Tours télécoms, fibre : comment Orange veut tirer profit de ses infrastructures

 |   |  767  mots
Stéphane Richard, le PDG d'Orange.
Stéphane Richard, le PDG d'Orange. (Crédits : Reuters)
Lors de la présentation de son plan stratégique 2025, ce mercredi, l’opérateur historique a annoncé la création de sociétés d’infrastructures pour ses tours télécoms et dans la fibre.

Les opérateurs sont assis sur un tas d'or : leurs infrastructures Internet fixe et de téléphonie mobile. En France et en Europe, les champions du secteur multiplient les opérations visant à céder leurs réseaux de fibre ou leurs parcs de tours télécoms pour se renflouer. Il faut dire qu'aujourd'hui, les fonds d'infrastructures ont les crocs. Ils sont prêts à débourser des sommes folles pour ces actifs jugés stratégiques et sûrs. Dans l'Hexagone, Bouygues Telecom, SFR et Iliad ont tous procédé à des ventes de tours télécoms. Il y a près d'un an, SFR a cédé une participation minoritaire (49,99%) de SFR TowerCo, la société gérant plus de 10.000 de ses sites mobiles, au fonds d'investissement KKR, pour 1,8 milliards d'euros. Seul Orange n'avait, jusqu'alors, rien entrepris pour vendre ou mieux tirer profit de ses infrastructures. Sa stratégie était très attendue. Le groupe l'a dévoilée ce mercredi, lors de la présentation de son plan stratégique 2025.

Que va faire l'opérateur historique ? Dans le mobile, Orange a annoncé la création de « TowerCo » (Tower Companies) dans les pays où il est présent, afin d'y loger ses tours de réseaux mobiles. Dans le courant de l'année prochaine, deux premières TowerCo vont voir le jour en France et en Espagne. Ces structures pourraient, à terme, accueillir des fonds à leur capital. Mais Orange promet qu'il conservera impérativement le contrôle de ces sociétés.

Doper la rentabilité des tours télécoms

En France, la TowerCo gérera les 17.000 sites mobiles de l'opérateur. Elle disposera de ses propres équipes et d'un management spécifique. Leur tâche sera de doper la rentabilité des pylônes et des toits-terrasses, en y accueillant, concrètement, le plus d'opérateurs possible. SFR, Bouygues Telecom et Free pourront, en cas d'accords, accéder à ces sites pour greffer leurs propres antennes de téléphonie mobile. L'idée est aussi d'optimiser leur gestion, en partageant, par exemple, la note d'électricité avec tous les acteurs présents.

En Espagne, Orange envisage aussi de créer une TowerCo, mais possiblement « en joint-venture avec un autre opérateur », a précisé Stéphane Richard, le PDG de leader français des télécoms. L'objectif est ici de disposer « d'une taille critique », dixit le dirigeant, « afin d'attirer des investisseurs ». A la différence de la France, où il numéro un dans le mobile, Orange dispose d'un réseau plus modeste de l'autre côté des Pyrénées, avec un parc de 7.700 sites. En outre, le groupe a annoncé la vente, ce mercredi, de 1.500 pylônes jugés « non-stratégiques », à Cellnex, le géant européen des tours télécoms, pour 260 millions d'euros. Enfin dans un second temps, Orange envisage de créer « une holding européenne, Orange TowerCo, qui serait le réceptacle de toutes les TowerCo nationales », souligne Stéphane Richard. Celle-ci rassemblerait les 40.000 sites mobiles de l'opérateur sur le Vieux Continent.

Un pactole attendu pour les réseaux de fibre ruraux

De manière générale, les TowerCo sont jugées cruciales pour les opérateurs dans les années à venir. Avec l'arrivée de la 5G, les Orange, SFR, Bouygues Telecom et Free vont devoir considérablement densifier leurs réseaux mobiles. Les TowerCo peuvent leur permettre de couvrir des territoires dans lesquels ils ne sont pas présents.

Orange va également créer une société d'infrastructures dédiée à la fibre. Baptisée Orange Concessions, celle-ci regroupera tous les réseaux ruraux de fibre déployés et gérés par l'opérateur pour le compte des collectivités. Au total, ceux-ci rassemblent quelques 4 millions de prises. Ici, « nous cherchons la déconsolidation », souligne Stéphane Richard. En clair, Orange lorgne des fonds ou des investisseurs désireux de prendre le contrôle de la société en échange d'un gros chèque. « L'intérêt, c'est de sortir les Capex [dépenses d'investissement, Ndlr] », précise Stéphane Richard, dans la mesure où « ces réseaux, nous n'en sommes, ni n'en serons jamais, propriétaire ». Cette opération pourrait rapporter un sacré pactole à Orange. A titre de comparaison, Covage, un opérateur d'infrastructures au portefeuille de 2,4 millions de prises dans les territoires ruraux, est en passe d'être racheté 1 milliard d'euros par Altice, la maison-mère de SFR.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/12/2019 à 20:46 :
pas clair du tout. les opérateurs gros investisseurs roulent sur l'or nous dit on. Mais les comptes montrent que c'est au prix de dizaines de milliards de dette, donc s'ils avaient une trésorerie mirobolante, ils n'auraient pas besoin d'emprunter. Au passage on note que les opérateurs qui investissent très peu peuvent acquérir facilement des parts de marchés conséquentes, sur le dos de qui et grâce à qui ?: le système de régulation qui empêche une vraie concurrence..e justifie son utilité avec ça sinon on serait passé à une vraie concurrence comme dans les pays modernes.

Et donc si ces infrastructures sont très rentables, quel bon gestionnaire se séparerait de ce qui est très rentable pour ne conserver que ce qui ne l'est pas ?

les vraies raison sont forcément toutes autres...
a écrit le 05/12/2019 à 16:18 :
Dans le même temps les "responsables de niveau 2" (sic) d'Orange jurent que les zones rurales seront totalement fibrées par Orange en 2020 et annoncent que les dates précises seront communiquées en début d'année ("avant avril 2020").
Difficile de faire plus embrouillé que la situation des zones rurales coincées entre des échéances aux dates divergentes (2 ans de différence entre celles annoncées oralement par Oragne et celles figurant sur la belle plaquette glacée de la région Bretagne). Une fois de plus l'enfumage à la française est maximal, pour le plus grand bénéfice de quelques uns et aux détriment du citoyen.

On note aussi dans l'article qu'Altice achète des infrastructures pendant qu'Orange envisage de les vendre. Donc deux stratégies complètement divergentes. Il est vrai qu'Altice n'a pas une banque en ligne en difficulté. Si c'était un problème de crédibilité, Orange ne l'améliore vraiment pas en restant aussi ambigüe au sujet de la fibre.
a écrit le 05/12/2019 à 10:00 :
Le capitalisme moderne et d'une imagination débordante, quand on sait que plus de 70% de la valeur de l'entreprise est aux mains d'investisseurs privés en bourse, Orange vend ou loue des infrastructure qu'il à déjà vendu aux investisseurs par le biais de ses actions !!!
Réponse de le 05/12/2019 à 20:56 :
le problème de la fibre c'est que c'est la solution la plus couteuse et la plus lente à déployer et que les usages ne justifient pas ce support. Avec des armoires VDSL qui utilisent les 2 derniers km de cuivre, ça permet d'aller trés vite en couverture THD et pour 5 à 10 fois moins cher, et donc avec cette technique, on peut imposer aux opérateurs de couvrir sur fonds propres...

mais beaucoup d'élus préfèrent avoir de gros appels d'offres en dizaine de millions d'euros pour avoir des réseaux d'initiative publiques (RIP) plutôt que ne rien dépenser, allez donc savoir pourquoi ...???

et d'autant plus que la fibre n'est en rien pérenne dans ce domaine des technos qui évoluent trés vite, la preuve, la 5G va non seulement prendre des parts de marchés importantes au dogme du tout fibre, mais en plus la 5G va permettre de couvrir en mobile mais aussi de mutualiser les canaux pour desservir des clients en débits qui se raccrochent aux réseaux fixes en amont, donc plus besoin de fibre de raccordement....

mais rien n'y fait, les élus veulent de la fibre partout.. promis, donc on fait, peu importe si ça ne sert à rien... et sans dire que chaque ménage va payer 250e/an pendant 10 ans, qu'il ait la fibre ou non, pour payer les quelques 35 milliards nécessaires à cette folie politique (chiffres révisés par la CdC).
a écrit le 04/12/2019 à 18:58 :
Quand on est opérateur mobile, qu'on a vendu ses tours de diffusions et qu'on s'est mis en position de dépendance vis à vis des requins qui vont les achetées, on devient quoi? Un sous opérateur ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :