annuels afin d'augmenter ses plus-value sur les stock option, ne doit il pas etre viré aussi ? que fait l'actionnaire principal?

à écrit le 03/03/2011 à 2:26
Signaler
Un sociopathe de moins, mais il reste encore du nettoyage a faire dans le beau monde des grands dirigeants d'entreprise.

à écrit le 02/03/2011 à 22:27
Signaler
Dommage pour lui qu'il ait perdu le sens des réalités....mais beaucoup d'autres dirigeants du CAC40 sont avertis, revenez sur terre mes amis vous n'avez pas déboursé un centime pour prendre les rennes de votre boite , sachez donc partir avec les honn...

à écrit le 02/03/2011 à 20:48
Signaler
Je pense que Mr.LOMBARD ne méritait pas cet acharnement à son encontre.Il est vrai que chez FT un PDG qui a littéralement mis par terre cette société avec ses dettes a toujours eu la cote (M.BON) les syndicats de FT ne sont pas en phase avec les inté...

à écrit le 02/03/2011 à 20:36
Signaler
A la Tribune ! Pleurons les profiteurs, les corrompus l les "ripoux" ... Pauvre Madoff ! Bientôt Kadafi ? Marre-

à écrit le 02/03/2011 à 20:07
Signaler
monsieur Lombard....soyez gentil !!! vous vous etes assez enrichit il est temps de DéGAGER!!!!!!!!!!!!!!

à écrit le 02/03/2011 à 19:13
Signaler
Attitude digne ? C'est de l'ironie n'est ce pas ?

à écrit le 02/03/2011 à 19:11
Signaler
J'aurais aimé une aussi triste fin de travail et beaucoup d'entre nous également je pense . Vous savez qu'il touchait en plus sa retraite ;et pour nous meme ,en prenant un poste de gardien de nuit ,il nous faut remplir certaines conditions sous peine...

à écrit le 02/03/2011 à 16:09
Signaler
la mobilité forcée c'est pour les esclaves ! attitude digne ? il se casse car il a été pris les doigts dans le pot de confiture des stock options c'est totalement lamentable et indigne il a voulu encore se gaver un peu plus !

à écrit le 02/03/2011 à 16:04
Signaler
Cher Monsieur Lombard, Il fallait tout simplement faire comme chez Téléfonica ou DT, proposer aux salariés (en particuliers les protégés) l'alternative entre l'adaptation aux enjeux (sans leur tirer dessus) et le départ avec un dispositif financier ...

à écrit le 02/03/2011 à 15:17
Signaler
France Télécom l'exemple même ou le travail n'avait que le mot.Il en sera de même avec le port autonome de Marseille ou les grutiers ne font que 12 heures de travail /semaine ,le jour ou un responsable prendra ces responsabilités de mettre ces gens a...

à écrit le 02/03/2011 à 15:17
Signaler
A 300 000 ? de retraite et à 69 ans(âge de la retraite), combien de français auront cette fin de vie......professionnel? Sans compter, bien sur, les stock options (300 000). Effectivement, je pense qu'il a bien fait de ne pas prendre en plus, le rôle...

à écrit le 02/03/2011 à 14:14
Signaler
SVP, Messieurs les journalistes, par pitié et par respect pour notre si belle langue, supprimez l'expression "tirer des conséquences" de votre vocabulaire...et remplacez la par tirer des conclusions... Il faudra que l'on m'explique comment l'on peut...

à écrit le 02/03/2011 à 14:03
Signaler
Triste fin! Vous dites? Pas plus triste que celle de tous ces pauvres malheureux que l'on a broyé dans la machine infernale du profit avec un mépris à vous glacer le sang... Qu'il parte se terrer dans un trou perdu et vivre avec sa conscience s'il lu...

à écrit le 02/03/2011 à 13:54
Signaler
Votre titre "TRISTE fin" est moyen moyen... Je pense que cet homme qui fut incapable de gérer "socialement" son entreprise ne fera pleurer personne, je pense que vous devriez retitrer "OUF, il disparait à jamais". Là ça aurait du style!

le 02/03/2011 à 15:46
Signaler
Je vous approuve et je trouve le titre de la Tribune provoquant ! ce Monsieur n'est vraiment pas à plaindre ! sans doute des salariés de France-télécom pousseront un soupir de soulagement en l'apprenant.... en plus il part avec un ''gros chèque " ???...

à écrit le 02/03/2011 à 13:53
Signaler
La triste fin c'est un peu fort. Bien entendu que c'est collectivement qu"ils sont responsables. Leur stratégie c'est des sous des sous rien que des sous pour nous. Ils veulent un monde de brutes et bien de temps en temps (rarement malheureusement) y...

à écrit le 02/03/2011 à 13:52
Signaler
la fin de ceux qui se sont suicidés parce qu'ils n'en pouvaient plus était encore plus triste et leurs familles n'avaient pas 500;000 euros pour se consoler ; votre titre est une insulte à ces familles

le 02/03/2011 à 14:34
Signaler
Sauf que ces gens ne savaient pas ce que c'était le travail

le 02/03/2011 à 18:47
Signaler
sauros, allez faire un tour dans n'importe quel service de FT, après vous pourrez parler de ce que vous ne connaissez pas. Vous êtes nul.

à écrit le 02/03/2011 à 13:50
Signaler
On ne tire pas de conséquences mais des conclusions !!

à écrit le 02/03/2011 à 13:48
Signaler
a La tribune : vous n'allez pas pleuré pour lui ! dans une carrière il est bon de faire autre chose , qu'il trouve ailleurs une bonne occupation , finie l'époque où on croupissait dans la même entreprise ! faut changer les troupes !

à écrit le 02/03/2011 à 13:41
Signaler
J'ai connu 2 personnes de ma proche famille qui travaillaient à France Télécom. Dans les années 90, elles avouaient en privé sans ambages que lorsqu'elles avaient fait 25 heures de travail effectif en une semaine, c'était une grosse semaine. Et puis ...

le 02/03/2011 à 18:00
Signaler
Vous oubliez les personnes qui ont complètement changé de travail sans accompagnement, ou à qui on a fait comprendre qu'elles étaient inutiles ou totalement incompétentes ; du jour au lendemain. Oui, à ce niveau de responsabilité, quand l'entreprise...

le 02/03/2011 à 18:46
Signaler
Mon entreprise a travaillé avec Didier Lombard lorsqu'il était Ambassadeur aux investissements internationaux pour la France. Je peux dire que c'était quelqu'un de bien.

le 04/05/2011 à 12:05
Signaler
et le fait de connaitre deux personnes sur 100000 vous permet de dire que ce sont tous des faineants!!pauvre France

à écrit le 02/03/2011 à 13:33
Signaler
Lombard, Richard Que fait-on pour des dollars !

à écrit le 02/03/2011 à 13:32
Signaler
Triste fin ? On a vu plus triste quand-même. Moi je connais des gens qui se sont faits virer d'un boulot à 1200?/mois : pour eux c'est triste. Vraiment ! Ce monsieur par contre, je suppose qu'il a de quoi assurer ses arrières, alors trouvez s'il vou...

à écrit le 02/03/2011 à 13:31
Signaler
je me demande comment ce genre de type peut encore se regarder dans une glace....

à écrit le 02/03/2011 à 13:29
Signaler
L'interet de la manip était d(attendre des jours meilleurs (pour le cours) avant de se séparer de ses stocks options non ? En cas de départ c'est très rapide, en cas de retraite c'est plus long, d'ou l'idée de faire durer son contrat jusqu'à la retra...

à écrit le 02/03/2011 à 13:29
Signaler
Pour un triste sire cela serais plutôt une superbe fin vu tout ce qu'il va palper avec ces différentes retriates

à écrit le 02/03/2011 à 13:29
Signaler
La pression qu'on lui a mis pour l'évincer définitivement de FT est une paille à côté de celle qu'il a mis en place au sein de l'entreprise. Un jour, peut-être, sera t-il assez lucide pour comprendre ce qui lui arrive sans que son orgueil lui fasse s...

le 02/03/2011 à 13:51
Signaler
On s'intéresse toujours trop aux nababs ! pas aux petites gens hélas ! combien de suicidés à France télécom ? cela en valait-il la peine ?

à écrit le 02/03/2011 à 13:28
Signaler
J'es père qu'il ne va pas se suicider !

à écrit le 02/03/2011 à 13:21
Signaler
mes collègues avaient aussi la gorge étranglée... mais pas par un sanglot... Et puis, Mr Lombard n'a qu'a appliqué sa stratégie : d'abord, le refus de comprendre, puis la résistance, ensuite la résignation, ne reste que l'intégration, c'est a dire le...

à écrit le 02/03/2011 à 13:08
Signaler
Vous écrivez "Mal vécue parce que mal comprise, mal comprise parce que parfois excessive et plus dogmatique que pragmatique" Difficile de faire moins cohérent ! Si cette "politique de mutations internes" était "parfois excessive" et "plus dogmatiqu...

le 14/03/2011 à 15:03
Signaler
Je plussoie !!

le 29/03/2012 à 16:01
Signaler
Lombard un " ingénieur visionnaire " !!? Le papier de ce monsieur Jaquin est allucinant . Ingénieur , oui . "Visionnaire des évidences" sans doute . Un adepte des méthodes de voyous , très certainement . Pour une meilleure compréhension , voir http...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.