La Tribune

Renault face aux politiques : cause toujours, tu m'intéresses...

Le PDG de Renault  et Nissan Carlos Ghosn. Copyright Reuters
Le PDG de Renault et Nissan Carlos Ghosn. Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Alain-Gabriel Verdevoye  |   -  1194  mots
Quoi que fasse la firme au losange, les politiques se croient obligés de donner leur avis ou de mettre en garde. Mais le PDG Carlos Ghosn n'en fait finalement qu'à sa tête. Renault ne fabrique plus que 17,5% de ses véhicules en France!

Rien à faire. Même si Renault n'est plus une Régie depuis longtemps, tout gouvernement a les yeux braqués sur le constructeur automobile français. Et, le ministre du Travail, Michel Sapin, a ainsi déclaré mercredi qu' « il ne devait pas y avoir de chantage » dans la négociation entre la direction de Renault et les syndicats sur un éventuel accord de compétitivité. Les discussions doivent être « loyales » et « tous les moyens ne sont pas bons » pour négocier, a estimé le ministre sur la radio RTL. Mardi, trois syndicats avaient affirmé que la direction du groupe menaçait de fermer deux sites en France si aucun accord de compétitivité n'était trouvé avec les partenaires sociaux. « Ce que nous attendons de Renault, c'est qu'il y ait deux lignes rouges qui ne soient pas franchies: (...) qu'il n'y ait pas de licenciements et, deuxièmement, qu'il n'y ait pas de fermeture de sites », a pour sa part rappelé Pierre Moscovici, ministre de l'Economie, sur BFMTV-RMC, à propos du plan de suppression de 7.500 postes en France d'ici à 2016.

Renation incestueuse

Une relation intime, voire incestueuse, qui n'empêche pas Renault de faire quand même ce qu'il veut... Pour preuve la réflexion désabusée d'un ancien Premier ministre, lequel reconnaissait officieusement que « Renault avait délocalisé en douce », sans que personne ne s'en rende compte. Le comble pour une entreprise, dont l'Etat détient 15% du capital.

Chute de la production en France

Sous l'impulsion de l'ex-PDG, le haut fonctionnaire autoproclamé de gauche Louis Schweitzer, relayé par Carlos Ghosn, Renault ne fabrique plus aujourd'hui que 17,5% de ses véhicules en France (contre 35% pour PSA), selon le CCFA (Comité des constructeurs français d'automobiles). C'est d'ailleurs quasiment un record mondial... dans le mauvais sens. Volkswagen, Toyota, Ford, produisent en effet bien davantage sur leur territoire national. La production du groupe Renault dans l'Hexagone a, en outre, dégringolé de plus de moitié depuis 2007.

Transferts progressifs

La firme a transféré sa petite Twingo de Flins vers la Slovénie lors du passage de la première à la deuxième génération. Aujourd'hui, 60% de la production des Clio est assurée en Turquie. La totalité des berlines compactes Mégane sont désormais fabriquées en Espagne. Le tout dernier (faux) petit 4x4 Captur sort aussi des chaînes de la péninsule ibérique. Et l'internationalisation des marchés n'a rien à voir avec ces choix. Les Twingo et Clio sont en effet essentiellement destinées aux clients d'Europe de l'ouest. Carlos Ghosn a, en outre, inauguré en grande pompe, au début de l'année dernière, le site géant de Tanger, au Maroc, dont la plus importante part de la production est destinée au Vieux continent. Presque une provocation, même si ce site marocain se justifie économiquement pour des véhicules à bas coûts.

Sur la sellette

Il n'empêche. Carlos Ghosn est exaspéré de cette tentative permanente d'intrusion, du moins verbale, des politiques. L'homme, qui est aussi le PDG de Nissan, avait très mal vécu la convocation à l'Elysée en janvier 2010, suite à un article de La Tribune évoquant la production de la Clio IV en Turquie. Et il a encore plus mal supporté les pressions dont il a fait l'objet, suite à la malencontreuse (fausse) affaire d'espionnage, durant le premier semestre 2011, quand bien des voix s'étaient élevées au sein même du gouvernement pour avoir sa peau. Mais, finalement, le double PDG s'en est tiré, sacrifiant du coup son bras droit de l'époque, Patrick Pélata, remplacé fin mai 2011 par Carlos Tavares. Incarnant dans sa propre personne le délicat équilibre entre Renault et Nissan, Carlos Ghosn était impossible à remplacer !

Usines préservées en principe

Certes, l'influence des pouvoirs publics n'est pas nulle sur Renault. On peut en effet supposer que Renault aurait volontiers fermé une ou deux usines en France, notamment le site normand de Sandouville, s'il avait eu complètement les mains libres. Dernièrement, le groupe s'est aussi engagé à produire en France des véhicules de ses alliés, notamment Nissan, en cas d'accord avec les syndicats sur la compétitivité. Le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg semble s'attribuer les mérites de cet engagement. Toutefois, il n'est pas sûr du tout que les pouvoirs publics aient joué un rôle. Tout simplement, Nissan a besoin de capacités en Europe, son usine de Sunderland, outre-Manche, étant saturée. Au final, et malgré les gesticulations régulières des politiques, Renault agit comme il l'entend. Exemple: l'usine de Flins, en région parisienne, n'emploie-t-elle pas aujourd'hui 3.000 salariés pour un potentiel de 125.000 véhicules annuels environ, contre 22.000 personnes pour 400.000 unités annuelles à la fin des années 1970 ? Evidemment, le site n'a pas été fermé. Mais, quelle dégringolade !

Gamme "Entry" en plein boom

Le pire c'est que la délocalisation de Renault, et donc sa « défrancisation », semble inéluctable. Spécialisé de plus en plus dans les véhicules d'entrée de gamme où le facteur prix est l'élément déterminant d'achat, le constructeur de Boulogne-Billancourt voit ses ventes de véhicules de gamme moyenne ou supérieure chuter progressivement, tels les Espace ou Laguna, fabriqués exclusivement, eux, à Sandouville. Et ce, alors même que sa gamme « Entry » (Sandero, Logan, Duster...) produite hors d'Europe occidentale représente plus du tiers de ses ventes mondiales aujourd'hui ! Un pourcentage qui grimpe régulièrement. Renault réalise d'ailleurs d'excellentes marges sur cette gamme, alors qu'il perd de l'argent sur les petites Twingo et Clio ou sur les Laguna-Espace. Renault n'est toutefois pas le seul responsable de son fiasco dans les gammes moyenne et haute "made in France". La politique traditionnelle des pouvoirs publics français en termes de fiscalité, avec en prime le dernier malus prétendument écologique, défavorise les modèles produits encore... dans l'Hexagone.

Ventes en  recul sur l'Europe

Au delà de la structuration des gammes, la firme tricolore voit globalement ses ventes s'effondrer en Europe. Le groupe au losange y a affiché l'an dernier le plongeon le plus catastrophique de tous les grands constructeurs, avec des immatriculations de voitures en recul de 19% dans l'Union européenne à un million d'unités à peine, voire de 22,5% pour la marque Renault  (sans la filiale roumaine à bas coûts Dacia). La part de marché du groupe atteint 8,5% à peine dans l'Union, voire 6,6% sans le label roumain... contre 10,7% pour Renault seul il y a dix ans. La crise des marchés français et espagnol, où Renault est traditionnellement bien implanté, n'explique pas à elle seule cette chute.

Plongeon dramatique

Le plongeon en Europe est d'autant plus dramatique que c'est quasiment dans cette seule région que la firme vend les voitures de sa gamme traditionnelle, dont une partie est encore localisée en France (une fraction des Clio, les monospaces Scénic, le ludospace Kangoo...). Ailleurs, il n'écoule pratiquement  que des modèles de sa gamme « Entry », sous la marque Dacia (en Afrique du nord et Turquie) ou  sous son propre label du losange (Russie, Amérique latine, Iran...). Et les incantations des politiques n'y peuvent rien.
 

Réagir

Commentaires

Et la R&D  a écrit le 27/01/2013 à 16:35 :

La délocalisation ne concerne pas que les usines mais aussi les activités de R&D. Le plan actuelle propose une baisse de 2000 personnes sur 10000 dans l'ingénieurie (20%). Dans le même temps Renault crée un site R&D de 3000 personne en Roumanie (RTR) et une montée en puissance de ses antennes en Inde (RTI)

Demain existe t il  a écrit le 26/01/2013 à 16:14 :

On nous informe que la société ne fabrique plus que 650 mille véhicules en France pour 8 millions dans le monde? Il semble qu?on ne puisse pas fabriquer en France. Cette entreprise peut-elle être considérée comme française ? Le gouvernement prétend taxer les grandes entreprises, mais les bénéfices sont réalisés à l?étranger. Ne dit-on pas que Total est en perte en France ? C?est toute la question du règlement du déficit? qu?on ne se voile pas la face, à 0% de croissance, l?endettement continue même à 3% de déficit, sachant les engagements de l?Etat en matière de retraites des régimes par exemple? Cela pose deux questions fondamentales : VERRONS-NOUS UNE DEROUTE DE L?ENTREPRISE et LA DIVISION PAR DEUX DES SALAIRES DU PUBLIC. Ce qui est latent, c?est la survie de la sous-zone France?

coco89  a écrit le 26/01/2013 à 7:08 :

ET si on liscenciait ce Carlos qui se goinfre et on partagerait son salaire entre tous les ouvriers de renault ils aurait une sacrée prime !!!

stoppeur  a écrit le 25/01/2013 à 15:54 :

Les "possessions" de Renault en France,c'est rien à côté de ce que C. Ghosn construit à
l'étranger,notamment en Russie,où Poutine lui a "confié" la "requalification" de l'ancienne
plus grande usine de chars au monde,de l'ex-bloc soviétique...Et il y a aussi ce que Ren
ault va construire au Maroc,en Algérie,en Birmanie...et ailleurs...Il faut se souvenir des "mé
thodes expéditives" employées par C.Ghosn au Japon pour "retaper" Nissan...Quelques di
zaines de milliers de Japonais se sont retrouvés dans la rue sans rien,quasiment SDF,aux
seuls bons soins des associations humanitaires nipponnes!!Quant à ceux qui défendent
"mordicus" la réussite allemande,suédoise,voire espagnole,qu'ils se disent qu'aux USA,
il y a des "embauches" de GM(là où les usines ont été reconstruites avec l'aide de l'Etat)
à 1/2 de salaire d'avant...Qu'en Allemagne,les "sans grade" sont "payés entre 2 euros et
5 euros/l'heure...A ce compte-là,c'est sûr:l'Allemagne peut se vanter de la bonne santé é
conomique du pays...Mais-à ce qu'il se dit-même les + belles histoires ont une fin...Et
dire que l'Etat français laisse des maçons espagnols,roumains,slovènes travailler à 1/2
SMIC...en France...Que des "cadres" licenciés se retrouvent-à + de 55 ans-avec 500 eu
ros de RSA...Qui donc peut prétendre que cela ne durera pas,dans un avenir proche ou
lointain...?Il faudrait donc imposer aux importateurs(français ou pas)de vendre ces pro
duits d'importation au prix où ils seraient vendus,étant fabriqués en France...La différence
"encaissée" serait reversée au profit des entreprises françaises créant de l'emploi et su
bissant-de plein fouet-la "concurrence low-coast" des entreprises exportant depuis le monde entier vers l'Hexagone et l'Europe communautaire...Là,les "choses" seraient bien
+ équitables pour tous...

pat34  a écrit le 25/01/2013 à 15:29 :

C'est tous simple il suffit de ne pas acheter ce qui n'est pas fabriqué en France!!! et privilégier ce qui fait travailler les ouvriers Français, le problème serait vite résolue en 10 ans tous reviendrais en France.

onawanta  a écrit le 25/01/2013 à 15:01 :

elle est trop belle la privatisation de Renault !

galileo  a écrit le 25/01/2013 à 12:36 :

Impératif que Renault change d'air et d'ère avec un nouveau PDG; Renault devient une marque repoussoir avec C.Ghosn à sa tête, et quel bilan très mitigé; Samsung et Renault en déroute, gestion de gammes désastreuse, style/design dénaturé... Les évènements actuels offrent une occasion légitime de repenser la direction de ce constructeur.

Moulins à vent  a écrit le 25/01/2013 à 11:56 :

Don Quichotte de Montebourg n'a rien réussi depuis son intronisation au gouvernement ! Pire même, il a accentué la chute de toutes les entreprises dont il a voulu ou prétendu s'occuper : PSA, Petroplus, Arcelor .... Un homme politique bien français sans aucune expérience de la vraie vie. On en crève lentement et surement ....

EXIT  a écrit le 25/01/2013 à 8:30 :

Tout un enfumage même pas crédible et parfaitement dissonnant d'un prédateur capable de toutes les manipulations comme il l'a déjà démontré quand il s'agit de licencier des cadres.

PAUL ETHIQUE  a écrit le 24/01/2013 à 20:20 :

On voit que ce gouvernement gouverne a la petite semaine, alors qu'il prétend s'occuper des jeunes. Supprimer des emplois c'est fabriquer (en France) les chômeurs de demain, nos enfants. Bravo François, bravo jean-Marc et Monte bourre

Pingre  a écrit le 24/01/2013 à 19:26 :

Un grand merci à la Tribune pour avoir mis cet article payant en libre accès !