La Tribune

Les liquidités coulent à flot vers les obligations européennes

monfinancier.com  |   -  285  mots
Après une semaine historique, marquée par une chute vertigineuse des rendements des emprunts d'Etat européens, la France avait une nouvelle fois rendez-vous avec les marchés obligataires ce lundi. Et une fois encore, les rendements consentis sont ridiculement bas au regard des fondamentaux de l'économie française.

L'Agence France Trésor a donc placé pour 3,7 milliards d'euros de BTF à 12 semaines, assorti d'un rendement à 0,013%. Le Trésor a également émis pour 1,5 milliard d'euros de BTF à 21 semaines, avec un rendement de 0,029%, et pour 2 milliards d'euros de BTF à 51 semaines, assorti d'un rendement de 0,067%.De manière générale, leurs rendements européens à dix ans ont atteint les niveaux les plus faibles de leur histoire. Parallèlement, les rendements des obligations périphériques, comme l'obligation à deux ans ont atteint des points bas depuis octobre 2010. Autre signe d'un regain d'appétit pour le risque, le yen a touché ses plus bas niveaux en plusieurs années à la fois face au dollar et à l'euro.

Pour rappel, la semaine dernière, la Banque du Japon a pris le marché par surprise en annonçant qu'elle comptait doubler ses avoirs en obligations japonaises à long terme d'ici 2014 et qu'elle rachèterait des emprunts d'Etat nippons, ou JGB, de toutes maturités dans le cadre de son programme d'assouplissement. La BOJ va donc utiliser de manière frénétique la planche à billet, une nouvelle qui a fait chuter les taux des obligations d'Etat français, belges, autrichiens et néerlandais, au plus bas de leur histoire.

Sur le marché secondaire, l'obligation souveraine à 10 ans de la France est à son plus bas historique... en baisse de 1 point de base à 1,74%. Le spread, c'est-à-dire l'écart des couts de financement avec l'Allemagne est réduit à 51 points de base, le Bund allemand se négociant à 1,23%. Les obligations des pays périphériques profitaient également de ce regain d'appétit pour le risque. Les taux à 10 ans espagnols et Italiens se détendaient de respectivement 1 et 3 points de base, 4,72% et 4,33%

  Plus d'actualité Bourse sur MonFinancier

Réagir

Commentaires

Tony Meuter  a écrit le 08/04/2013 à 17:42 :

La dette publique européenne est devenue une vache à lait du recyclage de la bulle monétaire dollar, de quoi asphyxier financièrement les deux prochaines générations d'Européens. L'acceptation de taux différents pour les obligations européennes est déjà une erreur source de grave instabilité. L'acceptation que des acheteurs non-européens soient autorisés à acheter ces obligations pour recycler leur bulle financière et monétaire est une erreur plus grave encore. Il suffit qu'un pays concurrent souffre d'une bulle financière à recycler ou pratique le dumping monétaire pour devenir créancier à bon compte de l'Europe. Il n'y a pas de stratèges financiers en Europe. Ou alors ils ne sont pas aux commandes.