Quelques pistes pour "smarter" nos villes

 |   |  673  mots
Francis Pisani
Francis Pisani
Comment améliorer l'intelligence d'une ville? Plusieurs études proposent leurs critères : taille, système d'éducation, qualité des emplois, écosystème d'entreprises, en particulier de startups.

Il n'y a pas de ville intelligente, pas de modèle, nous l'avons vu, mais un processus pour les rendre plus intelligentes, pour les "smarter", en s'appuyant sur ce que nous offrent les neurones humains et ceux des machines. Voici quelques pistes susceptibles d'y contribuer.

La taille compte - La taille d'une ville a réellement de l'importance. Il ne s'agit pas d'une affirmation banale mais de la conclusion d'une étude scientifique réalisée par l'équipe du professeur Luis Bettencourt du Santa Fe Institute. En examinant des données s'étalant sur les 2000 ans d'existence de la ville de Mexico, les chercheurs sont arrivés à la conclusion suivante : « La population d'une ville se développe plus rapidement que l'infrastructure urbaine. Par exemple, sa production de biens et services croît plus rapidement que sa population. De plus, ces modèles présentent une régularité mathématique et une prévisibilité ». Selon Bettencourt, « cela est également lié aux défis et opportunités de l'organisation de réseaux sociaux humains ».

Éducation et communautés intelligentes - Certes, la taille d'une ville compte mais deux classements récents démontrent l'importance d'autres facteurs. Tiré du livre Des villes intelligentes qui fonctionnent pour tout le monde (anglais), le premier accorde une grande importance à l'éducation et à l'employabilité. Il identifie aussi des moyens pour les améliorer tels que l'adoption d'une attitude favorable à l'innovation, la formation de « professeurs, leaders et entrepreneurs » et le développement de nouveaux outils et modèles d'enseignement. Le deuxième propose un classement des communautés intelligentes définies comme des « villes et régions utilisant la technologie non seulement pour faire des économies ou permettre un meilleur déroulement des activités, mais également pour créer des emplois de qualité, augmenter la participation citoyenne et devenir des lieux où il fait bon vivre et travailler ». Il provient du Forum des communautés intelligentes.

Développer un écosystème entrepreneurial dynamique - Beaucoup de villes veulent dynamiser leur écosystème entrepreneurial. Si une telle volonté peut aisément être communiquée, son exécution et la mesure des progrès réalisés en cours de route présentent davantage de difficultés. L'étude menée par la Fondation Kauffman (Etats-Unis) propose des critères regroupés dans quatre grandes catégories: densité (avec pour mesure le nombre de nouvelles entreprises par 1.000 habitants ou la densité du secteur high-tech), fluidité (flux de population, changements dans le marché du travail, entreprises à haute croissance), connectivité (rythme de création de spin-offs, taille et qualité des réseaux interentreprises) et diversité (dans les secteurs d'activité ou la participation d'immigrants par exemple). L'intérêt de l'étude réside dans la notion de mesure et la transparence des résultats. En plus de servir de cadre de référence, les critères peuvent aussi contribuer à créer un environnement d'émulation entre les entreprises locales.

Le secteur en pleine croissance des startups spécialisées dans la technologie urbaine - Deux notes récentes permettent d'entrevoir l'émergence d'un secteur spécifique de startups dédiées à la technologie urbaine. La première, rédigée par les fondateurs d'Urban.US (réseau investissant dans ce type d'entreprises), énonce que ces startups enregistrent une croissance « rapide et efficace » et sont en mesure de trouver des débouchés dans une multitude de villes, plus particulièrement dans les domaines de la mobilité individuelle et de l'économie d'énergie.

La deuxième a été publiée sur le blog de la New York City Economic Development Corporation (NYCEDC). Ayant réalisé l'importance de ce marché, l'agence oriente désormais une partie de son écosystème entrepreneurial vers la création de startups spécialisées dans la technologie urbaine. Les objectifs et les moyens requis, qui sont proportionnels à la grandeur de cette ville américaine, semblent inatteignables. Ce qui importe ici est l'émergence de cette tendance et les leçons utiles que nous pouvons en tirer pour l'avenir.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/06/2015 à 15:40 :
Les villes intelligentes peuvent-elles compenser la connerie humaine? Faudrait "smarter" certains depuis 2012......

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :