Brexit : HSBC délocalisera 1.000 emplois à Paris

 |   |  510  mots
Stuart Gulliver, le directeur général de HSBC, a indiqué clairement que pour nous c'est la France du fait de son implantation de longue date depuis le rachat du Crédit commercial de France.
Stuart Gulliver, le directeur général de HSBC, a indiqué clairement que "pour nous c'est la France" du fait de son implantation de longue date depuis le rachat du Crédit commercial de France. (Crédits : Reuters)
A Davos, le patron de la banque britannique a estimé qu'environ 20% de son activité de trading devrait quitter Londres. Le choix de la France s'impose : HSBC y a racheté le CCF et possède donc un agrément de banque de plein exercice.

Le Brexit est l'un des sujets brûlants au cœur des préoccupations des grands de ce monde réunis au World Economic Forum (WEF) dans la station suisse huppée de Davos. Les grandes banques de la City ont dû se résoudre à l'idée de perdre le "passeport européen" qui leur donne accès au marché unique dans la perspective confirmée mardi par Theresa May d'un "hard Brexit". Le directeur général de la banque britannique HSBC, Stuart Gulliver, est particulièrement concerné et il a indiqué mercredi clairement qu'un choix s'impose pour son entreprise : une délocalisation d'une partie des emplois du Royaume-Uni vers la France, du fait de sa présence historique et des agréments nécessaires.

« Les activités précisément couvertes par la législation européenne vont déménager, et cela représente 20% de notre chiffre d'affaires », a-t-il déclaré au cours d'une interview à Bloomberg TV, précisant qu'il s'agit des activités de marchés et de banque d'investissement réalisées à Londres.

[Passage sur la France à la 3eme minute de l'interview à Bloomberg TV]

Stuart Gulliver a précisé que les activités sur les marchés des changes, obligataires et actions ne devraient pas être touchées. Et il a confirmé l'estimation en termes d'emplois concernés qu'il avait évoquée il y a quelques mois :

« J'ai dit publiquement, il y a un moment déjà, qu'il y aurait un millier d'emplois qui sont couverts par la législation européenne et qui, dans le cadre de l'accès au marché unique, devraient probablement aller en France dans notre cas. [...]

Nous avons acheté le Crédit Commercial de France (CCF) en 2002, donc nous avons une banque universelle de plein exercice en France. Donc pour nous, c'est la France. »

Pro-Macron ou Fillon

Il a ajouté qu'il n'y avait « pas de nécessité pour nous de le faire dans l'immédiat ». HSBC France emploie 9.500 personnes, au siège avenue des Champs-Elysées, à La Défense et dans son réseau de 320 points de vente, et a généré 2,3 milliards d'euros de produit net bancaire en 2015. La première banque européenne dispose des licences nécessaires pour une telle relocalisation: il lui suffirait de créer une holding intermédiaire en France, ce qui ne prendrait que quelques mois.

C'est pour l'instant la seule grande banque implantée au Royaume-Uni ayant choisi la France dans le contexte post-Brexit. Les grandes banques américaines, Citigroup, JPMorgan, évaluent encore leurs options mais ont les yeux rivés sur Dublin.

Le géant bancaire très présent en Asie n'a pas l'intention de déplacer son siège mondial qui se trouve à Londres.

Interrogé sur l'éventualité d'une victoire de de Marine Le Pen à l'élection présidentielle en France, il a répondu (à la 15eme minute) : « nous répondrions à cette question seulement si cela arrivait », mais la banque verrait de façon « entièrement positive » aussi bien une victoire de François Fillon ou d'Emmanuel Macron.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/01/2017 à 11:54 :
bravo au dynamique gouvernement Cazeneuve,qui en peu de mois,a su instaurer un climat incitatif et accueillant pour les grandes entreprises mondiales.avec un peu de volonté,nous sommes capables de rivaliser en partie avec la silicon valley
a écrit le 19/01/2017 à 11:55 :
1000 jeunes? français? qui travaillent à Londres pour HSBC viendraient travailler au CCF à Paris, car leur statut de travailleur européen, qui les autorise à travailler à Londres, n'aura plus cours en UK. Rien ne garantit que ces emplois soient pérennes en France. Qu'adviendra-t-il des 250000 autres français qui travaillent à Londres?
a écrit le 18/01/2017 à 20:26 :
HSBC EST UNE TRES GRANDE BANQUE MONDIAL QUI A UN APPETIT TERRIBLE IL SONT EN CE MOMENT MEME EN TRAIN DE DETRUIRE EN AFRIQUE DES KM2 DE FORET POUR FAIRE DE L HUILE DE PALME ? TUANT LES DERNIERS ORANG OUTANTS/ AINSI QUE LES HOMMES VIVENT DANS CETTE FORET C EST CE QUE DENONCE GREENPEACE EN CE EN CE MOMENT ALLEZ VOIR SUR LEURS SITE? C EST PEUT ETRE EUX QUI VONT ORGANISE LES DEPARTS DE L ARGENT ILLEGAL DES FRANCAIS DANS LE PARADIS FICAL QUE VEUT DEVENIR LES ANGLAIS/AVEC COMME PROTECTEURS LES AMERICAINS QUI AIMERAIS BIEN CASSE L EUROPE???/// NOUS AURONS LE DESTIN QUE NOUS AVONS MERITE///ALBERT EINSTEIN///
Réponse de le 20/01/2017 à 6:36 :
Merci de revoir vos connaissances en matière de faune et de flore africaine, et aussi en Géographie fiscale, ?? LE PARADIS FISCAL, ou ça ?
Réponse de le 20/01/2017 à 6:38 :
Merci de revoir vos connaissances en matière de faune et de flore africaine, et aussi en Géographie fiscale, ?? LE PARADIS FISCAL, ou ça ?
Réponse de le 20/01/2017 à 10:12 :
Cette banque génère du fric et c'est cela que veut l'état.
S'il fallait balancer une bombe H sur une colonie de pandas parce que ça rapporterait un million d'euros, on n'hésiterait pas une seconde.
C'est l'économie qui veut cela.
Et si demain, fracturer le noyeau terrestre peut rapporter 100000 milliards d'euros, ils le feront sans bla-bla-bla.
Réponse de le 20/01/2017 à 10:12 :
Cette banque génère du fric et c'est cela que veut l'état.
S'il fallait balancer une bombe H sur une colonie de pandas parce que ça rapporterait un million d'euros, on n'hésiterait pas une seconde.
C'est l'économie qui veut cela.
Et si demain, fracturer le noyeau terrestre peut rapporter 100000 milliards d'euros, ils le feront sans bla-bla-bla.
a écrit le 18/01/2017 à 20:08 :
C'est bizarre, je lis les journaux étrangers le temps est au conditionnel. Donc incertain. En France, c'est au futur à croire que les cartons sont déjà faits.

http://mobile2.tdg.ch/articles/587f418dab5c374fa2000001

C'est vraiment bizarre. La presse française n'a pas digéré le brexit comme l'élection de Trump. Les catastrophes annoncées ne sont pas arrivées.
Réponse de le 19/01/2017 à 14:32 :
Le Royaume-Uni fait toujours partie de l'Union européenne tant que les mesures de sortie ne sont pas entamées, voire achevées
Réponse de le 19/01/2017 à 23:19 :
Le Brexit n'a rien d'une catastrophe, bien au contraire. Depuis qu'elle est entrée dans l'union, la Grande Bretagne n'a fait que réclamer des avantages spécifiques, des dérogations, un "chèque" annuel, elle est un obstacle permanent dans les négociations intra-européennes, et elle joue toujours en solo. Le départ d'un tel "partenaire" est une excellente nouvelle pour l'Union.
a écrit le 18/01/2017 à 19:49 :
un "hard brexit" doit logiquement profiter avant tout à l'Irlande, qui est à la fois dans l'UE et dans la sphère anglo-saxonne. Ce dernier point n'est pas le moindre car il y a un sentiment "d'appartenance" comme celui qui existe entre la GB et les USA pour les mêmes raisons.
Réponse de le 19/01/2017 à 16:35 :
Les USA sont de moins en moins anglo-saxons et de plus en plus latinos. Noirs et latinos représentent plus du tiers de la population US... et pour eux le RU ne représente rien.
a écrit le 18/01/2017 à 19:24 :
Ne vous excitez pas trop vite : il y a des banques , qui comme HSBC font penser au TITANIC impossible à manoeuvrer . Et des hedge funds , qui brassent plus , et ont la réactivité d'un dériveur . Tant que ces derniers restent à LON ....
a écrit le 18/01/2017 à 17:40 :
Au lieu de délocaliser à Paris, ce qui va encore augmenter la pollution , la circulation et autre prix de l'immobilier, ils feraient mieux de délocaliser à la campagne.
a écrit le 18/01/2017 à 17:19 :
youpie... enfin des réactions a ce Brexit... qui commence a nous faire penser que rien n'allait se passer, la bourse n'a pas baissé comme on l'avait annoncé... OK la livre a pris un bon coup très bien pour nos courses au début de l'année a Londres...Nos amis anglais avaient quant meme noyauté la commission et ils en ont profité I want my monnaie... en fait on ne sait pas trop ce qui va se passer j'ai des amis à Londres bien sur dans la finance.... on regarde.... mais en fait sauf la banque HSBC on ne bouge pas trop. les questions juridiques fiscales douanières et le statut des personnes est devenu tellement compliqué que tout peut arriver ...j'ai eu a gérer et a créer des Holdongs a Londres il y a longtemps.... on verra tout cela mais en fait le régime fiscal des iles britanniques est encore excellent....
a écrit le 18/01/2017 à 15:06 :
Ca n'a pas traîné après l'annonce -enfin- des orientations de T. May en matière de type de brexit. La City risque bien de se vider à vitesse V. Et la descente aux enfers de l'économie britannique commence.
Réponse de le 18/01/2017 à 16:24 :
@Bruno_bd: "Stuart Gulliver a précisé que les activités sur les marchés des changes, obligataires et actions ne devraient pas être touchées." Ce qui veut dire que les 1000 emplois ne sont pas "de trading". Quant au "très bien payés", il faudra attendre pour savoir. Normal que HSBC installe un bureau européen officiel pour conserver ses droits d'activité dans l'UE. J'appelerai cela "le loup dans la bergerie" :-)
Réponse de le 18/01/2017 à 20:07 :
@Patrickb : ce ne sont certainement pas les emplois subalternes d'exécution et de support qui vont être relocalisés à Paris (ceux-là seront simplement supprimés- de même que les surfaces occupées à Londres, la sous-traitance -entretien des locaux, infogérance... seront revus à la baisse, sans doute à peu près dans la même proportion que les emplois, d'environ 20%. Bref, les 1000 emplois supprimés à Londres par HSBC se traduiront par la suppression de nombreux autres emplois)
Réponse de le 19/01/2017 à 0:49 :
@Bruno_bd: pour l'instant, c'est pas clair. Tu as peut-être raison, mais j'attends de voir. Mais ton analyse de suppression de postes est juste, car je ne crois pas qu'il va accepter de perdre 20% sans réagir sur l'emploi et les économies d'échelle :-)
a écrit le 18/01/2017 à 13:53 :
qu il reste en GB Europe pour eux c est magouille en tou genre
Réponse de le 18/01/2017 à 15:03 :
Au contraire. 1000 emplois très bien payés de trading, c'est de l'activité économique en plus. Les marchands d'immobilier haut de gamme et de voitures de luxe vont se régaler. Devialet ferait bien de leur envoyer un carton d'invitation à leur showroom de la Madeleine.
Réponse de le 18/01/2017 à 15:04 :
Et Bercy va se régaler des impôts que ces 1000 employés verseront à la France.
Réponse de le 18/01/2017 à 19:26 :
les vendeurs de coke aussi
a écrit le 18/01/2017 à 11:25 :
Bon sang il fallait bien s'en douter que nous hériterions d'une partie du fléaux, comme si notre économie avait besoin de ça franchement. Misère.

Soit dit en passant la finance était tellement l’ennemie de hollande qu'elle vient se réfugier en France...
Réponse de le 18/01/2017 à 13:35 :
C'est horrible, on va peut être récupérer des emplois, des cotisations sociales, des impôts et de la richesse en France... c'est insupportable et contre nos principes.
Nous voulons des destructions d'emplois et détruire toute création de valeur, comme nous le faisons si bien depuis tant d'années.
Réponse de le 18/01/2017 à 17:42 :
Des impôts ? Alors qu'ils défiscalisent tous...

Mais merci j'ai beaucoup ri.

Un emploi de la finance qui s'installe c'est 50 emplois qui disparaissent.

Ca fait 30 ans qu'elle règne et ça fait trente ans que cela se passe comme ça, donc la prochaine fois venez avec du concret pas avec des mots, merci.
Réponse de le 18/01/2017 à 19:24 :
1 emploi dans la finance = 50 emplois qui disparaissent ?

Quelle source ?

Faites ce que je dis pas ce que fais .
Réponse de le 18/01/2017 à 19:54 :
"Un emploi de la finance qui s'installe c'est 50 emplois qui disparaissent.". Avez vous le moindre élément chiffré qui étaye vos propos ou s'agit-il de simple hystérie anti-banques ?
"donc la prochaine fois venez avec du concret pas avec des mots, merci. "
Là-dessus je vous approuve totalement.
Réponse de le 18/01/2017 à 20:38 :
Ils ne vont pas payer de salaires ? pas de cotisations sociales ? Ils ne vont pas louer ou acheter un immeuble ?

Concernant les impôts, HSBC France a payé 171 millions d'euros pour l'année 2015 pour un résultat avant impôt de 618 millions d'euros, soit un taux effectif de 27,7%. Pas top la défiscalisation.

Quant à vos chiffres fantaisistes, ils font peut être foi au café du commerce mais pas dans le monde réel. Mais vous pouvez détailler comment 1 emploi va en détruire 50. Vous devriez commencer par appliquer vos principes à vous même si vous souhaitez du concret...

Vous représentez bien l'un des principaux problèmes de la France. Personnellement, cela ne me fait pas rire, je trouve plutôt ça désolant.
Réponse de le 19/01/2017 à 8:43 :
Quelle source ? SI vous ouvriez les yeux vous y verriez mieux. L'histoire tout simplement puisque le néolibéralisme et la financiarisation exacerbée de l'économie ont commencé à s'accélérer vraiment sous Reagan et le chômage de masse aussi. Sans parler de la baisse des salaires que l'on constate depuis une bonne dizaine d'années.

Le chômage de masse à commencé en même temps que le TINA de Reagan.

Brunobd je ne vous lis pas bien entendu.

"Ils ne vont pas payer de salaires ? pas de cotisations sociales ? Ils ne vont pas louer ou acheter un immeuble ?"

SI ils vont payer des salaires au vietnam, en chine ou au burundi mais l'histoire a montré qu'en france non. Des cotisations sociales non plus du coup et acheter un immeuble c'est possible mais cela n'a aucune incidence directe sur l'économie réelle.

Concernant hsbc j'ai bien mieux que des mots en lair:"Swissleaks : un gigantesque réseau d'évasion fiscale organisé par HSBC" http://www.leparisien.fr/economie/hsbc-un-reseau-d-evasion-fiscale-de-130-000-clients-et-180-milliards-d-euros-09-02-2015-4518749.php

"
Vous représentez bien l'un des principaux problèmes de la France. Personnellement, cela ne me fait pas rire, je trouve plutôt ça désolant. "

Ah et c'est quoi le problème que je représente ? De dire la vérité ? Oui je comprends bien que cela n'arrange pas vos affaires mais la cause que vous défendez, bien payés indirectement par elle je suppose, est désespérée les gars vos (et je suis h=gentil parce que je suis à peu près sûr qu'il n'y a qu'un seul troll derrière ces mêmes commentaires venant se coller aux miens qui les gênent) pitoyables tentatives de venir défendre un système qui est à l'agonie, la croissance est morte, le chômage de masse une habitude et la paupérisation une tradition.

Au lieu de perdre votre temps à tenter de faire taire les messagers essayaient de bosser et de redresser la barre un peu pour changer, essayez d'être efficace même si vous ne faites que démontrer votre incompétence mortifère.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :