La science prise en otage

 |   |  705  mots
Par Jean-Gabriel Ganascia, professeur à l'université Pierre-et-Marie-Curie.

On parle souvent d'une désaffection pour les sciences dans les pays développés, en particulier en France. En guise de preuve, on avance certains signes comme la décroissance du nombre de doctorants et d'étudiants inscrits dans les filières scientifiques. Les enquêtes d'opinion font état d'un discrédit des sciences perçues surtout par leurs conséquences négatives sur le climat, sur la pollution, sur l'emploi, sur la santé, etc. Certes, ces conclusions demandent à être relativisées car, dans le même temps qu'ils expriment une défiance vis-à-vis des sciences, les sondés font plutôt confiance aux scientifiques et ils ressentent très clairement l'importance des sciences pour la société. Quant à la crise des vocations, elle doit aussi être relativisée, puisque le nombre total de jeunes gens qui s'engagent dans des études scientifiques et techniques demeure stable.

Cependant, s'il n'y a pas véritablement désaffection pour les sciences, il y a indubitablement désamour. Pour s'en convaincre, reportons-nous à la fin du XIXe siècle. Lorsque Claude Bernard mourut, en 1878, "Le Figaro" lui consacra plus de trois pleines colonnes de sa première page qui en comptait cinq et Gambetta réclama que l'État prenne en charge ses funérailles. Et, l'émotion fut plus grande encore lors du décès de Louis Pasteur. Comment, en comparant l'ampleur de ces manifestations aux quelques entrefilets publiés dans les journaux, il y a moins d'un an, après le décès de Jean Dausset, Prix Nobel de médecine, ne pas conclure à un désamour pour les sciences ?

Ce désamour apparaît d'autant plus étrange que, si la science s'opposait encore à la religion à la fin du XIXe siècle, aujourd'hui, nos contemporains admettent généralement la validité de la méthode scientifique. Et, au plan économique, personne ne doute plus du rôle clé qu'elle joue dans de multiples secteurs. Or, c'est là, selon nous, ce qui cause le désamour, car les sciences prennent désormais une fonction politique nouvelle. Pendant des siècles, elles entretenaient une relation directe, éventuellement tendue, avec le pouvoir politique. Ces tensions pouvaient conduire à des crises, comme il en alla au XVIIe siècle, lorsque Galilée fut condamné, mais elles relevaient toujours d'un dialogue étroit et confidentiel entre les scientifiques et les représentants du pouvoir politique.

Aujourd'hui, il en va bien autrement : tous se sentent concernés par les résultats des sciences ; en conséquence, des intérêts multiples s'affrontent au grand jour et prennent la science en otage. Ainsi, les recherches en agronomie, en particulier sur les OGM, concernent à la fois agriculteurs, consommateurs et industriels du secteur ; il en va de même des études sur le climat et des travaux dans le secteur médical où divergent les intérêts des patients, des médecins, des firmes pharmaceutiques, des institutions supranationales, comme l'OMS, et des assurances-maladie, ce qu'illustraient parfaitement les polémiques lors de la pandémie de grippe H1N1 que nous avons connue cet hiver. Et, lorsque l'on n'y perçoit plus que le jeu des intérêts, des ambitions et des pouvoirs, les sciences n'apparaissent que comme des activités ordinaires.

Les sciences se construisent sur le conflit des arguments ; les disputes y portent sur les idées, uniquement sur elles. Contrairement à ce que la sociologie contemporaine des sciences veut laisser accroire, ni les avantages personnels, ni a fortiori les coalitions ne l'emportent dans les débats scientifiques. En cela, les sciences se distinguent fondamentalement des autres activités, en particulier de la politique, de la production industrielle et du commerce. Pour que les sciences restent au service de tous, sans être instrumentalisées, pour qu'elles conservent leur dignité, et donc leur attrait, il faut que les scientifiques s'expriment librement. Ils ont non seulement le droit de le faire sans qu'on les accuse de défendre telle ou telle faction, mais ils en ont aussi le devoir. Telle est leur responsabilité. C'est à ce seul prix que l'on pourra restituer aux sciences leur place. Mais, pour cela, la responsabilité des scientifiques doit être clairement distinguée de celle des politiques et des décideurs.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/05/2010 à 12:48 :
On mélange dans cette discussion plusieurs facettes du mot "science".
1) La science comme somme de connaissances sur la nature. Et là, oui, c'est la nature qui tranche, in fine. Et rien d'autre.
2) Les applications technologiques. Et il est faux de croire que la science contient en germe la nature de ses applications. La physique atomique mène à la bombe, à l'imagerie médicale où aux télécommunication. C'est la société qui décide des bonnes et mauvaises applications. N'imputons pas à la science ce qui est de la responsabilité sociale de tous.
3) Les scientifiques, en tant qu'individu . Et là, on peut trouver de tout.
Mais n'utilisons pas une critique contre une facette de la science pour l'appliquer à une autre.
J'approuve en totalité la conclusion de JGG : "la responsabilité des scientifiques doit être clairement distinguée de celle des politiques et des décideurs". Trop souvent, dans des récentes controverses, les "politiques" ont essayé de faire poter aux scientifiques une responsabilité de choix qui n'est pas la leur. Mais on voit aussi parfois des scientifiques qui s'expriment en tant que citoyen, sans que cette distinction soit explicitée. Quand ils quittent le terrain de leur expertise, ils sont comme n'importe quel citoyen, ni plus ni moins pertinent qu'un autre.
a écrit le 03/05/2010 à 20:37 :
Vaste sujet, ou comment faire semblant d'avoir lu les travaux en histoire et sociologie des sciences... sans les avoir entendus. Voilà une bien étrange argumentation : ne nions pas le fait social des sciences, mais intéressons-nous seulement aux idées, nous redorerons ainsi leur blason !
On pourrait faire le constat inverse à celui exposé ici : tant que les scientifiques s'obstineront à ne voir qu'une science "idéale", construite sur des idées et des arguments, tant qu'ils nieront l'aspect ordinaire de l'activité scientifique et ses conséquences sociales tout en clamant sa capacité à être porteuse de progrès, y compris matériel, le désamour pour les sciences s'accentura. Le XXè siècle et son lot de drames "technoscientifiques" sont passés par là ; les scientifiques, dans leur quête absolue d'idéal dématérialisé, ont parfois peiné à y reconnaitre leur part de responsabilité. Justement parce que les sciences ont pris une place incontournable dans notre société, le décalage entre le discours immuable des scientifiques et les conséquences de leurs travaux est devenu aujourd'hui plus difficilement acceptable. La société industrielle du début du XXè siècle, qui voyait son salut, tant économique que social, dans la science, n'est plus celle d'aujourd'hui.

D'ailleurs, fonder l'attrait des sciences sur leur seul supposé désintéressement et leur détachement des choses matérielles, c'est provoquer tout autant la désillusion de générations entières prêtes à s'investir dans des voies scientifiques. Combien de prix Nobel en science fondamentale pour des dizaines de carrières dites "scientifiques", mais bien moins excitantes que celles que ces derniers relatent, combien même de chercheurs ?
a écrit le 29/04/2010 à 8:19 :
Un point essentiel de cette question est celui d'un gros mot : les "technosciences". Les "technosciences" apparaissent certainement la ligne de mire de la critique partagée. Mais qui est au juste désigné par ce terme ???
L'extrême majorité des ouvrages qui l'utilisent, y compris ceux d'auteurs éminents le prennent comme une évidence.
Il semble essentiel de proposer une analyse qui permette dans une certaine mesure de désintriquer les champs respectifs des sciences fondamentales, des sciences appliquées, et encore celui des expertises scientifiques, celui des coups médiatiques à grande audience tels qu'articulés par des intérêts politiques et économiques. On pourra ensuite juger de leurs convergences plus ou moins accidentelles. C'est seulement aussi à partir de cela que l'on pourra juger de la façon dont les responsabilités s'articulent.
La recherche scientifique est par principe positivement polémique, on ne peut pas en dire autant de l'image qui en est donnée..
a écrit le 28/04/2010 à 13:39 :
la sociologie des sciences ne dit pas que seuls les intérêts sociaux sont à l'oeuvre dans les sciences ; mais il est certain que les controverses ne portent pas uniquement "sur les idées", comme le suggère cet auteur ; elles portent aussi sur les priorités de politique scientifique, sur les finalités de telle ou telle recherche, sur les modalités d'organisation, de financement, d'évaluation, de collaboration avec l'industrie, etc. Ce qui ne fait pas vraiment des sciences des activités vraiment déconnectées d'autres activités sociales.
Par ailleurs, il n'y a pas nécessairement de relation entre le désamour pour les sciences et l'attractivité des carrières scientifiques. La liste est longue et je m'arrête là. Bref, ce texte n'est qu'une collection d'arguments simplistes et de belles idées sans fondements.
a écrit le 28/04/2010 à 6:42 :
Pour info, une "réponse" à cet article peut être trouvée sur le blog collaboratif de doctorants "Pris(m)e de tête" à l'adresse :
http://www.leprisme.eu/blog/?p=612
a écrit le 21/04/2010 à 0:51 :
Au dela des conflits d'interet, le probleme principal est sans doute, un probleme de gros sous. Il est difficile de mener des recherches sans financement de nos jours. c'est du ressort de l'etat de promouvoir une recherche "saine". Aux vus du gouvernement actuel ce n'est pas gagne!!!
a écrit le 20/04/2010 à 18:41 :
Merci pour ces propos qu'il faudrait largement diffuser

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :