Aéronautique, cybersécurité... pourquoi la Bretagne peine-t-elle à recruter ?

 |   |  790  mots
La filière de l'aéronautique recrute en Bretagne. Pourtant, elle peine à trouver localement les profils variés - diplômés mais pas seulement - qu'elle recherche. Pour faire passer à l'Ouest de nouveaux talents, 21 entreprises ont donc proposé, du 23 au 25 juin, 250 postes en fonctions production et conception, à pourvoir immédiatement lors du Salon du Bourget.
La filière de l'aéronautique recrute en Bretagne. Pourtant, elle peine à trouver localement les profils variés - diplômés mais pas seulement - qu'elle recherche. Pour faire passer à l'Ouest de nouveaux talents, 21 entreprises ont donc proposé, du 23 au 25 juin, 250 postes en fonctions production et conception, à pourvoir immédiatement lors du Salon du Bourget. (Crédits : DR)
Tourneurs-fraiseurs, opérateurs production, ingénieurs... depuis le CAP jusqu'au Bac+8, la filière de l'aéronautique recrute en Bretagne. Idem pour la cybersécurité qui recherche des responsables SSI et des architectes sécurité maîtrisant les langues étrangères. Mais ce n'est pas si simple. Les entreprises en pointe dans ces filières peinent à trouver les bons profils. La Bretagne s'emploie donc à gagner en visibilité et en attractivité, et le fait savoir.

Chefs de projets, agents de maintenance, tourneurs fraiseurs conception ou opérateurs de production : du CAP à Bac + 8, la filière de l'aéronautique recrute en Bretagne. Pourtant, elle peine à trouver localement les profils variés - diplômés mais pas seulement - qu'elle recherche. Faute de visibilité des PME et d'attractivité pour les entreprises industrielles. Pour faire passer à l'Ouest de nouveaux talents, 21 entreprises ont donc proposé, du 23 au 25 juin, 250 postes en fonctions production et conception, à pourvoir immédiatement lors du Salon du Bourget. Profitant de cette vitrine pour la filière aéronautique et spatiale, cette première opération de communication et de recrutement montée par BDI, l'agence régionale de développement économique et l'IEF Aéro, s'est tenue sur le pavillon Bretagne pendant les journées grand public.

Sessions de job dating avec des recruteurs, collecte de CV, rencontres avec les organismes de formation bretons comme le centre de R&D pour les technologies laser, Institut Maupertuis près de Rennes : au-delà des entreprises participantes, c'est l'ensemble des 120 PME et 10 grands groupes spécialisés dans l'aéronautique, le spatial et la défense en Bretagne qui ont été mis en lumière. Cette action est complétée par le « Metal Job » organisé par l'Union des industries et métiers de la métallurgie (UIMM) et Pôle emploi en relais auprès des demandeurs d'emploi. Quatre chargés de mission installés dans chacun des départements bretons transmettent les offres d'emploi et identifient des candidats.

Artisan d'art et pièces de dentelle

Le bilan en termes de taux de recrutement sur les postes à pourvoir n'est pas encore tiré, mais pour Isabelle Roudaut, déléguée générale de l'IEF Aéro, cluster qui fédère une soixantaine de PME du secteur, il est déjà globalement positif. « Cela contribue déjà à faire rayonner une image industrielle de la Bretagne qui ne va pas de soi assure-t-elle. Le territoire n'est pas naturellement identifié comme une terre de l'aéronautique. La filière représente 8 000 emplois directs en Bretagne, mais c'est comme un iceberg, avec une partie émergée que sont les grosses entreprises comme Thales, Dassault et DCNS. Et une partie immergée, les PME de l'électronique à l'usinage et à la plasturgie, qui assurent la sous-traitance mais peinent à recruter. »

Face aux fabricants d'avions pratiquant la haute couture, la Bretagne s'apparente volontiers à « l'artisan d'art qui fournit les pièces de dentelle. » Elle est d'ailleurs plutôt reconnue comme fournisseur de savoir-faire et de technologies de pointe. Actuaplast (plasturgie), Armor Meca (usinage complexe), ou encore Interface Concept (construction de calculateurs) sont quelques-unes des entreprises spécialisées dans la conception et la fabrication de sous-ensembles mécaniques et électroniques ou dans les composants à forte valeur ajoutée. Avec des pépites comme Syrlinks à Rennes, qui produit des équipements de radiocommunication et de positionnement pour la défense, la sécurité et le spatial, la Bretagne s'est aussi forgé une expertise dans le spatial et l'exploitation des données satellitaires.

Cyber : image attractive et volume d'opportunités en hausse

Tout un pan de ce secteur est d'ailleurs tiré par l'industrie de défense et de sécurité. Or paradoxalement, côté recrutement, la filière de la cybersécurité bretonne est elle aussi en tension. Contrairement à l'aéronautique, la Bretagne, où sont implantés des groupes comme DCNS, Thales, Orange ou Nokia, peut capitaliser sur sa bonne image. Une récente étude de l'Apec sur l'enjeu des compétences signale même que parmi les cadres informaticiens prêts à changer de région, 24 % ciblent la Bretagne, région la plus attractive avec la Nouvelle-Aquitaine et Provence-Alpes-Côte d'Azur. Elle confirme aussi qu'entre 2014 et 2016, le volume d'opportunités d'emploi a quadruplé et que ce secteur sera très porteur d'ici à 5 ans. Seul bémol :  il n'y a pas suffisamment de candidats pour répondre.

Dans les métiers de niveau cadre, spécialisés dans la conception de produits et systèmes sécurisés (architectes, développeurs), dans l'administration de la sécurité (RSSI, ingénieur SOC, gestionnaire de crise), ou encore dans le conseil et l'audit de sécurité, les entreprises s'arrachent les meilleurs. Les 140 entreprises recensées et spécialisées dans la cybersécurité embauchent plus de deux personnes chaque année. Au total, ce sont plus de 300 offres d'emplois qui circulent.  Malgré la croissance du nombre de personnes formées, « le marché est en tension et les entreprises ont des difficultés à trouver les bons profils » note Pierre Lamblin, directeur des études à l'Apec. Les conclusions de l'étude doivent donc servir socle à un plan d'actions visant à répondre, dès cette année, aux besoins dans ce secteur-clé.

Bretagne, envol, aéronautique, campagne pub, attractivité, territoires,

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/07/2017 à 22:40 :
Travaillant dans l'informatique, je dis non à ces salaires et ses faibles ambitions, on réinvente le porte-clef en Bretagne, ailleurs, on fait de la recherche...
a écrit le 03/07/2017 à 16:06 :
Il y a des désavantages à travailler en Bretagne : climat mauvais, hiérarchie trop stricte et peu à l'écoute, salaires insuffisants, peu de loisirs. D'autres régions sont plus attractives.
Réponse de le 03/07/2017 à 21:37 :
Il y a plus d'avantages que d'inconvénients on n'est pas a Bourges ou Limoges, qu'est-ce qu'il ne faut pas lire sérieusement...Climat mauvais ? A Rennes le climat est quasi le même qu'à Nantes, Angers ou La Roche sur Yon, très doux et nous n'avons pas les tempêtes et inondations que l'on retrouve tous les ans à Montpellier ! La hiérarchie tout dépend de la boite. Les salaires en effet sont un peu plus bas mais que je vois les prix et le coût de la vie à Lyon, Bordeaux ou Nice (immobilier, commerce), Rennes et la Bretagne est bien plus abordable donc on s'y retrouve à la fin du mois ! Les loisirs de quels loisirs parlez vous, des possibilité sportives ou événementielle au bord de la côte des balades à Brocéliande ? Des festivals rennais ? Franchement tu verras ces emplois trouveront preneurs
Réponse de le 04/07/2017 à 8:29 :
Pourquoi comparer Rennes avec des plus petites villes comme Bourges ou Limoges ? En plus, vous comparez avec des villes sinistrées économiquement, c'est trompeur.
Le climat est mauvais en Bretagne : humidité qui rentre partout, peu de soleil, trop de nuages. Au moins à Montpellier, il y a du soleil, malgré quelques innondations et tempetes.
La hiérarchie est présente et autoritaire en Bretagne, c'est un fait connu des Bretons. Les salaires sont faibles, c'est pour ça les jeunes diplomés Bretons vont travailler sur Paris et ailleurs.
En Bretagne il y a trop de spéculation sur l'immobilier, surtout dans les villes touristiques. Les biens immobiliers sont surrévalués. Les logements à Rennes sont rares et chers.
Quant aux loisirs, Rennes c'est surtout connu par les étudiants pour les soirées d'alcool, avec le bruit et les dégradations qui vont avec. Rennes c'est du béton partout, très peu d' espaces verts et beaucoup de pollution automobile. Et une insécurité croissante. La ville souffre aussi du manque de médecins, comme la région.
a écrit le 03/07/2017 à 11:28 :
@Jason Bourne
Vous semblez bien connaitre la region, les secteurs d'activite, les remunerations et les prix.
Je ne vante pas la vie a Metz; bien que ville importante de la region et faisant partie de la Grande Region je preferai l'ambiance Rennaise, ville plus jeune avec plus de bars et de restaurants.
Et je suis impressionne par le nombre d'arnaqueurs et autres petits escrocs a la petite semaine dans le secteur du Batiment dans la region Lorraine... (surement qu'il y en a aussi en Bretagne mais n'auant pas fait de travaux)... voyez je n'ensence pas vraiment la Lorraine et que dire du paysage, il faut rester cote Nancy / Meuse pour que ce soit agreable a voir !
Sinon comme vous le dites je n'aurai plus trop le choix, je ne pourrai plus redescendre dans le marche du travail francais, il ne me reste plus qu'a considerer les meilleurs marches : Luxembourg, Suisse, UK, US etc
Réponse de le 03/07/2017 à 19:53 :
@MADIRON
Je n'ai pas un grand mérite à bien connaître cette région étant donné que je fais partie des 90 000 frontaliers qui passe la frontière pour aller travailler et que la moselle est mon département natale. Au niveau des bars ouverts, le week-end dans le centre ville de Metz, ce n'est pas ça qui manque pourtant et en plus, il y a une vie culturelle assez vive depuis quelques années sans parler de la beauté de la ville. Quand aux paysages, vous avez probalement été effrayé par les anciennes usines sidérurgiques abandonnés le long de la vallée de la Fensh mais vous avez aussi de beaux paysages naturels quand vous allez dans l'est mosellan ou le Nord avec les chateaux médiévaux et notre station balnéaire de amneville. :) Quand aux arnaqueurs, il est clair qu'ils pullullent dans le bon coin et qu'il faudrait choisir vos artisans via le bouche à oreille ou alors prendre des entreprises ayant de certaines references. Et comme, vous etes en train de retaper votre maison et que vous vous êtes habitué aux salaires luxembourgeois, vous êtes partie pour rester un long moment parmis nous. :)
a écrit le 30/06/2017 à 11:24 :
Je suis d'accord avec les commentaires déjà publiés : Bretagne: petit niveau de vie surtout sur le Finistère, le Morbihan et les Cotes d'Armor; l'Ille et Vilaine s'est plus développée mais essentiellement en recherches ajouté des faibles rémunérations et surtout que la Bretagne n'a jamais été une terre industrielle mais agricole et pêche et aussi RENNES ancienne 3ème région militaire et Cour d'Appel réputée = militaires fonction publique dont magistrature. En apposition avec la Loire Atlantique très industrialisée ELLE.
a écrit le 30/06/2017 à 9:46 :
La Bretagne pas attractive ?
Je suis Breton je suis parti au Luxembourg.
Avec 3 Bac+5 (informatique / finance / controle de gestion) on m'offrait apres d'apres negociation des salaires entre 1500 a 2000€.... et apres on me traitait comme s'il y avait des centaines de candidats pour prendre ma place... et bien CIAO les petits patrons francais !
Réponse de le 30/06/2017 à 10:38 :
Ah. le Luxembourg a besoin de ressource humaine. parce-que faible fécondité, et 19% de sa population partie à l'étranger (https://www.weforum.org/agenda/2016/03/which-countries-are-the-biggest-exporters-of-their-own-citizens/).
tu travailles pour le gouvernement luxembourgeois ? le pays qui favorise l'évitement fiscal et contribue à plomber nos finances publiques.
Réponse de le 30/06/2017 à 12:43 :
1) les stat d expatriation sont a prendre avec recul: les pays du nord de l europe par ex ont beaucoup d expatries car les retraites preferent aller vivre au soleil (et en plus dans des pays ou le cout de la vie est faible)

2) croire que les probleme de la france sont lies a la flibuste fiscale du luxembourg est comme penser que vous etes mourant a cause d une grippe. nos probleme sont bien pus profond. et une rentree superieur d impot n y changera rien: nos diriegants s empresseront de le gaspiller avec des projets de type JO

3) ca vous choque pas qu on propose a ce monsieur au mieux 2000€ et qu apres les employeurs se plaignent de trouver personne ? si vous payez les gens a coup de lance pierre, ca finit par se savoir ... et avec internet les gens peuvent facilement aller ailleurs
Réponse de le 30/06/2017 à 15:21 :
@gfx
Non Gfx je ne travaille pas du tout pour le gouvernement Luxembourgeois ni pour l'Europe, pour les postes interessants il faut parler a minima Francais, Anglais et Allemand, et malheureusement il me manque l'allemand... pour l'instant.
Je travaille pour une entreprise privee, Europeenne.
Mon niveau de vie a bondi. Je gagne aujourd'hui plus qu'un salarie de mon niveau n'aurait eu en fin de carrier en France...
J'ai quitte Rennes en 2015 ou comme vous avez pu le lire dans d'autres a vu son immobilier flambe suite a la ligne TGV.
On est rendus a 3000€/m2.
Je vis aujourd'hui a Metz, j'ai achete pour 2000€/m2 renove.
Pourquoi continuer a trimer pour engraisser des vendeurs et patrons Bretons ?
Je le repete avec des donnees pareilles (salaires faibles, immo chere) c'est NON a la Bretagne !
Et ce, meme si toute ma famille y vit.
Réponse de le 30/06/2017 à 17:18 :
Tout a fait d'accord avec Madieron, il y a une tradition de salaires bas en Bretagne (pour ne pas dire autre chose) et c'est d'autant plus vrai dans les nouvelles technos. Il commence a y avoir des tensions au niveau recrutement, mais les employeurs ne veulent pas comprendre.

J'ai commence a travailler vers 1997 - les salaires sont aujourd'hui les mêmes... avec un cout de la vie qui a explose (il n'y avait pas encore de bulle immobiliere a l'epoque).

Alors oui les patrons c'est pas si complique de recruter: les jeunes sont plus avertis de nos jours et les distances se sont reduites.
Réponse de le 01/07/2017 à 14:39 :
@Madiron
Vu votre niveau d'étude et le domaine d'activité, votre salaire doit avoidiner les 4000 euros. En tout cas, c'est bien la première fois que je vois une personne vanter la qualité de vie à Metz que sa region d'origine. En effet, la France entière pense que la Lorraine et notemment la Moselle est une région sinistré au niveau de l'emploi, ce qui est en partie vraie sauf que les gens y ont un fort pouvoir d'achat et que le chômage est dans la moyenne nationale. Et cela est dû à quoi ? Au fameux grand duché du Luxembourg qui offre des emplois et de bons salaires à plus de 90 000 lorrains qui traversent quotidiennement la frontière. (Certes les frontaliers qui bossent en Suisse ont encore de bien meilleurs salaires). En tout cas, de plus en plus de français hors lorraine viennent travailler au Luxembourg et une fois qu'ils ont pris l'habitude des salaires luxembourgeois (ou Suisse, ) , il leut ait très difficile de revenir en arrière pour toucher le salaire français moyen et vous en êtes le parfait exemple.
a écrit le 30/06/2017 à 9:35 :
le nombre d'offres sur Ouestjob semble avoir atteint des niveaux élevés. gros bond par exemple ces derniers jours sur les postes import/export. étonnant. ça va durer avec la remontée de l'Euro ? les Français doivent très rapidement améliorer leur maîtrise des langues/ouverture sur l'international si l'investissement étranger continue d'augmenter comme en 2016 et si on veut rétablir le solde du commerce extérieur.
a écrit le 30/06/2017 à 9:29 :
Payez les bien et vous aurez pas de mal en trouver des gens... Par ex, plein de gens revent de quitter la banlieue parisienne. Par contre c est sur quesi c est pour gagner 50 % de moins ca calme
Réponse de le 30/06/2017 à 15:29 :
@cd
J'ai decouvert que dans une boite Bretonne dans laquelle j'etais stagiaire (a 27 ans, pour mon 3eme Master paye 800€/mois) que les salaires d'embauche en 2004 pour un poste donne etait de 33000€ / an.
En 2014 le meme patron n'offre plus que 25000€.
(Somme correspond au maximum autorise pour profiter des allegements Fillon + CICE)
Qui a envie se faire royalement arnaque comme ca ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :