LTDE

L'éolien marin, nouvelle filière énergétique

 |   |  332  mots
La France tient à rattraper son retard face à ses concurrents européens concernant le secteur du renouvelable
La France commence à rattraper son retard sur le secteur du renouvelable offshore : la première éolienne marine va être installée en Loire-Atlantique dans les prochaines semaines.

Alors que le Royaume-Uni, l'Allemagne et le Danemark détiennent près de 90% de la capacité en éolien marin en Europe, selon l'Agence internationale des énergies renouvelables (Irena), la France est seulement en train d'installer son premier démonstrateur flottant, près de Nantes. Un paradoxe, alors que l'Hexagone dispose du deuxième gisement de vent en Europe. Ce retard tient notamment à la lenteur des procédures, le cadre réglementaire apparaissant complexe, notamment pour les appels d'offre. « Des mesures de simplification devraient bientôt permettre d'accélérer la mise en place des projets, comme chez nos voisins européens », note Pauline Lebertre.

En position de force, plusieurs acteurs français comptent parmi les pionniers de la filière, en particulier sur le secteur de l'éolien dit « flottant ». Il existe en effet deux types technologies : la première permet d'ancrer les mâts directement au fond de la mer, tandis que la deuxième, à l'aide de flotteurs, offre la possibilité d'aller chercher des gisements de vent plus éloignés des côtes. Ce dernier secteur, moins mature, pourrait se développer au cours des prochaines années. «  La France possède un vrai savoir-faire sur le flottant et doit conserver son avance pour prendre le leadership en Europe », affirme Pauline Lebertre, déléguée générale de France Energie Eolienne.

D'autant que l'Hexagone est ambitieux en matière d'énergies renouvelables, qui devront représenter 32% de la consommation finale à l'horizon 2030. Alors que les objectifs semblent difficiles à tenir en l'état actuel, l'offshore représente une opportunité de développement. Certaines régions, comme la Bretagne, les Pays de la Loire ou la Normandie, sont particulièrement motrices. « Un des parcs qui se trouve au large de la Bretagne devrait permettre, à terme, de couvrir près de 10% des besoins en électricité de cette région », précise Mme Lebertre. A terme, l'éolien marin pourrait permettre de créer une nouvelle filière industrielle dans les énergies marines renouvelables.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :