Areva privé d'un contrat géant au Royaume-Uni

 |   |  147  mots
Areva vient de perdre un contrat de quelque 11,5 milliards d'euros au Royaume-Uni.
Areva vient de perdre un contrat de quelque 11,5 milliards d'euros au Royaume-Uni. (Crédits : reuters.com)
Areva et ses deux partenaires américain et britannique réunis dans le consortium NMP n'ont pas réussi à nettoyer le site nucléaire de Sellafield dans les délais prévus par le contrat initial. Les autorités de contrôles ont demandé au gouvernement de les dessaisir du contrat.

Il s'agit d'un contrat de près de 9 milliards de livres (11,5 milliards d'euros). Areva et ses deux partenaires - le britannique Amec et l'américain URS - ont été dessaisis du contrat qu'ils avaient remporté en 2008 pour nettoyer le site nucléaire de Sellafield dans le nord-ouest de l'Angleterre.

Le contrat avait été prolongé de 5 ans

Le gouvernement a annoncé ce mardi 13 janvier avoir fait ce choix, suivant ainsi les recommandations du Nuclear Decommissioning Authority. Cette autorité a estimé que le consortium Nuclear Management Partners avait dépassé les coûts prévus ainsi que les délais impartis. Ainsi, le contrat qui devait normalement prendre fin en 2014 a été prolongé en 2013 de 5 ans.

C'est désormais le service public qui reprendra en charge la mission de nettoyage du site a indiqué Edward Davey, ministre de l'Energie. Il a précisé que la passation devrait prendre 15 mois.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/01/2015 à 12:07 :
Avant de me complaire dans cet éternel masochisme bien franchouillard qui consiste à encenser tout ce qui est anglo-américain, je réfléchirais de savoir à qui profite le crime ... On vend Alstom et on démolit Areva simultanément pour bien liquider la filière nucléaire française, un de nos derniers fleurons industriels ... Comme par hasard.
a écrit le 14/01/2015 à 9:29 :
Gravissime. Cette information doit être relayée le plus largement possible. Le gouvernement Britanique a eu 1000 fois raison et met en lumière ce que nous savons tous : non seulement AREVA n'est pas capable de démanteler un site nucléaire (ce qui n'est malheureusement pas une surprise) mais c'est le contribuable Anglais qui devra s'en charger ...
C'est très grave car cela montre que même chez nous en France, AREVA, EDF et autres gros pompeurs d'argent public, n'ont pas les compétences techniques pour assurer les démantèlements de centrales nucléaires… Tiens tiens, mais pourquoi donc étendre la durée de vie de nos (très chères) centrales à 40, puis 50 puis 60 ans ?
Amis contribuables, préparez vous AREVA , EDF et consors se sont goinfrés avec notre argent, il nous laisseront une ruine que nous devrons nettoyer pour nos enfants.
Même s’il est déjà trop tard, il faut les empecher de nuire plus longtemps. Je propose que l’on bâtisse un fichier national nominatif des responsables afin de les envoyer au charbon lorsque l’accident sera arrivé .. ou lorsqu’il faudra payer !!
a écrit le 13/01/2015 à 13:54 :
fois qu'on a affaire à des sociétés privées, il y a dépassement de coût. Bonne décision des autorités de contrôles.
Réponse de le 13/01/2015 à 14:31 :
Areva dont l'actionnaire majoritaire l'état français est une entreprise public... Alors ne soyons pas surpris de la médiocrité du résultat.
a écrit le 13/01/2015 à 13:48 :
Encore un flop d'Areva ! Après Olkiluoto, Uramin, Flamanville, .....on n'a pas fini de nttoyer après
la sherpa de Miitterand !
Réponse de le 13/01/2015 à 15:08 :
Vraiment. Vraiment. Vraiment.
a écrit le 13/01/2015 à 13:48 :
Encore un flop d'Areva ! Après Olkiluoto, Uramin, Flamanville, .....on n'a pas fini de nttoyer après
la sherpa de Miitterand !
a écrit le 13/01/2015 à 13:48 :
Encore un flop d'Areva ! Après Olkiluoto, Uramin, Flamanville, .....on n'a pas fini de nttoyer après
la sherpa de Miitterand !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :