Ces sociétés de capital-investissement qui misent sur le social

 |   |  680  mots
La société Auxi'Life, l'une des participations du deuxième fonds d'Impact Partenaires, veut favoriser l'emploi des personnes handicapées.
La société Auxi'Life, l'une des participations du deuxième fonds d'Impact Partenaires, veut favoriser l'emploi des personnes handicapées. (Crédits : Décideurs en région)
BNP Paribas, qui dressait ce mardi 20 octobre le bilan de son « Projet Banlieues », figure parmi les souscripteurs d’Impact Partenaires 3, un fonds de capital-développement à vocation sociale... mais qui vise tout de même un rendement de 8% par an.

Pour les grandes entreprises, il existe mille et une façons d'agir en faveur des quartiers défavorisés. Ainsi, au-delà de son « Projet Banlieues », dont elle a dressé le bilan de 10 ans d'activité ce mardi 20 octobre, BNP Paribas est par exemple l'un des souscripteurs d'Impact Partenaires 3, un fonds de capital-développement à vocation sociale. Lancé par la société de gestion éponyme au printemps dernier, Impact Partenaires 3 est doté de quelque 40 millions d'euros, une somme levée auprès de BNP Paribas, donc, mais également de Bpifrance, de certaines caisses régionales du Crédit agricole ou encore d'Axa. Des moyens financiers qui permettront au fonds d'investir des tickets de 200.000 à 2 millions d'euros dans une trentaine de PME françaises, à condition que l'activité de ces dernières ait un impact social positif significatif, en particulier dans les quartiers classés « Politique de la ville. »

Pour son dernier investissement, le grand frère d'Impact Partenaires III - Impact Partenaires II - avait ainsi injecté 1 million d'euros dans Auxi'Life. Cette société de services à la personne ne se contente pas de procurer des aides à domicile à des personnes en situation de handicap, mais favorise également l'emploi de personnes handicapées, une population particulièrement touchée par le chômage. Auxi'Life met par exemple en relation ses clients atteints de surdité avec des auxiliaires de vie eux-mêmes sourds, les plus à même de communiquer en langue des signes. Auxi'Life ambitionne ainsi de créer 1.000 emplois, au cours des cinq prochaines années.

 Un TRI net de 8% par an

Mais, dans le cadre de « l'impact investing », qui dit performance sociale dit également rendement financier. « Je ne crois pas qu'on puisse avoir une performance sociale sans performance financière, ni d'ailleurs de performance financière sans performance sociale. Aussi visons-nous un TRI net (taux de rendement interne) de 8% par an », indique Mathieu Cornieti, président d'Impact Partenaires. « Nous finançons des équipes de gestion ayant une approche non classique.  Dans le domaine de l'impact investing,  ces équipes n'ont pas seulement des ambitions financières mais également des objectifs en matière d'impact social. Pour autant, si on ne recherche pas de rentabilité, toute cette belle histoire s'arrêtera », appuie Daniel Balmisse, directeur exécutif de Bpifrance, en charge du pôle fonds de fonds.

L'objectif de performance sociale sera d'autant plus important dans le cadre d'Impact Partenaires 3, qu'il conditionnera l'intéressement des gestionnaires du fonds. En effet, en reprenant l'exemple d'Auxi'Life, si la société ne créait « que » 600 emplois en cinq ans, soit 60% de l'objectif de performance sociale fixé, alors 40% du « carried interest » auquel l'équipe de gestion pourrait prétendre irait à des associations sociales, sélectionnées par les souscripteurs du fonds. Et si, d'aventure, Auxi'Life créait moins de 500 emplois d'ici cinq ans, soit moins de 50% de l'objectif de performance sociale, alors c'est la totalité du « carried interest » qui irait à des associations.

 Un mécanisme d'intéressement novateur

 Pour mémoire, le « carried interest » est un système d'intéressement des gestionnaires de fonds de capital-investissement aux résultats obtenus. Il correspond généralement à 20% environ des plus-values réalisées, à partir, toutefois, d'un certain seuil de plus-value, appelé le « hurdle rate. » Ce « hurdle » financier existe bien chez Impact Partenaires 3 mais il est couplé à des seuils de performance sociale fixés aux PME dans lesquelles le fonds investit.

« Encouragés par l'équipe fonds de fonds de Bpifrance, nous avons créé pour notre troisième fonds une innovation financière au service de l'innovation sociale : c'est le premier fonds où l'intégralité du carried interest est généré par la performance financière mais conditionné par la performance sociale »,

 souligne Mathieu Cornieti. « Cette stratégie d'investissement étant à l'intersection du modèle classique des fonds de capital-investissement et de la philosophie de l'impact social, il a fallu créer un mode d'intéressement qui prenne en compte cette double considération », renchérit Daniel Balmisse. Avis aux gestionnaires de fonds qui souhaiteraient rejoindre la dizaine de collaborateurs d'Impact Partenaires : cette société de gestion n'est vraiment pas tout à fait comme les autres.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/10/2015 à 12:01 :
La photo d'illustration de l'article est scandaleuse
Réponse de le 23/10/2015 à 14:30 :
Argumentez.
Réponse de le 25/10/2015 à 13:15 :
en effet , faire croire que le handicap en fauteuil roulant permet d'avoir de jolies jambes peut paraitre raisonnablement scandaleux dans le fait du " travestissement" que cela représente hormis bien sur les handicaps invisibles . Cela est donc est parfaitement contre productif car s' y associe l'idée que on veut bien que le handicap existe mais il faut qu'il soit "présentable" il y a donc une négation à la base qui donne une vision de ce secteur de la finance peu crédible par rapport à l'objectif .
a écrit le 23/10/2015 à 11:43 :
Le Groupe Société Générale.

Les démarches pour nos agences. De nombreux efforts ont été menés jusqu’à présent pour permettre à notre clientèle l’accès à tous nos services dans toutes nos agences.


- Rencontres avec les associations représentatives des différents handicaps pour mieux intégrer leurs difficultés au quotidien.
- Participation aux comités mis en place à l’initiative de la DMA
- Échanges avec les principaux acteurs du secteur Bancaire et participation aux groupes de travail aboutissant à l’élaboration de docs « Regards Croisés »
- Sensibilisation à l’accueil des Personnes en Situation de Handicap à inclure au volet comportemental de la formation collaborateurs.
- Groupes de travail avec les industriels qui ont permis de développer et d’améliorer des produits (coffres mobiles, rampes automatiques …)

Mission Handicap : contribuer à la performance de salariés
- Créée en 2007, au cœur de la politique diversité du groupe, la Mission Handicap a permis de recruter plus de 310 nouveaux collaborateurs et d’effectuer chaque année plus de 300 accompagnements dans l’emploi (dont 80 aménagements de poste).
- De nombreuses actions de formation et de sensibilisation innovantes ont également développé la culture « handicap » de l’ensemble des collaborateurs et des managers, mobilisés pour pérenniser le succès d’une politique d’embauche volontariste.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :