La Tribune

Dominique Wolton : «La consanguinité journalistes-politiques ravage la démocratie»

La dérive, en France, comme ailleurs, ne concerne pas tous les médias mais surtout une partie de la hiérarchie journalistique et éditorialiste ©DR
La dérive, en France, comme ailleurs, ne concerne pas tous les médias mais surtout une partie de la hiérarchie journalistique et éditorialiste ©DR
Propos recueillis par Denis Lafay, Acteurs de l'économie  |   -  3652  mots
Une stratégie hasardeuse et impréparée, une posture de « normalité » inadaptée aux enjeux, une compagne « incroyablement » inconsciente des devoirs qui incombent à sa nouvelle responsabilité : en matière de communication politique, les débuts de François Hollande sont pour le moins chaotiques. Et se heurtent à des médias que le directeur de l'Institut des Sciences de la Communication (CNRS) juge ivres d'un pouvoir et de collusions qui mettent leur légitimité et leur avenir en péril. Pour Dominique Wolton, l'avenir même de la démocratie est en jeu.

Voilà six mois que François Hollande est président de la République. Il avait promis une rupture dans la manière d'exercer sa responsabilité, d'appliquer la gouvernance avec son Premier ministre, mais aussi de communiquer. Quels premiers enseignements peut-on dresser ?
La rupture a eu lieu. Mais dans le système politique contemporain et, au-delà, dans la société moderne, les concepts, les rhétoriques, les postures s'usent très vite, trop vite. En l'occurrence, la « normalité » qu'il avait promise est déjà contestée, notamment, et de manière disproportionnée par une presse qui oublie ou méprise le temps de la politique et des réformes, créant alors un amalgame corrélatif entre lenteur et immobilisme, entre patience et inactivité. Pour autant, le pouvoir en place et plus globalement la nouvelle majorité ne sont pas exempts d'erreurs et de responsabilités : ils peinent à communiquer au sens fort du terme, c'est-à-dire construire un lien avec le pays. Compressés par la volonté de rompre avec la stratégie de communication de leurs prédécesseurs mais saisis par la gravité de la crise, ils se replient sur l'action sans escorter celle-ci d'un « faire savoir » et d'une pédagogie adaptés. Or en politique l'acte de parole est central, surtout lorsque l'on reprend le pouvoir. Le « silence » gouvernemental est apaisant, mais il perturbe une opinion publique qui, particulièrement dans un contexte de crise et de grandes incertitudes, a besoin de connaître et de comprendre les changements en cours. Y compris pour se les approprier et accorder sa confiance à ceux qui les piloteront. La politique, c'est toujours un exercice d'explication, de mise en perspective, et les nouveaux gouvernants doivent apprendre à en façonner une forme inédite, qui leur soit propre et leur corresponde. La marge de man?uvre est toutefois étroite, car ces élections ne furent pas triomphales et résultèrent du bon sens. Et elle doit composer avec une opposition vindicative et volontiers arrogante, dont l'enjeu ante et post primaires de cet automne enflamme la capacité critique en dépit d'une situation ubuesque : peut-on décemment juger l'action d'un gouvernement en place depuis quelques mois lorsqu'on lui laisse cinq années d'un bilan discutable ?

Que la presse et l'opinion publique aient ainsi décidé de fustiger dès la rentrée de septembre, soit seulement quelques semaines après la fin du scrutin législatif, la supposée absence de cap, de conviction, de décision, même la mollesse du tandem Hollande-Ayrault, démontre-t-il que Nicolas Sarkozy a enraciné dans la conscience collective le sentiment que l'autorité, la crédibilité, l'efficacité ne peuvent résulter que d'une pratique ostentatoire, clivante, directive, immédiate, voire autocrate du pouvoir ?
Ce n'est pas l'opinion publique qui a « tiré » la première ; ce sont les médias qui, au nom de leur autonomie, ont tendance à se considérer comme un quatrième pouvoir. Ils ont pensé trouver dans la très relative déception de l'opinion publique un terreau fertile pour donner une résonance à leurs prises de position. Mais à terme, le calcul est fallacieux. La folie de la vitesse qui a gagné le fonctionnement des médias ne peut pas déstabiliser à ce point la politique. Nicolas Sarkozy voulait en quelque sorte une politique à la vitesse des médias. C'est impossible et dangereux. D'autant que cette obsession de la vitesse et de l'hypermédiatisation est moins un idéal que le résultat d'une concurrence farouche qui ne dit pas son nom entre les médias classiques et les nouveaux supports - internet, réseaux sociaux, twitter... - Cette course contre la montre n'a pas grand chose à voir avec l'idéal de l'information au nom de laquelle elle est faite. Les médias confondent une espèce de pseudo-rationalité journalistique avec une bataille économique et justifient cette concurrence endiablée, au nom du progrès de l'information. Un tel amalgame est invraisemblable. Qui vit à un rythme de secrets, révélations, exclusivités... quotidiens ? Reste qu'après le rythme effréné que Nicolas Sarkozy leur avait imposé, - y compris parce que l'agenda du président leur fournissait confortablement matière à « remplir » leur grilles ou leurs pages -, le rythme déployé par François Hollande leur semble si calme qu'ils l'assimilent à une soi-disant inaction. En agissant de la sorte, ces médias prennent le risque de mettre en péril leur propre légitimité. Rien ne dit en effet que les citoyens apprécient cette course effrénée et les leaders médiatiques ne font pas l'opinion. Celle-ci se construit très lentement, selon des rythmes et surtout des logiques beaucoup plus complexes que celle des médias ou des sondages. Un « retour de bâton » pourrait être cuisant.

Particulièrement en période de crise, les Français sont en demande d'un « chef », d'une autorité qui rassure, anticipe, sur-communique et donne l'impression de maîtriser le cap. La difficile transition portée par François Hollande n'est-elle pas la preuve que l'individu est intoxiqué par une stratégie et un traitement médiatiques qui pendant cinq ans ont créé l'assimilation entre le « faire » et le « faire savoir » ?
En situation de crise, « on » veut un grand capitaine. Pour l'heure, François Hollande n'en porte pas les habits. Mais peut-être le sera-t-il un jour, peut-être se révélera-t-il dans la fonction, peut-être imposera-t-il un style performant... Méfions-nous des jugements hâtifs, ils font partie de cette idéologie de la vitesse qui d'ailleurs permettra, avec la même certitude, de dire le contraire de ce qui a été prononcé. En ce qui concerne François Hollande, son parcours appelle à la prudence. Il n'a jamais été ministre, il fut toujours un « second » jugé inoffensif par ses rivaux, mais c'est lui qui est aujourd'hui président.
Nicolas Sarkozy pensait que « faire savoir » c'était « faire ». Résultat : une contestation radicale, un rejet, et in fine la défaite. Il est exact que sa stratégie s'était tant déployée qu'elle avait conditionné le rapport des gens à la communication politique. Et elle contribue à placer François Hollande dans une situation délicate : il doit créer de « l'exceptionnel » en demeurant dans une posture « banale », il doit susciter de la crédibilité sans verser dans les excès « bling bling » de son prédécesseur. La nature du ton et des discours peut y contribuer, mais pour l'heure ce n'est pas audible. Et le problème est qu'en matière de communication politique le staff de François Hollande n'a pas anticipé la victoire et ne s'est pas projeté dans l'application d'une stratégie structurée, fondée, durable. Les socialistes n'avaient pas assez travaillé et préparé le changement. Décréter une « présidence normale » est une posture, mais délestée d'une véritable stratégie alternative n'a pas d'avenir pertinent. La « normalité », la banalité, le classicisme de ladite stratégie aujourd'hui employée ne sont pas adaptés aux enjeux. Mais là n'est pas l'essentiel. L'essentiel, c'est l'action et les résultats dans un contexte impitoyable.

La gauche est culturellement insubordonnée, et la cohabitation éruptive au sein du gouvernement de personnalités et d'obédiences antagoniques en témoigne : l'esprit culturel de gauche est-il incompatible avec la discipline qu'impose l'exercice du pouvoir ?
Non. Simplement, la nature et l'expression de cette discipline sont singulières. Elles sont essentiellement politiques et idéologiques, et interviennent lors des arbitrages. Les conflits internes au PS prennent trop de place, même si les dirigeants ont l'habitude de les gérer. Le problème aujourd'hui, ce n'est pas le PS, mais la France. Et les Français ne supportent pas cette confusion. Pour l'heure, les socialistes ont du mal à réussir une communication d'État performante. Cette difficulté à inventer un autre mode de communication publique et politique est d'autant plus étonnante que la majorité actuelle dispose d'une substantielle expérience du pouvoir dans les grandes villes, les régions, et les départements. De quoi ce paradoxe résulte-t-il ? Les raisons sont multiples. Mais la première d'entre elles, c'est l'absence dans leurs rangs d'une réflexion critique sur le statut, les leviers, les desseins, les impacts de la communication, du rapport entre communication et politique. Et surtout d'une confusion entre la remarquable complexité du fonctionnement de l'opinion publique et sa simplification sécurisante, dans les sondages.

Les vives critiques de la presse dite de gauche contre la politique du gouvernement répondent-elles de cette insoumission culturelle endogène, d'une louable indépendance, ou d'une stratégie marketing ?
Contrairement à ce que les éditorialistes concernés expriment, ce déferlement ne traduit pas une maturité. L'analyse est plus triviale : le pouvoir médiatique ne sait plus s'arrêter, ne connait plus ses limites, se croit légitime à tout juger, tout examiner, tout critiquer, tout revendiquer. Or franchir cette ligne pourrait lui être fatal, car le public, même s'il est parfois voyeur ou en accord idéologique, ne souscrit pas à cette outrance dans l'anathème qui décrédibilise l'information et discrédite la posture. « Dégommer » un président après quatre mois d'exercice n'est pas une marque d'indépendance mais d'inconsistance. Etre indépendant, c'est chercher des sujets singuliers, c'est les traiter autrement, c'est être neuf dans leur exploration, c'est prendre le temps de bien les réaliser, c'est proposer une vision insoupçonnée de la société, c'est comparer. Et surtout c'est sortir de France. Voyager. Interroger l'extrême complexité de l'Europe et sa force. Et aussi se familiariser avec l'extraordinaire rupture de la mondialisation... Bref, c'est être original, rigoureux et intègre, se différencier, et ne pas « surfer » sur la production des rivaux. L'originalité, ce n'est pas être « de gauche » ce qu'il faudrait encore expliciter, et s'employer à anéantir l'action de la gauche au pouvoir - cette observation vaudrait bien sûr pour une presse de droite à l'égard d'une droite au pouvoir depuis quatre mois. Oui à l'information, à la critique, et au contre-pouvoir de la presse. Non au mythe de l'auto-institution de la presse en 4e pouvoir. Seuls les politiques ont la redoutable responsabilité de l'action. D'ailleurs, il faut nuancer. Cette dérive, en France, comme ailleurs, ne concerne pas tous les médias mais surtout une partie de la hiérarchie journalistique et éditorialiste.

Etre vainqueur davantage par défaut qu'au nom d'une idéologie, d'un projet et d'un programme différenciants, doit-il dicter une certaine manière de communiquer ?
Absolument. Etre élu par défaut ne constitue pas en soi un handicap, car la légitimité peut être conquise une fois au pouvoir. En revanche, et toujours au nom de cette soi-disant « normalité », les dirigeants socialistes ont commis l'erreur d'adopter un style extrêmement classique et traditionnel du pouvoir, au point que l'opinion ne distingue qu'avec peine les ministres des gouvernements Ayrault et Fillon. La similitude des apparences et des modes d'expression, des styles technocratiques, des langues de bois, des manières de parler... induit l'idée qu'il n'existe pas de différences dans le fonctionnement, dans les méthodes, dans la stratégie du gouvernement et de l'État. Cette confusion est problématique.

Le cas Montebourg-Pulvar est symptomatique : la compagne d'un ministre emblématique est nommée à la tête d'un hebdomadaire politique par un propriétaire, également co-actionnaire du Monde, par ailleurs mandaté par Bercy - où siège ledit ministre - pour paver la création de la Banque publique d'investissement. Quant à Valérie Trierweiler, en dépit de son mea culpa et de son renoncement à intégrer la chaine D8, elle poursuit sa collaboration à Paris Match, tout en bénéficiant de la logistique humaine, organisationnelle, financière propre à sa condition de Première Dame. La liberté de travailler, particulièrement pour les « compagnes ou compagnons de », peut-elle s'appliquer sans conditions à l'exercice journalistique ?
Les deux cas sont différents. On peut faire confiance à la capacité à distinguer information et politique pour les journalistes. Non, le problème ici plus grave est la consanguinité de plus en plus forte entre journalistes et politiques. Preuve que les uns et les autres vivent de plus en plus les uns sur les autres. Ce qui pose un problème de fond : la fin d'une vision différente du monde et une certaine homogénéisation de points de vue. Donc un risque d'appauvrissement, que la société verra très bien. La compagne d'un président de la République pose un autre problème. Jusqu'où peut-on tout faire, et surtout a-t-on encore la capacité de se dédoubler ? On ne peut pas à la fois bénéficier de tous les honneurs et des servitudes de la République et faire semblant d'être indépendante dans la pratique de sa profession. Il faut choisir. Le vrai problème plus général est le manque d'autonomie du monde médiatique par rapport à la politique. D'une manière générale, les élites dans les démocraties sont beaucoup trop homogènes, et la société le voit, alimentant un populisme rampant. Plus le monde est apparemment transparent, plus il faut au contraire préserver les différents points de vue entre information, action politique, culture et connaissance. La consanguinité actuelle est dévastatrice pour la démocratie. Pas d'espace public sans hétérogénéité de points de vue, et sans visibilité de cette hétérogénéité. C'est la condition du lien social. Sinon la représentation de la société est bancale. Refléter la complexité et l'hétérogénéité de la société est la condition du fonctionnement des sociétés contemporaines. D'où la responsabilité des médias qui hélas se ressemblent tous, beaucoup trop.

A l'heure d'une crise de confiance sans précédent de l'opinion publique à l'égard des journalistes et des producteurs d'information, mesure-t-on les dégâts que ces collusions provoquent ?
On ne le mesure pas parce que ce n'est pas visible. C'est comme la question très compliquée de l'opinion publique, à savoir les mutations lentes invisibles avec les sondages. En cinquante ans, le contre-pouvoir médiatique, dans les démocraties évidemment et non dans les régimes autoritaires, a tendance à ne plus savoir où sont ses limites. D'autant que le pouvoir politique, avec la visibilité justifiée critique des médias, la rigidité de nos sociétés et les difficultés de la mondialisation, devient de plus en plus fragile. La baisse de prestige de la politique ne doit pas faire oublier sa spécificité : la grandeur et les risques de l'action. Mais comme la collusion presse - politique - élites en général est trop forte, cela ne donne plus confiance aux citoyens. Surtout en temps de crise, alimentant ce pernicieux populisme rampant. La transparence critique se retourne contre les médias avec cette réflexion : « Ils ne sont pas mieux que ceux qu'ils critiquent. Tout ça, c'est le même monde ».

Ces délétères effets collatéraux sont-ils fondamentalement différents de ceux générés par la proximité incestueuse qui liait Nicolas Sarkozy à plusieurs « patrons de presse » - Arnaud Lagardère, Martin Bouygues, Serge Dassault, Vincent Bolloré, Bernard Arnault... - ?
Ce problème n'était pas propre à Nicolas Sarkozy. Ce qui était inédit, c'était cette correspondance générationnelle entre lui et les patrons de presse, c'était aussi cette manière de l'afficher ostensiblement. Pour autant, était-ce pire ? Certes, quelques coups de téléphone douteux passés aux dirigeants de quelques grands titres avaient témoigné d'un raisonnement classique - et faux - du pouvoir politique convaincu que s'il maîtrise les « tuyaux » il maîtrise les consciences. Mais c'était oublier deux paramètres : celui des journalistes, qui à un moment se révoltent, et celui des citoyens que l'envahissement de messages, souvent unilatéraux, ne rend pas plus dociles ou favorables. Cette collusion entre Nicolas Sarkozy et certains médias l'a servi jusqu'en 2010. Puis, comme autrefois Michel Rocard, François Mitterrand ou Jacques Chirac l'avaient eux-mêmes expérimenté, l'élite médiatique s'est détournée puis s'est retournée contre sa « coqueluche ». La volte-face fut brutale. Sa côte de confiance au sein des médias était devenue faible mais il « tenait » encore ces derniers grâce à ses « amis » et ainsi demeurait hyper médiatisé. Pour cette raison, il a eu grand tort de s'afficher en « victime expiatoire » desdits médias. Et l'issue du scrutin a donc démontré que « tenir » les médias ne signifie pas « tenir » les consciences.
Le plus important n'est pas ce que les médias disent du président, c'est la perception que les citoyens se font de l'action du Président. Or ils sont à même de juger de la cohérence ou du décalage entre les discours et les actes du pouvoir indépendamment des médias.

Il fut reproché à Nicolas Sarkozy de mêler l'opinion publique à ses affaires privées les plus intimes. Et son successeur avait, là encore, promis la rupture. De la guerre que se livrent Ségolène Royal et Valérie Trierweiler au fameux tweet de cette dernière en passant par les prises de position des enfants du couple Royal - Hollande, le nouveau Président ne fait pas mieux que son prédécesseur. Seule différence : il est débordé là où Nicolas Sarkozy manoeuvrait voire instrumentalisait. Est-ce intrinsèque à une société des réseaux sociaux, de la surenchère médiatique, de l'interconnexion immédiate, et de la dictature de l'anecdote qu'aucune volonté ne peut désormais contenir ? Ce tweet pourrait-il se révéler le pendant du funeste dîner au Fouquet's qui poursuivit Nicolas Sarkozy durant toute sa mandature ?
Qu'un président de la République se montre incapable de contenir les sentiments de sa compagne n'est pas anodin au moment où il s'emploie à l'égard de l'opinion publique à asseoir sa légitimité. Ceci étant, les personnalités, politiques ou artistiques, disposent d'une marge de man?uvre dans leur appréhension des mécanismes de peoplisation qui se sont imposés dans la société et au sein des médias. Tout est question d'anticipation, de rigueur, de discipline. Et de lucidité : on ne peut pas espérer vivre « normalement » et exprimer « librement » ses sentiments lorsqu'on est la compagne du président de la République. Cette absence de réflexion sur les enjeux contemporains de la communication est sidérante. Et cette illusion de croire que « twitter » fait de vous une personne moderne et proche des jeunes, est tout aussi incompréhensible. Le tweet est un poison pour ceux qui s'y enferment et n'est la preuve d'aucune intelligence. La réalité politique ne va pas à la vitesse de ces commentaires, et la société est dans un autre espace-temps. Toujours cette illusion d'une élite qui en saurait plus que les autres dans une sorte de virtuosité de la vitesse... On voit le résultat...

Le numérique a bel et bien bouleversé l'exercice politique. Le rapport des élus au peuple est métamorphosé, la participation de ce dernier à la « chose politique » est transformée. Une nouvelle démocratie est-elle en train de naître ? Le risque que les institutions représentatives volent en éclats sous le joug d'une supposée démocratie directe est-il réel ?
On assiste moins à l'irruption d'un nouveau modèle qu'à celle d'une forme caricaturale d'un modèle ancien. Cette dérive, c'est la liberté de la presse désormais sans limite. Liberté au nom de laquelle la peoplisation, le parler de soi, la mise en scène, la futilité, l'absence de culture, deviennent la norme, le narcissisme et l'auto-congratulation un idéal... Cela va accentuer le sens critique du public, mais aussi obliger à réintroduire de la démocratie « indirecte ». Pour casser l'illusion d'une société en direct, étouffée par la peopolisation, la psychologie, et les révélations, il faut maintenir la compétence et la visibilité de tous les intermédiaires d'une société : hauts fonctionnaires, professeurs, médecins, militaires, religieux... Laisser visible cette hétérogénéité de la société et casser la fausse homogénéité. Organiser la cohabitation de points de vue contradictoires. Quant à l'avènement d'une démocratie directe, je n'y crois pas. Certes, les nouvelles technologies ont modifié les codes de l'information et de la communication, ils ont instauré une instantanéité et une interactivité avec lesquelles il faut intelligemment composer. Mais la classe politique ne doit en aucun cas faire acte de suivisme. La politique ne se fera jamais à la vitesse des internautes. Heureusement. Et surtout en démocratie où le défi est justement d'organiser la cohabitation de points de vue et de gérer les échelles contradictoires du temps. Plus tout est transparent, plus chacun doit demeurer à sa place. Un journaliste est un journaliste, un élu est un élu, un scientifique est un scientifique, un patron est un patron, etc. Les identités des uns ne peuvent se substituer à celles des autres, et il n'y a pas de progrès dans cette sorte de mimétisme techniciste et urbain. La modernité ne veut pas dire grand chose quand tout est moderne. Cette confusion rétrécit l'espace de représentation nécessaire au fonctionnement de la démocratie. C'est l'altérité des points de vue qui est au c?ur de la politique. Et c'est en cela que l'homogénéité des élites est dangereuse. La « transparence » apparente de nos sociétés devrait au contraire renforcer la visibilité de la transparence des repères politiques et culturels. Ceci afin de ne pas confondre les performances techniques qui permettent vitesse et transparence avec l'inévitable et indispensable épaisseur des sociétés et des cultures.

 

 

Réagir

Commentaires

xavier-marc  a écrit le 15/11/2012 à 9:38 :

Un(e) politicien(ne) en France, ça couche avec un(e) journaliste et ça va dans des émissions people répondre à des question style "sucer c'est tromper ?" ou donner son avis sur la dernière daube musicale en vogue.
Voilà notre civilisation, ou plutôt ce qu'il en reste.
Ne ne étonnons pas à quel point la Chine et l'islam fascinent culturellement de plus en plus car eux semblent tellement moins décadents.
Quand Mitterand disait qu'il était le dernier politicien, on ne se doutait pas à quel point il avait raison.

Pafman  a écrit le 06/11/2012 à 4:03 :

Dominique Wolton n'est pas que directeur de l'Institut des Sciences de la Communication. Il fait partie du Conseil d'administration de France Télévision. Quelque soit la pertinence ou non des propos, il n'est pas inutile de rappeler qu'il est impliqué dans le fonctionnement d'un média, qu'il n'est donc pas neutre et à une capacité d'agir. Son bilan de son action au sein de FT?

bizarre  a écrit le 04/11/2012 à 16:00 :

il me semble déceler un "encouragement" suggéré aux journalistes français de nous aérer un peu l'esprit en nous relatant objectivement les faits se déroulant chez nos voisins et leur vision de notre pays et de nos paradigmes...cela permettrait de relativiser nos problèmes et de comprendre ceux des autres...peut etre de construire une Europe qui se comprendrait mieux

012 jacqueline  a écrit le 04/11/2012 à 15:43 :

a force de dèzinguer monsieur sarkozy, les habitudes sont là......a chacun sa verité.......

Tentation totalitaire  a écrit le 04/11/2012 à 14:08 :

Le gouvernement a attaqué les médias en les rendant en partie responsables de son manque dramatique de popularité. Viennent ensuite des articles allant dans ce sens. Le gouvernement se sert de ses relations pour crier sur tous les toits sa frustration et servir un raisonnement étonnant: il faut plus museler la presse afin de mieux servir la démocratie ! Ce texte est bourrée de contradictions, mais la plus belle c'est celle-là ! La tentation totalitaire planquée sous les haillons de la démocratie. Quant au raisonnement: peut importe les actes du gouvernement, l'essentiel c'est la façon dont on les présente...

jo  a écrit le 04/11/2012 à 13:29 :

l'idiocracy (revoir ce bon film) est en marche, et la "collusion" et l'irresponsabilité du journaliste n'en est qu'un aspect. On va regretter les temps anciens quand "une bonne guerre /révolution" remettait périodiquement les compteurs à zéros, fertilisant la société pour quelque temps...

Atrabilaire  a écrit le 04/11/2012 à 12:17 :

Merci encore Monsieur Wolton d'avoir écrit:
"On assiste moins à l'irruption d'un nouveau modèle qu'à celle d'une forme caricaturale d'un modèle ancien. Cette dérive, c'est la liberté de la presse désormais sans limite. Liberté au nom de laquelle la peoplisation, le parler de soi, la mise en scène, la futilité, l'absence de culture, deviennent la norme, le narcissisme et l'auto-congratulation un idéal..."

Il y a bien longtemps que nous n'avons pas eu de journaliste, prix Nobel de littérature.
Nous avons, maintenant un bestiaire, qui fait monter l'insignifiance, par leur psychologie digne d'une huître: stimuli-réactions.

epi97  a écrit le 04/11/2012 à 11:26 :

La presse était déjà le quatrième pouvoir sous Sarkosy, hollande et le PS en ont profité pour créer et faire de l'antisarkosysme primaire parce qu'hollande n'avait aucun programme, à part le vote des étrangers et le mariage des homosexuels, l'arroseur se plaint de se faire arroser à son tour, un comble, il ne lui reste qu'un acte à faire, se démissionner lui meme

radix  a écrit le 04/11/2012 à 9:14 :

Je crois plutôt que c'est le monopartisme politique en place: droite européenne mondialiste = gauche européenne mondialiste et pour les infos ce serait : journaux=agences de presse = informations (CIA ou bankamericacity, bien sûr je plaisante mais...)

Joseph  a écrit le 03/11/2012 à 21:46 :

Monsieur Wolton, juste un petit mot parfaitement inutile, pour dire qu'au-delà de son intérêt, cet entretient fait un bien fou... à lire, un grand merci pour ces mots que je qualifierais de libérateurs.

Joseph  a répondu le 03/11/2012 à 22:17:

Entretien, sans t, c'est encore mieux !

Atrabilaire  a écrit le 03/11/2012 à 21:02 :

Merci Monsieur Wolton.
Quand, les puissances de la propagande affirment que leurs finalités sont que "[leurs] émissions ont pour vocation de le - "le cerveau du téléspectateur"- rendre disponible: c'est à dire de le divertir, de le détendre pour le préparer entre deux messages. Ce que nous vendons à CocaCola, c'est du temps de cerveau humain disponible", alors il est grand temps qu'un CONSEIL NATIONAL DE LA RENAISSANCE se constitue, et que avec "les représentants des mouvements, groupements, partis ou tendances politiques groupés en son sein proclament qu'ils sont décidés à rester unis.[...] A fin d'assurer:
....
- la liberté de la presse, son honneur et son indépendance à l'égard de l'Etat, des puissances d'argent et des influences étrangères; "

Librement inspiré du programme du Conseil National de la Résistance.
Si l?histoire ne se répète pas, il reste néanmoins que structurellement, les dominants recommencent à vouloir contrôler les dominés: ne les laissons pas faire, de grands danger menacent à nouveau l?Humanité.

CARIOCA  a écrit le 03/11/2012 à 20:53 :

Aucun intérêt,Valnoise.
Valorisons plutôt les propos de l'article WOLTON. Merci.

Valnoise  a répondu le 03/11/2012 à 21:42:

C'est marrant, vous faites sergent-chef !

Valnoise  a écrit le 03/11/2012 à 19:40 :

Qui a lu les Derniers carnets de FOG, d'une incroyable vulgarité et d'une présomption vraiment délirante, ne peut qu'être d'accord à 100 % avec D. Wolton.
Nous avons voté pour Hollande sans illusion, mais voulant tout de même croire que la leçon de 2007 avait été retenue, et que les cinq ans du dernier quinquennat avaient été mis à profit par les responsables socialistes pour travailler un peu. Que nenni ! Nada !
La question se pose dès maintenant de savoir si les choses peuvent se rattraper ou si nous sommes sur un toboggan.

CARIOCA  a écrit le 03/11/2012 à 18:40 :

Monsieur ARNAULT,
Je n'aime pas la violence, et le simple fait de couper un oignon avec un couteau me pose problème ...Et je crois hélas que votre raisonnement ne peut mener les sociétés qu'à des fins tragiques.
Quelle force assez grande faudrait-il pour circonscrire des millions de tueurs potentiels que vos raisonnements induisent?
Que d'exemples désastreux dans le monde actuellement.
Une charpente laïque, morale, et démocratique est bien plus à valoriser.
Merci encore à Dominique Wolton de formaliser cela.

Arnault  a écrit le 03/11/2012 à 12:59 :

Nous aussi, les ultra riches, nous croyons à la "fin de l'Histoire" mais à rebours de son sens hégélien ou de sa resucée popularisée par l'ex néo-conservateur transfuge Fukuyama. En fait l'Histoire n'existe pas vraiment et quand bien même elle existerait, elle n'aurait aucun sens ! La démocratie occidentale va disparaitre. Elle n'aura été qu'une très courte parenthèse pour l'Humanité. Des régimes plus ou moins autoritaires remplaceront la démocratie. Toutes les structures anthropologiques familiales s'effondrant, il faudra d'ailleurs beaucoup d'autorité en compensation, sinon ce sera le chaos. Peu importe la forme de contrôle : l'essentiel étant que la puissance de l'argent continue à s'étendre et que notre pouvoir d'ultra riches croisse. Notre instinct de domination, c'est tout ce qui compte, au fond... Cupides que nous sommes ? Oui et alors ? C'est consubstantiel à l'être humain, non ?

atrabilaire  a répondu le 03/11/2012 à 15:08:

A quel niveau doit-on lire votre propose.
Si c'est au premier niveau, alors oui: la bêtise aussi est consubstantielle à l'être humain.
.

@ arnault  a répondu le 04/11/2012 à 15:54:

je te propose la lecture de "les hommes de paille" et 2 volumes suivants,c'est un peu dans ton délire,ça devrait te plaire

Audaces  a écrit le 03/11/2012 à 11:18 :

dans la presse comme ailleurs, il y a ceux qui payent et ceux qui se font payer.. Coupons le robinet des sous pour la pensée unique.

Salaire  a écrit le 03/11/2012 à 11:16 :

Et vous ne parlez pas des rémunérations : Montebourg-Pulvar et bien Pulvar (que j'estime a 40 000e?)doit se faire le double de son mari alors qu?elle n?a aucune responsabilité et très peu de risques. Et je pense que l?influence de Vivendi dans les revenus de ce couple n?est vraiment pas saine pour la démocratie, ni pour l?action gouvernementale.
Quand à Bachelot (20 000e) son salaire n?a en rien diminué alors que l?on voit l?échec de ses actions ministérielles. Qui se souvient d?elle comme ministre de l?écologie ? Quand à ses actions comme ministre de la santé, on se rappelle du gaspillage de la grippe A. Alors payer une chroniqueuse, au salaire de ministre, fait penser que, soit elle se fait payer sa retraite par Vivendi, soit elle n?était qu?une chroniqueuse au gouvernement et était la marionnette de l?action de lobby.

Le Consul  a écrit le 03/11/2012 à 7:37 :

Je pense qu'il faudrait un peu réfléchir avant de déverser des tombereaux de c.....es. L'article ci dessus est très juste, et n'est pas à incriminer. Je parle du Français moyen, qui comme en 81, a encore pensé que demain, "on rasait gratis". La situation n'est franchement plus la même. Il va bien falloir que l'on essaie de sortir du bourbier, et que tout le monde se donne la main, mais à lire certains commentaires, je doute ! Les riches veulent être encore plus riche, les pauvres voudraient garder un peu de laine sur le dos, et la classe moyenne a attrapée la bourgeoisite aiguë. Débrouille toi avec ça ! Ça ne me fait pas plaisir de devoir mettre la main à la poche, et avec des revenus modeste, mais je n'ai pas envie de me retrouver comme les Grecs, les Espagnols et les Italiens, pris complètement à la gorge, ruinés, (pas les nantis, Dieu soit loué) pour le plus grand bénéfice des banques qui les ont mis dans la M....! Ce n'est pas en cognant sur un gouvernement, qui a été choisi lors d'élections démocratiques, que ça va faire avancer les choses. C'est plus que lassant de voir au fil des pages des différents journaux, les mêmes phrases, les mêmes articles, les mêmes commentaires, hargneux, et contre productifs, et je ne parle pas des forums.... le bouquet!!! un ramassis de frustrés bêtes et méchants en majorité. Holla, peuple de France, ce n'est pas en vaticinant sur les jeans de Duflot, ou sur la couleur de la chemise de Montebourg que les problèmes vont être résolus. Les Pays Bas ont été obligés d'appliquer un tas d'augmentations, et l'on n'a entendu les lamentations comme chez nous

Philarete  a répondu le 03/11/2012 à 8:56:

Vous ne changerez pas que la droite a eu le sentiment d'une grande injustice dans le traitement accordé à NS durant les trois dernières années, sans que personne de gauche ne songe le moins du monde à manifester une quelconque solidarité avec un gouvernement élu tout aussi démocratiquement que l'actuel, avec plus de suffrages toutefois. Aujourd'hui, il serait sommé d'être solidaire avec un parti archaïque, qui à l'image du gvt Prodi prend de mauvaises décisions fiscales, de mauvaises décisions sociétales (aux yeux de la droite chrétienne et juive, le mariage gay, l'adoption, Taubira et la relaxe des mineurs ne sont pas des signaux d'apaisement). Jamais on a connu un gvt aussi clivant que le gvt Hollande, mais les 34% d'autosatisfaits sont persuadés qu'ils sont consensuels. Donc....

damien  a répondu le 03/11/2012 à 9:56:

"la classe moyenne a attrapée la bourgeoisite aiguë".:un voila un beau tombereau de conn...es

Docteur Popol  a écrit le 02/11/2012 à 23:29 :

Article excellemment rédigé.
Néanmoins, même si le précédent gouvernement n'était pas particulièrement performant. Et c'est un euphémisme!
Le nouveau est notamment Flanby est spécialement déficient.
D'autant que remettre en cause les médias, c'est facile.
Par contre, si nous nous focalisons sur le concret. Je n'ai vu qu'une profusion de taxes et impôts. Alors qu'il faut réduire les dépenses. Notamment au niveau du mille feuilles administratif. Plus les différents organismes ou il y aurait un bon ménage à faire tel que le CNRS...

moucy  a répondu le 03/11/2012 à 9:56:

Se plaindre d'un mille feuilles administratif, ce qu'on entend dans tous les discours, est trop facile tant qu'on ne désigne pas les feuilles à supprimer. Et généralement on a tendance a s'attaquer aux feuilles dont on ne connais pas l'utilité ce qui est plus une preuve d'incompétence que de rationalisme. C?est ce que l?on peut reprocher à Hollande qui ne fait que compliquer les impôts et les niches plutôt que de les reformer
S?attaquer au CNRS est peut être utile mais pensez vous que la recherche privée fonctionne bien ? OGM, Mediator?

Docteur Popol  a répondu le 03/11/2012 à 11:39:

Moucy, merci pour vos remarques qui sont intéressantes.
Un seul exemple concret pour étayer mon propos concernant le mille feuilles administratif.
36 000 communes en France versus 8 500 en Allemagne (de 1968 à 1978 le nombre de communes en Allemagne a été réduite de 24 000 à 8 500 !!!). Nombre d'habitants en France 65 millions versus Allemagne 82 millions.
Est-ce que l'Allemagne à un moins bon système de santé, éducatif, recherche, administratif quant France?

En ce qui concerne le médiator, à ma connaissance il y avait bien un organisme public AFSSAPS qui était en charge de la mise en place et surveillance des médicaments.

En France nous sommes les meilleurs et les plus intelligents dont vous faites partie.
Ce n'est pas pour rien que nous parlons du modèle Français que tout le monde nous envie!!!

lechat40  a répondu le 04/11/2012 à 16:45:

Merci Docteur Popol
La réponse que vous faites au sieur Moucy est pertinente. Qu'elle puisse au moins en faire réfléchir quelques uns!!!

4ème pouvoir : quelle légitimité ?  a écrit le 02/11/2012 à 23:01 :

Face à un pouvoir issu du suffrage universel , ce monde journalistique devrait se montrer plus modeste . La liberté de la presse est-il le droit de dire tout et n'importe quoi ,en privilégiant ce qui plaît à quelques journalistes ?

Arnault  a écrit le 02/11/2012 à 22:16 :

La démocratie est morte quand nous les ultra riches avons décidé de tuer le fordisme et de déchirer les accords de Bretton Woods. Ford était un industriel intelligent mais dangereux : il fixait une limite à la fortune et pensait qu'il fallait bien payer les travailleurs pour qu'ils achètent ses automobiles. Dangereux car à quel niveau aurait-il fallu payer ses ouvriers pour des modèles luxueux ? Non le temps du capitalisme industriel est mort et nous les neo capitalistes financiers, nous avons pris le pouvoir ! Pourquoi limiter notre fortune ? Limite-t'on l'expansion de l'univers ?

JB38  a répondu le 03/11/2012 à 0:01:

L'expansion de l'univers est une illusion. Votre fortune est une illusion et vous n'êtes pas éternel. Vous profitez et prospérez sur la misère des autres, c'est votre problème et ce sera aussi votre problème le jour où, vous ou vos descendants, seront confrontés au retour d'une barbarie qui ne manquera pas de revenir sous une forme ou une autre.

JB38  a répondu le 03/11/2012 à 0:01:

L'expansion de l'univers est une illusion. Votre fortune est une illusion et vous n'êtes pas éternel. Vous profitez et prospérez sur la misère des autres, c'est votre problème et ce sera aussi votre problème le jour où, vous ou vos descendants, seront confrontés au retour d'une barbarie qui ne manquera pas de revenir sous une forme ou une autre.

Socialisme antidémocratique  a écrit le 02/11/2012 à 20:02 :

Le socialisme, en détruisant l'ordre spontané qui existe entre individus libres, provoque l'anarchie économique et l'anarchie sociale. L'anarchie détruit la démocratie. Le socialisme détruit la démocratie. Le socialisme est intrinsèquement et fondamentalement antidémocratique. Après plusieurs décennies de socialisme aveugle mais obstiné, Wolton a raison de s'inquiéter pour la démocratie en France.

JB38  a répondu le 03/11/2012 à 0:17:

"L'ordre spontané entre des individus libres", c'est la loi du plus fort, dite aussi loi de la jungle.
Le socialisme, que vous voulez faire passer pour communiste, est le garant d'une économie juste et socialement responsable, fondements de la démocratie. Le capitalisme, c'est la loi du plus fort, le culte du chef, l'homme providentiel, le dictateur. C'est Le Tatchérisme, le Reaganisme, le $arkozysme, le Merkelisme, le Blairisme, le Schröderisme, tous des néo-libéraux affichés ou déguisés, inféodés aux financiers et affairistes de tout poil, les fossoyeurs de la démocratie.

JB38  a répondu le 03/11/2012 à 0:17:

"L'ordre spontané entre des individus libres", c'est la loi du plus fort, dite aussi loi de la jungle.
Le socialisme, que vous voulez faire passer pour communiste, est le garant d'une économie juste et socialement responsable, fondements de la démocratie. Le capitalisme, c'est la loi du plus fort, le culte du chef, l'homme providentiel, le dictateur. C'est Le Tatchérisme, le Reaganisme, le $arkozysme, le Merkelisme, le Blairisme, le Schröderisme, tous des néo-libéraux affichés ou déguisés, inféodés aux financiers et affairistes de tout poil, les fossoyeurs de la démocratie.

pipotages  a écrit le 02/11/2012 à 18:00 :

un méa culpa: votre fin d'article est très bien.

Pepito  a écrit le 02/11/2012 à 17:32 :

Quel plaisir de lire une analyse aussi bien construite! Pourquoi n'y a-t-il pas plus de gens intelligents et qui savent écrire?

Pepito bis  a répondu le 02/11/2012 à 20:52:

+1

Democratix  a écrit le 02/11/2012 à 17:28 :

J'ajoute que nous sommes dans un situation grotesque : des médias appartenant à des groupes militaro-industriels à droite (dont l'un est élu UMP), des médias détenus par des banquiers de gauche pour renflouer les autres. Avec ceux-là, on doit avoir 80% de l'audience journalistique. Digne d'une dictature ! Le sens critique, à ne pas confondre avec "négatif", n'est malheureusement pas français.

Democratix  a écrit le 02/11/2012 à 16:58 :

Je partage en grande partie l'avis de Mr WOLTON.
La réalité, à chaque campagne électorale, est l'absence de débat de fonds, évité soigneusement par le PS comme l'UMP. Ils préfèrent surfer sur des anecdotes ou des dérapages verbaux, c'est tellement plus facile.
Les médias affidés (le Figaro, JDD, Libération,...) écrasent tous ceux qui ne sont pas de leur camp. Il suffit de voir comment BAYROU ou d'autres sont traités par ces "gros" (pas grands) médias.
En 1993, les adversaires du traité de MAASTRICHT étaient tournés en dérision par quasiment tous les médias. On voit le résultat de l'Europe qui devait soi-disant nous garantir la croissance.

yes  a répondu le 02/11/2012 à 20:54:

et l'importance du "off"... qui ne compte que pour cette presse dite "parisienne" ! Si éloignée des préoccupations des gens !

bernard0151  a écrit le 02/11/2012 à 16:40 :

tout le monde et bien sur les médias en premier semble oublier que pour acheter les journalistes, françois hollande a promis de revenir sur la décision du gouvernement précédent de supprimer une niche fiscale qui les concernait directement à savoir la réduction forfaitaire de 30 % sur leurs revenus que leur procure leur carte de journaliste.
Par ailleurs, beaucoup de journaliste ont acquis la certitude qu'ils ont réussi, à force de lui taper dessus au fil des années, à faire perdre Nicolas Sarkozy, quelle jouissance !
Ce qu'ils pensent être un contre pouvoir qu'ils drapent dans la démocratie commence à coûter cher au pays, démoralise la population et dessert le civisme.
Heureusement qu'internet permet de recouper les informations et de les comparer, à force de chercher à vendre du papier par effets d'annonces et par manipulation des lecteurs finit par donner l'effet contraire à celui recherché, nous n'avons plus confiance.

carioca  a écrit le 02/11/2012 à 16:26 :

Article incroyablement brillant et subtil.
Chapeau monsieur, on a envie de vous connaître encore plus pour votre rigueur de pensée et d'expression.!
Eloge de la lenteur et du respect des institutions dans leur lourdeur éventuelle (institutions qui effectivement en prennent un coup depuis pas mal d'années avec ces goinfreurs de vitesse), par simple respect pour la démocratie indispensable à une vie de groupe.
Démocratie n'est pas un vain mot pour vous,on y sent une foi magnifique.
J'espère que des millions de gens voleront le temps de vous lire!

erf735  a écrit le 02/11/2012 à 10:22 :

Remarquable article.
Comparez le niveau intellectuel des questions et celui des réponses.
Ceci, et les explications de Dominique Wolton, expliquent la désaffection inexorable des journaux, et la part croissante des blogs "hors système" comme sources d'informations alternatives.

Opinion7  a écrit le 02/11/2012 à 9:28 :

Trop de joueur de Pipo!
Nous avons dans le passé toujours eu des joueurs de Pipo mais avec des gens qui bossaient, contrairement à notre quotidien ou maintenant il y a beaucoup trop de gens qui jouent du Pipo et des journalistes qui font monter la mayonnaise afin d'exister donc ils ne sont plus des journalistes mais des monteurs de coups de com...

LOUANCHI  a écrit le 01/11/2012 à 20:44 :


lien vers http://www.dailymotion.com/video/xl0lyn_hocine-le-combat-d-une-vie_news
En 1975, quatre hommes cagoulés et armés pénètrent dans la mairie de Saint Laurent des arbres, dans le département du Gard. Sous la menace de tout faire sauter à la dynamite, ils obtiennent après 24 heures de négociations la dissolution du camp de harkis proche du village. A l'époque, depuis 13 ans, ce camp de Saint Maurice l'Ardoise, ceinturé de barbelés et de miradors, accueillait 1200 harkis et leurs familles. Une discipline militaire, des conditions hygiéniques minimales, violence et répression, 40 malades mentaux qui errent désoeuvrés et l' isolement total de la société française. Sur les quatre membres du commando anonyme des cagoulés, un seul aujourd'hui se décide à parler.

35 ans après Hocine raconte comment il a risqué sa vie pour faire raser le camp de la honte. Nous sommes retournés avec lui sur les lieux, ce 14 juillet 2011. Anne Gromaire, Jean-Claude Honnorat.


Sur radio-alpes.net - Audio -France-Algérie : Le combat de ma vie (2012-03-26 17:55:13) - Ecoutez: Hocine Louanchi joint au téléphone...émotions et voile de censure levé ! Les Accords d'Evian n'effacent pas le passé, mais l'avenir pourra apaiser les blessures. (H.Louanchi)

Interview du 26 mars 2012 sur rad.netio-alpes

edsp  a répondu le 02/11/2012 à 21:50:

Quel est le rapport de votre histoire avec l'article ?

Sans opposition, pas de démocratie  a écrit le 01/11/2012 à 20:15 :

La consanguinité journalistes-politiques n'est que l'écume du problème de fond de la politique : il n'y a plus aucune opposition véritable en France. Le triomphe temporaire du consensus socialiste s'est imposé à tous les partis sans exception. Les chefs font semblant de s'affronter mais partagent l'essentiel des idées. Sans opposition véritable, il ne peut y avoir de démocratie. Depuis plusieurs décennies, nous avons eu l'alternance. Il est désormais indispensable d'avoir l'alternative. Le mimétisme des médias vis-à-vis de leurs maîtres est parfaitement accessoire.

magic du 56  a écrit le 01/11/2012 à 18:43 :

L'avenir de la démocratie est en jeu. Ce titre conviendrait pour la Tunisie. Que ce directeur indique que le mécontentement des français, c'est la faute aux journalistes. Que les français sont trop pressés à l'image d'un président et de son gouvernement qui a pris trois semaines de vacances comme si de rien n'était ! Cette inactivité de départ et non immobilisme alors que le pouvoir avait déjà les informations sur l'état des rentrées fiscales et sociales, préfigurait la gestion de ce pays. Les finances ont été laissées en lambeau par la précédente équipe de SARKO ! Ils sont mal placés de dire qu'ils ont été remplacé par des amateurs. Cependant, d'avoir fait croire qu'en chassant SARKO, la crise allait être chassé, c'était un gros mensonge du président actuel. Que lui même y a crû en appliquant ses 60 mesures est la preuve du décalage entre la théorie et la réalité. L'argent pris par les taxes, impôts et contributions sur les entreprises ne seront pas investis, ni destinés aux embauches dans les entreprises, l'argent pris sur les soi-disant riche ne va pas être dépensé pour acheter de l'immobilier, des voitures ... Il est vrai que cet argent pris est destiné à calmer temporairement la futur fureur des financiers. Mais quand ceux-ci vont s'apercevoir de la supercherie, ne pas avoir pris les bonnes mesures va entraîner la France dans une crise démocratique à la hauteur d'un mai 1968. Vilipender les chefs d'entreprises comme ces socialistes l'ont fait alors que beaucoup d'entre eux ne se payent plus (les chiffres d'affaires et les marges s'effondrent dans le bâtiment, les services...), vilipender les riches alors que ce sont des clients des entreprises, mettre en place des mesures Ecolos comme la taxe carbone (le transport va augmenter de 15 % en 2013), augmenter le malus sur l'automobile (+ 1000 ?Ì 00 sur une petite auto comme la 308!), augmenter de 4 puis rajouter 2 euros pour la redevance télé (Oh les français sont riches, ils peuvent payer 22 euros de plus !), toutes ces oucases, les français les voient, les comprennent et les vivent. Et ce n'est pas l'avis des journalistes qui va modifier cette perception des français. Au contraire, leur professionnalisme n'est pas de colporter les informations de leur amis politiques mais de relater les faits ! Et ce n'est pas eux qui mettent le feu, parfois il y a un pompier incendiaire ! Et éteindre un feu sans eau, sans des gens qui acceptent de se sacrifier car on les a déjà mis au pilori, oui il y a de quoi être inquiet, monsieur WOLTON, pas pour des mots, mais pour les maux dont les solutions sont à côté de la plaque.