La Banque postale prend 10% de WeShareBonds

 |   |  469  mots
L'originalité de la plateforme WeShareBonds est d'avoir choisi le financement par l'emprunt obligataire plutôt que par le prêt amortissable privilégié par les autres Fintech du crowdlending.
L'originalité de la plateforme WeShareBonds est d'avoir choisi le financement par l'emprunt obligataire plutôt que par le prêt amortissable privilégié par les autres Fintech du crowdlending. (Crédits : WeShareBonds)
La filiale du groupe La Poste signe aussi un partenariat industriel avec cette toute jeune plateforme de financement participatif en obligations destinée aux PME.

Nouvelle alliance entre une banque traditionnelle et un acteur émergent de la Fintech : la Banque postale annonce ce lundi matin un partenariat industriel et capitalistique avec WeShareBonds. Cette toute jeune plateforme de crowdlending s'est lancée en juin dernier : son originalité est de proposer de participer au financement de PME en obligations, et non en prêt amortissable. La filiale du groupe La Poste va entrer à son capital à hauteur de 10%, pour un montant non communiqué, et intégrera l'offre de WeShareBonds dans sa propre gamme de produits aux PME, à partir du premier trimestre 2017. C'est la première fois que la Banque postale prend directement une participation dans une Fintech; le montant serait "peu significatif" à l'échelle de la banque publique.

La Banque postale parle aussi de créer "des passerelles" avec ses clients pour développer le portefeuille de projets financés par la startup et de soutenir le financement des fonds de crédits obligataires de cette dernière. Dans un communiqué commun, les deux entreprises font valoir :

"La Banque Postale et WeShareBonds espèrent ainsi ouvrir une voie qui permettra de traiter la difficulté actuelle à financer rapidement les PME, au même titre que les ETI ou les grands groupes."

Financement de l'économie réelle

Les deux partenaires affichent l'ambition de travailler sur "un dispositif efficient afin de favoriser le financement de l'économie réelle". Le cofondateur et directeur général de WeShareBonds, Cyril Tramon, passé par JPMorgan, confie :

"Nous cherchions un partenaire qui partage notre vision et qui puisse nous accompagner dans notre développement. La Banque Postale est une institution emblématique et reconnue pour son goût pour l'innovation."

Fondée en juillet 2015, la plateforme a levé 3,8 millions d'euros auprès d'une cinquantaine de business angels (de Thierry Aulagnon, ex-SocGen devenu directeur de cabinet de Michel Sapin, à Guillaume Hannezo, ex-directeur financier de Vivendi), dont 600.000 euros pour son financement propre et 3,2 millions pour alimenter un fonds de crédit destiné à cofinancer tous les emprunts obligataires de la plateforme. Le slogan de WeShareBonds: "rendre l'épargne somnolente productive en la connectant aux PME". Elle s'adresse aux PME d'au moins trois ans d'existence, réalisant un million d'euros de chiffre d'affaires et 100.000 euros de résultat d'exploitation minimum, à la recherche d'un financement entre 100.000 et un million d'euros.

Le marché du "lending", le financement des entreprises, est déjà très encombré et a commencé à se concentrer : Lendix, qui revendique le rang de numéro un français, a racheté Finsquare au printemps dernier. WeShareBonds a le statut de Conseiller en investissement participatif (CIP), agréé par l'AMF, tandis que d'autres plateformes, telles que Lendix ont celui d'Intermédiaire en financement participatif (IFP), ou de Prestataire en services d'investissement (PSI), régulé par l'AMF et l'ACR, comme Origin, qui propose le placement privé d'obligations de PME.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/10/2016 à 20:40 :
Il faut arrêter de dire que la banque postale est une banque...essayer d'aller retirer 500euros de votre compte LBP au bureau de poste, ou tout simplement de contacter votre pseudo conseiller financier, après on en reparlera. Et c'est eux qui vont monter le plus les tarifs en 2017 (moi je change)... Ils sont restés sur le bug de l'an 2000, ils ont pas passé le cap.
Réponse de le 25/10/2016 à 12:10 :
jamais de problème pour retirer ou contacter quelqu'un grâce au 3639. par contre, les frais banque postale et compagnies vont augmenter tous dans de très forte proportion et cela suite au baisse de taux et renégociation des prêt immobilier. Et au fait, la banque postale pas entendu parler pour un scandale financier ( subprime, paradis fiscal, etc.....) alors c'est peut etre la moins pire.
a écrit le 24/10/2016 à 12:27 :
Sauf que la Banque Postale est en quasi faillite, allez essayer de faire un retrait au guichet, parcours du combattant et pour quel montant ????
Réponse de le 24/10/2016 à 14:14 :
Bonjour, je suis client La Banque Postale et je n'ai jamais eu de problème... Et il y a des guichets automatiques également... Je n'ai jamais eu le moindre soucis pour retirer des fonds...
Réponse de le 25/10/2016 à 21:18 :
si la banque postale est en faillite, beaucoup d'autre entreprise l'est aussi alors. Désolé mais La banque postale à beaucoup de sous groupe que vous meme ne connaissais pas. Normal la critique est simple des que ça appartient à la poste... Ah bon entendeur.
a écrit le 24/10/2016 à 11:26 :
CA VAS DANS LE BON SENS? IL FAUT AIDEE LES PETITES P E ET LES P M E CAR CES NOUVELLES ENTREPRISES SERONT LES EMPLOIS DE DEMAIN???

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :