Prix des médicaments : pression maximale sur les laboratoires aux États-Unis

 |   |  780  mots
Depuis son rachat par Mylan à l'allemand Merck KGaA en 2007, il vu son prix augmenter de 600%, passant de 100 dollars à 600 dollars.
Depuis son rachat par Mylan à l'allemand Merck KGaA en 2007, il vu son prix augmenter de 600%, passant de 100 dollars à 600 dollars. (Crédits : Reuters)
Aux États-Unis, le prix des médicaments est devenu l'une des thématiques centrales des primaires en vue de l'investiture pour la présidentielle, tant chez les démocrates que chez les républicains.

Article publié initialement le 20/06, mis à jour le 30/08 suite à l'annonce du laboratoire Mylan de commercialiser une version générique deux fois moins cher que son médicament EpiPen (épinéphrine ou adrénaline), tout en continuant à promouvoir et vendre la marque EpiPen. Une initiative inédite. Utilisé en urgence sur des patients victimes de grave crise d'allergie (anaphylaxie) pouvant entraîner la mort, ce médicament consiste en une injection d'épinéphrine (adrénaline).

Depuis son rachat par Mylan à l'allemand Merck KGaA en 2007, il vu son prix augmenter de 600%, passant de 100 dollars à 600 dollars. Avec cette explosion du prix, le groupe pharmaceutique américain était le dernier laboratoire en date à s'être attiré les critiques d'Hillary Clinton, candidate démocrate à l'élection présidentielle américaine.

Tous ont été échaudés par le scandale du Daraprim, un médicament luttant contre une infection parasitaire potentiellement mortelle, augmentée de 5 000 % par Turing Pharmaceuticals, fin 2015. Donald Trump, Bernie Sanders ou encore Hillary Cliton, tous ont déclaré vouloir s'attaquer au prix des nouveaux médicaments. La candidate démocrate prévoit, par exemple, une réforme pour donner plus de poids aux compagnies d'assurance, aux groupes de médecins et de patients pour faire pression sur les industries pharmaceutiques. Cela donnerait par exemple la possibilité aux Américains d'acheter certains médicaments à l'étranger, à un prix plus bas.

Les organismes payeurs font pression

Aux États-Unis, marché numéro un des laboratoires pharmaceutiques, le prix du médicament est fixé sur la base d'une politique de l'offre et de la demande, contrairement à la France. Après validation par la FDA, l'autorité américaine qui décide de la mise des médicaments sur le marché, « il y a une négociation entre les laboratoires pharmaceutiques et les assureurs locaux. Pour cela, ces derniers ont la liberté ou non de finaliser la négociation sur les différents produits », rappelle à La Tribune Cédric Foray pour le cabinet de conseil EY. Désormais, les mutuelles ont tendance à fusionner, et, en s'associant, mettent une pression de plus en plus importante sur les prix.

Les fabricants de médicaments acceptent des concessions plus importantes afin que leurs produits restent remboursés, selon une étude du cabinet IMS Health.

Celle-ci montre en effet que les dépenses américaines s'orientent vers une croissance au ralenti. Le cabinet estime que la hausse annuelle des dépenses en médicaments va passer à 4% - 7% par an d'ici à 2020, contre une hausse des dépenses de 8,5% sur un an, en 2015 (274 milliards d'euros au total). Cette année-là, ce sont les nouveaux médicaments de spécialité, comme le Sovaldi et le Harvoni de Gilead, capables de guérir l'hépatite C, ou encore les nouveaux anticancéreux (immunothérapie) qui ont tiré les dépenses vers le haut, représentant 121 milliards de dollars de dépenses nettes à eux seuls.

Dans les années à venir, les dépenses ralentiront pour les produits moins innovants soumis à une forte concurrence, estime IMS Health. Déjà en 2015, pour la première fois, le prix du Lantus de Sanofi a baissé face à des insulines concurrentes, et notamment un produit de Novo Nordisk.

Entre 2010 et 2015, selon Bloomberg, le prix du blockbuster du géant français avait pourtant été augmenté de 168%...

La croissance des dépenses ne sera toutefois pas enrayée, car « il faut prendre en compte le facteur démographique », rappelle Cédric Foray. « Le vieillissement de la population va stimuler la consommation de médicaments dédiés aux maladies chroniques, avec des traitements susceptibles de s'allonger et de peser énormément sur les coûts. »

Un coup dur pour le chiffre d'affaires des "Big Pharmas" ?

Les médicaments innovants devraient moins subir la pression des organismes payeurs. Interrogé par le Financial Times en janvier, le chef exécutif de Roche, Severin Schwan, clamait que les Big Pharmas devaient se focaliser sur les médicaments innovants à valeur ajoutée, afin d'éviter au maximum la pression économique. Le géant suisse compte lui-même beaucoup sur ses nouveaux anticancéreux pour maintenir sa croissance à l'avenir.

Mais se focaliser sur le prix des médicaments innovants ne devrait pas suffire, estime Cédric Foray, qui a l'habitude de travailler avec les industries du médicament.

« Celles-ci sont inquiètes. Si l'on continue dans ce mode-là, avec une perte de confiance entre organismes payeurs et laboratoires pharmaceutiques, et si l'on ne change pas la façon de fixer les prix et de financer les médicaments, les industries perdront 17 % de chiffre d'affaires en 2020 », explique-t-il, en s'appuyant sur une étude du cabinet.

Un coup dur pour les Big Pharmas, mais un soulagement pour les caisses des organismes payeurs...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :