Les recettes du succès : "montrer aux professeurs qu'ils sont reconnus pour leur travail"

 |   |  585  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Rares sont les lycées publics non parisiens parmi ceux qui figurent parmi les 50 meilleurs lycées. La filière technologique du lycée Lesdiguière des métiers de l'hôtellerie et du tourisme de Grenoble fait exception. Frédéric Degroote, proviseur adjoint du lycée des métiers de l'hôtellerie et du tourisme de Grenoble, revient sur les "recettes du succès".

La Tribune - Votre lycée, figure dans le top 20 de notre classement des lycées généralistes français. Une bonne surprise ?

Frédéric Degroote - C'est une bonne nouvelle mais pas vraiment une surprise. Nous disposons d'une équipe de professeurs stable et motivée, ce qui permet un bon suivi des élèves. Ce résultat est celui du pôle technologique situé sur le site Beaumarchais qui est une petite structure (60 élèves de terminal répartis en 2 classes technologiques hôtellerie). Toutefois, avoir 100% de réussite au baccalauréat en 2010 reste particulièrement encourageant puisque les élèves d'une de ces deux classes, viennent de notre première d'adaptation après avoir décroché un BEP ; ils ne se destinaient pas au départ à passer un bac technologique. Par ailleurs nous emmenons beaucoup de nos élèves de seconde jusqu'au bac, nous n'avons pas de redoublant et les quelques élèves qui nous quittent le font souvent à cause d'une mauvaise orientation.

- Comment recrutez vous vos élèves ?

Sur l'académie nous sommes, avec Thonon, les seuls à proposer une filière hôtelière, nous recrutons donc dans toute l'académie, la carte scolaire ne s'applique pas pour nous. Pour la sélection des élèves il y a aussi une différence entre nos deux classes. Les élèves issus de la filière généraliste sont triés sur le volet par la procédure AFFELNET puisque seulement un dossier sur cinq est retenu. Pour l'autre moitié des élèves, intégrant la classe de première d'adaptation, le taux de pression est beaucoup moins important.

- La sélection joue-t-elle un rôle majeur selon vous ?

Nous recrutons certes des élèves d'un bon niveau, mais nos résultats résultent surtout de la qualité du suivi de ces derniers. La majorité de nos élèves étant internes, ils bénéficient dans ce cadre d'un soutien spécifique avec une heure et demi d'étude le soir, encadrés par des assistants d'éducations avec qui les professeurs travaillent en liens étroits. C'est l'occasion non seulement de faire un suivi technique mais c'est aussi un moyen d'encadrer les élèves de leur apprendre à s'organiser dans leur travail. Une autre clé de la réussite est la motivation de nos professeurs ; ils montent des projets pour les concours professionnels et essaient de renforcer le lien entre enseignement général et enseignement technique.

- Vous semblez accorder une grande part de la réussite de vos élèves à l'engagement de vos professeurs, avez vous une recette particulière pour encourager cet engagement?

Il n'y a évidemment pas de recette universelle, si elle existait,  tous mes confrères l'appliqueraient aussi. Dans notre lycée nous essayons d'avoir un mode de management où nous sommes à l'écoute des projets des uns et des autres et où nous les valorisons. Je crois qu'il est important de montrer aux professeurs qu'ils sont reconnus pour leur travail. Ceci étant dit la réussite reste avant tout une association d'éléments, nous avons la chance d'avoir des gens motivés, aussi bien professeurs qu'élèves, qui ne nous ont par rejoint par dépit. Il y a aussi le poids de l'héritage, certaines valeurs de rigueur que nous tentons de faire perdurer. Ces valeurs contribuent à donner une certaine image de marque à notre établissement, ce qui motive d'autant plus professeurs et élèves, soucieux de préserver cette image.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :