La Tribune

La start-up Coolea séduit des fonds et la RATP

Copyright Reuters
Luz de Valence/GreenUnivers.com  |   -  228  mots
Cet été, l'air chaud a rafraîchi des locaux de la RATP, grâce à de simples filtres combinés à des ventilateurs, sans les gaz et la production de chaleur des systèmes d'air conditionné : la Régie est l'un des premiers groupes à avoir adopté le mécanisme économe de rafraîchissement d'air de la société grenobloise Coolea, qui, forte de ce contrat, a levé 200 000 € auprès des Business Angels de Savoie fin septembre.

La start-up, née en 2007, est déjà valorisée à un montant de 690.000 ?, puisque les Savoie Angels obtiennent 29% du capital. Grâce à cet apport financier, la société souhaite développer son fonds de roulement, son service marketing et communication et accroître son effectif.
Les actionnaires historiques, dont le fondateur Gérard Gaget, restent majoritaires. En 2010, Coolea a réalisé un chiffre d?affaires de 325 000 euros, et elle espère une légère hausse pour cette année. Elle souhaite aussi agrandir son équipe, d'actuellement 4 à 5 personnes.

Un simple principe d'évaporation
Comme pour le vent frais d'une plage du Midi, les appareils conçus et distribués par Coolea fonctionnent sur le principe simple de l'évaporation : l?air chaud, au contact de l'eau, la fait évaporer et se refroidit. Les rafraichisseurs de la société prennent de l?air chaud externe (d?une usine ou d?un magasin), le font passer par un filtre humide qui libère ensuite, à l?aide d?un ventilateur, de l?air frais et humide. Cet air est en constant mouvement et n?utilise aucun type de gaz réfrigérant.
De différents tailles et pour différentes applications, notamment dans l?industrie et le tertiaire, les appareils de Coolea demandent de l?électricité et de l?eau mais resteraient 80% plus économiques qu?un système de climatisation classique.

Green Business - le site de référence

Réagir