Nissan et Mitsubishi s'allient dans les mini-véhicules

 |   |  269  mots
Copyright Reuters
Les deux groupes automobiles japonais vont créer au 1er juin une co-entreprise, à parité, qui développera des mini-véhicules de très faible cylindrée, réservés au marché nippon.

Nissan et Mitsubishi Motors ont annoncé ce vendredi la création d'une coentreprise dans les "midgets", mini-véhicules fiscalement favorisés au Japon. Les deux constructeurs nippons avaient conclu un accord en décembre dernier pour concevoir et produire ensemble ces modèles. La société conjointe fonctionnera officiellement à partir du 1er juin et sera détenue à 50-50.

Les deux groupes veulent "renforcer leur compétitivité sur le marché japonais des mini-véhicules", une catégorie de voitures de très petites dimensions (moins longues qu'une Renault Twingo et surtout beaucoup plus étroites) avec des moteurs réduits de moins de 660 centimètres-cubes de cylindrée. Ce créneau (berlines trois et  cinq portes, monospaces miniature, micro-4x4), par lequel a commencé la motorisation du Japon après la guerre, représente un tiers du marché automobile dans l'archipel. C'est dire son importance. Le "hic", c'est que ces modèles sont réservés au marché intérieur et invendables ailleurs. Dès lors, les économies d'échelle sont très difficiles à trouver. Si Mitsubishi est traditionnellement un spécialiste de ces "midgets", comme Suzuki ou Daihatsu, Nissan n'a aucun savoir-faire dans ce domaine.

Nissan, dont Renault détient 44% du capital, et Mitsubishi Motors, lié industriellement à PSA, se connaissent d'ailleurs, puisque Nissan lui achète des "midgets" depuis des années, ainsi d'ailleurs qu'à Suzuki. Au-delà de la co-entreprise spécifique, Nissan et Mitsubishi vont s'échanger d'autre véhicules. Nissan fournira un petit utilitaire à Mitsubishi, qui lui livrera à son tour des 4x4 au Moyen-Orient. Ces échanges de modèles, difficilement pensables en Europe, sont monnaie courante au Japon.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/05/2011 à 17:15 :
Les "midgets" n'étaient pas vendus en dehors du Japon et Smart a donc eu le champ libre en Europe (après un temps où son concept était en avance). Ecrire que les midgets sont "invendables" ailleurs est donc une affirmation marketing hâtive.
a écrit le 20/05/2011 à 14:38 :
Concrétisation financière d'échanges techniques faits de longue date entre pratiquement tous les constructeurs au Japon pour ce type de mini véhicule, ces accords préfigurent en les allégeants des décisions plus importantes concernant la prise de contrôle de Mitsubishi par PSA. La valorisation du japonais notablement progressé en liaison avec la hausse de la devise locale puis le bon développement du constructeur ... en partie par les commandes soutenues de PSA pour des modèles et technologies 4X4. Avec cet accord probable à venir le constructeur français dépasserait les 100 milliards de dollars de chiffre d'affaire, se rapprochant du peloton mondial sur lequel il reste encore un peu détaché.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :