Dans quel état Hollande laisse-t-il l'économie française ?

 |   |  1463  mots
Dans le domaine économique, social et budgétaire, le bilan du quinquennat de François Hollande est peu glorieux.
Dans le domaine économique, social et budgétaire, le bilan du quinquennat de François Hollande est peu glorieux. (Crédits : Philippe Wojazer)
Le quinquennat de François Hollande s'achève. Entre austérité et politique de l'offre, la politique économique a beaucoup varié depuis cinq ans. Quels résultats a-t-elle produit ?

Le quinquennat de François Hollande s'achève. Quel bilan économique et social en tirer ? De quelle économie française Emmanuel Macron ou Marine Le Pen prendront-ils les rênes à l'issue du second tour de l'élection présidentielle ?

A plusieurs reprises au cours de cette période, au gré des changements de Premier ministre - il y en a eu trois - et de ministres de l'Economie - il y en a eu quatre -, La Tribune s'est livrée à ce petit exercice de synthèse. En attendant de jauger les effets de long terme de la politique économique menée lors de ce quinquennat, il nous est apparu utile de se livrer à ce travail rétrospectif.

Un début de quinquennat délicat

Tout a commencé par une erreur de diagnostic sur l'état de l'économie française après la crise de 2008-2009. Avouée le 31 décembre 2013, plus d'un an après son élection, cette erreur d'appréciation a conduit François Hollande à se tromper de politique. Farouchement obstiné à redresser les comptes publics pour respecter les engagements de la France vis-à-vis de Bruxelles en la matière, la fiscalité pesant sur les ménages (en particulier les classes moyennes et aisées) et les entreprises a brutalement augmenté. Résultat, la consommation des ménages, le principal moteur de l'activité, a reculé, l'investissement des entreprises a chuté et le commerce extérieur a plongé. La politique d'austérité a étouffé les velléités de reprise. Depuis, c'est dans un climat de défiance que l'exécutif agit.

Une politique de l'offre affirmée

En 2014, après la création du crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (CICE), le Pacte de responsabilité donne le coup d'envoi de la politique de l'offre du gouvernement. Grâce à cette politique de l'offre lancée en 2014, qui a permis le recul du coût du travail, le taux de marge des entreprises a progressé. Il est passé de 31,4% à 31,8% de la valeur ajoutée entre 2015 et 2016.

Dans la foulée, également stimulé par la faiblesse des taux d'intérêts, l'investissement repart timidement. Mais cette progression n'est pas assez forte pour avoir un effet sur l'activité et l'emploi, l'investissement des entreprises ne représentant que 23% de la consommation des ménages et 12% du PIB. La fin de la mesure de suramortissement n'est pas de nature à prolonger cette dynamique. Cette politique, qui a provoqué l'ire des Frondeurs du Parti socialiste, a-t-elle permis de faire reculer le niveau des défaillances d'entreprises ? C'est bien loin d'être le cas, celui-ci restant très élevé. Certes, il a reculé de 8,3% entre 2015 et 2016, pour s'élever à 57.844. Mais ce nombre reste proche des sommets atteints en 2009 (63.204) et en 2013 (63.452).

Le commerce extérieur en panne

Miroir des forces et faiblesses de l'appareil productif français, le commerce extérieur affiche des résultats... médiocres.

En effet, en 2016, en dépit de la faiblesse de l'euro face au dollar, dont le cours est relativement proche de la parité, et du niveau des cours du brut, la France a vu son déficit commercial augmenter. Il s'est en effet élevé à 48,1 milliards d'euros, soit 3,1 milliards de plus qu'en 2015. Lancé avec assurance en 2013 par Nicole Bricq, alors ministre déléguée au Commerce extérieur, le pari d'équilibrer la balance des produits manufacturiers est raté puisque le déficit a atteint 35,1 milliards d'euros l'année dernière. Il a augmenté de 9,2 milliards d'euros par rapport à 2015.

C'est tout. Tous les autres indicateurs sont dans le rouge. Les exportations ont reculé de 0,6% quand les importations ont augmenté de 0,1%, provoquant un nouveau repli du taux de couverture (le ratio exportations/importations) qui s'élève désormais à 90,4%. Soit 0,6 point de moins qu'en 2015.

"Le recul des ventes de biens intermédiaires est particulièrement marqué, notamment les produits métallurgiques et chimiques, dans un contexte de baisse de la demande européenne et de tassement des prix de matières premières industrielles. Les exportations de produits énergétiques affichent un nouveau repli et celles de produits agricoles diminuent fortement, en particulier les céréales ", détaillent les Douanes.

Dans le secteur manufacturier, le bilan est aussi médiocre. Malgré la progression des exportations, le déficit automobile (véhicules et équipements automobiles) se creuse de 3,3 milliards, du fait de la poussée des importations. La livraison du paquebot de croisière "Harmony of the Seas" constitue quasiment la seule amélioration notable du solde manufacturier. Même le secteur aéronautique voit ses performances s'amoindrir

L'élargissement du déficit manufacturier s'explique principalement par la réduction de 3,7 milliards de l'excédent aéronautique, passant de 22,3 milliards à 18,6 milliards d'euros ", constatent les Douanes.

Symbole de ces difficultés chroniques (le dernier excédent commercial remonte à 2003), le nombre total d'opérateurs à l'exportation a reculé de 0,6% pour atteindre 124.100 unités légales.

[Le nombre d'exportateurs] "recule vers toutes les zones géographiques, notamment vers l'Afrique et l'Europe hors UE. Les exportateurs de matériel informatique et électronique et de véhicules automobiles sont les plus touchés", précisaient les Douanes lors de la présentation du bilan annuel.

A titre de comparaison, l'Italie et l'Allemagne, qui affichent des balances commerciales excédentaires, disposent de bataillons à l'export bien plus étoffés. L'Italie compte environ 200.000 entreprises exportatrices. Et l'Allemagne ? Plus de 300.000.

Les parts de marché se replient

Pourtant, comme le précise le bilan de la compétitivité réalisé récemment par l'Institut COE-Rexecode, le coût salarial unitaire n'a augmenté en France que de 0,9 % en 2016, contre +1,3 % en moyenne dans la zone euro et +1,9 % en Allemagne. Pour la période de 2012 à 2016, les écarts observés sont encore bien plus marqués. En effet, le coût a progressé de 0,8 % en France contre 3,7 % en moyenne dans la zone euro et +9,1% en Allemagne.

"L'amélioration de la compétitivité-coût a permis à la fois un début de redressement de la compétitivité-prix et un certain rétablissement des marges des entreprises françaises »,

indique COE-Rexecode, qui poursuit son raisonnement ainsi :

"La hausse des prix à l'exportation des produits français, qui avait été supérieure de 6 points à la hausse moyenne des prix à l'exportation des produits de la zone euro entre 2000 et 2007, a fait place à une baisse de -1,4 % sur la période 2011-2016. Le prix moyen des exportations de la zone euro a baissé un peu plus que les produits français (-2,5 %), tandis que le prix moyen des exportations allemandes a, quant à lui, augmenté de +1,3 %."

Des parts de marché en baisse, un manque à gagner de 1.500 milliards...

En dépit de cette amélioration de la compétitivité-prix des produits fabriqués en France, les résultats pour 2016 de l'enquête de COE-Rexecode portant sur la compétitivité des produits français varient peu d'une année sur l'autre. Comme en 2015, les importateurs européens consultés considèrent toujours les produits français comme étant trop chers.

Plus grave, la part des exportations françaises de biens et services dans celles de la zone euro a légèrement reculé en 2016, s'établissant à 13,4 %, après 13,6 % en 2015. Elle s'élevait 17% en 2000.

"Si la part de marché française était restée à son niveau de 2000, le montant des exportations de biens et services de la France serait au-dessus du niveau actuel de 170 milliards d'euros", avance COE-Rexecode qui estime à 1.500 milliards d'euros le manque à gagner cumulé depuis quinze ans pour la France, soit près des trois quarts de son PIB annuel.

Quels résultats dans le domaine de l'emploi ?

Cette politique a-t-elle permis de faire reculer le chômage ? En mai 2012, lors de l'élection de François Hollande, 2.922.100 personnes étaient inscrites dans la catégorie A, soit 9,3% de la population active de la France métropolitaine. Aujourd'hui, Pôle emploi en recense 3.464.400, soit 9,7% de la population active. Plus de 6 millions de personnes sont actuellement inscrites à Pôle emploi.

Certes, la tendance est à la baisse. Sur les douze derniers mois, le nombre de demandeurs d'emplois en catégorie A a reculé de 3,2%, ce qui représente 115.000 demandeurs d'emploi en moins. Mais cette tendance est fragile. Très fragile. Entre décembre et février, leur nombre a progressé de 0,2%.

Des finances publiques plus saines

Point positif du quinquennat, les ministres des Finances - au nombre de trois, bis repetita - qui se sont succédés à Bercy ont réussi à faire reculer le déficit public, dans un souci de tordre le cou à l'idée reçue - émise par la droite - selon laquelle la gauche est une mauvaise gestionnaire du denier public. Celui-ci s'élevait à 4,8% du PIB en 2012 et à 3% du PIB en 2016. Le ministère espère le faire passer sous la barre des 2,7% du PIB cette année.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/05/2017 à 15:51 :
Un commentaire de la part de " élu ps " ?
a écrit le 01/05/2017 à 18:49 :
Ce serait donc plutôt quelle politique économique a t'il mené pendant 5 ans, exactement celle du néolibéralisme européen.

Faire le lien entre sarkozy et le pen finalement irait très bien avec cette politique d'austérité permanente, presque logique.

Veulent ils le pen tous ?
a écrit le 30/04/2017 à 6:28 :
Les Français ouvrent toujours les yeux avec un temps de retard et comprennent la nuisance du socialisme après la bataille ,enfin quant-ils comprennent ! sinon François Macron ne nous ferais pas les mêmes promesses que holand il y a cinq-ans , qui va se pavaner à Paris , dans plus de 300 m² à nos frais ( 14.000€ par mois ) et cherche une propriété de plus , celle-ci à Tulle , mais qui ne paiera toujours pas l'ISF !! C'est pas miraculeux ça ??? surtout pour un non croyant !! ( socialisme oblige )
a écrit le 27/04/2017 à 17:15 :
"Un début de quinquennat délicat
Tout a commencé par une erreur de diagnostic sur l'état de l'économie française après la crise de 2008-2009"
Quand on est comme les trois singes : sourds, aveugles, muets; et en plus menteur et dogmatique, on voit le résultat. S'apercevoir 4,5 ans après qu'il y a une crise, ce n'est plus de l'aveuglement, c'est de l'incompétence.
a écrit le 27/04/2017 à 11:52 :
Hollande nous a fait plaisir dans le rêve: le changement c est maintenant !!!!
Le père noël , voilà ce que nous propose nos politicards de tous bords.
Moins travailler...avec un avenir désirable!!!
Le déclin arrive avec une dette abyssale de 2200 milliards!
a écrit le 26/04/2017 à 22:33 :
Dans quel état il erre ? Ben, il n'a même pas eu le courage de se présenter à l'élection présidentielle... Mais à part ça il prétend être fier de son bilan. Faites ce que je dis, pas ce que je fais ? Allez, ne le retenez pas, il a déjà fait notre malheur !
a écrit le 26/04/2017 à 22:16 :
@gaelliss : quand je parlais d'"auto-flagellation permanente, et tellement franchouillarde, en plus", je ne croyais aussi bien dire en parlant de vous.
Et j'ajoute pour tous les autres grincheux qui continue à s'inquiéter : posez un peu les pieds sur terre, arrêtez de lire Le Monde, Mediapart, Atlantico et toute cette littérature rance et défaitiste.
Eclatez-vous, nom de D.... !!!!
Et ne votez pour la marine : ça ferait trop plaisir à Mister Trump
a écrit le 26/04/2017 à 22:13 :
@gaelliss : quand je parlais d'"auto-flagellation permanente, et tellement franchouillarde, en plus", je ne croyais aussi bien dire en parlant de vous.
a écrit le 26/04/2017 à 18:24 :
Déjà avec 37500 chomeurs de plus !!!!!
a écrit le 26/04/2017 à 17:37 :
la seul chosse positive de hollande ca ete la petite reforme des impots ,mais il n est pas allez assez loin POUR LES PETITS REVENUES ???
a écrit le 26/04/2017 à 16:11 :
le responsable de cette deroute est d abord le ministre de l economie MACRON
Réponse de le 27/04/2017 à 17:18 :
Vu les résultats, personne ne tien rigueur à Macron, surtout pas la finance.
a écrit le 26/04/2017 à 15:35 :
il ne faut pas tout lui mettre sur le dos, Sarkozy et Chirac/Jospin ont bien merdé aussi.
"Si la part de marché française était restée à son niveau de 2000, le montant des exportations de biens et services de la France serait au-dessus du niveau actuel de 170 milliards d'euros", ce qui veut dire que la balance serait excédentaire. En fait, Chirac/Jospin ont commis des erreurs monumentales (abandon du Franc et 35h au même moment) que Sarkozy/Fillon et Hollande/Valls/Macron n'ont pas su gérer ensuite. Si la France avait gardé le Franc en 2000 (comme l'Angleterre sa Livre), la situation serait bien moins grave aujourd'hui.
a écrit le 26/04/2017 à 15:05 :
Ultime vent de François Hollande à la face de ses électeurs, Emmanuel Macron est un produit qui se vend bien. Moitié anxiolytique, moitié analgésique, il a été spécialement conçu pour les peuples en phase terminale, ce qui explique pour une bonne part son succès dans l’hexagone. Sa campagne, qui ressemble à une pub soporifique pour de la crème dessert, marque un tournant dans la longue histoire de la lobotomie: cette fois-ci, on a atteint la moelle épinière. « Lorsque tout parfois semble perdu ou morose, il faut penser printemps », prêche notre nouvelle idole, qui même sous la torture, ne saurait guère en dire plus sur sa vision de la France. En même temps, quelqu’un qui travaille depuis des années à la démolition programmée du système social français [1] a-t-il vraiment besoin de se répandre en confidences? Ceux qui déplorent qu’il ne parle de rien n’ont probablement pas pensé à ce qu’il dirait s’il se mettait à parler de quelque chose.

http://www.librairie-tropiques.fr/2017/04/penser-printemps.html
a écrit le 26/04/2017 à 15:02 :
Voilà donc réalisé le premier tour de ces élections présidentielles françaises 2017. François Hollande tient sa revanche. Il fait payer très cher aux français et à la France, le rejet de sa politique et de sa personne, en leurs imposant, au terme d’une abominable intrigue, Emmanuel Macron, son avatar, le poulain des banques et de « la finance » (son ennemi). Cette séquence électorale s’apparente à un viol. …Tous les cercles de la finance européenne et mondiale, tous les médias papiers ou télévisuels, la quasi-totalité de la horde des journalistes ou spécialistes de quelque chose, appointés, se sont rendus complices de ce viol en réunion. … Ils voulaient nous l’avions expliqué « LA VERITABLE RAISON DU COMPLOT CONTRE FRANCOIS FILLON » (22 mars 2017), qu’Emmanuel Macron, non seulement soit qualifié pour le second tour, mais aussi arrive en tête du premier. Ils sont parvenus à leurs fins. La victoire d’Emmanuel Macron au premier tour de cette élection présidentielle, car s’en est une, est la grande, l’incontestable, mais aussi la nauséabonde victoire de François Hollande. Oui, Hollande a gagné … Macron son avatar le poulain de la Finance est arrivé en tête de ce scrutin. Mais à quel prix ? Au prix du viol de la démocratie et de la République, au prix du viol de la conscience du corps électoral de la France, au prix de la contrainte et de mutilation. Une horrible séquence d’Histoire électorale qui laissera des plaies ouvertes, et un profond traumatisme, et qui va nourrir de terribles colères.
a écrit le 26/04/2017 à 14:23 :
François Hollande est arrivé au pouvoir non préparé, sans programme économique, sans la capacité ni l'envie d'impulser une direction au pays. Comment aurait-il pu en être autrement ? François Hollande n’avait comme acquis préalable qu’un mandat de maire et une longue expérience de l’appareil politique. Il n’avait jamais pris aucun risque, eu aucune décision cruciale à prendre. Pouvait-on attendre une volonté de changement de la part de celui qui aimait répéter cette phrase : « il n’est de problème qu’une absence de solution ne puisse résoudre » ? François Hollande n’aura jamais été aussi bon qu’en commentateur de la vie politique, sa véritable passion. Et ce qu’il n’aurait jamais dû cesser d’être pour le bien des Français.
a écrit le 26/04/2017 à 13:36 :
On ne peut réellement critiquer les résultats (insignifiants ou neutres), mais la méthode.
Cela manquait de programme économique, de dynamisme et plus globalement de volontarisme.
Une espèce de "ni pour, ni contre, bien au contraire", comme disait Coluche.

Un peu en errance et en déshérence ?
C'est déjà le reproche qui lui aurait été fait il y a quelques années concernant le PS.
Au final, il a œuvré avec le parti qu'il a lui même modelé.
Le gâchis : que restera il du grand Parti Socialiste après ce passage ? Tout est à reconstruire, si la volonté existe encore et si les Français reprennent confiance dans ce parti. (il y a tout de même eu un sentiment de trahison, avéré ou ressenti, peu importe).

En circonstances atténuantes, il y a eu le contexte difficile des attentats à répétition. Plus en raison d'un manque de chance ou d'un acharnement, que des conséquences d'une politique. D'où l'impression qu'il avait des difficultés à maitriser, mais pouvait il mieux faire ?

On comprend mieux la démarche de Macron, qui a un positionnement plus centriste. Certainement plus d'idées, de volonté et de compétences.
a écrit le 26/04/2017 à 13:11 :
sur le concret c'est le fiasco
chomage et la dette national
et tous cela pour comble mme Merkel
et son industrie
eux ont le droit de polluer voir l'utilisation du charbon
exclu en France
et combien d'autre restriction invente pour detruire les emplois
et de taxes et autres impots pour payer
des fainéants de politique
et que dire des trupitude a place les copins
a écrit le 26/04/2017 à 13:02 :
Hollande etait une catastrophe pour la france droite comme "gauche" etaient la plus pour se servir que servir ce systeme de 40 ans d'alternance doit être brisé à force de rester dans le pouvoir ils pensent tous comme des monarques cette vielle garde symbolise la stagnation et doit partir pour laisser place à des nouveaux partis
a écrit le 26/04/2017 à 12:34 :
Hollande est le visage PS de la décadence de la France, avec Valls 49-3 droite extrême son ombre et Macron transfuge UMP son bras droit.

Le fait que Bleu Marine soit présente au 2ème tour de la Présidentielle 2017,

c'est normal... c'est salutaire.

Ce qui ANORMAL, scandaleux, ce sont les consignes de vote des castes de l'UMP LR UDI qui veulent manger dans les pots de confiture de la macronitude
a écrit le 26/04/2017 à 10:39 :
hollande nous laisse une france delabrée ,ou les factures vont etre supportée par les français moyens contribuables et les retraites pour lesquels cela fait trois ans qu'il n'y a aucune revalorisation ,partout ou hollande est passé il a laissé la decadente!!!!
Réponse de le 27/04/2017 à 17:22 :
Et ce n'est pas fini avec l'augmentation de 1,7% de CSG,mais que voulez vous, il faut bien satisfaire Bruxelles et les copains financiers.
a écrit le 26/04/2017 à 9:52 :
aurait il fait le lit de la cohabitation forcée ?
a écrit le 26/04/2017 à 9:44 :
C est vrai qu avec un euro faible et des cours du petrole deprimé, la France aurait du faire mieux. Meme s il ne faiut pas exonerer Hollande de tout, l effondrement de l industrie francaise ne date pas de lui ! Et si vous ne produisez plus grand chose, en cas de reprise mondiale eh bien vous n allez rien vendre !
Chirac, Sarkozy puis Hollande ont tous maintenu une politique favorable a la rente qui a finit par couler le pays. Car il n y a qu a en france ou le travail est tellement taxé qu entre le brut et le net il y a 50 % (charge patronale, salarise + IR). Mais c est sur que faire des economies c ets pas populaire ! Il n y a qu a voir la reculade de Fillon quand il a promis de reduire les remboursement de la secu. Tous les vieux (coeur de cible des LR) l ont fait plier en 1 mois alors que 3 mois de scandale n y sont pas arrivé ...
a écrit le 26/04/2017 à 9:41 :
Encore un article au ton plutôt négatif et un peu décliniste comme il se doit.
Mais ce qui compte, c'est l'avenir, et il a l'air mieux un peu plus tous les jours à en juger d'après les enquêtes de conjoncture : pourquoi ne pas dire qu'on a mangé notre pain noir ? qu'on est en phase de reprise, et que la reprise s'accélère ? : ça nous ferait des vacances, un peu d'optimisme au milieu de cette auto-flagellation permanente, et tellement franchouillarde, en plus.
Réponse de le 26/04/2017 à 10:33 :
"Mais ce qui compte, c'est l'avenir, et il a l'air mieux un peu plus tous les jours à en juger ".
Euh, vous habitez dans quel pays pour dire qu'en France la situation s'améliore ? Notre pays n'a pas connu pire récession depuis le début de la Vème République, nos entrepreneurs partent tous à l'étranger et le futur président Macron choyé par les socialistes, non content d'avoir revendu des fleurons de l'industrie françaises à des entreprises étrangères, va nous amener à revendre littéralement notre pays aux multinationales !
On peut dire que votre optimisme dépasse tout entendement !...
Réponse de le 26/04/2017 à 10:36 :
Car l'article n'est pas sur l'avenir mais sur le bilan des cinq ans passés.
a écrit le 26/04/2017 à 8:57 :
Sous le mandat de FH on est en periode mondiale de reprise, les chiffres devraient etre bon et pourtant..... rien . voila le résultat! C'est honteux
a écrit le 26/04/2017 à 7:59 :
CICE, CIR ne sont pas conditionnés, des subventions qui devraient être remboursées par les entreprises qui distribuent des dividendes
Ainsi lorsqu'une entreprise perçoit par exemple cice + cir = 1 M€ et distribue 0.5 M€ elle devrait rembourser 0.5 M€ à l'état dès lors que l'état n'a pas à financer indirectement les distributions (tout comme l'on doit surveiller les hausse de rémunération de leur dirigeant qui en profite pour se servir "grassement")
L'état doit baisser le taux de l'is (15 à 33.33 %) et le ramener à 5 % pour les bénéfices non distribués servant à l'investissement et au désendettement de la société (remboursement anticiper d'emprunt)
Quant au financement social, il faut effectivement revenir sur l'assiette en diminuant celle ci basée sur les rémunération et l'étendre à la valeur ajoutée (comme la cvae et augmenter la tva de 20 à 22 %)
Supprimer la déduction de la tva pour les entreprises sur les dépenses de bouches et de voiture de tourisme
Supprimer la déduction fiscale à l’impôt sur les sociétés et bic/bnc/ba des dépenses de réception, cadeaux etc...
etc....
a écrit le 26/04/2017 à 7:42 :
On constate que l'on se pose la question et que l'on cherche quelque chose de positif a dire, mais suivre les directives de cette zone administrative qu'est l'UE de Bruxelles ne fait que nous mettre au niveau des plus pauvres!
Réponse de le 26/04/2017 à 9:04 :
Eh oui, mais tout ça on nous le cache, tous ces GOPE de l'EU...
a écrit le 26/04/2017 à 7:36 :
Les Français commettent deux erreurs fondamentales en économie. 1- imputer les charges sociales sur les entreprises, alors qu'il faut les répartir sur la production et sur la consommation. 2- oublier de tenir compte de l'énergie; l'énergie remplace ou complète le travail; il faut répartir les charges sociales sur le travail et sur l'énergie. Il faut financer les charges sociales par une fiscalité énergétique. Mais tout le monde est contre.
a écrit le 26/04/2017 à 7:33 :
Les Echos publient un article confirmant que selon une enquête de Pôle Emploi «les entreprises prévoyaient d’embaucher près de 2 millions de personnes cette année, un record depuis 2002, majoritairement en CDI ou CDD durable».

Ces deux derniers jours, deux agences ATKearney et Markit confirment elles aussi les bons résultats de la France. Selon Markit, l’économie française a bien enclenché sa croissance, atteignant un indice confortablement supérieur à 50 (57.4). Mieux encore, l’agence Markit annonce que l’économie française est ainsi plus dynamique que celle de l’Allemagne (indice 56.3).

À force de dire qu’Emmanuel Macron est l'héritier de François Hollande, ses détracteurs lui ont rendu le meilleur des services. Macron, ancien Ministre de l’économie a en effet un bon bilan.
Réponse de le 26/04/2017 à 8:53 :
Le père Noël à votre âge....même si j'aimerais bien que cela soit réel!
Réponse de le 26/04/2017 à 9:17 :
La vente d'Alstom aux américains ça fait partie du bilan, la vente partielle de l'aéroport de Toulouse, aussi. Les abattoirs GAD où il a pris les travailleuses pour des "illettrées et des incultes" ce n'est pas digne d'un candidat à la Présidence (https://www.youtube.com/watch?v=Up1J3Mm1Xfw).
"...selon une enquête de Pôle Emploi «les entreprises prévoyaient d’embaucher ..." prévoyaient, ne veut pas dire "être certain" de plus une enquête de pôle emploi c'est être juge et parti. Néanmoins, si c'était vrai, Macron n'y sera pas pour grand chose. Macron n'est que l'héritier de la finance, pas autre chose, il est pour l'ubérisation à outrance de notre société. Certes il y a des choses à changer mais lui, ce sera le fossoyeur de la France. Mr Macron est un fat de la pire espèce.
Réponse de le 26/04/2017 à 14:39 :
"ou CDD durable»"

Un CDD durable ne veut rien dire puisqu'il s'agit d'un contrat à durée determiné ,donc fixé dans le temps par une date de fin , il ne peut donc ,
être durable.Semantique libérale sans interêt .
Réponse de le 26/04/2017 à 19:32 :
@JCML
En 2003, Alstom est au bord du gouffre, endetté par des turbines gaz défectueuse, avec un endettement de plus de 5 milliards et 1,4 milliard de pertes.
Le décorticage d'Alstom avait commencé en 2004 avec Nicolas installé à Bercy.
En 2006, des parts de l'Etat ont été vendues à l'ami Bouygues sans contrepartie d'investissements et de recherche.
Nicolas avait vendu rapidement Alstom à Bouygues.
Plus-value de 1, 24 milliard.
Alstom est cité en exemple de sauvetage par la droite pour les présidentielles de 2007.
La situation des restes d'Alstom s'est détériorée, et en 2014, 8 années après la privatisation, Alstom est mise en vente par Bouygues.
Macron n'était qu'un secrétaire d'état avant de prendre poste de Ministre le 26 aout 2014. Il n'a donc rien à voir avec les tribulations d'Alstom et la situation économique actuelle à l'image de la politique industrielle inexistante, confuse, à contre-temps ou bâclée durant les 3 précédents quinquennats.
a écrit le 26/04/2017 à 7:32 :
C'est un désastre record du monde de fonctionnaire, chômage record, record de fermeture d'usine c'est certainement le pire des pires Président ;
La seule chose réussie c'est dans les combines politiciennes avec le cout de Macron c'est digne de Mitterrand !!!
a écrit le 26/04/2017 à 0:45 :
Et la suite avec Emmanuel MACRON pour lequel tout le monde nous demande de voter ?
a écrit le 25/04/2017 à 23:57 :
On commence a gauche et on finit a droite.
Juste 5 ans pour comprendre qu'on ne pourra rien changer sans détruire l'emploi, les rentrées de t.v.a.et d'impôts directs, sans faire fuir le Capital a Londres, Singapour, Amsterdam, Dublin, Pékin ...Juste 5 ans pour placer ses petits camarades dans les fromages de la République, pour peaufiner ses conférences bidons en Arabie ou au Qatar afin de récupérer ses commissions occultes différées, 5 ans pour faire semblant d'être de gauche (ou de droite) :
Voici ce pourquoi vous allez voter... Macron, sauf que lui il commence au Centre, soutenu depuis longtemps par Hollande (lequel aurait logiquement du aider son comparse Hamon ! Non ?), puis par tous les légalistes de droite et de droite-gauche qui se désistent, puis par la mosquée de Paris !

Il finira ou Emmanuel ? ou il voudra, puisqu'il est sans programme, sans Parti, sans maison (au figuré comme au propre), sans politique fixe (s.p.f.). Alors trouvera-t-il ses Maîtres ? Qui seront-ils ?

La est la seule question a se poser. On souhaite le meilleur a la France, a son écologie, a sa sécûrité, a son intégrité culturelle, a son imagination. Mais bref... on achète un chat dans un sac ou on vote Le Pen. Et vous ? vous faites quoi ?
Bonsoir.
a écrit le 25/04/2017 à 23:08 :
@BONSOIR ; an quel état HOLLANDE laisse la FRANCE en état de ruine économique !
a écrit le 25/04/2017 à 22:38 :
Merci à La Tribune de publier des éclairages aussi intéressants. Continuez comme ça, l information est précieuse.
a écrit le 25/04/2017 à 22:20 :
Pas très objectif ce bilan car on impute beaucoup de choses qui ne sont pas du fait de Hollande. Par exemple le nombre d'exportateurs en France. Hollande a surtout hérité d'une France dans une situation catastrophique qui a démarré un peu sous Mitterand, s'est aggravée sous Chirac est s'est largement accélérée sous Sarkozy qui s'est trompé en négligeant notamment l'endettement là où Bayrou avait vu juste dès 2002. On voit d'ailleurs que les dirigeants centristes comme Giscard qui a laissé des comptes favorables et Bayrou qui avait pointé l'endettement ont été plutôt bons dans la pratique ou dans leurs analyses. Hollande a semé beaucoup d'éléments positifs pour l'avenir qui ne sont pas cités dans cet article plutôt injuste à son égard mais que l'histoire démontrera de façon plus impartiale comme d'habitude dans quelques temps. Il y a fort à parier que Macron se situe dans cette ligne centriste qui devrait apporter un bon bilan en partie du fait même que la majorité française comme européenne est d'opinion centriste ce qui évite les blocages et réunit les énergies donc l'efficacité.
Réponse de le 25/04/2017 à 23:57 :
Tout a fait d'accord. La ligne non idéologique de Hollande a semée pas mal de bons indicateurs économiques. La marge des entreprises s'est améliorée et le taux d'investissement est au plus haut depuis 10 ans. Il ne reste plus qu'a arroser pour que ces graines donnent de beaux fruits.
Réponse de le 26/04/2017 à 0:29 :
Beaucoup de mots pour pas grand chose ! c'est vraiment navrant . La réalité est autrement et plus triste pourquoi se leurrer personnellement en invitant les autres à plonger dans le même cauchemar , faites le tout seul . Nous on aspire à de l'air frais de l'oxygène enfin , s'en sortir par nous même sans être tondus continuellement par des vampires .
Réponse de le 26/04/2017 à 9:30 :
Vous oubliez que Sarkozy à du faire face à la crise de 2007-2008, juste quand il a été élu. Il ne s'en est pas trop mal sorti.
Quant à "la majorité française comme européenne " faites voter tous les citoyens européens, pas l'oligarchie bien sûr, vous verrez s'ils veulent rester dans cette Europe là.
Réponse de le 27/04/2017 à 9:36 :
@JCML
Hein, quoi, Sarkozy s'en est bien sorti? Et la France s'en est sortie comment ?
Et la dette qui a augmenté de plus de 600 milliards sous son quinquennat ?
Et la baisse des effectifs dans la Police ? Et les effectifs de l'éducation nationale sabrés, et les formations de profs supprimées ? Les juges financiers dégagés ? Quasiment rien pour les PME, tout pour le CAC 40.
Pas de mesures pour la relance de l'investissement.
Il avait même trouvé le moyen de se fâcher avec les chercheurs, ce qui montre l'intérêt qu'il portait pour la R&D. En 2009, les chercheurs (le contraire du bling bling) des organismes de recherche et de l'enseignement avait effectué une grève plutôt longue, notamment pour protester contre la réforme de la recherche publique, dont loi LRU.
---
Nous avons les meilleurs outils publics de recherche au monde, quel intérêt à les casser pour faire des économies débiles ? C'est vraiment raisonner à très court terme! D'ailleurs les startups les plus notables ont été crées par des anciens du secteur public. Et le CEA, CNRS, INSERM, Pasteur, et autres, coopèrent avec les PME-TPE, les aident, leurs refilent des innovations et leurs expertises, et leurs donnent accès à des outils de calculs et des centre d'essais que ces petites entreprises pourraient difficilement s'offrir !
C'est aussi cette excellente recherche publique qui est connue, reconnue et appréciée dans des coopérations avec d'autres nations.
Réponse de le 27/04/2017 à 17:43 :
@alain d Bonjour,
J'ai simplement parlé de la crise 2007-2008, je n'ai pas parlé des conneries qu'il a peu faire après puisque vous parlez de 2009.
Globalement son bilan n'est pas pire que celui de Hollande aujourd'hui.
"Quasiment rien pour les PME, tout pour le CAC 40." comme Hollande,
"600 milliards sous son quinquennat" comme Hollande...
"Nous avons les meilleurs outils publics de recherche au monde, quel intérêt à les casser pour faire des économies débiles ..." je suis d'accord, mais adressez vous à la commission de Bruxelles parce que depuis le traité de Lisbonne, c'est elle qui commande. C'était valable pour Sarko, Hollande et sera valable pour Macron, quoi qu'il en dise.
Ils ont tous signés ce traité comme un seul homme voilà le résultat. Quant à "la dette" dont personne ne parle, il y a des moyens de la résorber partiellement, informez vous, mais il ne faut pas le dire, il vaut mieux présurer les smicards, les petits fonctionnaires ,les retraités, etc. pour remplir les poches ds financiers et ubériser la société, toujours pour faire plaisir à Bruxelles. Je mets ce lien pour étayer mon propos : https://www.youtube.com/watch?v=2VewXdXtH1k
Bonsoir
Réponse de le 27/04/2017 à 20:33 :
« "600 milliards sous son quinquennat" comme Hollande….. »
Une seule réponse, puisque vous êtes soit mal informé, soit ………….. je reste poli !
Pour ce qui est de la dette française, il faut ternir compte de la mise de départ, qui, plus elle est haute, plus elle aggrave la difficulté du désendettement.
---
Dette 2007 : ~ 1210 milliards.
Dette 2012 : ~ 1830 milliards.
Soit ~ 620 milliards en 5 années.
Dette 2016 : ~ 2150 fin 2016.
Soit ~ 320 milliards sur 4 années.
( 320/4 ) x5 = ~ 440 sur 5 ans.
---
440, avec une mise de départ bien plus importante, soit bien plus à rembourser chaque année durant ce quinquennat, ce n’est vraiment pas comparable aux 620 milliards d’augmentation sur le précédent quinquennat.
Il faut aussi tenir compte de la progression du PIB de référence.
En 4 années, notre PIB, même avec une croissance molle, a progressé de 8% entre 2012 à 2066, soit de 2087 à 2232 milliards.
Et donc raisonner en taux / PIB :
2007 : ~ 65%
2012 : ~ 90%
2016 : ~ 97%
2017 : prenons 100%
Donc + 25% d’augmentation de la dette publique de 2007 à 2012 et + 10% de 2012 à 2017.
Sérieusement, pensez vous que ces chiffres sont comparables ?
---
A ce moment votre réponse devrait être, oui mais les taux d’intérêts sur la dette sont bas, etc.
Oui, mais, bien que ce soit l’argumentation majoritaire pour dézinguer ce résultat quinquennal (moins pire), et c’est de bonne guerre (tous les coups sont permis), ça ne tient pas la route, parce qu’en économie, tout est corrélé.
----
Si les taux son bas notamment depuis 2014, l’inflation est aussi très basse, c’est cohérent.
L’inflation basse nuit à la croissance, et cette inflation remonte quasiment en parallèle de la remontée des taux d’intérêts. Et si la l’inflation augmente, est permettra aussi par ricochet l’accélération de la croissance, et amènera donc une augmentation du cash à l’Etat pour rembourser la dette.
« Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme » A. Lavoisier.
---
Taux à 10 ans et taux réel corrigé :
2007 : 4,4% et 1,5%
2012 : 3,2% et 1,2%
2016 : 1,1% et 1,1%
Donc le taux réel (corrélé à l’économie) n’a que très peu varié.
---
De rien, c’est gratuit.
---
Dans un même temps de 2012 à 2016, les évolutions :
Déficit commercial de 68 à 48 milliards.
Déficit budgétaire de 87 à 70 milliards.
(Toujours prendre en compte que durant cette période le PIB a progressé de 8%)
---
Et pour la pression fiscale (les prélèvements obligatoires pour ceux qui règlent leurs impôts), elle a beaucoup augmentée en 2013 (+ 32 milliards), modérément ensuite.
(A comparer 2011 et 2012, avec + 51 et + 48 milliards).
Soit de 2012 à 2016, de ~ 915 à 992 milliards. Une augmentation de ~ 8,5% à mettre en parallèle avec l’augmentation de PIB de ~ 8,0%. Donc le taux n’a quasiment pas augmenté.
Alors qu’il avait abusivement progressé sous le précédent quinquennat.
En plus précisément en 2015 et 2016, les prélèvements ont augmenté moins vite que le PIB, c’est nouveau !
---
« Il faut rendre à César ce qui lui appartient »
---
Il parait qu’en France nous avons parmi les meilleurs mathématiciens au monde.
Et bien le niveau général ne me semble pas très élevé, ou c’est de la « mauvaise foi »
a écrit le 25/04/2017 à 21:22 :
@ RAPPELS a écrit le 25/04/2017 à 20:47 :

Les chiffres que vous citez sont des Indices notoirement NEGATIFS

*** L'indice Markit*** que vous évoquez est très contreproductif, qui va de paire avec ***l'indice de l'industrie*** ;

La balance commerciale de la France aggrave son déficit de façon corrélée directement avec l'indice Markit ;

La raison :

L'indice Markit relève les données des acheteurs des entreprises françaises,

hors les entreprises françaises achètent et importent massivement en provenance des pays à bas couts,

ce qui a pour effet de tuer les PME Françaises ...

*** L'indice des services est un leurre ***

les services sont des emplois de misère, dont les employés salariés et indépendant confondus sont payés comme des esclaves nouveaux ;

Le bilan de Hollande est piteux, désastreux,

certes Hollande ne le porte pas seul, Valls et Macron en sont les principaux responsables
Réponse de le 25/04/2017 à 23:59 :
"hors les entreprises françaises achètent et importent massivement en provenance des pays à bas couts,"

Notre principal déficit commercial est avec l'Allemagne.
Un pays a bas cout ?
Réponse de le 26/04/2017 à 9:39 :
Je ne me prive pas de critiquer l'indice pmi qui pour moi a ses défauts, n’empêche que l'évolution de cet indice est généralement corrélée avec l'évolution de la croissance.
Quand vous dites que cet indice est corrélé avec le déficit commercial,il n'y a qu'à comparer l'évolution des chiffres de cet indice avec les chiffres du déficit commercial pour se rendre compte que c'est absolument faux.
Pour ce qui est de l'indice des services, disons que les services, c'est le cœur de l'activité en France.
a écrit le 25/04/2017 à 20:47 :
Lors de la même période en 2012, avant les élections, des licenciements étaient annoncés en masse.
Un peu comme si les entreprises avaient attendu les élections pour annoncer.
Ces licenciements [ ou non-renouvellements de départs à la retraite ] se sont étalés, au plus fort, pour la grande majorité des plans de réductions d'effectifs, sur S2-2012 et 2013.
Les décalages de l’âge de départ à la retraite n’auront rien arrangé pour ce qui est du chômage, au contraire, ce décalage continuera encore à faire des dégâts quelques années chez les jeunes, qui verront leurs espérance d’embauches encore contrariées jusqu’à la fin de l’application de la dernière loi sur le sujet.
Ceci se nomme l'héritage.
Contrairement à 2012, l'économie va mieux.
Il y a encore peu de temps, les entreprises étaient en sureffectifs, et bien, après les élections, dans certains secteurs, il va falloir qu’elles s’affolent à embaucher afin de pouvoir suivre le rythme de l'augmentation des commandes.
..........
Comme je n'ai pas vu passer d'articles commentant les indices économiques Markit durant ces derniers mois, une mise à jour s’impose :

MARKIT : INDICES FLASH du MOIS d’AVRIL :
COMPOSITE :
Nov. 51,4
Déc. 53,1
Jan. 54,1
Fév. 54,1
Mars 56,8
Avril 57,4 (Flash, plus haut depuis 71 mois).

SERVICES :
Nov. 51,6
Déc. 52,9
Jan. 54,1
Fév. 56,4
Mars 57,5
Avril 57,7 (Flash, plus haut depuis 71 mois).

INDUSTRIE MANUFACTURIERE :
Nov. 51,7
Déc. 53,5
Jan. 53,6
Fév. 52,2
Mars 53,3
Avril 55,1 (Flash, plus haut depuis 72 mois).

« 10ème croissance mensuelle consécutive du secteur privé français ».
« le plus fort taux d’expansion de l’activité depuis près de 6 ans »
« L’activité des prestataires de services augmente pour le 10ème mois consécutif en avril »
« Le taux de croissance affiche en outre un niveau élevé, atteignant en effet un pic de 71 mois. La production manufacturière continue également de progresser à un rythme soutenu, la hausse observée en avril étant en outre la plus marquée depuis 6 ans. »
« La progression de l’activité du secteur privé français s’accompagne d’une 10ème hausse mensuelle consécutive du volume global des nouvelles affaires en avril. La croissance s’accélère en outre par rapport au mois dernier et affiche son taux le plus élevé depuis mai 2011. Si la demande augmente dans l’ensemble du secteur privé français, seuls les fabricants signalent une accélération de la croissance des nouvelles commandes par rapport au mois dernier (plus haut de 72 mois), tendance reflétant notamment la plus forte expansion du volume des nouvelles commandes à l’export depuis près de 6 ans. »
« Soutenu par ce renforcement de la demande client, l’emploi continue de progresser dans le secteur privé français en avril, prolongeant ainsi la tendance observée depuis novembre 2016. Le taux de création de postes se redresse en outre par rapport au mois dernier et atteint un plus haut de 68 mois. Les effectifs augmentent dans chacun des deux secteurs couverts par l’enquête, la hausse la plus marquée étant enregistrée chez les fabricants. »
« Le volume des affaires en cours augmente pour le 14ème mois consécutif dans le secteur privé français en avril. »
« Enfin, les perspectives d’activité restent très bien orientées, le degré de confiance des entreprises du secteur privé français atteignant un niveau record en avril. »
......
Sinon, c'était bien tenté !
Marco1
Réponse de le 26/04/2017 à 6:21 :
Forte hausse de l'endettement privé et public.Tout le monde peut dégager un peu d'activité en empruntant gros.Faut réfléchir un peu avant de débiter des stats toutes faites
Réponse de le 26/04/2017 à 9:27 :
Heureusement que les prêts et crédits excitent.
Si vous démarrer dans la vie sans héritage, comment faite vous pour acheter votre première voiture, moto, appartement ou maison ? Ou pour démarrer une première entreprise ?
Les interdits bancaires n'ont pas le droit à ces privilèges !
Et si vous n'avez pas, un jour ou l'autre, contracter un prêt ou un crédit, je me demande dans quel monde vous vivez !
Sans prêts et crédits, y'a pas d'économie, pas possibilités de s'adapter rapidement au marchés, à la demande changeante, à une nouvelle grosse commande, d'améliorer son outil de production, d'agrandir son usine, de gagner de nouveaux marchés, d'acheter une entreprise concurrente ou complémentaire.,......
"La Guerre du Feu" ?
Réponse de le 26/04/2017 à 11:29 :
Pretez moi 100000 euros ,je me charge de vous fournir 10000 euros de chiffre d'affaire et 1000 euros de bénéfice en faisant n'importe quoi,sans trop me fatiguer.C'est ce qui se passe aujourd'hui.La BCE rachète 60 milliards de prets pourris par mois soit environ 15 milliards par mois pour la France.Ajoutez un déficit public de 7 milliards par mois,une dette corporate et privée qui augmente exponentiellement et vous obtenez le croupion d'activité actuel.Ce n'est pas glorieux
Réponse de le 26/04/2017 à 11:57 :
La grande tambouille?
On mélange tout, public et privé?
L'endettement des banques françaises sur les dettes grecque ou l'italienne, et la capacité à l'économie française de rebondir avec des entreprises qui ont aimanté les investissements en 2016, d'où qu'ils viennent, public et privé, entreprises, banques, fonds, d'origine française, étrangère ou mixte ?
a écrit le 25/04/2017 à 20:35 :
Dans quel état Hollande laisse-t-il l'économie française ?

Hollande laisse la France dans la situation piteuse laissée par Sarkozy mais aggravée ...

Hollande et Sarkozy ont précipité la France dans la misère, la pauvreté, le chômage, la désindustrialisation, l'agriculture démembrée, les PME et les entrepreneurs asphyxiés de charges et d'impôts, plus une situation de guerre civile ou des Français tuent des Français

Hollande et Sarkozy ont précipité la France dans la corruption au plus haut niveau de l'Etat et des Partis politiques qui ont gouverné, le PS, les Verts, le Nouveau Centre l'UDI et le l'UMP qui se déguise en Les Républicains

et tout ce monde corrompu converge vers Macron pour continuer ... dans la corruption.

Les Français vont passer le karcher avec une énergie sans précédent.

Il est inutile de donner des consignes aux électeurs, ils sont adultes, et libres de leurs choix pour mettre fin au bordel ambiant qui les fait souffrir et prive les générations futures d'espérance.
a écrit le 25/04/2017 à 20:32 :
peut-être est-ce une méconnaissance ou une tromperie pour défendre macron et consorts, mais en matière de déficit la France fait pire que tous: -.3.4% de déficit français en 2016, Allemagne +0.6% soit un EXCEDENT, MOYENNE EUROPEENNE -.1.7%, Espagne bouhh mauvais pays......-4.5% soit proche de notre triste pays, voila les sources OFFICIELS et non vos chiffres sortis?????? nulle part. Un peu d'objectivité serait nécessaire: http://ec.europa.eu/eurostat/tgm/table.do?tab=table&init=1&language=fr&pcode=tec00127&plugin=1
Réponse de le 25/04/2017 à 21:59 :
Grâce à la politique menée par le PP et Rajoy, la dynamique en Espagne est clairement positive, la croissance y est plutôt forte, le chômage en baisse sensible et donc les comptes publics devraient assez vite s'améliorer.
a écrit le 25/04/2017 à 19:45 :
Après les élections, contre mauvaise fortune, bon coeur, nous osions espérer que, malgré la mauvaise opinion de ceux qui le connaissait le mieux, par l'intelligence, la fonction transcenderai l'homme , hélas, nous étions prévenu, mais on nous avait caché le pire.
Mais au élections nous pouvons nous attendre à toute sortes d'incohérences et ce n'est pas fini.
a écrit le 25/04/2017 à 19:28 :
Mon ennemi c' est la finance nous laisse son bébé, le tout petit Micron!
a écrit le 25/04/2017 à 19:16 :
Impossible de savoir dans quel état est le pays pendant Hollande, une partie visible dévoilée et l'autre restée dans l'ombre bien cachée , mystère? Si c'est Marine on le sera , si c'est l'autre tout sera minimisé service rendu.
a écrit le 25/04/2017 à 18:59 :
En 2012, la France présentait un taux de chômage inférieur à la moyenne de la zone euro (9,7 % contre 11,3 %) Elle était 5e/25
En 2017 la France présente un taux de chômage supérieur à la moyenne de la zone euro (10 % contre 9,5 %) Elle est 20e/25
Réponse de le 25/04/2017 à 22:27 :
Ce n'est pas lié spécifiquement à Hollande mais notamment au fait que depuis Colbert la France a une importante administration qui décale les crises comme les reprises. Pour faire une analyse correcte il faut donc juger sur une plus longue période. L'économie est une science un peu plus complexes que les clichés électoraux.
Réponse de le 26/04/2017 à 10:50 :
@Réponse de Economiste :
Je ne suis pas d'accord avec vous, il est possible de réaliser des actions positives à court terme. Laissons les sempiternelles : c'est pas de ma faute mais de celle de mon prédécesseur, dans les cours maternelles. Des actions concrètes peuvent être prises, notamment en renégociant les traités européens clairement défavorables pour la France, en accordant des avantages aux entreprises qui produisent en France pour éviter la délocalisation massive dans certains pays de l'est, en réduisant le nombre de parlementaires et supprimant les avantages à vie de tous les élus pour éviter une carriérisation élitiste, en renationalisant certaines entreprises de service public essentielles pour la bonne marche du pays, en remettant en service la banque de France et les planches à billet en instaurant un équilibre ajustable franc / euro.
Rien que ces actions auraient des effets positifs à court terme, seulement trop peu de candidats ont osé en faire leur cheval de bataille.
a écrit le 25/04/2017 à 18:59 :
Michel Onfray commentaire intéressant post électorale (un peu d'asselineau) ..

https://www.youtube.com/watch?v=pEcPTPwxnRI
a écrit le 25/04/2017 à 18:55 :
Le jour où je l'ai entendu dire "ça ne coûte rien puisque c'est l' état qui paye" je me suis demandé qu'est-ce qu'on avait fait pour mériter un président pareil.
a écrit le 25/04/2017 à 18:52 :
Le quinquennat de François Hollande s'achève comme il a commencé sur un désastre économique et sociétal ;

Hollande Ayrault Valls ont fait perduré et aggravé le bilan de Sarkozy Fillon ;

Sarkozy et Fillon ont été dégagés avec leurs subalternes, subalternes qui croient encore à leurs chances ...médiocres ils ont été aux affaires, ils seront dégagés aussi aux Législatives ;

L'Europe de Bruxelles a pourri la vie de la France durant ces 15 dernières années.

L'UMP PS UDI Les Verts ont violé le NON du traité europe en 2005.

La solution pour mettre fin à l'agonie des Français,

c'est avec Le Front National.
Réponse de le 25/04/2017 à 19:33 :
Vous avez raté une pédagogie Asselienne corroborée par Jean Bricmont, c' est Hollande et le FN qui installent Macron !!

Jean Bricmont : "avec Macron, Hollande mériterait «le prix Nobel de manipulation politique»
Présumé candidat antisystème, Macron est en fait clone de Hollande, pur produit du système.…"
a écrit le 25/04/2017 à 18:40 :
A l'heure du bilan, il ne faudrait pas non plus oublier les associés de Hollande, dont Macron qui était aux commandes de l'économie :-)
a écrit le 25/04/2017 à 18:37 :
le decrochage de la france date de debut 2000 ( cf artus ' la france sans ses usines') quand on a explique qu'on pouvait bien gagner sa vie sans travailler..... ( ce qui est vrai quand on est rentier de la republique)
la france a perdu 1/3 de son industrie entre 2002 et 2012, 1/3 entre 2012 et 2017, voila ce que c'est quand on fait la chasse au grand capital!!!!! ca marche !!
son bilan est tres mauvais mais il n'est pas le seul responsable....
par contre les chiffres du chomage cites sont bien manipules........
il a 800.000 de plus en categorie a ( on ne compte pas ceux qui sont passes en ' categorie assistes sociaux' vu que par definition c'est pas pris en compte)
apres avoir mis 300.000 emplois aides de plus que sarkozy,
100.000 contrats de generation,
500.000 personnes en apprentissage et
500.000 en formation;
si on rajoute les 400.000 fonctionnaires ' payes par personne' qu'a pointes la cour des comptes ( dirige par un socialiste et pas par un ultraneo liberal blanc donc raciste, comme on dit chez certains),
ca commence a faire beaucoup, surtout en effet d'eviction et en retour progressif de ces gens dans les chiffres.......
remarquez, il est au moins coherent et en bon socialiste applique les methodes que lenine decrivait dans ses ecrits, ca fait un bon point pour lui
il est recu avec mention et les felicitations du soviet!!
a écrit le 25/04/2017 à 18:36 :
Un désastre tout simplement. Le plus extraordinaire est d'arriver au poste de Président après avoir fait toute sa carrière avec cela comme objectif, et de se tromper aussi lourdement. Tout comme M.Hollande s'est trompé avec ses cadres (les Ministres), dont une quasi intégralité l'a trompé voire trahi. Les restants fidèles, Sapin, avec sa formation littéraire, en dehors de la plaque pour occuper son poste actuel, et la personne en France la plus honnie des agriculteurs, et de toutes les filières de service à l'agriculture, M.LeFoll... inouï de voir cela (après les années Sarkosy où nous pensions avoir vu le pire)...la seule chose à mettre à son actif: les réformes sociétales, qui viennent quand même bien loin en priorité derrière l'économie, la dette et le chômage. Et la chose qui peut être discutée: les affaires étrangères qui nous ont couté (en argent et en sang) bien cher..
a écrit le 25/04/2017 à 18:33 :
Pas d'augmentation des impôts en ce moment, pas de nouvelle taxe, pas de pression sur la classe moyenne, moins de contrôles sur les routes, c'est ballot de ne pas poursuivre sur la même lancée ... ah oui, il y a le FN au second tour, surtout ne pas froisser la classe moyenne, on reprendra tout ça après.
a écrit le 25/04/2017 à 18:16 :
Le Moi Président Hollande laisse la France en piteux états. Avec un endettement de 2200 Milliards d'euros et une imposition astronomique, il n'a rien solutionné. Tout a été fait pour la libération des meurs, pour les étrangers dont on n' écrit même pas les noms dans les articles de presse lorsque ceux-ci commettent de délits. Il devrait indemnisé sur ces deniers. Tous son quinquennats a été pour distribuer des subventions, des aides de toutes sortes a des patrons, des céréaliers, agriculteur, arboriculteurs etc...... sans tenir compte de leur patrimoine accumulé depuis de nombreuses années fastes. Aujourd'hui pour obtenir la moindre allocation il faut
faire états de ces revenus. Pourquoi ne pas l'appliquer à ces riches personnes.
a écrit le 25/04/2017 à 17:37 :
la bulle immo/BTP s'est dégonflée à partir de fin 2011, d'ou marasme économique.
redémarrage de l'immo/BTP depuis 2015 = redémarrage de l'économie.
être entourés de boulets aussi, vela ne doit pas aider le pays.

dernier indice PMI plutôt encourageant, supérieur à celui de l'Allemagne. titres du WSJ ou du FT sur la France qui tire la poursuite de la hausse de l'activité en zone Euro. le climat des affaires vient encore d'augmenter dans l'industrie manufacturière. Usinenouvelle.com, 20/04/2017 : "Les recrutements dans l'industrie repartent très fort en France".
il ne manque plus que des Français désireux d'apprendre l'Anglais (et/ou autres langues) et d'aller à l'international.
a écrit le 25/04/2017 à 17:18 :
Le bilan de Hollande (donc de Macron) est catastrophique, dette , chômage , déficit budgétaire, paupérisation de 8 millions de français etc... Pourquoi, alors que pendant son quinquennat , il a bénéficié de taux très bas, d'un baril à 40 dollars, d'une dévaluation de l'euro de 25 %. Qu'a fait Hollande, un CICE tardif et mal ciblé. Surtout, il a augmenté la pression fiscale sur les classes moyennes et les épargnants massivement. Hollande et
celui qui va suivre , veulent une politique de l'offre. C'est très bien, mais la France est désindustrialisée et les français n'ont plus d'argent. Macron va continuer sur la même ligne,encore augmenter la fiscalité via la CSG, mais nouveauté, il va supprimer l'ISF pour les riches (75 milliards de profits des sociétés du CAC 40 en 2016) et n'envisage même pas de baisse d'impôts pour les contribuables matraqués depuis 5 ans.
Réponse de le 25/04/2017 à 17:34 :
Pouvons-nous être concurrentiels avec cette Ue avec ses salaires à 400 euros qui démembre la FRANCE, avec le non contrôle des mouvements de capitaux ... Asselineau a analysé avec V. Brousseau l' explosion de l' euro, avec Macron le sang des français sera sur les murs.

Quand on interdit à la démocratie de jouer son rôle en confisquant l' appareil politique et les médias en présentant de fausses alternatives, Macron, le Pen, hollande, on nourrit les révolutions.
a écrit le 25/04/2017 à 17:15 :
Pendant 5 ans Hollande avait toutes les cartes en main pour relancer la France, des taux d’intérêt au plus bas, un euro presque a parité avec le dollar, le pétrole qui n'a jamais été aussi peu cher. Tous les autres pays en europe en ont profité pour relancer leur économie et la rendre plus compétitive, baisser le chomage et la dette sauf nous.
Lui, il aura augmenter les impôts comme jamais, sans rien changer en temporisant quand il fallait choisir. Tout est à faire mais dans un contexte qui va être autrement plus dur
5 ans pour rien , il aura juste précipiter le déclin français.
a écrit le 25/04/2017 à 17:12 :
La politique de l'offre est bel et bien un échec. C'est pourquoi il faut la continuer afin de devenir un vrai pays du tiers-monde. Aujourd'hui, les coûts salariaux de nombreux pays excédent largement ceux de la FRANCE (voir par exemple la SUISSE), et ils arrivent à exporter.
Par contre, si on n'a pas de produits, on n'exportera rien du tout. Et c'est bel et bien le cas de la FRANCE.

Mais c'est tellement plus simple de faire croire aux français, en se gargarisant de mots creux, qu'on dispose d'une politique miracle et qu'il suffit de l'appliquer pour que cela marche.
Et c'est tellement plus difficile de réfléchir et de travailler pour concevoir et produire des produits de haute valeur technologique et / ou de haute qualité.


I
Réponse de le 25/04/2017 à 18:43 :
il ne vous reste donc qu'a creer plein de boites exportatrices pas rentables avec votre temps et votre argent....
il vous suffira de developper tt ca, puis quand vous aurez des produits, d'aller faire des credocs et de l'incoterm 11 mois par an loin de votre famille ( apres avoir negocie dans d'autres langues, comme il se doit).......
c'est tres bien vu qu'apres avoir reduit les inegalites dans les salaires, il va bien falloir reduire les inegalites dans le travail et la prise de risque en obligeant ceux qui ont exige que les boites coulent a prendre leur part de travail, apres avoir generusement partage l'argent avec eux memes!!!
bonne chance a vous, vous avez du pain sur la planche!!!!!!!!!!!!!
si vous ne le faites pas, la france va couler, lepen sera elue, et ca sera votre faute, et il faudra bien assumer
la balle est dans votre camp pour sauver votre pays!
Réponse de le 26/04/2017 à 12:35 :
Pour la personne dont la modestie l'oblige à prendre le nom de CHURCHILL
L'intelligence et la pertinence de votre réponse montre parfaitement pourquoi on n'arrivera pas à concevor et à fabriquer de nouveaux produits, et pourquoi le tiers-monde nous accueillera dans quelques années.

Continuez à vous gargariser de mots.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :