Téléchargez
notre application
Ouvrir

Suzuki saisit une cour d'arbitrage contre Volkswagen

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Alain-Gabriel Verdevoye  |   -  253  mots
Le constructeur nippon demande de l'aide à une instance arbitrale pour l'aider à sortir le groupe allemand de son capital.

De pire en pire. La querelle de couple s'envenime chaque jour. Le constructeur automobiles japonais Suzuki a annoncé ce jeudi avoir demandé son aide à une cour d'arbitrage de Londres sur les litiges commerciaux. But: reprendre les parts détenues par son "allié" allemand Volkswagen, avec lequel il est en conflit. Le spécialiste nippon des petits véhicules veut récupérer les 19,89% de son capital qu'avait acquis Volkswagen pour sceller l'accord conclu en décembre 2009. Suzuki avait signifié le 18 novembre au consortium germanique la fin de leur relation.

Suzuki reproche à son partenaire allemand d'avoir contrevenu à l'alliance en lui refusant l'accès à ses technologies. Il lui reproche aussi son "impérialisme", alors que le japonais veut conserver son autonomie, comme lorsque GM détenait 20% de son capital. Volkswagen réfute catégoriquement les reproches. "Il n'y a aucune raison juridique de devoir rendre les actions", précise un porte-parole du groupe allemand, qui nourrit aussi des griefs. Il reproche ainsi à Suzuki d'avoit scellé l'été dernier un accord pour acheter des moteurs diesel à Fiat pour un futur 4x4. Suzuki négocie par ailleurs l'achat de véhicules utilitaires électriques à Mitsubishi.

"L'alliance capitalistique (entre les deux groupes) avait pour but de faciliter l'accès de Suzuki aux technologies de Volkswagen. Nous n'avons pas reçu ce qui nous avait été promis", affirme e constructeur nippon. La procédure de divorce devrait prendre des mois. C'est en tous cas le premier faux pas de Volkswagen, à qui tout semble réussir ces dernières années.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires

GERARDC27 a écrit le 24/11/2011 à 10:21 :

Les arbres ne montent pas jusqu'au ciel. L'impérialisme allemand passe très mal à l'international, voire jadis BMW et DAIMLER. Renault beaucoup plus discret n'a pas commis cette erreur et tout en l'appelant "alliance" possède de fait NISSAN.

Signaler un contenu abusif

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :