La Tribune

L'éolien, première source d'électricité en Espagne

Copyright Reuters
Copyright Reuters
Gaëlle Lucas, à Madrid  |   -  345  mots
Le vent a fourni 21% de la demande électrique au mois de mars et permis au pays d'éviter d'importer pour 250 millions d'euros d'énergies fossiles.

L?énergie éolienne a été le premier pôle de production d?électricité en Espagne en mars en fournissant 21% de la demande. Elle dépasse ainsi la production de sources comme le nucléaire (19%) et l?hydraulique (17,3%). Les énergies renouvelables dans leur ensemble ont couvert 42,2% de la demande en électricité.

C?est la première fois que cela se produit depuis que l?Espagne a fait le pari des énergies renouvelables, notamment pour limiter sa dépendance vis à vis de l'étranger. Celles-ci comblent à hauteur de 75% les besoins espagnols en énergie, contre une moyenne d?un peu moins de 60% dans l?Union européenne, selon les données officielles. Dans ce contexte, l?Association des entreprises éoliennes (AEE) souligne que l?énergie du vent a permis à l?Espagne d?économiser 250 millions d?euros en importations d?énergie fossile en mars.

De tels chiffres renforcent les arguments du secteur de l?éolien qui lutte pour ne pas être considéré comme marginal. En mars, le secteur a battu son propre record avec une production de 4.738 GWh. Fin 2010, l?énergie éolienne comptait ainsi une puissance installée de 20.676 mégawatts, en ligne avec les objectifs de l?Espagne, qui s?est engagée à atteindre une puissance éolienne de 35.000 MW en 2020.

Les énergies renouvelables font l?objet de vives critiques des géants de l?énergie (Gas Natural, Endesa etc...) ; celles-ci dénoncent le surcoût que représentent pour le secteur les primes qu?elles perçoivent (estimées à 6 milliards d?euros en 2010). Pour garantir l?équilibre du système électrique, outre une hausse des tarifs de l?électricité de près de 10% en janvier, (le prix de l?électricité n?a pas été modifié en avril), le gouvernement veut donc limiter ces aides aux producteurs d?énergie renouvelable. Ainsi, un décret de décembre 2010 impose une baisse des primes à l?éolien de 35% d?ici à 2013, et limite le nombre d?heures de production bénéficiant d?aides publiques. Un autre décret datant de décembre dernier abaisse aussi les primes au secteur photovoltaïque.

Réagir

Commentaires

much  a écrit le 20/12/2013 à 19:06 :

Bravo aux Espagnols, ils sont moins sectaires que nos responsables endoctrinés par le "tout nucléaire"

militant  a écrit le 16/07/2011 à 9:15 :

En france, on a les même brasseur d'air au gouvernement

Coco Swing  a écrit le 15/07/2011 à 20:18 :

Et le projet Désertec on en est où ? Car là ce serait une tout autre histoire. N'est-ce pas les récalcitrants ?

disle  a écrit le 15/07/2011 à 15:03 :

Ou elles doivent être couplées à du stockage pour lequel peu de developpements semblent être faits autres que les batteries.
Le solaire a le même problème que l'éolien sur le fond. Fonctionne une partie du temps seulement. Donc a besoin d'autre chose pour un besoin permanent et continue.


moi  a écrit le 06/04/2011 à 20:27 :

absurde. sans énormes subventions les éoliennes font pshitt.
de plus elles doivent être couplées à des centrales à pétrole.

donc vive le nucléaire!

much  a répondu le 20/12/2013 à 19:02:

Faut être complétement rétrograde et intéressé au mauvais sens du terme pour trouver du bon dans le nucléaire. Sans même parler du coût astronomique des accidents qui font maintenant peur à des millions de gens, le coût réel est largement sous-évalué puisqu'on ne compte pas le traitement des déchets pour toute leur durée de vie (les plus dangereux) ni du démantèlement des vieilles centrales. Attention aux fausses modernités !

Pantago  a écrit le 04/04/2011 à 16:25 :

Avant de crier au miracle consultez par exemple le site suivant: http://suivi.eolien.verite.free.fr/index.php?, ou l'article Wikipedia sur l'éolien.

clodef  a écrit le 01/04/2011 à 16:45 :

Le chiffre global 2010 pour la production d'électricité d'origine éolienne est de 17%C'est certes pas mal pour une énergie intermittente comme l'éolien qui marche 20 % du temps.Mais ,outre le nucléaire qui représente 22% des besoins,le fossile (charbon,fioul,gaz) apporte 33% des besoins ;l'hydraulique fait part égale avec l'éolien avec 16% .Il faut donc relativiser ce titre accrocheur

Corso  a écrit le 01/04/2011 à 16:22 :

Produire c'est bien, vendre c'est mieux. La problématique des sociétés espagnoles va être de vendre pour des profits qui ne soient pas que du vent. Le pays est en effet incroyablement investi par les groupes étrangers. Fusions en perspective. Repsol avec Gas Natural serait un bon commencement.

ciray  a répondu le 15/05/2013 à 13:57:

L'Ouverture d'esprit n'est forcément une fracture crane .
C'est fou que vous recitez bien les éternels arguments distillés
à longueur de temps par les merdias officiels . Que c'est dur de
changer n'est ce pas . Allons la production d'électricité de cette
façon alternative est inéluctable et elle se fera avec ou sans prime .
Comment expliquez vous qu'un capteur photoV qui est vendu en France
600 à 750 Euros ne vaut que 230 E en Thaillande ?
Heureusement que l'Allemagne veille au grain pour protéger ses entreprises
qui fabriquent des Capteurs sinon à ce prix tous nos toits seraient envahis .