Quand le solaire allemand remplace vingt centrales nucléaires

 |   |  531  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Le record de production d'électricité solaire atteint par l'Allemagne ces derniers jours démontre le potentiel de cette énergie renouvelable et remet sur la table la question du renforcement des réseaux électriques.

C'est un record encore jamais atteint par ce champion mondial de l'énergie solaire. Vendredi et samedi derniers à la mi-journée, ce sont pas moins de 22.000 mégawatts (MW) qui ont été produits par les panneaux solaires installés en Allemagne. Soit entre deux tiers et la moitié de la consommation, et l'équivalent de vingt centrales nucléaires.

Ces chiffres, calculés par la bourse européenne de l'Energie de Lepizig et rendus publics par l'Institut de l'industrie des énergies renouvelables basé à Münster, sont avant tout symboliques. Le seuil de 20.000 MW avait déjà été frolé à plusieurs reprises mais jamais encore franchi. Outre une météo très ensoleillée, la faible activité industrielle de fin de semaine a permis à la production d'origine solaire de peser lourd dans la consommation du pays. L'Allemagne, premier pays producteur d'énergie solaire au monde avec près de 25.000 MW de capacité installée, a encore accru son avance ces derniers mois. Après les 7.500 MW installés au cours de l'année 2011, ce sont encore 1.800 MW qui ont été ajoutés depuis le début de l'année.

De nouvelles capacités de production installées

A chaque annonce de baisse de tarifs de rachat, les opérateurs se précipitent en effet pour bénéficier des anciens tarifs. Le gouvernement affirme régulièrement son soutien à un secteur, les énergies renouvelables, qui a déjà créé quelque 370.000 emplois et doit accompagner la sortie du nucléaire programmée d'ici à 2022. Mais il tente également de limiter la facture pour le consommateur. Selon les électriciens et des associations de consommateurs, le surcoût lié au solaire s'élève à 2 centimes d'euros par kilowattheure consommé, et 4 milliards d'euros au niveau national. Le tarif de rachat est déjà passé de 30 à 15 centimes d'euros par kWh. Cette baisse, justifiée par l'effondrement des coûts des composants, affecte néanmoins dangereusement les industriels allemands, fragilisés par la concurrence asiatique.

Un coût élevé qui pourrait s'accroître avec le renforcement des réseaux

Déjà parmi les plus élevés au monde, ce coût de l'énergie pourrait s'accroître encore en raison des investissements nécessaires dans le renforcement des réseaux électriques. Si le solaire est produit pour l'essentiel dans le sud du pays qui correspond à la consommation la plus importante, en revanche l'éolien offshore, l'autre énergie renouvelable sur laquelle le gouvernement et les industriels allemands misent gros, sera concentré au large des côtes du nord ouest. Il faudrait donc la transporter du nord vers le sud du pays. En outre, l'absorption des énergies renouvelables, par nature intermittentes (à l'exception de la biomasse, également très développée en Allemagne), nécessite que le réseau soit suffisamment résistant pour rester stable.

Le débat fait rage sur le sujet, tant sur le montant de l'investissement nécessaire que sur les responsabilités en jeu. Selon les différentes sources, les estimations vont de 250 à 4.500 kilomètres supplémentaires de réseau à construire. En résumé, les écologistes reprochent aux industriels de surestimer ce coût (et donc leurs demandes de subventions) et de traîner les pieds.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/09/2012 à 13:34 :
A moins de voir de la fausse information partout et de douter de tout (du genre : l'homme a-t-il bien marché sur la Lune ?), voici ma synthèse :

1) L'énergie solaire est crédible - des progrès technologiques seront nécessaires, mais il semble que l'on puisse la produire en grande quantité dans un pays industrialisé (donc pas besoin de couvrir des surfaces délirantes de panneaux solaires) et peu ensoleillé comme l'Allemagne.

2) L'équation économique n'est pas encore optimale - ceci est trivial pour une technoogie émergente. Ceci dit, d'après la cour des comptes française, EDF vendrait sa production nucléaire au tiers de son prix de revient - coûts de de démantèlement des centrales obsolètes non compris.

3) L'Allemagne dispose d'une forte avance technologique sur la France en la matière - ses usines de production photovoltaïque font cependant faillite, mais ceci est dû à la concurrence chinoise, et fait l'objet d'un recours.

Tout le reste est réaction épidermique et mauvaise foi, me semble-t-il.
a écrit le 16/08/2012 à 18:35 :
Même l?Allemagne diminue les subventions afin d?éviter la surévaluation de l?énergie solaire et d?encourager... Toute les bonnes choses ont un fin [Source | QuelleEnergie.fr http://goo.gl/BJvAm]
a écrit le 03/06/2012 à 19:13 :
A ceux qui m'ont fait l'honneur de répondre à mon précédent commentaire, voici des précisions sur la situation de l'industrie solaire en Allemagne : Le spécialiste du solaire thermique Solar Millenium a déposé le bilan en décembre. L?entreprise berlinoise Solon (environ 800 employés dans le monde), en faillite, négocie en ce moment sa reprise, probablement par le producteur des Émirats arabes unis Microsol. L?ancien numéro un mondial Q-Cells (2 400 salariés dans le monde) a dû se vendre à ses créanciers pour survivre. Et l?américain First Solar a décidé de placer son site allemand de production (1 200 personnes) en chômage partiel à partir du 1er mars, pour six mois. Pour une industrie d'avenir, ce n'est pas brilliant, même dans l'eldorado allemand !
Réponse de le 04/06/2012 à 0:59 :
Si vous aviez un peu de culture économique et technologique vous sauriez que toute industrie nouvelle consolide et c'est naturel, surtout avec la crise. Dans l'aviation, l'automobile, la téléphonie, internet, les biotech etc ce fût exactement pareil. Par contre ce qui vous a échappé, ce sont les groupes qui profitent de cette consolidation et si vous repensez dans quelques années à votre commentaire vous verrez que vous êtes passé à côté de formidables histoires industrielles car le secteur de l'énergie est incontournable et au plan mondial, malgré la crise très importante, on ne peut pas dire que c'est la débâcle du secteur, au contraire, la consolidation se passe bien.
Réponse de le 04/06/2012 à 1:00 :
Si vous aviez un peu de culture économique et technologique vous sauriez que toute industrie nouvelle consolide et c'est naturel, surtout avec la crise. Dans l'aviation, l'automobile, la téléphonie, internet, les biotech etc ce fût exactement pareil. Par contre ce qui vous a échappé, ce sont les groupes qui profitent de cette consolidation et si vous repensez dans quelques années à votre commentaire vous verrez que vous êtes passé à côté de formidables histoires industrielles car le secteur de l'énergie est incontournable et au plan mondial, malgré la crise très importante, on ne peut pas dire que c'est la débâcle du secteur, au contraire, la consolidation se passe bien.
a écrit le 30/05/2012 à 17:36 :
Les chiffres de cet article sont quelque peu enjolivés... étonnant de la part d'un journal sérieux comme ça. Enfin bon.
Déjà, en supposant qu'on puisse maintenir ce taux de production record (22 000 MW) toute l'année, 24h/24, on arriverait à 193 TWh d'énergie solaire produite en un an, ce qui équivaut à la production de 9 centrales nucléaires moyennes, et non pas 20.
Mais surtout, le fameux seuil de production de 22 000 MW mentionné en début d'article est un record ponctuel, qui a dû durer quelques minutes, et qui représente environ 11 fois la puissance moyenne (sur un an) de l'ensemble des équipements solaires allemands.
Pour mettre ces chiffres en perspective, le solaire allemand représente, en 2011, 18 TWh, soit :
* 3,6% de la consommation électrique de l'Allemagne
* 3,1% de la production électrique allemande
* un peu moins que la production électrique d'une centrale nucléaire moyenne (21,5 TWh)
Vu l'expansion impressionnante du photovoltaïque outre-Rhin, il faudra actualiser ces chiffres rapidement, mais l'ordre de grandeur est bien celui-ci, et non pas l'ensemble du parc nucléaire français (19 centrales) !
Réponse de le 08/06/2012 à 21:05 :
@bubu Petite précision: vous parlez d'une centrale qui produit 21 TWh / an, en fait elle contient en moyenne 2 (très) gros réacteur nucléaires de 1300 MW chacun, par ex. à Flamanville. Il y a néanmoins quelque chose de trompeur dans cette comparaison: l'électricité ne vaut pas le même prix selon qu'elle est produite et vendue à 2h du matin ou à 12h, en particulier dans des pays très peu équipés en "Grille pain" pour le chauffage individuel donc ou la demande électrique est faible la nuit. Le solaire produit une électricité aux heures ou elle vaut cher (entre 8h et 18h) donc sa valorisation est supérieure à celle d'origine nucléaire (idem en Espagne et Italie). Il suffit de regarder les cours de la bourse d'électricité https://www.epexspot.com/en/market-data/elix/index-table/2012-02-09/EU En terme de Chiffre d'affaire généré pour les opérateurs, l'électricité solaire en Allemagne en 2011 était équivalent au CA généré par 3 réacteurs nucléaires. C'est parfaitement cohérent avec l'objectif Allemand de fermer les 8 derniers réacteurs actuellement en fonctionnement d'ici 2022. A cette époque le parc solaire Allemand sera 3 fois supérieur à celui de 2011 c a d 60 GW donc équivalent à une activité économique engendrée par 10 réacteurs nucléaires . Conclusion: si l'Allemagne maintient d'autre part ses objectifs de développement de l'éolien, de la biomasse, du transport inter-régions et des économies d'énergie, elle possède une bonne marge de manoeuvre pour réussir sa sortie du nuc en 2022 et peut être même avant. L'étape suivante qui est la sortie du charbon et du gaz entre 2020 et 2040 pour arriver à 100% renouvelable en 2050 nécessitera, en plus d'un développement continue des enr et des économies d'énergie, le développement massif du stockage. Une des solutions principale sera la méthanation, je me suis déjà longuement explique sur ce sujet.
Réponse de le 11/09/2012 à 22:21 :
Le petit probleme Yan13, c'est que lorsque il y aura beaucoup de solaire, c'est à 12h les jours ensoleillés que l?énergie ne vaudra plus rien... Pas contre quand le temps est couvert...

Comme le fait remarquer Bubu, le solaire ne pourra pas représenter beaucoup, surtout avec les moyens de stockages actuels. Et la biomasse est trés loin de pouvoir compenser!
Mais les allemands ont beaucoup de charbon, alors c'est pas un problème pour eux. Par contre en France, le charbon... Ce sera le gaz de schiste, si on en a vraiment... Ce qui n'est pas encore sur!
a écrit le 30/05/2012 à 17:21 :
pour ceux qui comprennent l'allemand et qui ne prennent pas leurs sources chez les utilisateurs de toilettes sèches;
http://www.handelsblatt.com/politik/deutschland/oekostrom-produktion-der-sonnenstrom-rekord-kostet-viel-geld/6681608.html
Réponse de le 03/11/2012 à 18:27 :
Les utilisateurs de toilettes sèches, qui vont dans le sens de la survie de la planète, et qui refusent d'éjecter leur merde avec de l'eau potable, sont-ils des gens pestiférés?
Réponse de le 31/01/2014 à 16:53 :
humm... Oui ! pestiférés et irresponsables....
D'autres questions ?
a écrit le 30/05/2012 à 15:48 :
Une production s'exprime en w/h et non en w.

samedi derniers à la mi-journée, ce sont pas moins de 22.000 mégawatts (MW) qui ont été produits par les panneaux

Soit il s'agit de la puissance instantanée, ce qui veut dire qu'il faisait très beau sur l'Allemagne, car 22 mw sur une puissance installée de 25mw, soit il s'agit de MW/h et là , il faut savoir depuis quand.
a écrit le 30/05/2012 à 15:02 :
Que feront les Allemands en hiver, lorsque les jours sont courts, le soleil bas, le ciel nuageux et les panneaux solaires couverts de neige ? Or c'est de décembre à février qu'on a le plus besoin d'énergie pour se chauffer et pour s'éclairer ! Les panneaux solaires, ça marche quand on n'en a pas besoin ! D'ailleurs, les Allemands en reviennent et ont supprimé les subventions, ce qui fait que les fabricants de panneaux font faillite. L'énergie solaire n'est qu'un fantasme de bobo qui tombera bientôt dans l'oubli.
Réponse de le 30/05/2012 à 15:29 :
Enfin un peu d'esprit critique. C'est fou les réactions pavloviennes déclenchées dès que l'on parle de l'Allemagne: ouaf ouaf, ce sont les meilleurs !
Effectivement, les énergies peuvent être efficaces mais leur grande faiblesse est d?être irrégulière. A l?inverse, le nucléaire est stable mais est lui aussi sujet à des difficultés en cas de canicule (cours d?eau trop chauds).
L?idéal est donc de combiner les deux énergies. A croire que le pragmatisme est une hérésie dans ce pays, tout ou rien. C?est assez affligeant.
Réponse de le 30/05/2012 à 16:09 :
1) les habitations allemandes sont bien mieux isolees que les francaises et ne sont quasiment jamais chauffe a l electrique (une heresie technique, il n y a qu en france ou ca existe car il fallait ecluser les trop pleins de nos centrales nucleaires. mais maintenant quand il fait tres froid, on est oblige d importer du courant allemand).
2) l eclairage c est peanuts pour la consommation electrique. ce qui consomme beaucoup c est l industrie et chez les particuliers l electromenager
3) les panneaux solaires produisent aussi en hiver, meme quand il fait gris. la production est moindre certes mais pas nulle. Ca suffit pour le chauffage (pas du photo electrique) et pour produire un peu d electricite. Les allemand comptent aussi sur l eolien qui lui produit bien plus en hiver
4) il n y a pas tant de neige que ca en allemagne. A francfort on a des annees des hivers sans neige et quand on en a, c est pas beaucoup.
Réponse de le 30/05/2012 à 16:24 :
Encore des contre vérités plus c?est gros et répétitif plus ça doit passer et bien non, selon les besoins et les accords les échanges de courant électrique sont monnaie courante (sans jeu de mots) entre les pays européens mais cet hiver a obligé l?Allemagne à demander l?aide de la France, de la Suisse, de l?Autriche et de la Pologne sans quoi, c'était le black out. Tout cela est clairement révélé par les autorités Allemandes. Il ne sert à rien de produire si on ne peut acheminer l?énergie et c?est le cas pour l?éolien Allemand qui se trouve trop loin des régions industrialisées. Voilà le sens de la réunion d?urgence de la Chancelière et son plan Energiewende. Dans ce débat, un peu d?honnêteté de la part des écolos ferait du bien.
Réponse de le 30/05/2012 à 16:25 :
Les réactions déclenchées a propos de la Transition énergétques en Allemagne sont surtout fondées sur des fantasmes , certainement d'autres lecteurs que moi apprècieraient des faits et chiffres précis ça serait un peut plus constructif que du verbiage-----Alors pour "Onze": les Allemands ne renoncent pas du tout au solaire c'est même le contraire: maintenant que les prix du pv sont presques compétitifs ils vont quasiement supprimer un tarif d'achat favorable, c'est ce qu'on appel la parité réseau http://article.lechodusolaire.fr/?id=tvqftmtm0711jggl et c'est seulement à partir de maintenant que le solaire va connaitre (en Allemagne et aussi partout dans le monde) une gigantesque expansion, de 55 GW installés en 2010 on pourrait passer à 1137 GW en 2030 http://article.lechodusolaire.fr/?id=tuhnsfbv2211vwip. D'autre part s'il est vrai que de nombreuse usines vont fermer en Allemagne, les installateurs, qui représentent 90% des emplois du solaire (non délocalisables) continuent à embaucher. Cerise sur le gateau: le fermeture d'usine de fabrication de panneaux en Allemagne est presque compensée par le développement des PME Allemandes qui sont les leaders incontestées des machines spéciales pour les lignes de fabrication des panneaux qui bien entendu exportent...en chine ! ------ Pour "vido": l'idéal n'est pas de combiner les 2 énergies nuc + solaire, l'idéal est de réaliser une vraie transition énergétique basée sur la sobriété, l'efficacité et d'un large bouquet d'énergies renouvelables complémentaires dont beaucoup sont stables et parfaitement prévisibles (hydrau, biomasse, biogaz, géothermie, stockage/désockage par step, méthanation, air comprimé). Tout est expliqué ici: www.negawatt.org
a écrit le 30/05/2012 à 14:04 :
Comme d'habitude les allemeands ont tout compris avant les français. il pourront nous vendre leur technologie. Pauvre francais que nous sommes. il est tellement plus simple de se reposer sur son glorieux passé, plutot que d'investir dans l'avenir.
Pour exemple, l'association 'négawatt' propose un scénario énergétique crédible de sortie des énergies fossile et du nucléaire.
Effeciacité energétiquet et energie renouvellable c'est l'avenir.
Pour tout ceux qui trouve l'énergie trop chère, je vous invite à vous pencher sur la loi NOME.
A bon entendeur
a écrit le 30/05/2012 à 13:59 :
@Steph Nos amis allemands qui ont déjà investi 100 milliards d'euros sur le PV ont plus de doute que vous. Vous pouvez par exemple vous reporter sur le site international du grand hebdomadaire Spiegel à l'article paru hier intitulé "German and Chinese Solar Firms Battle for Survival".
a écrit le 30/05/2012 à 13:30 :
Il ya 5 ans les nucleocrates nous disaient : 'le pV, pas assez puissant', aujourd'hui ils disent : 'trop cher, trop intermittent', demain quand le PV sera devenu definitivement competitif (et ca se rapproche), surtout si on compare au cout de mise en securite, demantellement, stockage des dechets, ils seront contraints de se taire ... mais ils nous auront a leur tour fait perdre un guerre de plus, celle de la transition energetique et de ses debouches economique.
a écrit le 30/05/2012 à 12:56 :
Comme d'hab', certains font de l'anti-France leur fond de commerce.
Au risque de les agacer :
- oui le nucléaire est fort en France,
- oui la France est en pointe dans la R&D sur le solaire (cellules développées par l'INES filiale du CEA(2) énergie atomique et énergies alternatives ont 10 ans d'avance sur la concurrence.
- oui la France n'a pas intérêt à développer l'éolien qui n'est pas l'énergie renouvelable la plus prometteuse : pour résumer bois et solaire pour le chauffage, solaire PV pour l'électricité.
a écrit le 30/05/2012 à 12:50 :
Les consommateurs allemands ont raison de reprocher à leurs industriels le fait qu'ils surestiment le coût du solaire car dans la réalité se sont ces même entreprises Allemandes (et Françaises) qui bénéficient désormais d'un prix de l'électricité sur le marché spot en forte baisse durant la journée...à cause de l'abondance de la production solaire !
http://www.photon-magazine.com/news_archiv/details.aspx?cat=News_PI&sub=europe&pub=4&parent=4434
http://cleantechnica.com/2012/02/09/solar-pv-reducing-price-of-electricity-in-germany/
Réponse de le 30/05/2012 à 14:16 :
c?est ça et c?est pour s?amuser que les Allemands vont dépenser plus de trente milliards d?euro (à répercuter dans le prix au consommateur) dans l?équipement urgent de réseaux de transmission de cette électricité. Outre les investissements en cours dans plusieurs nouvelles centrales à gaz. On n?a pas fini d?en entendre parler du moins côté allemand mais aussi chez certains de leurs voisins qui leur fournissent les compléments indispensables en électricité. L?esbroufe du lundi de Pentecôte, jour de toute l?année où la demande est la plus faible avec cette année un ensoleillement exceptionnel et on ne vous le dit pas trop fort pas de vent donc pas d?électricité éolienne, ne changera rien dans l?immédiat. Bien entendu personne ne vous parle des dommages environnementaux des passages de milliers de km de lignes à haute tension à monter.
Réponse de le 01/06/2012 à 0:47 :
Moins de 10% des lignes actuelles pour une part d'énergie très majoritaire à horizon 2030 et plus encore 2050 c'est raisonnable. Il n'y a pas corrélation avec des ouvertures de centrales gaz, ne shématisez pas.
a écrit le 30/05/2012 à 12:37 :
Comme d hab, on peut ergoter sur les chiffres mais pas sur la tendance,,,Allemagne pays ensoleille par nature est pionner en Europe sur le solaire comme sur le reste...et nous francais si forts et si intelligents on ne trouve rien de mieux que de les critiquer sans bouger nos pieds du purin en faisant cocorico...surtout ne pas leur declarer la guerre on pourrait de nouveau prendre une branlee....
Réponse de le 30/05/2012 à 16:35 :
C'est vrai qu'en ce moment le silence assourdissant de la nomenklatura atom'cratique Fançaise face face aux changement de paradigme énergétique en Allemagne et très bientôt au Japon (2 pays pas vraiment sous-développés) en dit long sur la croyance quasi-religieuse dans le nucléaire en France.
a écrit le 30/05/2012 à 12:18 :
Journaliste ? vous avez dit journaliste ? Rigolo, je dirai ...
a écrit le 30/05/2012 à 11:39 :
Y en a ras le bol des journalistes qui font de l'information spectacle. Soit ils sont incompétents soit ils sont malhonnétes.
Quelle que soit la réponse il ne faut pas s'etonner que la presse française soit morte.
Réponse de le 30/05/2012 à 16:17 :
Tout à fait d'accord .
a écrit le 30/05/2012 à 10:30 :
Titre accrocheur, mais on oublie encore l'équilibre du réseau, le solaire ne remplace pas le nucléaire il le complète, de même que l'éolien.
Réponse de le 30/05/2012 à 13:27 :
Exemple d'affirmation gratuite et sans explications veritables, je sens qu'on attendra longtemps votre developpement.

Eolien, hydro, biogaz, houlomotricite et PV sont les ennemis mortels du nuke et c'est bien pour ca que nous avons une campagne de denigrement acharnee contre les EnR en France, Areva sent bien le vent du boulet.
a écrit le 30/05/2012 à 10:29 :
Je ne comprends pas que sous la plume de Domique Pialot ,la tribune colporte des informations aussi fauuses que fantaisistes .En effet 20 réacteurs nucléaires de 1000 MW ont une puissance de 20 000MW soit 20 GW et produisent donc à pleine charge (8760 Heures) 175 TWH (à déduire un mois d'arret ) soit 160 TWH .UN parc solaire de 22GW va produire au mieux 20 TWH soit à peu près 10 fois moins que lmes 20 tranches nucléaires .

Il serait bon de rectifier vos propos Merçi
Réponse de le 30/05/2012 à 12:54 :
@clodef Votre raisonnement théorique ne tient pas face à la réalité des faits: quand on regarde toute la production électrique Allemande en temps réel http://www.transparency.eex.com/en/ on constate effectivement que certains jour le solaire représente jusqu'à 30% de la totalité des besoins électriques allemands.
Réponse de le 30/05/2012 à 14:29 :
bien sûr qu'à certains moments de la journée et par très beau temps,,le solaire peut représenter 30% de la puissance et c'est très bien .Mais en moyenne sur l'année ,Le solaire produit pendant 10% du temps sa puissance installée ,alors que l'Eolien produit 20à 25% de sa puissance installée et le nucléaire 85% de sa puissance installée .L'Hydraulique bien géré peut produire mème ,au moment où l'on en a besoin 85% de sa puisssance installée
Réponse de le 04/06/2012 à 1:07 :
Oui mais une partie des déchets nucléaires irradie en conséquence de façon mutagène et mortelle pendant plus de 100.000 ans, le nucléaire est un facteur de faiblesse notoire pour un pays en cas de guerre, de terrorisme, d'accident nucléaire et il est de plus en plus coûteux : un Epr n'est plus compétitif par rapport aux énergies renouvelables dont les prix vont encore baisser. Alors une page est en train de se tourner, d'ailleurs il suffit de voir les taux de croissance de chaque énergie dans le monde et les choix qui sont fait : tous optent pour des énergies renouvelables, très peu pour le nucléaire.
Réponse de le 05/06/2012 à 19:57 :
Il me paraît un peu rapide de dire que "tous optent pour des énergies renouvelables, très peu pour le nucléaire". En Angleterre, Finlande, France, Chine, Russie, Corée du Sud, Inde, Afrique du Sud et Etats Unis, des projets ou constructions de centales nucléaires sont en cours.
Il ne sert à rien d'être dogmatique : le "tout nucléaire" ou le "tout énergies renouvelables" dans la production d'électricité n'a pas de sens. La solution est dans un mix équilibré qui marie le nucléaire, les énergies renouvelables et un peu d'électricité créée à partir des énergies fossiles. Ce mix doit respecter des contraintes environnementales c'est sûr, mais aussi sociales (avec l'emploi) et économiques.
Réponse de le 08/06/2012 à 0:15 :
Il n'y a pas de dogmatisme mais le nucléaire actuel est producteur de déchets très longue durée et devient de moins en moins compétitif à l'inverse des énergies renouvelables et sa ressource est très limitée en plus de son insécurité. La génération 4 serait plus intéressante car racourcissant la durée des déchets de 100.000 ans à quelques 300 ans, c'est moins pire. Le problème est que le prix n'est alors plus compétitif et les risques du nucléaire demeurent. Mais dans certains cas c'est plus acceptable si c'est sans excès contrairement en France. Dans le cas des énergies renouvelables et de l'efficacité énergétique il y a beaucoup à faire mais les lobbies énergétiques freinent fortement les économies d'énergies donc il faut vraiment des décideurs informés et indépendants. Et les EnR ne sont pas encore largement exploitées (géothermie, biogaz, biomasse, bioalgues, photosynthèse, stockage etc) alors qu'elles peuvent s'intégrer partout. Voir par exemple les apports du solaire à l'automobile et les véhicules solaires types Solar World GT ou SCV-4 de Kyocera. Avec les avancées techno ce ne sont plus des gagdgets et il y a encore beaucoup d'améliorations à venir (cellules solaires plasmoniques etc). Sur le nucléaire ancien ou actuel, plus les centrales se multiplient, plus les risques qui sont déjà d'1 accident majeur tous les 22 ans augmentent alors même que les mégalopoles s'accroissent. Le nucléaire fera encore parler de lui c'est certain et plutôt que de risquer de nouveaux accidents majeurs, mieux vaudrait passer à la génération 4 si çà peut être compétitif mais avec modération car ce n'est pas la panacée mais un peu mieux que le charbon classique. Le problème c'est que le choix des énergies est souvent décidé par des lobbies. Faire du nucléaire en Lybie comme c'était prévu était absurde. L'Arabie Saoudite à décidé d'opter pour les Enr et de pouvoir exporter ses ressources c'est plus réfléchi. Donc il n'y a pas de dogmatisme mais de l'optimisation des ressources en fonction de tous les paramètres et en faisant les meilleurs choix, en excluant les seuls intérêts des lobbies qui sont omniprésents.
a écrit le 30/05/2012 à 10:00 :
Nous sommes un pays conservateur.
Dès qu'il s'agit d'une technologie nouvelle maîtrisée par les allemands, çà nous rend malade, acerbes. Restons avec le nucléaire dont nous ne savons que faire du stockage des déchets.
Il faut remplacer "LIberté Egalité Fraternité" par "Changer ? Ben pourquoi faire".

Réponse de le 30/05/2012 à 10:36 :
En fait, le mot le plus important dans notre maxime est bel et bien Egalité. Ceci consiste a passer la tondeuse a gazon tous les jours sur tout ce qui pousse, nous assurant ainsi un gazon impeccable, mais dans lequel ne poussera jamais aucune fleur... toutes tondues...
a écrit le 30/05/2012 à 9:41 :
Et pendant ce temps, on regarde les Allemands expérimenter,. Ils vont devoir réformer leur industrie du solaire qui a dérouillé, et vont probablement mettre encore une dizaine d'années a faire marcher tout cela. Mais une fois qu'ils seront en ordre de marche, et qu'il produiront une grande partie de leur énergie avec leurs technologies, ils n'auront plus qu'a venir nous vendre tout cela, comme le reste, parce que pendant ce temps, on aura fait les veaux, comme d'habitude, et regardé le train passer en broutant...
a écrit le 30/05/2012 à 9:22 :
20 centrales nucléaires remplacées... pendant quelques heures ! N'en doutez pas : l'Allemagne industrielle ne renoncera jamais au nucléaire, malgré les positions officielles actuelles.
Réponse de le 30/05/2012 à 10:06 :
N'oubliez pas que les allemands produisent encore plus de 40% de l'électricité avec des centrales au charbon (puisqu'ils ont des réserves considérables de cette matière première) extrêmement polluantes. Il leur suffit d'en installer de nouvelles plus modernes ou d'autres au gaz pour à la fois palier la production nucléaire et réduire leurs émissions de CO2.
Réponse de le 01/06/2012 à 7:43 :
La grande hypocrisie allemande, c'est de remplacer le nucléaire par le charbon et le gaz, tout en rajoutant dans le paysage des milliers de panneaux solaires et d'éoliennes pour faire passer la pilule. A 9h du soir, l'électricité allemande c'est le charbon ou le gaz et le chauffage idem !!! Quant à ceux qui critiquent le chaufage électrique, je me demande bien pourquoi. C'est le seul qui ne rejette rien dans l'atmosphère puisque l'électricité française est à 90% non polluante.
a écrit le 30/05/2012 à 9:13 :
Une pointe de production, si impressionnante soit-elle, ne doit pas cacher le fait que le solaire en Allemagne représente 3 à 4% de la production annuelle. Le photovoltaïque produit en effet 70% en été, 30% en hiver et rien le soir, au moment où les besoins sont maximaux. Pour le faire passer à la vitesse supérieure, il faut encore beaucoup progresser sur le stockage des excédents de production, à des coûts compétitifs. En attendant, l'Allemagne construit une foule de centrales à gaz et à charbon.
>> http://www.ag-energiebilanzen.de/componenten/download.php?filedata=1326461230.pdf&filename=BRD_Stromerzeugung1990-2011%2020Dez2011&mimetype=application/pdf
>> http://www.defielectrique.ch/news/lallemagne-prend-de-lavance/
Réponse de le 30/05/2012 à 9:48 :
Certains responsables allemands font justement remarquer que ce résultat mitigé de 3 à 4% a coûté, à ce jour, plus de 100 milliards d'euros en subventions et va continuer à coûter très cher à nos voisins puisque les engagements de rachat de l'électricité produite ont été pris sur le long terme.
Réponse de le 30/05/2012 à 16:45 :
@étincelle Dans votre lien rédigé en Allemand on voit bien que la construction des centrales charbons/lignite baisse régulièrement et que les centrales gaz augmentent, ceci compense cela. C'est très bien car a chaque fois qu'une centrale gaz ouvre elle permet de réduire de 50% les émissions d'une centrale charbon qui ferme. Ici une analyse de ce phénomène: http://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/energie-environnement/20120320trib000689374/l-allemagne-sort-du-nucleaire-sans-polluer-davantage.html
a écrit le 30/05/2012 à 8:33 :
Les allemands nous montrent la voie, j'espère que Hollande va s'en inspirer (lui qui défend la réduction de la part du nucléaire). Maintenant, voyons si cette annonce est démagogique ou une vraie ambition pour la France !
a écrit le 30/05/2012 à 7:52 :
Un réacteur d'une centrale produit à lui seul en moyenne 9 MW jour . 22 MW c'est la consommation journalière d'une ville comme le Mans ......
Réponse de le 30/05/2012 à 9:23 :
Absolument n'importe quoi, vous confondez MW/MWh, GW et TW....
22000MW en puissance appelée comme samedi en Allemagne c'est l'équivalent de la production à pleine puissance d'un peu plus de nos 24 réacteurs de 900MW, ceux concernés le plus rapidement par la limite d'age de 40 ans et qui vont donc fermer d'ici à 2025-2030 au plus tard.
Réponse de le 30/05/2012 à 10:36 :
Tof confond effectivement Puissance et énergie .C'est comme si je disais que ma voiture ne roule pas beaucoup puisque sa puissance est de 100 CV alors que la BMW de mon voisin roule 2 fois plus puisqu'elle fait 200 CV
a écrit le 30/05/2012 à 7:30 :
Le seul fait que les industriels et commerçants allemands (ou espagnols) du secteur solaire se sentent obligés de mettre en avant une production instantanée, liée à des conditions climatiques particulières et qui n'a d'autre valeur que symbolique, illustre combien cette forme d?énergie pose aujourd'hui question chez nos voisins. Il est dommage que notre presse (La Tribune mis à part) ne se fasse pas plus souvent l?écho, d'une part des dépôts de bilan en série des fabricants de panneaux solaires allemands, et, d'autre part, du débat politique en cours sur l?arrêt des très coûteuses aides publiques à la production d?énergie solaire (aides auxquelles l'Espagne a récemment mis fin compte tenu de ses autres difficultés).
a écrit le 29/05/2012 à 23:19 :
Suivez en direct la production solaire Allemande: http://www.sma.de/unternehmen/pv-leistung-in-deutschland.html Chaque jour vous pouvez voir toute la production électrique Allemande avec la part du solaire, éolien et autres : http://www.transparency.eex.com/en/
a écrit le 29/05/2012 à 22:36 :
L'exemple du solaire allemand s'additionnant aux autres, on se demande bien ce que ce pays industrieux peut faire de plus pour la croissance, en aide du chomeur andalou qui a du soleil mais pas de photovoltaïque ou son de homologue corrézien ou d'Hénin-Beaumont qui n'a rien des deux ou que du vent à entendre.
a écrit le 29/05/2012 à 21:12 :
Il y a les sceptiques des énergies renouvelables même quand la réalité devient flagrante ! Au mois d'avril , l'Espagne a battu son record de production d?électricité éolienne ! (voir l'homologue Espagnol de RTE : REE ) .Désormais , c'est l'Allemagne pour le solaire photovoltaïque ! Nous habitons dans le nord (banlieue de Lille ) avec une installation photovoltaïque de 3 Kw de marque Allemande.Les Ve 25/05,Sa 26/05,Di 27/05 et Lu 28/05 la production journalière dépassée les de 18 Kw soit 4 fois notre consommation d'électricité ! Le stockage viendra en force les prochaines années grâce à la recherche ! L'une des pistes : transformer en hydrogène les excédents de production saisonnière afin de restituer lors des périodes de basses production à moins que tous les crédits R et D ne continuent d'être mangés par le nucléaire comme ces dernières décennies ... A quand un prochain Fukushima pour comprendre que notre avenir passe par le soleil .Le monde végétal ne pratique t'il pas la photosynthèse grâce.. au soleil ?
Réponse de le 30/05/2012 à 10:22 :
Tout est faisable techniquement, mais il faut le financer et faire payer le consommateur. Le kwh livré 24/24 ne peut être qu'un mix énérgétique.
a écrit le 29/05/2012 à 19:46 :
Le soleil brille en Allemage, en France aussi mais chez nous on dort, on investit pas dans le solaire. E. Joly l'avait dit ...il y a des 100.0000 jobs a creer dans cette filiere mais on prefere polemiquer plutot que de travailler et s'enraciner dans le nucleaire.Encore une fois que de temps perdu.
Réponse de le 29/05/2012 à 22:26 :
juste pour info, ttes les entreprises en Allemagne qui fabriquent des panneaux solaires photovoltaique sont soient en dépôt de bilan, en redressement ou en grandes difficultés financières d'ou fait de la concurrence de la Chine
Réponse de le 30/05/2012 à 9:23 :
La production n'est en effet plus rentable en Allemagne, mais cela ne remet pas en cause cette performance!!
a écrit le 29/05/2012 à 19:24 :
Faut pas pousser et raconter toute l'histoire , en aucun cas le solaire en Allemagne ou ailleurs ne peut suppléer les autres sources d'énergie, le prétendre est une énorme escroquerie. Tout d'abord le surplus de coût pour subventionner les énergies dites renouvelables ne devrait pas dépasser 3,5 centimes,( refacturés aux consommateurs) il le dépasse déjà et va allègrement vers les 5 centimes du KWA/h. Le manque actuel d'énergie oblige la construction urgente de plusieurs centrales thermiques en fait alimentées au gaz surtout russe. La Bavière en besoin urgent a menacé d'en construire 6 elle même. Le surcoût pour amener l'électricité éolienne surtout du Nord vers les régions industrielles est évalué à 12 milliards d'euro à rajouter aux 20 milliards déjà prévus. Le lobby vert allemand fait d'ailleurs actuellement dans la plus grande discrétion car les industriels et les consommateurs privés ont commencé à ruer dans les brancards de la charrette écolo. Le grand débat est d'ailleurs entamé: Energiewende et monopolise beaucoup l'attention de la Chancelière et des Allemands plus que les chimères d'un François Hollande.
Réponse de le 29/05/2012 à 20:30 :
Une étude de l'IDDRI (sciencespo) montre que l'Allemagne n'a pas augmenté son recours au charbon ni au gaz pour compenser l'arrêt des centrales nucléaires :
http://objectifterre.over-blog.org/article-iddri-sciences-po-montre-par-a-b-que-l-allemagne-n-a-pas-augmente-son-recours-au-charbon-ni-au-103348680.html
Réponse de le 29/05/2012 à 21:40 :
Grand bien leurs fasses, j'espère que la France continuera ses recherches dans le nucléaire car le potentiel et les applications annexes sont immenses, il est préférable de laisser l'allemagne s'enfoncer dans cette connerie, comme un certain hiver où l'allemagne avait droit à des coupures de jus et une raison de plus pour continuer dans le nucléaire : Prix nobel physique !
Réponse de le 29/05/2012 à 23:36 :
c'est vrai les potentiels destructifs du nucleaire sont immenses, et nous aurions tord de nous priver d'une si belle corde pour nous pendre
Réponse de le 30/05/2012 à 7:33 :
Vous avez bien raison, toute industrie présentant des dangers arrêtons toutes nos usines et nos recherches et retournons dans les cavernes. Nous y serons parfaitement à l'abri.
Réponse de le 30/05/2012 à 8:35 :
Pour les usines, pas d inquiétudes, elles seront bientôt toute fermées

La recherche ?

Avec quels budgets?
Réponse de le 31/05/2012 à 0:13 :
L Allemagne rallume les centrales aux charbons pour palier les centrales nucleaires... Moutons nous sommes, moutons nous resterons!
Réponse de le 31/05/2012 à 11:39 :
nucleor, faire des recherches permets de rendre "plus stable" mais aussi d'autres manière d'obtenir de l?énergie, le nucléaire c'est surtout une étude de l'atome, dans les centrales il y a des labos de recherche et dev, les réponses y sont et les applications "possible" sont beaucoup saines mais là faut relever le défi et surtout donner les moyens à ces fins, pendant ce temps là, l'allemagne peine à poser ses éo-offshore et elle va encore avoir des hivers rude.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :