Robots : les propos alarmants de la Banque mondiale sur l'emploi

 |   |  541  mots
En pleine crise et avec ces aspirations, nous devons changer nos manières de travailler dans une finance en développement, a déclaré le directeur de la Banque mondiale.
"En pleine crise et avec ces aspirations, nous devons changer nos manières de travailler dans une finance en développement", a déclaré le directeur de la Banque mondiale. (Crédits : Mohanraj Durairaj/Flickr)
"Deux tiers des emplois pourraient être détruits à cause de l'automatisation des tâches" selon le directeur de la Banque mondiale Jim Yong Kim. Ce constat, qui concerne les pays en développement, risque de relancer la polémique sur la place des robots sur le marché du travail.

Ces déclarations risquent de susciter des inquiétudes sur la destruction des emplois liée à l'automatisation. Invité à une conférence à Los Angeles par le Milken Institute ce lundi premier mai, le président de la Banque mondiale Jim Yong Kim a déclaré que "deux tiers des emplois pourraient être détruits à cause de l'automatisation dans les pays en développement".

L'Ethiopie et la Chine très menacées

Dans son intervention, le médecin de formation a pris en exemple quelques pays où les risques de destruction d'emplois sont particulièrement marqués. En Ethiopie, 85% des emplois pourraient être détruits contre 77% en Chine ou 72% en Thaïlande d'après des propos rapportés par Business Insider. Selon le responsable de l'institution internationale, ce sont surtout les pays les plus pauvres, les plus industriels ou ceux qui ont bénéficié de délocalisations des sites de production qui seraient les plus touchés

De multiples avertissements

Le docteur en anthropologie avait déjà prononcé de multiples avertissements, notamment lors d'une rencontre organisée entre la Banque mondiale et le FMI le 20 avril dernier :

"Nous estimons que deux tiers des emplois qui existent actuellement dans les pays en développement risquent d'être anéantis par l'automatisation. En même temps, internet, les smartphones et les réseaux sociaux permettent à chacun de voir ce que les autres vivent, ce qui pourraient faire naître des aspirations chez les gens pour parcourir le monde. Je le vois partout où je vais. En pleine crise et avec ces aspirations, nous devons changer nos manières de travailler dans une finance en développement. Nous devons trouver de nouvelles façons d'innover pour atteindre les plus pauvres et rendre le monde plus sûr et plus stable pour l'aider à grandir".

Par la suite, il a expliqué que les risques liés à l'automatisation s'ajoutent aux autres crises que connaissent certains de ces pays : conflits, changement climatique, réfugiés et famines. Jim Yong Kim insiste donc pour que la Banque mondiale entame des discussions avec le secteur privé pour trouver des solutions pour le marché du travail dans les années à venir.

Des projections très diverses

Il est complexe d'avoir une estimation consensuelle de l'impact de l'automatisation sur le marché du travail.

"Personne ne peut prévoir l'impact du changement technologique [sur le marché du travail] dans les prochaines décennies [...] Ce qui est clair en revanche, c'est que les élus doivent faire face à une course entre la technologie et l'éducation, et les gagnants seront ceux qui vont encourager à l'amélioration des compétences et tout ce qui pourrait être bénéfique pour le monde numérique". soulignait justement la Banque mondiale dans un rapport publié l'an passé.

Plusieurs projections et études proposent des chiffres inquiétants sur la destruction d'emplois dans les prochaines années. A l'inverse, d'autres études d'économistes ont souligné dans le même temps que l'automatisation avait créé plus d'emplois qu'elle n'en n'avait détruit sur les 140 dernières années au Royaume-Uni par exemple. La vraie différence sur le marché du travail pourrait donc s'observer entre les niveaux de développement des pays.

>> Lire aussi Y aura-t-il encore du travail demain ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/05/2017 à 17:34 :
Attention ! Lisez bien tous les mots de cet article. Il dit "DANS LES PAYS EN DEVELOPPEMENT"
Pourquoi justement dans les pays en développement ? D'une part parce qu'ils nous ont déjà piqué l'essentiel du travail très peu qualifié et que c'est le type de travail qui est le plus rapidement automatisable et d'autre part parce que l'évolution de l'Industrie, ce que nous appelons en France l'Industrie du Futur et que les Allemands appellent l'Industrie 4.0 va rapatrier dans les pays développés la production qui était jusqu'alors délocalisée en Asie.
Quand on vous dit que la robotique va créer des emplois en France ! Mais oui, ces emplois créés en France seront aussi des emplois détruits en Asie. C'est le retour de baton.
Quelques précisions sur l'Industrie du Futur : elle sera constituée de petites unités de production, fortement automatisées, situées à proximité des lieux de consommation et elles fabriqueront des produits en petite séries, voir personnalisés. Plus écologiques, plus souples, plus réactives, elles vont rapatrier en France (et dans tous les pays Occidentaux) la production de masse qui était réalisée auparavant en Asie et y substituer un nouveau type de production. C'est un cycle long, cette mutation ne va pas se faire sur l'année mais sur les 20 ans à venir et elle va créer des emplois très qualifiés pour la mise en oeuvre de cette industrie et des emplois moins qualifiés pour la logistique et toutes les tâches complexes que les machines ne savent pas faire (une tâche complexe pour une machine pouvant être une tâche banale pour un homme).
Voili - voilou
a écrit le 04/05/2017 à 11:02 :
De tout temps l’être humain, fainéant de nature, a chercher a faire travailler les autres... La bonne nouvelle est qu'aujourd'hui ce seront plutôt des robots que des esclaves humains (payés au smic compris...)
Ce qu'il va falloir clairement intégrer maintenant est que les charges, cotisations, impôts etc devront rapidement changer d'assiette. "taxer" le travail humain ou robotique comme le proposait hamon ne servirait qu'a le faire faire ailleurs. Donc produisons, peu importe comment, et partageons le résultat de la richesse créée par cette production... il reste donc a inventer l’impôt sur l'économie de la nation... ce qui ressemble fortement a supprimer toutes les formes actuelles de taxes, et en faire une seule basée sur le chiffre d'affaire , avec quelques paramètres bien ajustés...
a écrit le 04/05/2017 à 10:47 :
Donc on se demande l'utilité de faire travailler les ouvriers jusqu'à 65 ans ! Et quel intérêt de faire des semaines de 45 heures Mr Fillon ? Il serait bien plus judicieux de commencer à adapter l'humanité à l'après travail.
a écrit le 04/05/2017 à 6:52 :
Ce ne sont pas les robots qui sont en cause, mais la façon dont les revenus seront partagés !
a écrit le 03/05/2017 à 20:42 :
Eh bien il y a mille choses à faire plutôt que de s'abrutir devant un travail sans intérêt. L'occasion de revoir notre rapport au travail....en revanche tout cela s'organise.....
a écrit le 03/05/2017 à 16:44 :
Il n'y a pas de polémique on sait tous que l'emploi est condamné à terme, seuls les prêtres néolibéraux et les fascistes nous affirment l'inverse ce que l'on aimerait c'est que nos politiciens nous parlent de ce fait majeur de société et nous disent comment ils comptent s'y adapter parce que la négation de ce problème majeur par le pen et macron n'inaugure vraiment rien de bon.
a écrit le 03/05/2017 à 16:18 :
Pour rester dans le "climat électoral", on peut on conclure que Hamon avait fait la bonne analyse, mais ne proposait pas la bonne solution en voulant taxer les robots.
Une étude OCD prévoyait la disparition de 10 % des emplois au niveau mondial.
Ceci dit, c'est d'une telle évidence qu'il n'y a que plus que quelques illusionnistes ou les adeptes du "bon vieux travail" à l'usine qui essayent de nous faire croire qu'on va continuer à fabriquer des appareils à la main, histoire de s'occuper.
Soyons sérieux, il va falloir trouver des solutions autrement plus convaincantes que le "travailler plus pour gagner plus". La réduction ou le partage du temps de travail, par exemple ? Mais ça y est, il y en déjà qui sortent les crucifix et les gousses d'ail.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :