Faut-il encore repousser l'âge de la retraite ?

 |   |  131  mots
[Replay 28'] La Tribune publie chaque jour des extraits issus de l'émission "28 minutes", diffusée sur Arte. Aujourd'hui, faut-il encore repousser l'âge de la retraite ?

Trente-cinq ans après la réforme fixant la retraite à 60 ans, l'âge des retraites est encore un des sujets qui divise le discours politique. La candidate du Front national et le champion du Front de Gauche veulent réinstaurer l'âge de départ à la retraite à 60 ans. Emmanuel Macron envisage une réforme globale du système de pension actuel par un système de retraite à points, en vigueur en Suède. Notre nomenclature actuelle des retraites est à bout de souffle : alambiquée, peu lisible, inadaptée, inégalitaire... Sommes-nous condamnés à partir en retraite de plus en plus vieux ?

Pour débattre, Agnès Verdier-Molinié, Directrice de la Fondation iFRAP, Christophe Ramaux, économiste, chercheur au Centre d'Économie de la Sorbonne et Mathieu Plane, économiste et directeur adjoint à l'OFCE.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/03/2017 à 16:06 :
Je lis ce matin dans les Échos que la fusion des régimes complémentaires Agirc et Arrco est actée pour le 1er janvier 2019
D'avoir mal géré ces régimes du privé paritairement aujourd'hui en quasi faillite leur fusion devenait inévitable
Si les pensions avaient été versées sans décote à seulement 65 ans nous n'en serions pas au sauf qui peut actuel
a écrit le 16/03/2017 à 20:50 :
Les complémentaires Arrco et AGIRC n'ont jamais été financees pour une retraite à 60 mais à 65ans d'autant qu'il y a 35 ans la pyramide des âges était parfaitement connue d'avoir aujourd'hui 2,2 salariés pour un retraité en régime de répartition
Donc il fallait maintenir et pour tous les régimes la retraite à 65ans
a écrit le 16/03/2017 à 16:23 :
Si les retraites des militaires, police, étaient publier beaucoup seraient ABASOURDIS.
a écrit le 16/03/2017 à 16:06 :
Perso, je mettrais bien Agnès Verdier-Molinié chez Loué à découper des ailes de poulet toute la journée jusqu'à 70 ans pour voir si elle tient le coup.Sinon, un truc simple:
ouvrier/employé= 60 ( population ayant 7 ans en moyenne de moins à vivre) et cadre =70 et interdiction de rachat de trimestre.
a écrit le 16/03/2017 à 14:04 :
43 ans de cotisation et on a déjà tout dit, car après 60, 65, 67 sont des chiffres qui ne correspondent à rien. En ayant une carrière ininterrompue à partir de 20 ans, ce serait un depart à 63 ans, mais qui de nos jours commence à 20 ans et a une carrière ininterrompue ??
a écrit le 16/03/2017 à 11:16 :
Le danger qui nous menace le plus probablement, ce n'est pas de prendre sa retraite à 67 ans, c'est de tomber au chômage à 55 ans ou d'être déclaré invalide et de finir sa vie dans la misère après une carrière professionnelle en dents de scie.
Réponse de le 16/03/2017 à 12:16 :
Bien vu
a écrit le 16/03/2017 à 10:15 :
IL FAUT TAXER LA RETRAITE DE TOUTE CETTE CASTE QUI ONT BENEFICIE DU DEPART A LA RETRAITE A 50 ANS C'EST-A-DIRE LES 35 RETRAITES SPECIFIQUES FONCTIONNAIRES ENSEINANTS SNCF EDF SENATEURS DEPUTES ETC SACHANT QUE LES RETRAITES SONT PAR REPARTITIONS LE PRIVE N'A PAS A FINANCER POUR CETTE CASTE DE NABABS QUI RUINE NOTRE PAYS !!!!!!!!!!!!
a écrit le 16/03/2017 à 9:54 :
Remettons à plat toutes les "niches" fiscales ET sociales. Revoyons la participation patronale modifiée par Juppé en 1995 et il n'y aura plus aucun problème de retraite. Mettons nos jeunes au travail ils n'attendent que cela. Arrêtons de leur dire qu'ils cotiser ont et n'auront pas de retraite.
a écrit le 16/03/2017 à 9:15 :
Suite. Je dirais même plus; qui est capable de le comprendre? C'est une question qui est pour moi sans réponse. Pourquoi voulons nous avoir un prix de l'énergie bon marché, alors que les pays comme l'Allemagne ou la Suède ont un prix de l'énergie (comparé au cout du travail) plus élevé que nous? Marcel Boiteux a écrit "que ferions nous, géniaux Français, si nous étions encore plus intelligents"?
Réponse de le 16/03/2017 à 15:13 :
Tout simplement parce que le prix de l'energie en France est l'un de nos seuls atouts pour attirer les entreprises sur notre territoire. Vous enlevez ça, pourquoi une entreprise viendrait elle s'installer en France plutôt qu'en Allemagne ? De rien.
Réponse de le 16/03/2017 à 19:32 :
@Gragol. Les entreprises disparaissent progressivement parce que le cout du travail est trop élevé en France. Lisez le livre "le décrochage industriel". Il faut atteindre progressivement un point d'équilibre. Merci.
a écrit le 16/03/2017 à 9:04 :
La solution consiste à mettre une taxe sur l'énergie pour participer au financement des charges sociales. C'est écrit dans la note n°6 du conseil d'analyse économique, avec une allocation universelle pour respecter l'équité. Mais qui le comprendra?
Réponse de le 16/03/2017 à 17:22 :
Incorrigible Gépé : Niet et toujours Niet, pas d'impôts et de taxes pour financer ce qui relève de la répartition et donc de la solidarité. L'impôt est réservé au régalien !
Les retraites c'est actuellement 14,4% du PIB en cumulant tous les systèmes, soit un niveau déjà beaucoup plus élevé que le reste de la zone euro (et de l'Allemagne en particulier).
Ce qu'oublie de dire Agnès Verdier-Molinié, c'est que ce taux va baisser et converger dans les années à venir avec les réformes passées. Mais le suppôt des assureurs se garde bien de jouer la transparence totale.
Réponse de le 17/03/2017 à 10:45 :
@Léo. Comme j'aimerais pouvoir discuter plus longuement avec vous. Il ne s'agit pas d'impots supplémentaires, mais d'une répartition différente des prélèvements existants. Cela met en marche deux raisonnements en même temps; c'est ce qu'on appelle le "double raisonnement". De plus, nous commettons une erreur en considérant la notion de répartition aux rémunérations, alors qu'elle doit s'appliquer à la répartition des richesses produites, c'est à dire à l'ensemble des termes du PIB. Merci pour votre remarque.
Réponse de le 17/03/2017 à 13:46 :
Quant au problème des retraites, il doit disparaitre en 2035 sous l'effet de la démographie, à condition de l'avoir réglé avant cette date; il sera remplacé par le problème du vieillissement.
a écrit le 16/03/2017 à 9:02 :
Les gars qu'ont pas fait grand chose dans leur vie et qui donc se sentent encore en forme forcément comme elkabach par exemple vont dire oui, mais les gens qui ont réellement travaillé eux vont dire non forcément, le vrai travail ça use.

Tant que ce seront les rentiers qui n'ont jamais rien foutu de leur vie, ou si peu, qui décideront à la place des acteurs réels de l'économie c'est l'injustice sociale qui demeurera, dans ce domaine et dans bien d'autres.
Réponse de le 17/03/2017 à 8:06 :
la retraite à 60 ans pour tous : ce qui serait égalitaire, c'est d'attribuer une retraite pour une durée maximale de 25 ans et ensuite verser un revenu de substitution au delà. Le travaillent dans les institutions devraient être en CDD de 5 ans renouvelable 1 fois et rémunéré le smic. De cette façon, nombreux sont ceux qui pourraient avoir accès à une 1ere expérience professionnelle et s'offrir le permis et la voiture si nécessaire. Cela obligerait également les plus diplômés à se lancer dans l'auto entreprenariat au lieu de vivre aux crochets des citoyens en étant fonctionnaire dans les administrations. On rémunère moins un(e) infirmier(e) qui se décarcasse qu'un bureaucrate qui jette l'argent du contribuable par les fenêtres. Je travaille dans une institution et croyais moi quand l'argent tombe du ciel ils le gaspillent de façon honteuse. Entre achat de portable dernier cri, frais de bouche au resto tous les jours, voiture de fonction avec chauffeur et parfois même apt de fonction tout ça pour faire rouler l'argent entre leur main sans faire aucun effort. Ce sont des fonctionnaires bardés de diplômes inefficients au possible.
Réponse de le 17/03/2017 à 8:28 :
la retraite à 60 ans pour tous : ce qui serait égalitaire, c'est d'attribuer une retraite pour une durée maximale de 25 ans et ensuite verser un revenu de substitution au delà. Le travaillent dans les institutions devraient être en CDD de 5 ans renouvelable 1 fois et rémunéré le smic. De cette façon, nombreux sont ceux qui pourraient avoir accès à une 1ere expérience professionnelle et s'offrir le permis et la voiture si nécessaire. Cela obligerait également les plus diplômés à se lancer dans l'auto entreprenariat au lieu de vivre aux crochets des citoyens en étant fonctionnaire dans les administrations. On rémunère moins un(e) infirmier(e) qui se décarcasse qu'un bureaucrate qui jette l'argent du contribuable par les fenêtres. Je travaille dans une institution et croyez moi quand l'argent tombe du ciel ils le gaspillent de façon honteuse. Entre achat de portable dernier cri, frais de bouche au resto tous les jours, voiture de fonction avec chauffeur et parfois même apt de fonction tout ça pour faire rouler l'argent entre leur main sans faire aucun effort. Ce sont des fonctionnaires bardés de diplômes inefficients au possible.
Réponse de le 20/03/2017 à 10:09 :
"Ce sont des fonctionnaires bardés de diplômes inefficients au possible"

Ce ne sont pas les diplômes qui sont efficients ce sont ceux qu'en font l'oligarchie.

Il est bien connu que les riches achètent les diplômes de leurs enfants bien souvent incapables ou trop feignants pour y arriver d'eux-mêmes du coup ils dévalorisent puissamment ces diplômes que d'autres ont passé d'arrache pieds et qui ont un énorme niveau mais ceux qui bossent n'étant pas issu de l'oligarchie servent bien souvent à compenser les manques cruels et les incompétences notoires des fils de placés là et ne servant à rien, au mieux car bien souvent se prenant pour des aigles ils ne peuvent s'empêcher de dégrader l'institution publique ou privé dans laquelle on les a placé.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :