La chute mortifère de Nicolas Sarkozy cache celle annoncée d'Alain Juppé

 |   |  618  mots
(Crédits : DR)
La chute probable d'Alain Juppé va modifier en profondeur les contours des élections présidentielle et législatives. Par Jean-Christophe Gallien, Professeur associé à l'Université de Paris 1 La Sorbonne, Président de j c g a

En ce dimanche de primaire, comme à chaque élection, le sang politique a coulé. Mais cette fois nous avons assisté en direct, un peu incrédules, à une mort politique et à une chute presque létale, largement inattendues.

La sortie médiatique de Nicolas Sarkozy fut simple et digne mais la violence terrible de cet échec enterre, à coup sur, sa vie politique. Il n'aura pas su vaincre la volonté revendiquée, presque militante, de nombreux citoyens français, venus de tous les bords politiques, des gauches, du centre mais aussi des droites, de profiter de cette élection inédite pour en finir définitivement avec lui. Le battu de 2012 n'aura pas su, non plus, construire la crédibilité du positionnement de celui qui fait gagner sa famille, celui qu'on aime pas ou plus mais qu'on rejoint dans la seule logique du vote utile, celui de la victoire finale.

Bientôt, la sortie d'Alain Juppé

Pire encore pour Nicolas Sarkozy, les réels succès tactiques d'une stratégies narrative pourtant globalement brouillonne ont profité à celui qui gagne, et de loin, le premier tour : l'outsider affranchi François Fillon. Ciblant uniquement son prétendu principal rival statutaire et populaire, Alain Juppé, la stratégie de déplacement très à droite du curseur du débat idéologique et programmatique avant de dramatiser l'enjeu de la primaire pour ou contre une alternance radicale a bien fonctionné, faisant chuter le Maire de Bordeaux de son piedestal de favori. Mais c'est une dynamique filloniste et non sarkozyste, que même l'ancien Premier ministre, marathonien maudit du quinquennat de François Hollande, et ses équipes ne croyaient plus disponible, qui en profita.

La sortie définitive, spectaculaire parce qu'inattendue à ce stade et forcément humiliante de Nicolas Sarkozy, en cache une autre, très violente car elle aussi intensément dramatique. Celle d'Alain Juppé, qui comme François Fillon sait qu'il joue, à cette occasion, sa première et dernière cartouche présidentielle. Plus tragique, il y avait, dans cette campagne, comme une sorte de revanche sur le sort qui l'avait privé d'une tentative programmée, beaucoup plus tôt, celle de l'après Chirac. Un parti politique perdu en 2004 et un rendez-vous présidentiel manqué en 2007 et c'est un autre, un ami mais un rival aussi qui avait vécu ce qui lui était promis. Nicolas Sarkozy avait pris l'UMP et était devenu Président de la République. Depuis hier, Alain Juppé sait qu'il va avoir beaucoup de mal à remonter un écart presque définitif. Il entrevoit, comme son ami et rival d'hier et d'aujourd'hui, la fin cruelle car sans retour, d'un long destin politique national.

Un changement des contours de la présidentielle et des législatives

Dans cette double chute mortifère, si la possible victoire non programmée de François Fillon se confirme, c'est surtout la déflagration de l'élimination de Nicolas Sarkozy qui va modifier en profondeur, non seulement l'avenir politique des Républicains, mais, soyons en certains, beaucoup plus largement, les contours prochains de l'élection présidentielle et des législatives de 2017. Du côté de l'Élysée, François Hollande vient de perdre son meilleur ennemi, il saura dimanche prochain s'il a vraiment échappé à son adversaire le plus dangereux, Alain Juppé. François Fillon lui proposera une rivalité inattendue, tranquille et très dynamique, légitimée et dans le tempo électoral, mais plus classique aussi et très franchement affirmée sur sa proposition politique de droite conservatrice et libérale à la fois.

 Jean Christophe Gallien, Professeur associé à l'Université de Paris 1 la Sorbonne, Président de j c g a, CEO de Zenon7, Membre de la SEAP, Society of European Affairs Professionals

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/11/2016 à 9:07 :
attendez il a receuilli 2millions six cent mille voix ! il y a plus de 45 millions d'electeurs en france je ne vois pas ou est sa "grande " victoire a peine 2,5 pour cent remettons les pendules a l'heure braves gens ! lol !
Réponse de le 01/12/2016 à 12:18 :
Je suppose que vous parlez de Fillon, dans un article à propos de Sarkozy. C'est certain qu'avec des électeurs raisonnent comme vous, la France est mal barrée : 1/ C'était une primaire (on n'en pense ce que l'on veut et dans cette primaire, il récolte une écrasante majorité. Preuve en est : il est (et peut-être sera - en France on est certain de rien !) le candidat de LR et du Centre. 2/ C'est bien connu aussi le niveau de math de ce pays est - comme on le voit dans les rapports récents - dramatique : 2,6 millions sur 45 millions c'est 5,7%. Si l'on considère les votants de 2012, 2,6 millions c'est 7,1%. Mais si l'on considère le collège électoral (rien à voir avec le truc où vous ne suiviez pas entre vos 11 et 15 ans) de la primaire, c'est plus de 66%.
Je ne suis pour personne, car ni français ni européen. Par contre votre pays commence à être un boulet pour les pays ou l'on bosse, alors essayez de faire un effort ...
a écrit le 26/11/2016 à 9:50 :
Juste une qualification pour aller en finale, se confronter a Marine LE PEN;;;
a écrit le 24/11/2016 à 9:21 :
J'ai parcouru les commentaires qui pour l'essentiel, comme souvent, sous couvert d'analyse, se contentent d'afficher les préférences personnelles comme pour un prix littéraire.
En revanche, pas un mot sur Marine Le Pen qui, forte d'un vote populaire majoritaire (je ne dis pas populiste!) va sereinement tirer les marrons du feu. Et le sort de la vieille classe politique sera définitivement joué.
Réponse de le 25/11/2016 à 8:59 :
Et votre commentaire ne fait pas état d'une préférence personnelle ?
Réponse de le 25/11/2016 à 10:56 :
Un constat, pas une préférence.
a écrit le 23/11/2016 à 14:07 :
Il était une fois les primaires de la Droite avec trois candidats à départager (ceux qui avaient une chance d'être au second tour).
Le PS voyant cela d'un mauvais œil, dit à leurs adhérents verbalement d'aller voter massivement pour FILLON , ce qui de facto allait mettre JUPPE ( premier dans les sondage !) deuxième et bien sûr éliminer SARKOZY ...
Fin de la petite saga et HOLLANDE savoure et va donc se présenter le 10 décembre!
Réponse de le 24/11/2016 à 20:55 :
Une faiblesse évidente dans le raisonnement, les socialistes ne rêvent que de faire chuter Hollande et Valls qu'ils exècrent et ne considèrent plus depuis longtemps comme de gauche, même ceux d'un rose très pâle. Anne Hidalgo ne veut pas de Madame El Khomry dans le 18e, circonscription qui peut être sauvé mais pas par elle. Les électeurs de Jean-Luc Mélenchon ne feront rien pour cette gauche "sociale-traître" dont ils n'attendent rien, persuadés que la politique de François Fillon ne sera pas pire que celle qu'ils viennent de subir. La confusion des valeurs n'entraîne que honte et rancune, l'homme préférant par nature un adversaire qui semble franc et loyal à un traître sorti de ses rangs.
a écrit le 23/11/2016 à 0:15 :
celui qu'on aime pas
Celui qu'on n'aime pas
a écrit le 22/11/2016 à 20:22 :
Après avoir fait un article "Nicolas Sarkozy peut-il vraiment perdre la primaire" vous en faites un pour dire que Juppé va perdre. Donc si on vous suit Juppé va gagner c'est un code c'est ça ?
a écrit le 22/11/2016 à 20:00 :
Rien n'est gagné, rien n'est perdu dans cette élection très volatile, le principe était d'éjecter sarkozy et copé.
C'est fait, il est possible que l'électorat Fillon considère l'élection gagnée et zappe le prochain vote.
En tout cas dans l'ouest il fait le plein et ça continuera, je n'ai pas trouvé le moindre président breton ou ligérien depuis 1870 sauf erreur et ça nous manque.
Du pays basque d'ou vient son père non plus.
Si on pouvait aligner le taux de chômage de nos régions au reste de la France, ça serait trop trop cool!
a écrit le 22/11/2016 à 18:32 :
Je suis tombé sur cet article après avoir lu celui-ci http://www.latribune.fr/opinions/tribunes/nicolas-sarkozy-peut-il-vraiment-perdre-la-primaire-617830.html

Etant donné le panache avec lequel M. Gallien semble aimer se planter, je pense que l'on peut parier sans risque sur une victoire de Juppé!
a écrit le 22/11/2016 à 18:08 :
FILLON à le droit de dire ce qu'il pense sans revenir sur l'avortement, ce que trouve assez étonnant de JUPPÉ et cie ne trouvent pas d'arguments tangibles, les médias se retournent vers MACRON faute de mieux à gauche ... c'est risible ! SARKOSY est "out" ... donc la course écartée avec Marine, ce qui est bonne chose, le pire est PROBABLEMENT évité ! Un duel entre Nicolas et Marine semblait être plus que dangereux !
a écrit le 22/11/2016 à 16:20 :
Sous la jupe, la déculottée. Voila ce qui est destiné aux amis des Frères Musulmans comme le comprend Juppé la jupette condamné par la justice française et maintenant condamné par le peuple.
Comme le disait Colluche, "si les élections existent c'est parce qu'elles ne servent à rien".
Préférons le tirage au sort comme le préconise Estienne Chouard.
./.
Réponse de le 22/11/2016 à 19:20 :
CHOUARD c' est bien, ASSELINEAU c' est encore mieux et surtout plus efficace !
a écrit le 22/11/2016 à 14:15 :
Franchement je me pose la question, Fillon va t il vraiment l'emporter ?, ne pas oublier qu'une grande partie des électeurs qui a voté pour Fillon l'on fait par effet repoussoir anti-sarkozy, Fillon est passé pour un modéré qui ne l'est pas . Les débats de cette semaine vont le prouver on ne peut pas copiner avec la manif pour tous et prendre les voix des centristes et des électeurs "PS ninja" qui ont voté au premier tour .
a écrit le 22/11/2016 à 13:47 :
Au-delà du fond de l'analyse - dont on peut douter de la pertinence - vérifiez au moins la forme ! C'est très mal écrit et rempli de fautes d'orthographe ! La Tribune mériterait à mieux choisir ses interlocuteurs et à faire un réel travail d'édition.
a écrit le 22/11/2016 à 11:37 :
Sur cette belle carte Bleue de droite libérale conservatrice de Dimanche, il y avait une tâche de centre-gauche autour de Bordeaux qui faisait tâche
a écrit le 22/11/2016 à 7:56 :
Nicolas.Sarkozy . et Alain . Juppé n'ont que ce qu'ils méritent ! Avec tous leurs antécédents judiciaires , ils ne devraient même pas avoir le droit d'être encore en politique et encore moins de se présenter aux Présidentielles ! Quelle image de la France ! Nous en avons honte !
a écrit le 22/11/2016 à 7:47 :
Style ampoulé à souhait. La sobriété dans l'écriture est plus efficace et moins ridicule. Attention aux négations
a écrit le 21/11/2016 à 19:42 :
Jean Christophe Gallien, c'est pas le mec qui nous expliquait il y quelques dizaines d'heure que Sarkozy serait devant ? Celà permet d'avoir un avis sur la pertinence de ses analyses
a écrit le 21/11/2016 à 18:48 :
Bien au contraire : François HOLLANDE est gagnant ; il n'a pas fait que perdre "son meilleur ennemi", il a gagné aussi la meilleure chance de refaire l'unité de la gauche en gauchisant son discours, davantage qu'un MACRON ou un VALLS ne pourrait le faire. C'est tout bénéfice pour lui car il retrouve une occasion tangible de figurer au second tour.
Réponse de le 22/11/2016 à 11:55 :
Fillon c'est la deuxième "chance" pour Hollande.
Le vrai handicap pour Hollande, ce sont les primaires à gauche. Il me tarde de savoir comment celles-ci vont pouvoir être évitées.
La solution se trouve dans: "Qui à part Hollande pour représenter la Gauche"?... De Mélenchon à Montebourg, pas grand monde.
a écrit le 21/11/2016 à 18:45 :
Il a détruit Séguin, il a détruit Sarko : il ne lui reste plus qu'à s'auto-détruire.
Vivement 2017 qu'on rigole !
a écrit le 21/11/2016 à 18:27 :
La question qui se pose, qui sera le premier ministre de François Fillion, Nicolas Sarkozy???
Allons nous vivre un bis-répétita comme en russie, Allons nous devenir une sorte de dictature à deux têtes?
Il est légitime de se poser la question, au vu des primaires et si c'est NS qui a laissé filer ses élections pour mieux revenir dans le jeu politique;
Réponse de le 22/11/2016 à 12:01 :
@Rv8094
La question ne se pose pas, parce que ce ne sera pas Fillon le futur Président...En vertu du théorème désormais bien connu des sondages qui le "prédisent Président" devraient se tromper une nouvelle fois.Et comme ce ne sera (en principe) pas Juppé non plus, le choix "reste restreint".
a écrit le 21/11/2016 à 17:47 :
C'est vraiment trop, après avoir prédit vendredi que Nicolas gagnerait voila que ce spécialiste prédit qu'Alain va perdre...
Aucune excuse du style "je me suis lamentablement planté", il continue comme si de rien n'était, prenant vraiment les lecteurs de la Tribune pour des c...
a écrit le 21/11/2016 à 15:52 :
Alain Juppé représente le passé chargé de toutes ses erreurs.Dimanche , il aura son baroud d'honneur puis le clap de fin!
Atlantiste impénitent(tandis que le destin de l'Europe suppose une harmonie de l'ensemble du continent , Russie incluse), implication désastreuse (en compagnie de Sarkozy) en Libye et en Syrie.
Les mondes supérieurs et les Initiés humains qui les servent ont décidé de le mettre à la retraite, dans sa bonne ville de Bordeaux , là où son activité a été la plus faste!
a écrit le 21/11/2016 à 15:47 :
La suite sera la disqualification de la droite LR à la prochaine présidentielle qui avec un candidat comme François Fillon, aura du mal à se placer au deuxième tour.
Les raisons viennent de son programme qui sur le plan économique ne promet que des mesures – et ici il n’y a pas de jugement de valeur – qui vont heurter la majorité du corps électoral et sur le plan sociétal, avec un ancrage catholique voire réactionnaire – style la manif pour tous – qui arrive à faire passer Marine Le Pen pour une progressiste – fédère une majorité contre lui à nouveau.
Son manque de charisme lui fera défaut contre les tenants de « C’était mieux avant » , « C’est la faute à l’Europe » et « C’est en marche » les Jean-Luc Melenchon, Marine LePen et autre Emmanuel Macron.
Finalement le score étriqué de son positionnement sur l’échiquier de la droite le desservira : sur les 4 millions exprimés hier le noyau d’environ 2millions de voix de François Fillon n’arrivera pas à fédérer les 8 millions de voix supplémentaires qu’il lui faudra pour arriver au 2ieme tour.
François Fillon a réussi une remontée spectaculaire, il sera présenté par les sondeurs jusqu’au mois de Mai comme présent au 2ieme tour mais sera balayé.
Réponse de le 21/11/2016 à 18:09 :
Wow! Et bien... finalement, c'est même plus la peine d'aller voter. Tout est déjà écrit!
Réponse de le 21/11/2016 à 18:13 :
Wow! Et bien... finalement, c'est même plus la peine d'aller voter. Tout est déjà écrit!
Réponse de le 21/11/2016 à 20:53 :
Il serra balayé par qui !!!!!!!!!!!
Réponse de le 23/11/2016 à 5:20 :
quoi ???? qui !!!!! quand ??? hein quoi ??
a écrit le 21/11/2016 à 14:44 :
Si F Fillon sort vainqueur de la primaire, avec une avance confortable, comme on peut le penser, il aura de grandes chances d'être élu à la présidence de la république. Son programme , à la Thatcher, risque d'être une purge, que beaucoup de français vont trouver amère. Il risque d'y avoir des lendemains difficiles pour nous tous (ou tout au moins pour certains d'entre nous), mais également pour le nouveau président et sa nouvelle équipe. Je pense que chacun a conscience que des réformes de fond sont nécessaires, mais elles ne peuvent être acceptées que si chacun a le sentiment qu'elles sont équitables, en termes d'efforts consentis, et là ce n'est pas gagné.
Réponse de le 22/11/2016 à 5:06 :
au moins ça serait plus facile pour les syndicats de mobiliser, que contre hollande/valls et leur loi travail délétère
a écrit le 21/11/2016 à 14:42 :
Le puppet show tournicoti tounicoton entre Sarko-Zebulon et Hollande-Pollux va définitivement s'éteindre. Merci Il aura eu le mérite de mettre fin à l'époque socialo-bourgeoise Mitterand-Chirac qui a vu le nombre de fonctionnaires français passer de 2,5 millions à 5,5 millions, la dépense publique passer de 45% à 57% du PIB, la mise au chômage 10% de la population active, le développement de la catégorie des intermittents du travail, une croissance anémique de 0.5% par an du PIB par habitant. Juppé n'a rien fait en 1996 au milieu de ces 35 ans d'histoire, par manque de sens politique. Place aux jeunes. Mettre fin à la nationalisation rampante, écouter et rendre sa liberté au peuple ce n'est pas être libéral, c'est incontounable.
a écrit le 21/11/2016 à 13:29 :
La mise au placard du repris de justice Juppé serait une excellente nouvelle. Toutefois, le triste sire a démontré qu'il avait la capacité de récupérer les voix socialistes (Bayrou et le Modem). La partie n'est donc pas jouée d'avance :-)
a écrit le 21/11/2016 à 13:21 :
Jean-Christophe Gallien pronostiquait la victoire à coup sûr de Sarkozy dans un article publié vendredi dernier. Il aurait pu faire un léger mea culpa au lieu de recommencer aussitôt à enchainer poncifs et concepts creux. Professeur associé à ParisI, je ne suis pas certains que des cours fondés sur autant de vent enthousiasment grand monde.
a écrit le 21/11/2016 à 12:59 :
Je ne suis pas français, mais de notre contrée, on suit de près les élections les plus importantes de ces temps-ci, notamment dans ce contexte de crises graves et de guerres. Mr Fillon malgré son ‘’handicap’’ de citoyen normal semble faire l’unanimité autour de lui, et ce, malgré les faiseurs de leaders dans le sanctuaire parisien. Mr Sarkozy ou Mr Juppé ont fait l’objet d’approches judiciaires, ce qui les rend vulnérables face aux diverses attaques, mais aussi ce qu’ils représentent pour les français qui se sentent trahis aussi bien par les partis et que par les élus qui, sous les ordres de l’Union Européenne, ont abandonné leurs concitoyens. Mr Fillon par son approche simple et moins colorée vis-à-vis des autres français des territoires, répond à un appel de citoyens qui sont prêts à franchir le pas et voter pour le Front National, ce qui fragilisera l’état de droit et rendra plus difficile la cohésion sociale. Mais pour ce qui est des élections présidentielles, la gauche utilisera les mêmes arguments de propagande que ceux du parti démocrate aux USA. Déjà les bobos et les mouvements anti-tout commencent à concentrer leur artillerie sur lui, car ils savent qu’ils ont beaucoup à perdre avec lui.
a écrit le 21/11/2016 à 12:54 :
Faut vraiment être de gauche pour soutenir Juppé...
Le score de juppé n'est dû qu'à des soutiens venant du PS.
a écrit le 21/11/2016 à 12:35 :
Faites des phrases plus courtes ou apprenez à écrire...
a écrit le 21/11/2016 à 11:57 :
C'est vrai : les électeurs voulaient en finir avec Sarko-l'agité ; et ils ne l'ont pas loupé. Adieu l'ami ; il était temps. On ne te regrettera pas. Mais il me semble qu'il y a erreur sur les causes de la percée de Fillon et la baisse correlative de Juppé. Ce qui l'explique ce ne sont ni le tatchérisme anachronique et le conservatisme désuet de Fillon ni le centrisme reformateur, prétendument mou, de Juppé. C'est plutôt leurs positionnements respectifs vis-à-vis des thématiques sarkolepénistes de l'islam, de l'immigration, de l'identité... A savoir la perspective apaisée d'une identité heureuse chez Juppé et la simulation d'une fermeté froide et martiale chez Fillon. En somme un sarkolepénisme presentable, à visage humain. Le rêve, en somme, pour une France extrême-droitisée qui veut en découdre, mais n'assume pas le ressentiment qui sous-tend cette volonté. Hélas, elle ne gagnera rien à en découdre, sinon le plaisir mesquin de celui qui ayant mal se plait à faire mal ; et les électeurs ni de gauche, ni frontistes, ni centristes, ni même une large fraction de la droite n'accepteront d'avaler la potion tatchérienne envisagée par Fillon. Réformes impossibles en perspective. Encore 5 années de perdues en perspective !!!
Réponse de le 21/11/2016 à 22:23 :
La vérité, c'est que, à droite comme à gauche, tous les Atlantistes et Européistes ont perdu : F. Hollande, qui, vraisemblablement ne se représentera même pas, Sarkozy, Juppé : on a sous-estimé la clairvoyance des Français, qui, bombardés à jet continu de propagande Anglo-saxonne, sont pourtant restés sur leur quant-à-eux ; JLM, dont la parole manque de clarté sur ces sujets, ferait bien d'y réfléchir à 2 fois ;
a écrit le 21/11/2016 à 11:55 :
J'adore tous ces commentateurs qui ont réponse à tout et enfilent les réflexions de comptoir. C'est pas compliqué l'"analyse" politique, quand les profs associés de Paris 1 s'en mêlent !
a écrit le 21/11/2016 à 11:55 :
L'élimination de NS vaut bien 2 euro mais, je ne suis pas aussi enthousiaste d'en dépenser 2 de plus dimanche prochain!
Réponse de le 21/11/2016 à 16:02 :
Et bien moi je vais faire le contraire.

Il était évident pour moi que Sarko ne passerait pas le premier tour, je me suis donc abstenu.
Mais j'irai voter au second pour que ce ne soit pas l’inspirateur des ses politiques sociales et économiques désastreuses qui lui succède et fasse le lit de lepen.
Réponse de le 22/11/2016 à 11:35 :
Bof : certes les pomesses économiques de fillon sont encore pires (je ne suis pas 1 libéral) que juppé mais il est nettement meilleur en termes de politique étrangère. Aller voter pour celui qui était aux affaires étrangères lorsqu'on a détruit la lybie ne vous gêne pas ? Moi si.
a écrit le 21/11/2016 à 11:48 :
Juppé c'est le Jospin de 2002 : favori de la classe médiatique, absence de campagne, arrogance et rigidité, crash final
Réponse de le 21/11/2016 à 13:35 :
Bien vu
Réponse de le 21/11/2016 à 16:06 :
Jospin a un casier judiciaire vierge et que tous les premiers ministres qui lui ont succédé se seraient prostitués pour avoir son bilan économique.

Et puis Jospin a tiré les leçons de son échec, il s'est retiré sans faire de manières. Ce qu'auraient du faire les Fillon et consorts.
a écrit le 21/11/2016 à 11:41 :
Il n'est pas bon ce monsieur qui pronostiquait une victoire de Sarko il y a 3 jours!
A sa place, je me ferais tout petit
a écrit le 21/11/2016 à 11:32 :
la dynamique qui a porté M. Fillon dans ce premier tour s'explique sans doute en partie par la saine réaction qu'il a eue à l'encontre des journalistes lors du second tour, et traduit un ras le bol des Français vis à vis des journalistes, qui malgré leurs dénégations, ont un pouvoir très important. Ce sont souvent eux qui nous expliquent ce qu'il faut comprendre et ce qu'il faut penser... et en filigrane, pour qui il faut voter.
La réaction de M. Fillon a ainsi été récompensée par les Français.
J'espère que ce n'est que le début d'une prise de conscience plus générale, qui aboutira à une remise en cause de la façon de faire de certains journalistes, et à un retour vers une déontologie.
a écrit le 21/11/2016 à 11:30 :
Il y a 4 jours vous nous expliquiez que Sarko ne pouvait pas perdre la primaire.

Le ridicule ne tue pas mais vous êtes quand même un peu mort.
a écrit le 21/11/2016 à 11:26 :
Peut-être aussi que le passage d'Alain Juppé au 2ème tour étant assuré (par les sondages), les votants ont voulu s'assurer de l'éviction de Nicolas Sarkozy en reportant massivement leurs voix sur François Fillon ? Verdict dimanche prochain....
a écrit le 21/11/2016 à 11:25 :
dernier artcile de ce monsieur : pourquoi Sarkozy va gagner la primaire... un vrai visionnaire ;-)))
a écrit le 21/11/2016 à 11:24 :
tous les mêmes SUROUT TVA LE FRIC
a écrit le 21/11/2016 à 11:19 :
les annonces de Mr Gallien ne valent rien. Autant s'adresser a Mme Irma.
a écrit le 21/11/2016 à 11:19 :
"..elle aussi intensément dramatique"
Que peut on dire alors de celle de juppé, Car Sarkozy n'était pas le favori que je sache!
Au fait, agrémenter l'article de son visage en gros plan, c'est signe de quoi déjà?
a écrit le 21/11/2016 à 11:18 :
Ils me font bien rire les français... Ils veulent un changement politique mais ils votent toujours pour un ex premier ou ministre d'une personne qu'ils rejettent... Que ce soit à droite ou à gauche si on prend l'exemple du football c'est pas parce qu'on a fait rentrer les remplaçants qu'on a changé d'équipe... On ne peut pas parler de changement si on joue toujours avec la même équipe... Pourquoi ne pas choisir vraiment quelqu'un de neuf qui n'a rien avoir avec la politique du passé, avec leurs magouilles, leurs erreurs et leurs manières... Si on veut un changement.. Alors changeons...
Réponse de le 21/11/2016 à 12:08 :
bonjour Hollande na jamais eu de portefeuille et cela a ete un desastre
a écrit le 21/11/2016 à 11:02 :
L'auteur devrait se méfier des affirmations prématurées; la semaine dernière il affiemait que Sarkosy ne pouvait pas perdre....
a écrit le 21/11/2016 à 10:53 :
On peut lire les résultats différemment.
Des électeurs se sont mobilisés pour faire barrage à Sarko paraît il. Dans ces conditions, le meilleur moyen était de le priver de 2ème place. Hors, pour cela, il faut voter le troisième, c'est à dire Fillon.

Maintenant que Sarkozy est hors jeu, plus de raison de faire barrage, il est donc possible que ceux qui ont voté Fillon au premier tour s'abstienne au deuxième et restent chez eux.

Ca n'empêche que ce sera très difficile pour Juppé...
Réponse de le 21/11/2016 à 11:42 :
Oui, je suis d'accord avec Vous. la messe n'est pas dite et M.Fillon a profité du vote anti Sarkosy, lequel a desservi M.Juppe mais également les prétendants plus jeunes compte tenu du vote utile. Il est probable que la mobilisation lors du deuxième tour de l'électorat de gauche soit encore plus forte, et cette fois-ci, la question est Jupé ou Fillon (pour l'électorat de gauche, on peut s'attendre à un vote Jupé en masse)...Il est donc bien téméraire de prédire ce qui va se passer..(les sondeurs et commentateurs politiques vont une nouvelle fois - la 4ième après Brexit, Elections américaines, prédictions hasardeuses sur le premier tour- se planter en beauté, annihilant le peu de crédibilité qu'il leur reste..
Réponse de le 21/11/2016 à 13:20 :
Tout à fait d'accord avec vous Alou. Fillon a ouvert une brèche et beaucoup se sont engouffrés dedans. J'en fais parti. Fillon était le choix le plus cohérent. Il a fait une fin de campagne très réussie. Et si le programme économique me semble assez dur... sera-t-il appliqué dans son intégralité ? Rien ne le dit. En tout cas, sur l'éducation et la politique internationale notamment il a été le plus convaincant.

Pour moi qui ne suis pas LR j'ai choisi le mieux placé pour battre à la fois Juppé et Sarkozy. Je ne me déplacerai sans doute pas dimanche prochain...quoi que... je vais peut-être y aller parce que je pense que Juppé aurait dû soutenir Fillon dès hier soir et partir sur une demi-victoire plutôt que sur une défaite. Et ça aurait été un signe fort d'unité.

Ce que beaucoup d'observateurs ne semblent pas avoir compris c'est qu'un électeur de Hollande en 2012 et qui n'attendait pas grand chose de lui (parce que beaucoup ont voté au second tour contre Sarkozy) n'a aucune raison de se reporter sur Juppé.

A l'origine je pensais voter Bruno Le Maire... mais franchement, il a raté sa fin de campagne. Un vrai crash. Triste à voir. Mon père et ma soeur qui ont aussi voté Mélenchon puis Hollande en 2012 ont pensé et agi comme moi et ont voté Fillon !

Les sarkozystes et la presse se trompent je pense sur un point essentiel. C'est la bonne foi des électeurs qui ont fait tomber Sarkozy. Je n'ai pas fait de calcul. Je me suis dit qui est le meilleur pour représenter la Droite... même si je ne voterai peut-être pas Fillon au premier tour en Avril 2017.

Je viens de consulter les résultats de mon bureau de vote sur Brest en Bretagne, région opposée à Sarkozy. Fillon frôle les 50%, Sarkozy n'est qu'à 13%. CQFD.

Le calme et le sérieux et l'intégrité plutôt que l'agitation, le chef de clan et les affaires.

Dernier message, les sondages qui depuis 2 ans nous donnaient Juppé en tête étaient réalisés auprès des sympathisants de la droite... Ce ne sont pas les électeurs de Hollande qui a l'époque donnaient Juppé en tête! Pour mémoire, c'est Sarkozy qui avait rappelé Juppé en 2010 pour revenir au gouvernement en raison de sa popularité à droite et de sa stature d'homme d'Etat !!!! Soyons logiques. Juppé n'est pas le candidat de la gauche et il ne l'a jamais été. ni hier, ni demain !!!
Réponse de le 22/11/2016 à 20:19 :
Ben en stratégie à long terme, si juppé passe, il va bouffer des voix à la gauche pour la présidentielle, si fillon passe il va bouffer des voix au FN.
à chacun de voir pour son camp ce qui est le mieux.
a écrit le 21/11/2016 à 10:42 :
En effet juppé s'est concentré sur sarkozy et sarkozy sur juppé et c'est un tiers qui l'a remporté. Pourtant que ce soit sarkozy ou juppé ils le connaissent bien leur électorat quand même, eux auraient pu certainement voir arriver le coup.

Par contre je ne sais pas comment vous faites pour voir du dynamisme dans Fillon, c'est quand même le gars qui est passé pour le sous fifre béat de sarkozy durant 5 ans, à l'international il est déjà grillé. On à l'impression d'un énième candidat aux habits neufs mais incarnant toujours parfaitement son électorat réactionnaire et conservateur.

Il faut donc je vous prie que vous m'expliquiez comment un homme réactionnaire et conservateur pourrait incarner un quelconque dynamisme.

Encore une fois c'est un politicien à papa pour une politique à papa, servile envers les marchés financiers, obéissantes envers le dogme européen, soumis devrait être son deuxième nom.
Réponse de le 21/11/2016 à 12:08 :
Je suis d'accord ! Le pire est que je ne vois aucun moyen sérieux proposé pour moderniser la France. Ingénieur j'ai une connaissance de l'économie et des possibilités, visiblement des gens comme Fillon, Sarkozy, ou autres, n'ont jamais travaillé en entreprise. Pour moi, il faut avant tout supprimer les départements et toutes ces structures parasites (CCI, CES ...), renforcer les régions (les vraies, pas le bricolage actuel) par une décentralisation forte en leur donnant une grande part du budget de l'Etat et la compétence économie. Cela libèrera les initiatives et nous en finirons avec la débilité d'une économie dirigée par des énarques à Paris, un vrai carnage !
Au niveau national il faut une stratégie industrielle et technologique, et pour cela il faut des gens qui ont le vécu , l'expérience dans la société civile, avec une vraie réflexion stratégique pour la France. A noter qu'on peut aussi diminuer le nombre de députés, interdire tout cumul de mandats, supprimer le sénat. Fillon ou Juppé ne disent RIEN sur tous ces sujets pourtant incontournables si on veut faire avancer le pays.
Réponse de le 21/11/2016 à 13:01 :
Oui enfin bon vous avez vu le niveau de nos décideurs économiques ?

C'est pas en s'évadant fiscalement que l'on fait preuve de génie bien au contraire, un gars éclairé expérimenté au sein de l'économie privée ce serait bien c'est un fait mais trouvez les les gars éclairés dans le privé svp...

Aux états unis on y arriverait, en europe nous n'avons que des héritiers absolument pas motivés voulant seulement être rentiers.

Aucun intérêt.
Réponse de le 21/11/2016 à 13:37 :
à Labete, renforcer les régions par une décentralisation forte et supprimer le Sénat c'est un peu contradictoire non ?
Réponse de le 22/11/2016 à 20:34 :
Désolé, comme beaucoup de gens, vous n'avez aucune idée de qui est Fillon, son mode de pensée, les Sarthois sont difficiles à comprendre, sévères, bosseurs mais efficaces, comme son frère Pierre qui a réussi de faire de l'ACO une entreprise conséquente qui gagne de l'argent et a réussi à faire venir le bureau d'études Porsche, les poulets de Loué une coopérative exemplaire qui fait des bénéfices et beaucoup d'emplois à la clé.
Comme partout le taux de chômage de la ville de Sablé/Solesmes est élevé, mais une fausse notion, tout comme la ville d'Angers, il y a plus d'emplois qu'il n'y a d'habitants
Réponse de le 23/11/2016 à 10:28 :
"les Sarthois sont difficiles à comprendre"

Peuvent ils donc gouverner si ils sont tant différents que cela ? Un président doit il satisfaire 66 millions de français ou bien 500000 locaux ?

Un président Corse serait il rassembleur ?

Attention cher pemmore, vous taclez votre propre camp là...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :