Brexit : au Royaume-Uni, un an de confusion et d'incertitudes

 |   |  1460  mots
Le soleil se lève sur Westminster et la statue de Winston Churchill, à Londres, le 24 juin 2016.
Le soleil se lève sur Westminster et la statue de Winston Churchill, à Londres, le 24 juin 2016. (Crédits : REUTERS/Stefan Wermuth)
Confronté à une situation inédite, le gouvernement britannique, emmené par Theresa May, a tenté pendant un an d'élaborer un plan de sortie de l'Union européenne. Au cœur d'un climat politique et économique particulier. Récit en trois temps.

Le 23 juin 2016, une courte majorité de Britanniques décidait de voter en faveur du Brexit. Un an après, La Tribune dresse le bilan de douze mois mouvementés, ponctués par le début officiel des négociations entre le Royaume-Uni et l'UE.

________________________

Le 24 juin 2016 au petit matin, une onde de choc secoue les îles britanniques. Et se propage à travers le Vieux continent. A une courte majorité, 51,9% des voix exprimées, les habitants du Royaume-Uni ont fait leur choix : après plus de quarante années mouvementées passées au sein de l'Union européenne, le pays doit couper les ponts.

Déterminés à limiter l'immigration venue d'autres Etats membres et à retrouver une souveraineté qu'ils considéraient abandonnée à Bruxelles, les électeurs de droite sanctionnent par ce vote leur Premier ministre, David Cameron. Après trois ans de négociations avec l'UE et l'obtention d'un statut particulier pour le pays, le leader des conservateurs avait en effet convoqué ce référendum persuadé que les Britanniques opteraient pour la continuité. Les électeurs de gauche, eux, exaspérés par une institution jugée trop bureaucratique, pas assez démocratique et incapable de se réformer - en témoigne le sort réservé à la Grèce, à l'Espagne et au Portugal - choisissent à plus de 35% de cocher la case "Leave". A rebours de la position officielle du Labour. Préférant, sans doute, s'en remettre à l'écrivain national, emblématique et engagé à gauche, George Orwell : "Nul ne peut voir le monde moderne tel qu'il est sans reconnaître la force du patriotisme, de la loyauté nationale, écrivait-t-il en 1941 dans "Le lion et la licorne : socialisme et génie anglais". "Dans certaines circonstances il peut se décomposer, à certains niveaux de civilisation il n'existe pas, mais comme force positive il n'existe rien de mieux."

Acte I : un été de transition et de flottements

Dos au mur, accusé d'avoir voulu satisfaire la frange eurosceptique de son parti en jouant l'avenir du pays sur un simple scrutin, David Cameron présente sa démission le jour-même, alors qu'en parallèle, face à l'incertitude de la situation, la livre sterling plonge à son plus bas niveau depuis trente ans. Partisan du Leave, l'ancien maire conservateur de Londres Boris Johnson - qui promettait 350 millions de livres par semaine au système de santé en cas de Brexit -  apparaît alors comme le nouveau locataire naturel de Downing Street. Mais au terme d'une courte campagne interne de trois semaines, c'est finalement la ministre de l'Intérieur Theresa May, seule en lice après le retrait de tous ses concurrents, qui prend les rênes du parti et donc du pays.

Officiellement en faveur du Remain, la nouvelle Première ministre se retrouve contrainte de mener à bien la procédure de divorce entre le Royaume-Uni et l'Union européenne. Respect, logique, de la volonté de 17 millions de personnes. "Brexit means Brexit", martèle May dès sa prise de fonction, le 13 juillet. Mais que signifie réellement le Brexit ? Si la procédure d'adhésion à l'UE est connue de tous, aucun précédent, aucune feuille de route n'existe pour la démarche contraire.

Au cours de l'été, la Première ministre tente donc d'établir une stratégie, entre les fuites dans la presse affirmant que des membres de son gouvernement souhaitent une sortie de l'union douanière, et les pressions du secteur de la finance - début août, le lobby TheCityUK réclame une sauvegarde de l'accès au marché unique. Sans grand succès. Le manque de préparation et d'anticipation des responsables politiques face à la situation est criant. Theresa May se contente d'assurer que le Brexit aura bien lieu et que l'article 50 du traité de Lisbonne, réservé aux pays souhaitant quitter l'UE, ne sera pas invoqué avant... avril 2017. Dans le même temps, l'Union européenne avertit Londres que le Royaume-Uni ne pourra pas choisir "à la carte" les avantages qu'il souhaite conserver une fois le Brexit effectif.

Acte II : le tournant de la conférence d'octobre

Des précisions arrivent, enfin, au début de l'automne. Après un mois de septembre marqué par la prise de position du ministre du Brexit, David Davis, en faveur d'un deal qui permettrait au pays de "contrôler [ses] frontières, [ses] lois et l'argent du contribuable", la cheffe du gouvernement détaille son plan lors de la conférence du parti conservateur, le 2 octobre. Le calendrier est officiellement établi - l'article 50 sera déclenché fin mars - et la perspective d'un "hard Brexit, d'une rupture nette avec l'UE se confirme. "Si c'est la seule manière de mettre fin à la libre circulation des personnes entre le Royaume-Uni et l'Union européenne", explique Theresa May. Dans la foulée, la livre sterling poursuit sa chute et le patron de l'association des banquiers britanniques, Anthony Browne, assure que bon nombre d'établissements se préparent à des délocalisations. Contrairement aux prévisions pré-référendum, l'économie, elle, portée par la consommation des ménages, résiste bien. De l'aveu-même de la Banque d'Angleterre.

| Lire aussi : Brexit : le "projet en béton" de Theresa May fait... trois lignes

L'automne marque, aussi, le début des ennuis politiques pour la Première ministre. Un détail n'a pas échappé aux observateurs lors de la conférence : le gouvernement prévoit d'enclencher l'article 50 du traité de Lisbonne sans consulter le Parlement. Une hérésie, dans un pays où la Chambre des communes et la Chambre des lords sont les garants des intérêts du public et contrôlent l'action du gouvernement. Après un recours devant la Haute cour, et un déchaînement des tabloïds de droite contre les "ennemis du peuple" qui refuseraient de respecter la volonté populaire, le Parlement est autorisé à voter sur la question. La procédure est longue, rythmée par les navettes entre les chambres basse et haute, avant de déboucher, sans suspens, sur une validation du calendrier du gouvernement, mi-mars 2017. Entre temps, Theresa May a encore précisé ses intentions : le pays sortira bien du marché commun et de l'union douanière et traduira certaines lois européennes dans le droit britannique, via une grande loi d'abrogation ("Great repeal bill"). En réaction, HSBC annonce son intention de délocaliser 1.000 emplois à Paris. Le "hard Brexit", et le spectre du "no deal", se profilent bel et bien à l'horizon.

De quoi fortement déplaire à la Première ministre écossaise. A la veille du déclenchement de l'article 50 le 29 mars, Nicola Sturgeon réclame à Londres la tenue d'un second référendum d'indépendance, moins de trois ans après le refus de toute cession par une majorité d'Ecossais. La raison ? L'Ecosse a voté contre le Brexit et souhaite donc rester dans l'Union européenne. Refus catégorique de May. "Ce n'est pas le moment."

| Lire aussi : Face au Brexit, Theresa May lance une vaste stratégie industrielle

Acte III : le mandat perdu

Moins de trois semaines plus tard, pourtant, la Première ministre tente son propre coup de poker, alors que l'économie montre ses premiers signes de ralentissement. Souhaitant profiter de l'état de faiblesse manifeste du principal parti d'opposition, le Labour, et de l'écroulement total du parti europhobe UKIP, la leader conservatrice revient sur sa promesse de respecter le calendrier électoral et annonce son souhait de convoquer des élections anticipées. Son objectif ? Amplifier une faible majorité absolue de cinq députés, afin d'avoir les mains libres pour négocier le Brexit et s'affranchir de la frange eurosceptique du parti. Après six semaines d'une campagne ratée, marquée par deux attentats et au cours de laquelle il n'est quasiment jamais question du Brexit, May subit un revers cinglant et inattendu, le 8 juin, à onze jours du début des négociations officielles sur le Brexit. Les conservateurs perdent leur majorité absolue et se voient contraints de négocier une alliance avec les ultra-conservateurs nord-irlandais du DUP. Au sein du parti, de nombreuses voix, dont celle du ministre des Finances Philip Hammond, s'élèvent pour réclamer une approche calquée sur le "soft Brexit" du Labour.

Le 19 juin, à Bruxelles, le ministre du Brexit David Davis est arrivé en représentant d'un gouvernement à la peine, fragilisé. Face à lui, une Europe des 27 soudée, une fois n'est pas coutume. Les discussions vont durer deux ans, notamment pour parvenir à un entente sur le futur accord commercial, avant le départ officiel du Royaume-Uni, le 29 mars 2019. Comme elle a débuté, l'année se termine par un pari perdu. Et à venir, davantage encore de confusion et d'incertitudes.

| DOSSIER : Brexit, un an après le référendum, où en sommes-nous ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/07/2017 à 21:11 :
L'article 50 n'a été déclenché QUE le 29 mars 2017 : nous ne seront donc au 29 juillet QUE à 4 mois du début du Brexit !!!
Le titre commence donc par une énooOOoorme erreur !
Et si le gouvernement britannique décidait de soumettre au vote populaire la confirmation du Brexit une fois les négociations arrivées à terme, (par exemple parce que les Brits se rendraient compte qu'ils ont beaucoup à perdre...) à quelle date fera-t-on commencer le Brexit ???
a écrit le 25/06/2017 à 8:06 :
le moins qu'on puisse dire c'est que ça traine !
Les palabres interminables de la bureaucratie européenne sont vraiment a l'image de cette usine a gaz !
Réponse de le 20/07/2017 à 21:13 :
Vous déformez la réalité : ce sont les Brits qui ont attendu le 29 mars 2017 pour invoquer officiellement l'article 50 : il n'y avait aucune raison de faire quoi que ce soit avant : votre haine irraisonnée de l'UE vous aveugle !!!
a écrit le 23/06/2017 à 17:38 :
Le seul problème c'est qu'il n'y a pas de débat sur l'appartenance de la France à l'UE. Ce débat est interdit. Et pour le scléroser on active par exemple les faux opposants à l' union, les partis leurres Fn et FI, vrai européïstes .... Vous parlez des jeunes qui seraient "pro européens". A quel biberon ont-ils été nourris ? L'Europe c'est la paix, le plein emploi et la croissance ? Sortir de l'UE c'est se renfermer sur soi même, c'est s'isoler ? Les "jeunes" n'ont jamais pu accéder aux informations concernant la construction européenne. Alors faisons en sorte qu'il y ait un débat national et tirons en les conclusions. Il ne fait strictement aucun doute que la "propagande" européiste sera mise à jour.

Le fond de l'affaire est donc : il n'y a pas de débat, il n'y a pas d'information, il n'y a que de la propagande européenne.

https://www.upr.fr/actualite/france/le-fn-epouvantail-consentant-au-service-du-systeme
a écrit le 23/06/2017 à 14:21 :
Le soft Brexit, c'est le beurre et l'argent du beurre, ils ne perdent pas le nord ces Anglais.
a écrit le 23/06/2017 à 10:57 :
Les européïstes qui n' ont pas supporté que la seule démocratie en Europe qui a voté (référendé) le retour à la démocratie, le Brexit puisse s' exprimer librement et feront tout pour délégitimer May et la faire tomber ... A aucun moment la nouvelle...entité fonctionnant avec ses commissaires non élus n' acceptera une velléité d' indépendance sans tenter de l' entraver tous les jours un peu plus au risque de voir d' autres pays lui emboiter le pas et parce que ça ça démontrerait trop tôt que ça fonctionne très bien sans contrôle de la grosse machine à bobards ! Un ex dissident parle de l' ex urss pour rappeler "j'ai vécu dans votre futur et ça n' a pas marché" ... https://www.youtube.com/watch?v=-5bdhn0IKKU
a écrit le 23/06/2017 à 9:00 :
Et pourtant le RU a eu une meilleur croissance économique que l'allemagne.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :