Démystifier l’Industrie 4.0 et l’Internet Industriel des Objets

 |   |  759  mots
(Crédits : DR)
Parce qu'il permet de transformer les processus entre les entreprises et au sein même des organisations, l'IoT suscite beaucoup d'intérêt. Et même s'il existe plusieurs définitions de l'IoT, toutes s'accordent sur un objectif essentiel : rendre les objets plus intelligents, de sorte qu'ils puissent communiquer entre eux. Par Sudip Singh, Senior Vice-President & Global Head - Engineering Services chez Infosys.

Equipés de capteurs, les objets connectés peuvent collecter et exploiter les données essentielles et nécessaires pour obtenir des informations clés à propos des utilisateurs finaux etsur l'ensemble de la chaîne de valeur. La définition même du produit a grandement évolué, puisqu'il permet désormais de mieux comprendre les comportements utilisateurs et de gagner en efficacité. Son impact est tel que l'IoT a rapidement attiré l'attention des décideurs industriels.

Compte-tenu des énormes avantages liés à l'IoT, les industries ont inventé une variante bien plus spécifique à leur univers appelée : l'Internet Industriel des Objets(IIoT). Ce terme comprend à la fois les usines dites intelligentes, l'automatisation, les robots industriels et bien plus encore. Ce nouveau terme permet notamment de différencier les périmètres d'intervention de chacune des technologies : l'IIoT pour l'industrie et l'IoT pour la sphère grand public. Ce nouveau paradigme est également appelé la quatrième révolution industrielle, mieux connue sous l'appellation « Industrie 4.0 », un terme propulsé sur le devant de la scène par l'Allemagne, l'une des premières puissances industrielles.

Mais en quoi consiste l'IIoT et quel rôle joue-t-il dans l'Industrie 4.0 ? Car si beaucoup pensent que les termes « Industrie 4.0 » et « IIoT » signifient la même chose, il y a assurément des nuances qui permettent de les distinguer.

Révolutionner l'industrie

L'Industrie 4.0 a vu le jour sous forme d'initiative stratégique high-tech lancée par le gouvernement allemand pour promouvoir l'informatisation de l'industrie. Annonçant le passage d'une production centralisée vers une production décentralisée, l'Industrie4.0 intègre l'IoT, mais également les données et les services.

Autrement dit, l'Industrie 4.0 exploite les systèmes cyber-physiques pour créer des réseaux où les périphériques connectés peuvent échanger entre eux.

Pour sa part, l'IIoT s'appuie sur les technologies propres à l'IoT, et ce à travers toutes les industries. En matière de production, l'IIoT favorise l'innovation. À titre d'exemple, Airbus a créé un système cyber-physique permettant aux équipes d'utiliser une tablette ou des lunettes intelligentes pour scanner un avion et déterminer certaines caractéristiques comme le type de boulons à installer. Les informations sont ensuite transmises à des outils robotisés en charge de l'exécution. Mais cet exemple n'est pas isolé, l'IIoT c'est aussi les usines intelligentes, l'agriculture de précision et la surveillance proactive des équipements.

 De même, l'innovation appliquée à l'IIoT crée de nouveaux domaines comme la télé-robotique où les machines semi-autonomes peuvent être contrôlées à distance par les humains à l'aide d'une interface virtuelle. L'IIoT permet aux industriels d'utiliser des télé-robots pour exécuter des tâches dans des environnements dangereux tels que l'inspection des pipelines sous-marins, la maintenance des lignes électriques, le déclassement des usines chimiques etc. Avec de telles innovations, les prévisions estiment que d'ici à 2030, la part de l'IIoT dans le PIB mondial pourrait avoisiner les 12 trillions de dollars.

 Les premiers utilisateurs en récoltent déjà les bénéfices

L'Industrie 4.0 s'appuie sur le potentiel des technologies de l'IIoT dans le secteur manufacturier. En fournissant l'automatisation et l'échange de données, l'Industrie4.0 aide les fabricants à décentraliser la prise de décision, à s'assurer de la transparence des informations, à promouvoir l'assistance technique entre les machines et les hommes, et à créer un environnement interopérable. Une étude menée en 2016 par Forbes a montré que 86% des entreprises qui adoptent l'Industrie 4.0 s'attendent à de plus grands profits grâce à des coûts plus bas et à une augmentation des revenus.

Bientôt, l'Industrie 4.0 pourra atteindre ce que McKinsey appelle « la Supply Chain 4.0 ». Dans un récent rapport, le cabinet explique comment la Supply Chain 4.0 peut être appliquée dans le domaine des biens de consommation. Elle pourrait par exemple permettre de grandes choses comme des usines automatisées où des machines peuvent fournir des informations sur la capacité de production, ou encore donner accès à des portails mobiles pour que les clients puissent changer le lieu de livraison d'une commande, ou encore développer les services d'expédition prédictifs, ainsi que les livraisons par drones.

Ainsi, IIoT et l'industrie 4.0 deviennent des piliers de la transformation digitale des industriels. Ceux qui ont déjà fait le grand plongeon en adoptant l'IIoT et l'Industrie 4.0 en retirent déjà les bénéfices en matière de productivité, de réduction des couts, de satisfaction client et de digitalisation des équipes. Les possibilités restent infinies, avec la seule certitude que la fabrication de demain sera certainement différente et plus intelligente que celle d'hier.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/10/2017 à 10:54 :
Bénéfices pour la société marchande mais pas pour les consommateurs à qui pourtant on impose cette "innovation".

La dictature de l'offre.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :