Mobile : la baisse des prix n'est pas finie. Bientôt la voix gratuite ?

 |   |  963  mots
Copyright AFP.
Copyright AFP. (Crédits : AFP)
Bouygues Telecom vient de dévoiler de nouveaux forfaits et un programme d'avantages multi-lignes qui se traduisent par un nouveau recul des prix, et sans surcoût pour la 4G. Free laisse entendre qu'il pourrait aller plus loin dans la baisse des prix de la voix et des SMS.

Après SFR puis Orange, c?est au tour de Bouygues Telecom de dévoiler une refonte complète de sa grille tarifaire, en incluant désormais la 4G, qui sera accessible en mai dans six villes (Lyon, Toulouse, Strasbourg, Issy-les-Moulineaux, Vanves, Malakoff) et en juin dans une série d?autres villes (dont Lille, Douai et Lens) avant une couverture « nationale » au 1er octobre, sans doute au moins « 40 à 60% de la population » selon un concurrent bien informé. Or, bien que le directeur général de Bouygues Telecom, Olivier Roussat, ait récemment insisté sur la nécessité de recréer de la valeur avec la 4G, pour l?instant c?est en réalité une baisse des prix qui ressort des nouveaux forfaits, « de l?ordre de 8% sur l?entrée et le haut de gamme : baisse de 3 euros par mois sur la voix illimitée et 500 Mo et de 5 euros par mois sur le 5Go » relèvent les analystes financiers d?Oddo.

Pas de surcoût sur la 4G pour l?instant
Le numéro trois du mobile en France a enrichi ses offres de divers services, tels que le stockage à distance (en partenariat avec Pogoplug quand SFR s?est associé à Dropbox). Surtout il crée un programme de réduction « multi-lignes » au sein d?un même foyer (famille, colocataires etc) sur le modèle du « multi-pack » de SFR, mais sans l?obligation de posséder une Box Internet, qui diminue de 3 à 5 euros voire 10 euros par mois la facture, soit « une baisse de prix de 23% sur l?entrée et le haut de gamme » notent les experts d?Oddo qui estiment que cela risque de « peser un peu sur l?ARPU (le revenu moyen par abonné) 2013 et 2014. »

Et sur la 4G, pour l?instant Bouygues ne facture pas de supplément : l?accès au très haut débit mobile est inclus dans les forfaits illimités 2Go à 40 euros par mois (avec un téléphone subventionné et 2 ans d?engagement) ou 5Go (60 euros). Mais ces forfaits sont en série limitée » jusqu?au 2 juin seulement : ensuite, Bouygues Telecom devrait augmenter les prix, au lancement « national » en octobre. Mais les analystes restent perplexes sur la capacité des opérateurs à augmenter leurs prix.

« La voix et les SMS coûtent zéro » selon Free
Dans ce contexte, tous les yeux se tournent vers le nouvel entrant, Free Mobile, qui a conquis plus de 5,2 millions de clients en un an (peut-être 6 millions à fin mars selon certaines estimations). Xavier Niel, le fondateur et principal actionnaire de la maison-mère Iliad, a récemment répété qu?il ne comptait « pas augmenter ses prix. Nos allons même enrichir nos offres » a-t-il déclaré au magazine 01net, ajoutant « nous ne sommes pas au maximum des possibilités » sur le forfait à 2 euros (2 heures et SMS illimités, gratuit pour les abonnés ADSL à la Freebox). Or en fin de semaine dernière, dans une de ses provocations dont il a le secret, il a déclaré à l?antenne de Radio Classique (réécouter l'interview) que « la voix et le SMS coûtent zéro. Skype est bien gratuit sur Internet et c?est de la voix. »

Et le patron du 4e opérateur de lancer à l?adresse de ses concurrents, en particulier B&You, la marque low-cost de Bouygues Telecom, qui facture 9,99 euros pour des appels et SMS illimités, « il faut qu?ils en tirent les conséquences et qu?ils arrêtent de vendre ça ! Je dis à nos concurrents qu?il faut qu?ils aillent au bout de leur raisonnement. » S?appliquera-t-il à lui-même cette logique, en offrant de l?illimité voix et SMS dans son forfait à 2 euros (zéro pour les clients ADSL à raison d?une seule remise par foyer), comme en rêvent la communauté de fans de Free ? Certains analystes imaginent plutôt la création par Free Mobile d?un forfait intermédiaire, entre celui à 2 euros et celui à 19,99 euros, incluant des appels illimités. « Free [qui n?a pas de licence GSM] a beau jeu de dénigrer la voix alors que tout son trafic 2G transite sur le réseau d?Orange ! » observe un concurrent.  

La voix représente encore 70% des revenus du mobile
« La voix est morte » lançait il y a peu les experts du cabinet Booz & Co, soulignant le déclin des revenus issus de la voix et la nécessité de mieux monétiser l?Internet mobile. Pour autant, la voix représente encore 69% du chiffre d?affaires des services mobiles en France (au quatrième trimestre selon le dernier observatoire de l?Arcep, hors ventes de terminaux), et même 83% si l?on inclut les SMS et les MMS. Autant dire que les opérateurs ont du mal à renoncer à ce qui leur rapporte le plus et une nouvelle forte baisse des prix de la voix amputerait gravement leurs recettes.

« La voix ne coûte pas grand chose, mais pas zéro : il y a encore des terminaisons d?appel (tarif de gros d'interconnexion compris entre 0,8 et 1,1 centime selon les opérateurs, NDLR) et des frais de maintenance du réseau 2G, même si ce dernier est largement amorti » relève un analyste. « Un utilisateur moyen de forfait illimité consomme environ 5 heures d?appel ce qui correspond à un coût de production d?environ 5 euros par mois, auxquels il faudrait ajouter 2 euros pour les SMS en gros volumes », calcule un autre expert. Difficile à première vue d?offrir appels et SMS illimités pour moins de 7 à 10 euros. A moins de jouer sur les mots et de n?offrir que de la voix sur IP (Skype, Viber etc) dans un forfait n?incluant que de la donnée?
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/04/2013 à 14:08 :
free fanfaronne grâce au système du regle menteur qui le met sous perfusion des autres opérateurs et en particulier de FT. Qu'on fasse une vraie concurrence au lieu de plomber le développement via ces artifices anticoncurrentiels qui font du dégât, et on verra le positionnement de free, le vrai, pas par le truchement des aides, ponctions, subventions, coucou sur les réseaux à prix coûtant...absolument rien ne justifie la situation ubuesque actuelle et c'est d'intérêt général que de favoriser la vraie concurrence plutôt que ce système pervers avec tous ses effets dévastateurs
Réponse de le 18/04/2013 à 12:10 :
Organiser une concurrence en attribuant toute l'infrastructure publique a un seul opérateur n'est pas vraiment ce qu'on aurait pu appeler une vraie concurrence, d'où certaines contraintes posées sur FT depuis lors. Si on veut parler d'une vraie concurrence, alors on créée une structure partagée entre l'Etat et tous les opérateurs, dans laquelle on verse tout le réseau cuivre et les bâtiments. Ensuite, on en reparle...
a écrit le 17/04/2013 à 14:03 :
la situation étant totalement artificielle via tous les avantages donnés par le régulteur, le fait que les tarifs sont un prix d'entrée comme tout nouvel entrant, donc non rentables, que l'autorité n'interdit pas le dumping... il est clair que le cours de l'action qui a atteint le niveau de la bulle orange va dégringoler, XN en est surement conscient. donc soit les tarifs remontent et tout va restabiliser par rapport à la réalité économique, soit XN va au bout et vend tout arrivé au pic de la valeur (il n'a aucun état d'âme le milliardaire, il est conforme à son passé), Il a déjà réduite de presque 1% sur son 60% de part des dividendes. Il faut surveiller ct indicateur car il n'y aura pas de miracles, on ne finance pas les milliards des réseaux et tout ce qui s'ensuit avec du gratuit, sauf à ce que le régulateur au lieu de supprimer les avantages à free en donne encore de nouveaux, mais dans ce cas c'est mafieux !! (et déjà pas mal, rien ne justifie ces dérives et bien d'autres...)
a écrit le 17/04/2013 à 8:31 :
Aaaaaaaaaaahhhhhahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahah! Tous les commentaires que j'ai lu me font drolement marrer. Ceux qui font semblant de s'indigner de la politique soit disant low coast de Free seront les premiers à bien profiter indirectement (puisque il est acquis qu'ils n'iront pas chez Free) de ces baisses de prix et d'ailleurs ils en profitent depuis le début mais ne ne peuvent pas se l'avouer, ça fait mal de voir la vérité en face (celle que je viens d'énoncer). Alors maintenant arrêtons toute cette mascarade et soyons honnête, plutot que de cirer les pompes de Mr Richard, Mr Roussel et Mr Roussat et de mr Niel (comme le font certains "journalistes"), ceux qui tiennent ce discours vont me dire si oui ou non ils prendront un jours les forfaits à plus de 100 ? des 3 historiques?(Hein c'est pour leur permettre d'investir) On verra combien ils seront à avoir le courage de dire oui? Sur ceux là combien le feront REELLEMENT? Il ne doit y en avoir que 1 ou 2 voir 3 à tout péter mais doit pas y avoir grand monde. Les autres ne le peuvent pas. Ce serait douloureux pour leur porte monaie. En plus il y a un semblant de mauvaise fois dans les commentaires. Dénoncer le tout low cost même ce qui n'en est pas c'est beau mais que faites vous des options PAYANTES? du hors-forfait? Et dernière question quels sont ceux (parmi tout ce que j'ai vu ici) d'entre vous qui sont chez Sosh, Red ou bnyou, qu'on rigole un peu avec un forfait à 20 ? ? Ayez le courage de vous montrer? et ceux qui sont chez les marques historiques ? (à mon avis pas beaucoup)
Moi je suis chez Free Mobile(forfait à 2 euros) et j'en suis content!! Ca ne fait pas de moi un fanboy. Je suis tout simplement un aboné satisfait de son opérateur.
Réponse de le 17/04/2013 à 12:44 :
j'ai open et c'est trés bien, mais la question n'est pas là, il est facile comme expliqué ci dessous, de casser les prix quand c'est les autres qui payent , cf surfacturation des terminaisons d'apples, 10e payés par les autres opérateurs à free, facile de faire un forfait "pas cher" ....!!! par ailleurs, il est clair qu'un abonnement à 2e n'est pas rentable comme l'a trés bien illustré un commentaire ci dessous, ce n'est pas avec ça que free va investir les milliards. Non je n'achète pas low cost, ni je ne fais travailler au black, pas schizo,

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :