Le Royaume-Uni brise le tabou de la recherche génétique sur l'embryon humain

 |   |  234  mots
L'équipe de recherche avait formulé une demande en septembre dernier afin de mieux comprendre la formation des cellules du placenta.
L'équipe de recherche avait formulé une demande en septembre dernier afin de mieux comprendre la formation des cellules du placenta. (Crédits : Flickr/Charles Clegg. CC License by.)
C'est la première fois que le pays accorde une telle autorisation, depuis sa loi de 2009 qui encadre strictement cette recherche.

C'est inédit. Le Royaume-Uni a annoncé lundi 1er février avoir autorisé des scientifiques à manipuler génétiquement des embryons humains dans le cadre de recherche médicale. L'autorité britannique de la fertilisation humaine et de l'embryologie a indiqué que cette autorisation concernait la méthode Crispr-Cas9 et qui permet de sélectionner et cibler des gênes pour mieux les neutraliser.

Prévenir les fausses couches

"Nous avons approuvé la demande du docteur Kathy Niakan de l'Institut Francis Crick (de Londres) d'ajouter la possibilité de manipuler des embryons (humains) à son autorisation de recherche", a annoncé la HFEA.

Cette équipe de recherche avait formulé une demande en septembre dernier afin de mieux comprendre la formation des cellules du placenta. Il s'agit de déterminer les causes des fausses couches. Ces recherches pourraient aller plus loin en progressant sur les connaissances sur l'infertilité mais également sur certaines maladies génétiques.

Un droit assoupli depuis 2009

C'est la première fois qu'une équipe de recherche formule une demande d'autorisation de recherche depuis que le Royaume-Uni a assoupli sa législation en 2009. Le pays a, en effet, introduit dans son droit la possibilité d'autorisations exceptionnelles de modifications génétique d'embryons; mais uniquement dans un cadre de recherche et à condition que les embryons soient détruits dans un délai maximum de deux semaines.

>> Lire notre dossier Manipulation du génome, vers une humanité 2.0

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/02/2016 à 11:05 :
IL N Y A PAS DE PROGRES SANS RIQUE??? EN SCIENCES HUMAINE CELA PEUT NOUS FAIRE BEAUCOUP EVOLUEZ???
a écrit le 01/02/2016 à 19:18 :
Après nous avoir inventé la vache folle et la tremblante du mouton, entre autres LSD, je sens qu'ils vont nous faire de ces maladies sans vaccin du tonnerre...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :